Hugin

Membres

Hugin last won the day on 17 octobre

Hugin had the most liked content!

4 abonnés

À propos de Hugin

  • Rang
    Expérimentateur à temps partiel
  • Date de naissance 09/02/1977

Informations

  • Sexe
    Homme
  • Localisation
    Montréal
  • Intérêts
    L'écriture dramatique, le théâtre, l'improvisation, l'astronomie, la cuisine...

Visiteurs récents du profil

940 visualisations du profil
  1. S'entraîner à la distortion du temps

    J'ai entendu d'autres histoires de même nature et je reste extrêmement sceptique sur le principe. Ce n'est pas parce qu'on a eu "l'impression" de s'entraîner pendant des heures, que les effets et les bénéfices sont là. Je crois qu'on est plus dans le registre de l'auto-hallucination que dans un gain de temps véritable. Si le cerveau était capable de ce genre de chose, il y a probablement des neuroscientifiques qui travailleraient à reproduire l'effet avec des drogues ou des stimulus plus fiables que l'hypnose. Ceci dit, si tu veux tenter quelque chose de cet ordre, je t'invite à mettre tes projets et compte-rendu d'expérience dans la section expérimentale du forum. C'est le meilleur lieu pour parler de choses comme ça.
  2. Devenir Hypnothérapeute

    Tout d'abord, je ne crois pas qu'une telle loi passera de sitôt. Ensuite, il serait étonnant qu'une loi valide à posteriori des diplômes. Il y aurait plus probablement une mise en place d'un système de Validation des Acquis de l'Expérience. Alors évidemment, lors de l'examen d'une VAE on examine la formation initiale, et la réputation de l'école joue, mais ce n'est pas un critère disqualifiant. Sinon je ne connais pas cette école. Je trouve que la page présente assez peu leur équipe, donc difficile de se prononcer.
  3. Pour revenir un peu plus près du sujet que tu évoques, voilà mon humble opinion sur la pratique d'hypnothérapeute. - l'hypnose est un outil. Ce n'est pas parce que quelqu'un sait bien hypnotiser, que ça fait de lui un bon thérapeute. Ce n'est pas parce que tu sais scier du bois que tu es un bon menuisier. - l'hypnose n'est pas une théorie du fonctionnement de la psyché. Certains hypnothérapeute ont développé ce type de théorie, mais elles sont dans le meilleur des cas emprunts de psychanalyse (et je n'ai pas une haute opinion de la psychanalyse) et dans le pire des cas étayé sur de la pure intuition. - Contrairement à ce qu'affirme Pank dans son livre, je trouve extrêmement positif que de plus en plus d'école de formation donnent des cours de psychopathologie. Il ne s'agit pas de diagnostiquer quoique ce soit, mais certains clients peuvent avoir reçu un diagnostique alors autant savoir de quoi ces gens parlent (et même de savoir si c'est une bonne idée de les hypnotiser). Même si la psychopathologie s'attarde théoriquement plus sur les symptômes que sur les causes, ça peut tout de même donner quelques bases sur le fonctionnement supposé du psychisme. Des bases qui seront toujours plus fiables que les élucubrations de Jung. - ce point là va faire râler, mais je l'assume: je ne crois pas qu'il faille systématiquement chercher une cause au "symptôme" pour lequel le client consulte. Ça peut même être contre-productif de le faire dans certains cas. Si on décide de creuser, notamment parce que le client en fait le demande, il faut être équipé pour le faire. Et ce n'est pas parce qu'on a fait un travail de cinquante, cent ou mille heure sur soi qu'on est compétent pour aider les autres. Mais, c'est simplement mon opinion, pas une vérité quelconque. J'ai beau épluché les publications scientifiques et les ouvrages divers, je reste comme la plupart des hypno dans le domaine du ressenti, de l'intuition, Pour ce qui est de mon travail de recherche, il devrait être public (mais si ce n'est pas le cas, je devrais pouvoir le diffuser à titre personnel).
  4. Ce petit pamphlet est doublement symptomatique d'un certain monde de l'hypnose et de ses problèmes. Avant d'aller plus loin, je précise que je n'ai rien de personnel contre Pank, je ne le connais pas, et je livre mon avis uniquement sur la base du contenu partagé. Premièrement je partage quelques unes des interrogations et des accusations de Pank. Par exemple, je crois qu'il y a beaucoup d'école de formation en coaching/PNL/hypnose qui ne sont là que pour générer un revenu acceptable pour des personnes qui n'arrivent pas à assumer une position de thérapeute. Mais le deuxième problème c'est ce livre en lui-même. Au final l'autre se livre à une énième version de "les autres n'ont rien compris, regardez c'est moi qui ait la bonne attitude". Or, s'il veut me convaincre, il n'a pas la bonne attitude. Livrer un travail de réflexion, ce n'est certainement pas s'en remettre à sa propre intuition et nous la livrer comme une vérité. Un travail de réflexion, ça se pense, ça s'alimente auprès d'autres personnes, que l'on cite, que l'on référence et pas seulement vaguement au coin d'une page avec un site internet. La critique est une chose, mais quand vient le temps d'affirmer il faut être solide. Ou est la bibliographie qui étaye son propos? Lorsqu'il définit le facteur critique, ou le subconscient, sur ce quoi se base-t-il pour étayer ses affirmations? La seule expérience personnelle ne permet en aucun cas une généralisation des choses. (Par ailleurs, ce livret ressemble beaucoup à une promotion de ses propres méthodes et de ses ses propres formations; il met même une liste des gens formés dans les dernières pages. Un petit peu gênant quand on reproche à la "concurrence" de chercher à faire de l'argent.) Le problème c'est que ce livre est le pur produit d'une communauté hypnotique qui essaie de se raccrocher à tout ce qui passe (PNL, magnétisme, chamanisme, physique quantique, etc.) qui croit que l'anecdote individuelle est la plus pure expression de la validité scientifique, et qui ignore soigneusement un minimum de cinquante ans de littérature scientifique sur l'hypnose et la psychologie. Et la vérité crue et difficile c'est que nous avons très peu de renseignements sur l'efficacité réelle de l'hypnothérapie, et encore moins sur des cas complexes. On trouve quelques études sur l'efficacité sur l'arrêt du tabac, mais ce n'est pas glorieux (20% d'arrêt après un an, avec des patchs de nicotine, ici). Les seules études solides et répétées c'est sur les anesthésies et les analgésies, et le plus souvent par hypnose directe. Je n'ai même pas trouvé d'études sérieuses qui attestent que les transes conversationnelles sont de même nature que les transes par fixation de l'attention. Est-ce qu'il faut arrêter pour autant? Je ne le crois pas. Mais il faut être extrêmement prudent dans nos affirmations. Avant de dire que les autres ont tort et que notre méthode est la bonne, il faut des preuves solides. Par exemple, j'ai une théorie personnelle sur l'hypnose, assez éloignée de ce qui est enseigné dans la plupart des "écoles". Mais pour l'instant ce n'est que mon intuition, je m'abstiens donc de la présenter comme la vérité. Mais comme comprendre le phénomène hypnotique est, moi aussi, ma passion, je me donne les moyens de vérifier mes hypothèses. Je lis beaucoup, je confronte mon opinion avec des gens d'autres milieux, j'analyse des séances, je prépare des grilles d'observation, bref je mène un travail de recherche. Ce travail va prendre deux ans avant d'aboutir, sa forme finale fera probablement autour de 130 pages, avec une bibliographie étoffée. Et le pire, c'est qu'il ne couvrira qu'un petit aspect de ma théorie.
  5. Ce qui me perturbe beaucoup, c'est qu'il se tire une balle dans le pied tout seul. Soit on part du principe que l'hypnose ne comporte pas de risque majeure, et alors il n'y a pas de problème avec l'hypnose de rue. Mais dès le moment où il prétend qu'il y a un risque, il se met en position de devoir justifier des compétences en psychopathologie ou psychiatrie qu'il n'a évidemment pas (il n'a qu'une formation en sophrologie). Je me demande si un médecin ou un psychologue va venir mettre les pendules à l'heure en rappelant qu'il est très difficile voire impossible, même pour un professionnel formé, de reconnaître en un coup d’œil un psychotique (et encore plus quelqu'un qui n'a pas encore décompensé).
  6. Dans une micro interview de promotion, l'hypnotiseur québécois déclare : L'hypnose pratiquée dans la rue Contre «Il y a des risques à pratiquer l'hypnose sur des gens qu'on ne connaît pas. Il faut être un bon hypnotiseur de spectacle ou même thérapeute pour déceler des signes avant-coureurs de psychose sur une personne qu'on croise dans la rue. Quand je le fais sur scène, on est dans un cadre restreint et je peux déceler si une personne a des problèmes qui pourraient s'étaler sous hypnose. Je trouve ça dangereux de faire de l'hypnose dans la rue, où ce n'est pas du tout encadré.» Source: http://www.lapresse.ca/arts/spectacles-et-theatre/humour-et-varietes/201710/10/01-5139533-messmer-pour-ou-contre.php On notera la prétention intéressante d'être capable de déceler "des signes avant-coureurs de psychose" sans aucune formation en psychiatrie... Si l'hypnose comporte des risques, alors ce qu'il fait sur scène est bien plus dangereux que la plupart des séances d'hypnose de rue que j'ai pu voir.
  7. C'est mon avis qui est orienté par ma pratique et mon approche de l'hypnose. Voici un avis positif tiré de la presse québécoise: https://www.latribune.ca/arts/messmer-plus-efficace-que-jamais-a24b015d6446987c9b9555e56356102e Ce qui est amusant, c'est que même chez ce chroniqueur bien veillant on note que que ça ressemble beaucoup aux spectacles précédents.
  8. Débuter avec Milton H. Erickson

    Si tu veux vraiment l'approche d'Erickson, tu ne peux pas y couper tu dois lire les rares livres qu'il a écrit ou coécrit avec E. Rossi. Et effectivement, c'est lourd, d'autant plus que la pensée d'Erickson ne semble pas avoir été si simple à cerner.
  9. Tu sais que je suis un farouche opposant à la PNL, mais dans ce cas-là, on n'est même pas à se poser la question de l'invalidité de cette pseudo-science: les attitudes et façons d'hypnotiser de Messmer sont à mille lieux de ce que prôneraient les disciples de Bandler. On est vraiment dans l'utilisation du mot pour se donner du crédit... Et le problème c'est que je crains que ça ne soit Messmer qui donne du crédit à la PNL auprès du public québécois. Ou alors, il faisait référence au groupe de hip-hop français, et je n'ai pas compris.
  10. C'est donc le troisième spectacle de Messmer après "Fascinateur" et "Intemporel". J'avais vu ce dernier, et je n'avais pas vraiment l'intention de retourner voir un spectacle de la vedette québécoise. Mais le titre et la thématique de son nouveau spectacle m'ont intrigué. Certains des habitués ici savent que la question de l'hyperacuité visuelle induite m'intéresse et qu'il existe très peu de ressource sur la question. Je me disais qu'avec un peu de chance, il y aurait des choses de cet ordre-là dans ce nouveau show. Cassons tout de suite le suspense: non. L'hypersensorialité n'est que le prétexte du spectacle, un vague habillage qui la plupart du temps n'a pas vraiment de lien avec ce qui est présenté. On commence avec un test de réceptivité, puis des volontaires montent sur scène. Il fait le tri avec des inductions rapides pour garder une quinzaine de personne. Il sélectionne ensuite deux de ses volontaires sur la base d'une peur modéré des hauteurs, pour les suspendre dans une petite nacelle à quelques mètres au-dessus de la scène. La première partie est ensuite le long voyage de ces deux "oiseaux" avec le reste des volontaires comme témoins et ponctuations (par exemple une journaliste qui couvre en direct le vol, puis la même chose en chinois). On passe ensuite par une scène qui est présentée comme révolutionnaire ou un des volontaires met un casque de réalité virtuelle, ce qu'il voit est projeté sur écran géant... L'argument de Messmer c'est que, pour une fois, on voit ce que voit une personne en état d'hypnose. Sauf que le raisonnement est grotesque puisque précisément ce volontaire n'a pas d'hallucination hypnotique mais les images de la VR renforcée par des suggestions... Ça fait très gadget tentant de surfer sur la mode du moment. Parlant de surf, c'est la suggestion qu'il laisse avant de laisser partir ses volontaires pour la pause. Au son de "Surfin' USA", ils se prendront pour des surfeurs... Oui, oui, le même principe que sur intemporel. Petit détail, il n'a jamais retiré sa suggestion. Je serais curieux de voir comment réagiront certains de ses volontaires dans les jours qui viennent. La deuxième partie enquille les sketchs du même tonneau, avec un faux jeu télé ou chacun se voit confier un personnage ou une contrainte, ça ne va pas très loin. Et on rentre dans les suggestions qui me font grimacer... Sur une des scènes, un homme doit épiler fictivement un autre homme. La suggestion c'est que c'est l'esthéticien qui aura la douleur de l'épilation. Les suggestions de douleur, je trouve ça franchement bof. Ensuite l'esthéticien s'épile lui-même et ce sont tous les autres qui ont mal. Certains des volontaires se tordaient de douleur sur scène. J'espère que c'était une exagération de scène et pas un vrai ressenti... Mais tu peux tellement faire de belles choses avec l'hypnose pourquoi faire du moche comme ça. On arrive à la quasi dernière scène et là, honnêtement j'ai figé. Je vous passe les détails de mise en place pour en arriver à un "duel de danse" entre deux personnages... À un des deux danseurs, Messmer inflige une crampe à une jambe puis à la deuxième jambe. Personnellement la dernière fois que j'ai eu une crampe, j'ai eu des douleurs rémanente pendant quasiment 24h. Je n'ai aucune envie qu'on me suggère ce genre de chose. Enfin, il ajoute au danseur "crampé" une suggestion de malaise cardiaque... Oui, vous avez bien lu. Une suggestion de malaise cardiaque. Brillant . En plus il fait revivre la scène en marche arrière, avant de la rejouer au ralenti. Après tout, pourquoi pas infliger une deuxième fois une si belle suggestion... Sans compter que, dans un spectacle de Messmer, il y a toujours des spectateurs dans la salle qui prennent les suggestions qui ne leur sont pas destinés. Pour finir on a même eu le droit à une petite abréaction chez un membre du public... Je vous passe le charabia pseudo-scientifique qu'il raconte à longueur de temps et qui mélange allègrement magnétisme animal, PNL et toute sorte d'approximation scientifique (et honnêtement, je serai PNListe, je hurlerai de le voir se revendiquer de ce courant). Messmer n'a donc pas progressé sur le plan éthique, ni même sur le plan technique. La plupart des hypnotiseurs de scène savent poser des balises, arranger leur phrase pour limiter le risque que des spectateurs dans la salle prennent des suggestions, mais Messmer non. Il ne fait toujours aucun réveil et laisse partir tous ses volontaires sans retirer les suggestions. Il a beau se présenter comme l'un si ce n'est le meilleur hypnotiseur/fascinateur au monde, on peut trouver des dizaines de vidéos sur youtube d'hypnotiseurs qui maîtrisent mieux leur sujet... Mais la plupart n'ont pas sa couverture médiatique. Quand je pense qu'il passe pour une référence dans les médias francophone, ça me fait un peu mal. Alors, clairement je ne suis pas le bon public pour ce genre de spectacle. J'ai bien vu que les personnes autour de moi s'amusait, vivait ça un peu comme un spectacle d'humour potache avec des moments mystérieux... Mais vraiment sur l'éthique, ça ne passe pas. Je vais finir sur le seul point vraiment positif que je retiens de ma soirée: à un moment précis Messmer utilise une odeur d'orange diffusée sur scène pour effectuer une réinduction, et franchement ça c'était original et dans le sujet. À part ça...
  11. Le lien a déjà été donné ici, alors que vous aviez posé la même question avec un autre pseudo.
  12. Spidey a mis en ligne une vidéo qui montre la dernière partie de cet effet. C'est assez intéressant à voir (et même si vous ne parlez pas anglais, avec mon résumé plus haut vous devriez comprendre ce qui se passe.
  13. Sur les enfants

    Dans quel but fais-tu ces séances? Est-ce que ce sont tes enfants qui te l'ont demandé? S'ils ne sont pas motivés et qu'ils font ça pour te faire plaisir, ça peut expliquer des choses. Et puis ce n'est pas forcément problématique de ne pas arriver à atteindre certains phénomènes du moment que le volontaire est heureux de son expérience.
  14. Sortir de son corp

    Pour info, ils sont très fermés à la communauté scientifique et continuent à faire leurs petites affaires dans leur coin. Et ce que tu décrits comme non-mesurable l'est parfaitement. @neuneutrinos a d'ailleurs un défi permanent concernant une enveloppe se trouvant chez lui. C'est une protocole qui serait tout à fait acceptable pour n'importe quel groupe de zététiciens... Mais comme un bon illusionniste peut arriver à faire la même chose, c'est sûr qu'ils voudront contrôler certaines choses et généralement c'est le moment où ceux qui prétendent avoir des pouvoirs expliquent qu'en fait, ils ne peuvent pas faire ça à volonté, ça dépend des conditions.. Pour mémoire, Uri Geller sur un plateau de télévision, alors que le présentateur a été préparé par un mentaliste pour éviter d'être trompé https://www.youtube.com/watch?v=M9w7jHYriFo&t=5m48s En fait non, ce n'est pas comme ça que marche la science. Si ça t'intéresse, je te conseille de chercher des choses sur la théière de Russel, et le rasoir d'Ockham.
  15. Sortir de son corp

    Déjà dans un premier temps la science ne se limite pas à une approche positiviste et empirique. Certaines approches en sciences humaines par exemple reposent davantage sur la phénoménologie. Et elles peuvent être très intéressantes lorsqu'il s'agit de décrire "l'expérience de la subjectivité"... Plus généralement on peut penser à l'anthropologie ou à la sociologie par exemple, où il est très difficile d'établir une méthodologie basée sur l'expérimentation et la reproductibilité. Mais en l'occurrence, si on se place dans cette approche, à quoi sert donc un huissier de justice? C'est bien qu'on prétend qu'il y a du mesurables ou tout du moins un phénomène objectif? Si c'est le cas, pourquoi ne pas faire appel à ceux des scientifiques qui se spécialisent dans cette approche. Dire qu'un projette son esprit hors du corps, ce n'est pas une affirmation subjective. C'est une affirmation forte en contradiction avec l'ensemble des consensus scientifiques actuels. Cela ne signifie pas quelle est fausse pour autant mais il va falloir plus qu'un livre et un huissier pour remettre en cause nos connaissances. Pour reprendre la fameuse citation de Carl Sagan : "Des affirmations extraordinaires nécessitent des preuves extraordinaires."