Avez-vous déjà annoncé votre venue à la sortie (inter)nationale Street Hypnose prévue le 17 juin 2017 à Toulouse ?

C'est par ici : https://www.facebook.com/events/826775940795937/


Hugin

Membres

Hugin last won the day on 13 février

Hugin had the most liked content!

4 abonnés

À propos de Hugin

  • Rang
    Expérimentateur à temps partiel
  • Date de naissance 09/02/1977

Informations

  • Sexe
    Homme
  • Localisation
    Montréal
  • Intérêts
    L'écriture dramatique, le théâtre, l'improvisation, l'astronomie, la cuisine...

Visiteurs récents du profil

626 visualisations du profil
  1. Je parle uniquement de l'activité sur le biais cognitif... Ça me fait plaisir : http://lmgtfy.com/?q=Jean+Baptiste+Quenin-Blache Pour résumé, la mention de étudiant doctorant en psychologie n'apparaît nul par ailleurs que sur le site de la cité des sciences. La seule mention que je trouve à une formation universitaire s'arrête en 2014 et ça se serait fait en parallèle avec une carrière de comédien. Je ne suis pas un expert des études à Harvard, mais j'ai un léger doute sur la possibilité de mener les deux de front... Mais de mentionner un gros cursus provoque un beau biais cognitif justement. Peut-être explique-t-il ceci dans sa conférence...
  2. Je viens de faire une recherche sur le gars qui encadre l'activité, et on peut dire que c'est l’hôpital qui se fout de la charité.
  3. Je n'ai pas eu l'occasion de lire des ouvrages concentrés sur la pratique. Des ouvrages avec des parties pratiques certainement (Hypnotherapy, de Dave Elman ou The Pratice of hypnotism, de André M. Weitzenhoffer, et même L'Hypnose Humaniste, d'Olivier Lockert) mais rien qui ne soit de l'ordre des exemples que tu donnes pour la Street Hypnose. Je crois qu'il y a une bonne raison à cela. Pour prétendre être un ouvrage pratique, il faut encore définir de quelle pratique on parle. Il existe de nombreuses théories et écoles en hypnothérapie: classique, ericksonnienne, humaniste... Beaucoup ne sont que des variantes des deux premières, mais toutes ont leur propre socle "philosophique". Aucune technique n'aurait de sens si elle ne s'inscrit pas dans un cadre théorique plus large. Corollaire plus ou moins direct, l'hypnose, dans un cadre thérapeutique, n'est pas une fin en soi, ce n'est qu'un moyen, ou un medium. Même si le choix de ce moyen n'est pas anodin, il faut ensuite savoir ce qu'on en fait dans un cadre thérapeutique, comment est-ce qu'on induit/suggère/génère le changement demandé. Pour prendre un très mauvais parallèle (mais j'aime les comparaisons culinaires), c'est un petit peu comme si tu cherchais des conseils sur la "température de cuisson du four". Ça va dépendre de ce que tu mets dedans. Et tu ne trouveras pas de livre qui ne parle que de la température de cuisson du four. Tu trouveras des livres de recettes où on en parle, en fonction de la recette (puisque je vous dis que ma comparaison est boiteuse...). Ensuite, si un jour tu es vraiment tenté de pratiquer l'hypnothérapie, ce sera une tout autre démarche.
  4. Je suis assez d'accord avec Meemi sur la nécessité de faire un "ajustement", ne serait-ce que parce que certaines personnes continuent de croire qu'on dort sous hypnose après avoir vu un show de Messmer. Mais un pré-talk complet c'est inutile, à moins que tu n'utilises des techniques très différentes de celles de l'hypnotiseur de spectacle.
  5. J'ai mis le score minimum dans ces cas-là, mais c'est vrai que la méthodologie me semble limite. Est-ce que c'est un pré-test?
  6. Si une problématique particulière n'a pas été identifié, il n'y a pas de raisons de faire appel à un hypnothérapeute pour un enfant de 10 ans. Si une problématique a été identifié, un thérapeute aura tout intérêt à rencontrer les deux parents pour avoir sa propre idée de la dynamique familiale. C'est vrai pour l'hypnose, mais aussi pour n'importe quelle démarche thérapeutique. --- Si l'hypnotiseur dont il est question ici ne fait que des phénomènes d'hypnose de spectacle (donc pas un thérapeute), alors il ne s'agit que de divertissement et je ne vois pas d'objet d'inquiétude. AJOUT : Il n'y a pas besoin d'hypnose pour provoquer ce dont tu parles. Ce sont des processus de "manipulation affective" très classiques et, hélas, très communs lors de séparation difficile. Si ton ex mari utilise de l'hypnose pour essayer de faire ça il perd son temps/argent pour rien.
  7. On a combien d'heures pour la dissertation de philo? Je ne crois pas que les phénomènes paranormaux existent, en tout cas pas au sens où on l'entend communément (donc possession, fantôme poltergeist et compagnie). Par contre l'hypnose repose sur la suggestion, et si une personne croit très fort que ça peut lui arriver, elle pourrait avoir l'impression de vivre ça. C'est pour cela qu'il faut bien poser le cadre et expliquer que ça n'a rien à voir avec de l'occulte, que c'est le cerveau qui produit ça.
  8. Je te rappelle que pour réussir complètement mon invocation il faut sacrifier un PNListe vierge (ça doit se trouver sans trop de problème chez les PUA). De mon point de vue, l'hypnose est un phénomène. Il n'est pas une science, même s'il est étudié scientifiquement (et aussi non-scientifiquement, mais c'est une autre histoire). Contrairement à Neuneu, je pense qu'il a été démontré scientifiquement que l'hypnose existe comme état. Des IRMf attestent notamment d'une activité cérébrale distincte d'autres états de transes et des états normaux. Sans trop se forcer on peut trouver une vingtaine de publication scientifique sur des mesures physiologiques d'états cérébraux sous hypnose. La question suivante est: l'état hypnotique fait-il que l'on a les pieds collés au sol, qu'on à l'impression de rencontrer Michel Sardou, qu'on oublie son prénom, ou même qu'on arrêt de fumer? Là, c'est bien plus flou et on manque cruellement de données sérieuses. Cela pourrait très bien relever de la "soumission librement consentie" comme on dit chez les sceptiques, d'un effet "blouse blanche", ou d'un effet placebo. C'est dans ce sens, je crois, que Neuneu affirme qu'on n'a pas la preuve que l'hypnose existe. À ma connaissance, le phénomène hypnotique qui a été le plus étudié est celui des anesthésies et des analgésies. Le Dr. Rainville, un neuropsychologue montréalais, a publié plusieurs recherches sur la question. Je suis aussi tombé sur un article scientifique concernant ce que l'on nomme "catalepsie" (mains collées) mais je n'ai pas encore eu le temps de la lire (pour les curieux, Cojan (2009) The Brain under Self-Control: Modulation of Inhibitory and Monitoring Cortical Networks during Hypnotic Paralysis. DOI 10.1016/j.neuron.2009.05.021).
  9. Vu l'intérêt manifesté lors de la soirée d'hier, je viens de créer une page facebook pour promouvoir la communauté et les événements de Street Hypnose à Montréal. Vous pouvez aller nous "liker" ici: https://www.facebook.com/streethypnosemtl/
  10. http://dai.ly/x6vtk1 ... Désolé. Et bienvenue.
  11. Ne t'en fait pas, c'est une réaction parfaitement normale. Lorsque je mets en scène des gens qui n'ont pas l'habitude de la scène, c'est souvent un des premiers points que l'on corrige.
  12. Un petit conseil de scène au passage... Déplace-toi moins, surtout pendant ton ouverture. Tu passes d'un pied à l'autre, tu piétines, et c'est à ça qu'on peut voir ta nervosité (et les crispations des mains, parfois). Un bon moyen de contrer ça est de planter tes pieds dans le sol et d'aller chercher ta confiance dans cette stabilité. D'une façon générale, quand tu es sur scène, chaque déplacement doit avoir un but précis et être pensé (par exemple: si tu effectues des déplacements de gauche à droite sur une large scène, pour aller chercher le public de part et d'autres, il n'y a pas de problème, mais si c'est seulement pour gérer ta nervosité, ça aura l'effet inverse).
  13. L'hypnose offre beaucoup de possibilités, mais il faut toujours être prudent et avoir conscience de ses propres limites. Il y a notamment des choses qui peuvent relever de la thérapie, et mieux vaut ne pas s'y aventurer sans le bagage adéquat. Pour ce dont tu parles spécifiquement, tu peux suggérer de la détente et de la relaxation, et laisser la personne s'endormir. Le "réveil" c'est surtout pour éviter qu'une personne se sente pâteuse ou déphasée après une séance, mais si elle dort, à mon avis, le problème ne se pose pas. Pour ce qui est de "là où tu veux en venir", il y a bien d'autres possibilités si tu laisses aller ton imagination.
  14. Voilà l'événement Facebook. https://www.facebook.com/events/617075335169213/
  15. L'apprentissage est toujours une histoire de progression. Tant mieux d'ailleurs. Pour l'hypnose sans induction, je trouve toujours les vidéos de @Jean-Emmanuel instructives.