Les Street Hypnotiseurs sortent leur plus belle plume

Nous avons organisé sur le forum Street Hypnose un concours de poésie, relativement libre sur la forme, avec comme thème imposé l’hypnose évidemment.

10 participants ont laissé parler leur coeur et leur imagination pour vous proposer des textes magnifiques qui j’en suis sûr ne vous laisseront pas indifférents. Plus bas, vous trouverez un sondage pour élire le poème qui vous aura le plus touché. Bon voyage…

Les poèmes

Ma participation, hors concours, et qui j’espère vous plaira :

Si proche, si loin. Et dans mon être la naissance lumineuse d’une nouvelle opportunité.
Tout a commencé au détour d’un innocent et fragile 24 février d’une année plutôt agitée,
Retour aux sources : un événement dont la saveur jouit d’une incomparable magnificence.
Enivrant, l’evanescence de ce brouillard passé, la beauté d’une vie qui prend tout son sens,
Eblouissante, ma chance d’avoir pu rencontrer toutes ces belles âmes. Quelle jolie communauté,
Tous unis, un même état d’esprit, essence de notre vénusté.

Hôtes et hôtesses d’un monde merveilleux encore en devenir,
Yeux rivés vers cet espace temps infini que l’on nomme avenir,
Profitez de chaque instant, appréciez chaque rire,
Ne laissez pas votre Ego vous trahir,
Osez chercher votre plein potentiel,
Souriez la tête levée vers le ciel,
Eternel et providentiel.

La participation d’Ophélie, hors concours (envoi trop tardif !)

L’hypnose a fait de moi quelqu’un d’autre.
Une révélation que je vois de cette façon :

Imaginez un instant, un ciel couvert et sombre,
Une route à peine visible qui vous fait face au loin,
Une brise qui fait virevolter des feuilles de lierre,

Soudain, la lune décide de sortir de l’ombre,
Au fur et à mesure que l’on approche de ce chemin,
Révélant ainsi quelques brins de lumière.

Dans ce ciel de plus en plus lumineux, apparaît une nuée d’étoiles,
Toutes rayonnent comme le sourire offert à un inconnu,
Chacune, unique, fait resurgir le souvenir d’une rencontre,
Des rencontres gravées à jamais dans ma mémoire.

Pops11

Voyage en transe Hypopsique

Imagines-toi un voyage,
Et ressens le bonheur,
D’un lieu de passage,
Et de paix intérieure,

Un lieu relaxant,
Un lieu rien qu’à toi,
Un lieu détendant,
Comme on en croise parfois,

Et peut-être, qui sait,
Qu’en imaginant ce lieu,
Des changements se sont faits,
Ou attendent un peu mieux,

Peut-être en précisant,
Ou en faisant remarquer,
Les différents mouvements,
De respirations amplifiées,

Que les paupières maintenant,
A leur tour que l’on sent,
Se mettent à piquer,
Ou peut-être à cligner,

Et que peu à peu ces mouvements,
Plus difficiles, chaque ligne,
Deviennent de plus en plus lents,
Tandis que les paupières clignent,

Et que quand enfin la lourdeur,
Qui peu à peu les emplit,
Se transforme en torpeur,
Et que le regard faibli,

Les fermer devient facile,
Tandis que les ouvrir reste dur,
Et c’est bien plus tranquille,
De les fermer à coup sûr,

De se laisser aller…
De relâcher la tête…
Devenue si fatiguée…
Qu’elle penche maintenant, peut-être,

Puis, de finalement…

Dans un dernier élan de détente…

Relâcher complètement,
Ces paupières tombantes…

Et entrer en transe doucement,
Comme quand on va se coucher,
Lutter est trop dur maintenant,

Alors dors, c’est mérité.

Kaedrim

Douce et tendre
Ouïr et apprendre
Respire l’hypnose
Suit en osmose

Parcourir ces rêves
Utilisée ou brève
Inspire cette liberté
Souviens-t’en avec clarté

Rejoins ton sanctuaire
Excipe mes métaphores
Vers un immense confort
Ensuite remonte
Inverse cette descente
L‘ouverture son-et-lumière

Sof’n

L’hypnose avec un grand H
Celle où personne ne se cache
Où la mélodie des rires et des pleurs
Provient de nos magnanimes cœurs
Là où l’on en oublie tout nos mœurs
Où l’on oublie nos douleurs
Et où , il faut que tu saches
On t’aide à surmonter toutes ces marches
Qui mène à l’hypnose avec un grand H.

Là où tout le monde brise ses chaînes
Vas où ton chemin te mène
Mais n’oublie jamais que je suis ton ami
Dans la tristesse ou dans l’euphorie.

Qui peut définir cet étrange sentiment
Tel une bataille à feu et à sang.

Qui peut décrire cet étrange sentiment
Qui te fait voir la vie autrement.

Koten

Tout commence par des mots. Quand ils sont prononcés il se produit des choses, il se produit du beau.
Est-ce la ponctuation, est-ce le timbre de voix ? Le rythme des pensées tout doucement s’altère.
Un paysage se crée.

Il m’arrive parfois de voir comme un liquide,
Noir. Une pensée qui me guide.
A l’intérieur je plonge, et
dans cet espace immense où se croisent les songes
naissent des sensations.

Je m’ouvre sur un monde, je rentre dans moi-même.
Je vis la précision des sensations que j’aime
Enfermé dans ce moi, dans ce cocon fragile
je prends les émotions, et comme avec l’argile,
je modèle cette terre.

C’est la délicatesse et l’attention portée
qui font de cet instant un lieu privilégié
pour une introspection, on se retrouve en l’Être
Entrevoir le chemin tissé par quelques lettres,
les syllabes et les sons.

Et par delà le sens, et par delà les mots,
Juste se laisser aller vers un endroit profond
Prendre une inspiration, écouter les nuances
Et sur l’expiration rentrer dans cette danse
et sentir l’émotion.

Juste là. Juste un pas. Et petit à petit
laisser monter en soi le son de l’empathie
Prendre dans ce niveau ce qui est nécessaire
Trouver au fond de soi un sentiment sincère
un sentiment profond.

Que peut-on distinguer de cette perception ?
Peut-elle rester encore, a-t-elle des variations ?
Prendre un instant maintenant, quand la respiration
permet de maintenir le champ de l’attention
Rester un temps encore, garder le même état
Décider du moment où tout disparaîtra.

S’éveiller en un sens, retrouver lentement
la mélodie abstraite des sons plus dissonants

sortir en en restant grandit.
Transe, comme une deuxième maison.

lorenZo

Ma nouvelle compagne
Peut sentir la campagne

Les herbes de Provence
La lavande ou les landes
Parfumée de croyances
Elle peut sentir l’offrande

Ma nouvelle amie
Est si belle dans mon lit

Elle change de couleur
Quand je rêve éveillé
Apprivoise mes humeurs
Pour mieux les égayer

Ma nouvelle copine
Peut devenir coquine

S’immiscer dans mes transes
Telle une douce chimère
S’amuser de mes sens
Et rendre chaud l’hiver

Serons-nous partenaire
Ou copains de galère

Quand l’esprit un peu flou
Vient se muer ; radin
Que mes pensées se nouent
Dans les nœuds du chagrin

Cette amie est discrète
Malgré son style direct

Toujours là dans ma tète
A se cacher du monde
Dans le sien c’est la fête
Viens rêver une seconde

Mister magoo

Remerciement aux Volontaires

Ce matin au réveil, la routine commence…
Tu décides de sortir, une fois passé la porte,
inévitablement, ton destin t’emporte
pas après pas vers des chuchoteurs de transe.

Tu restes là à regarder estomaqué
un volontaire rigole, car ses pieds sont bloqués
il ne peut plus bouger, libéré au compte de trois.
Aiguisant ta curiosité pourquoi pas toi ?

Allez c’est ton moment ! Tu rentres dans la transe.
De pieds en mains collés, toujours émerveillé,
tu vies nos suggestions plus rien n’a d’importance
tu veux continuer de rêver éveillé.

Merci à vous les volontaires, de nous laisser vous amuser.

Myrridin

Je m’invite à te suivre
dans un rêve où tu es bien
un espace dans lequel tu peux poursuivre
n’importe quel dessein

Tu marches dans ce lieu secret,
là où tout se crée
Un endroit bien à toi
en sécurité sans mur ni toit.

Cet univers magnifique
t’appartient c’est magique
c’est un jardin prolifique
de couleur, de son , de ressentit bénéfique

Un monde dans lequel tu es loi
dans lequel tu voyages
avec moi comme bagage
quand tu écoutes ma voix

A chaque mot des rivières de cascade
des océans de détente jaune
la flore se décline par myriade
quand on observe la faune

La relaxation s’accentue un petit peu
même en avançant à petit pas, tu peux
marcher sur le chemin du bien-être
avec le regard du bébé qui vient de naître

Tout début a une fin
mais avant de profiter de tout cet effet
il faudra quitter ce havre de paix
en restant un peu sur ta faim.

Ainsi les fois prochaines
la découverte se poursuivra
avec des surprises par centaines
qui pour sur te comblera.

Arcand

Rêveries hypnotiques :

Se laisser transporter dans un rêve lointain
Emprunter consciemment ce long chemin
Aller vers ces méandres peu orthodoxes
Qui sont nés de l’inconscient… quel paradoxe !

Et durant ce grand voyage,
On va dans cette sorte de transe
Où l’esprit aime à se faire volage,
Enfin prend place la confiance

Dans les confins de l’esprit apaisé
Pendant qu’autour le monde se fige
On se laisse emporter,
Glisser dans ce doux vertige

Dès lors tout peut devenir jeux
Dans cette immense cour
On se fait oublieux
De l’instant, de la nuit, du jour

On se laisse bercer
Par ce flot de paroles continu
Quand vient alors le moment de se réveiller
On fait bien souvent face à de l’inattendu

Ce fou rire inexpliqué,
Ces pieds complètement soudés
La tête dans les nuages
Parfois de nouveaux langages

Dans ces rêves ambitieux
Le conscient guette, mais reste en toute harmonie
Avec l’inconscient qui régit ce monde impie,
Ce contact peut devenir tortueux

C’est alors que le conscient reprend le dessus
Mais notre esprit reste apaisé
Des souvenirs qui nous laissent rarement déçus
On vient bien de se faire hypnotiser.

Cathy

L’hypnose en prose,
Que dire…
Pause !
La prose m’impose,
L’hypnose me propose.

Une vie remplie de suggestions,
Et d’inductions.

La vie me propose,
Lui,
Street-hypnose,
Sa famille et Son cœur.

Je lui dit oui,
Un grand OUI !
Alors, on s’est dit,
Oui pour la vie.

L’hypnose m’a rendue à la vie,
Et m’a pendue à la sienne,
Afin que je ne m’abstienne,
D’une vie plus heureuse.

Amour, un jour
=
Amour pour Toujours

La prose s’impose,
L’amour et sa prose,
Et on ose,
Vive l’hypnose et ses proses.

Que vive l’Amour Toujours,
Tel que l’on S’OSE.

L’amour s’est imposé,
Et La vie s’est proposée,

A jamais.

Rudy

Hypnose

Que ce soit en vers ou en prose

Je n’ai d’autre remède que l’hypnose
Tu te détends, tu te reposes
Tu fermes les yeux quand tout explose

L’hypnose te donne confiance en toi
Tu n’imaginais pas tant d’émoi
Lorsque tout ton toi n’est qu’effroi
Pose toi, imagine ce « chez toi »

Dans lequel tu te sens si bien
Malgré le brouhaha Toulousain
Tu imagines être un Martien
Tu ne te souviens plus de rien

Puis viens le réveil en douceur
Te remplis de force, de vigueur
Plein de bien être à l’intérieur
Ce moment n’était que bonheur

Les votes !

By | 2016-10-26T23:45:39+00:00 10 juillet 2014|Concours SH|1 Comment

A propos de l'auteur :

Passionné d'hypnose depuis l'été 2008, Jean-Emmanuel partage avec vous toutes ses expériences et son savoir faire afin de vous permettre d'apprendre l'hypnose dans les meilleures conditions possibles. Il est également auteur du livre "la voix de l'inconscient".

Un commentaire

  1. IRTELLI 14 juillet 2014 à 14 h 40 min␣- Répondre

    Trés émouvant,
    merci, pour ces poèmes

Laisser un commentaire