[Portrait] Papy Roro

Papy roro

J’ai à coeur de montrer que tout le monde peut hypnotiser dans la rue et prendre du plaisir. Sans distinction d’âge ni de culture. La preuve avec Papy Roro, un presque séxagénaire (outch :p) qui s’éclate avec nous dans la rue chaque samedi après-midi quand il est disponible et qui participe activement au forum Street Hypnose.

Mon prénom : Ronald.
Ma situation familiale : Marié depuis 40 ans, une fille de 35 ans, 2 filles de 22 ans et 2 supers petits enfants de 7 et 4 ans.
Ma situation professionnelle : fini pour moi, j’étais animateur commercial réseau dans le monde de la presse.

J’ai d’abord découvert l’hypnose

Je pratique le karaté depuis les années 70. Hé oui, je ne suis plus très jeunes. J’ai 59 ans et c’est une des raisons pour laquelle mon histoire va peut-être vous intéresser. Pratiquant les arts martiaux, j’ai été captivé d’abord par les points énergétiques, la sophrologie et l’hypnose. Je lisais pas mal sur ces sujets, je pratiquais de temps en temps dans mon milieu sportif l’hypnose mais rien à voir avec la street d’aujourd’hui. C’était plus une méthode d’hypnose relaxante qu’autre chose, même si on me prenait déjà pour un barge quand j’entamais une conversation sur ce thème.

Avant de rencontrer Street Hypnose

Un jour, il y a 3 ans à peu près en furetant sur internet sur l’hypnose je tombe sur une vidéo où je vois un petit jeune plutôt réservé, dans un parc, à genoux devant 2 jeunes filles, en train de faire de l’hypnose. Je regarde 2/3 fois la vidéo, et je vois surtout deux jeunes filles qui ont l’air de passer un bon moment. Tout se passe dans la bonne humeur, les 3 personnages de cette vidéo ont de grands sourires qui s’affichent sur leurs visages, passant un bon moment ensemble. Je suis scotché, je me dis : « comment un petit jeune a eu les ‘couilles’ (excusez-moi de ce langage un peu cru) d’aller voir des personnes dans un parc pour leur faire découvrir l’hypnose ? ».

Une année est passée, puis un jour je regarde à nouveau cette vidéo, puis je regarde d’autres vidéos sur l’hypnose de rue. Je vais sur le site de « street-hypnose » que je décortique dans tous les sens, et le constat : je vois pas mal de petits jeunes qui ont l’air de s’éclater. Je cogite pas mal car la première chose qui me vient à l’esprit, c’est justement mon âge et forcément je me dis « tu te vois faire comme ce petit jeune sur cette vidéo ? ».

Non ce n’était pas possible. Beaucoup de questions sans réponses fusaient dans tous le sens, et les jours passaient sans plus de motivation.

Et de découvrir « La voix de l’inconscient »

roro2-586x480

Et puis j’ai franchis le pas. J’ai d’abord commencé à prendre des infos sur ce site et d’autres, et j’ai fait évoluer ma façon d’hypnotiser avec les personnes de mon milieu sportif. Des échecs mais aussi de petits résultats. Rien de concluant

« Que se passe-t-il ? Pourquoi rien ne fonctionne comme sur cette vidéo et les vidéos que j’ai visionnées ? » On me prenait toujours pour un fada ; il faut dire aussi que dès que je pouvais je parlais d’hypnose avec mon entourage. Toutes mes discussions tournaient autour de ce sujet et je sentais bien que certains s’agaçaient de mes propos. Pourtant, ça montait de plus en plus en moi.

J’envoie alors un mail à Jean-Emmanuel lui demandant si un livre existe sur sa méthode de pratique de l’hypnose, réponse : « j’en écris un que je vais bientôt publier. D’ici 15 jours ». Dès que le livre est sorti, je l’ai commandé, et là : grosse surprise, le livre est simplement expliqué, Jean-Emmanuel va à l’essentiel à la différence de certains livres où il y a beaucoup de blablas. Je le lis, le relis, le dissèque, j’écris mes propres mots pour les suggestions, je fais faire un panneau « street-hypnose gratuite » et il ne me reste plus qu’à me lancer.

Pour enfin me lancer dans la rue

roro3-512x480

J’en parle à ma femme et à mes filles.

Ma femme me dit : « mais tu fais n’importe-quoi on dirait un môme de 10 ans qui vient d’avoir un nouveau jouet ».
Mes filles me disent : « on ne veut pas te rencontrer dans le centre-ville avec nos copines ».

Donc j’attends, j’échange avec les membres de street-hypnose mais dès que je lis les posts de ceux qui ont fait leur première expérience inoubliable, je me dis : « samedi prochain je me lance dans la rue ». Bien-sûr quand je le dis à ma famille, j’ai droit à la soupe à la grimace.

Le jour fatidique arrive, je m’assois sur un banc dans le centre-ville, j’attends, me pose milles questions, j’y vais, j’y vais pas… et au bout d’une heure je me décide, je sors mon panneau et un jeune de 25 ans s’approche, me demande ce que je fais. Je prends le temps d’expliquer et on décide de commencer. Premiers exercices d’imaginations : tout marche. Maintenant le grand moment arrive, première induction en street et en public. Des personnes intriguées se rapprochent, la pression monte, la tête de mon volontaire tombe vers l’avant et mon cœur lui fait du 180 pulsations à la minute. Je prends un grande respiration, je canalise ma grande joie interne, j’enchaîne les suggestions, j’hypnotise au total 6 à 8 personnes dans l’après-midi. L’euphorie me gagne et je n’ai pas eu de plaisir aussi intense depuis longtemps. 19h00 arrive, je remballe mon panneau et je rentre chez moi avec un sourire jusqu’aux oreilles, le palpitant qui tape et je me dis « PUTAIN quel pied ». Excusez encore cette manière de parler mais ce sont ces mots que j’avais à l’esprit et ma seule envie à ce moment là : remettre ça au plus tôt.

Depuis ce jour, chaque fois que je suis en street j’ai des moments forts ; pas aussi forts que la première fois mais c’est encore du très bon.

Vous aussi, vous pouvez devenir hypnotiseur

C’est un Papy de 59 ans qui vous le dit, un Papy qui a eu pas mal de coups durs comme vous en aurez-vous aussi, le moins possible j’espère mais celui qui m’a fait réfléchir le plus : un accident de parapente, une notre de mes passions que j’ai pratiquée pendant 8 ans. Ce jour-là je décide de partir voler à Saint-Antonin Noble-Val avec des potes, ma femme et mes deux filles âgées de 10 ans. C’est le printemps et les conditions de vol en cette période sont difficiles avec beaucoup de turbulences thermiques qu’il faut savoir maîtriser. Je me mets en place au décollage, la voile monte au-dessus de ma tête et wouf un ascenseur de 7m à la seconde me propulse dans les airs, je monte trop vite et je décide d’atterrir mais impossible trop de voile je fais les oreilles (c’est à dire fermer les côtés extérieurs de la voile pour réduire la portance afin de pouvoir redescendre), mais la voile ne se comporte pas comme je le voudrais, fermeture frontale, je tombe trop vite ma voile se ferme mais par chance s’ouvre à nouveau à 30 m du sol. Malheureusement pas suffisamment tôt pour réduire ma chute. Je m’écrase sur la planète, je percute le sol violemment et une douleur énorme envahit tout mon dos. Dans ma tête, à ce moment-là, je suis tétraplégique. Et malgré cette douleur j’essaie de bouger mes doigts de mains et de pieds, et soulagement, je les sens remuer un peu. J’ouvre les yeux et je vois ma femme et mes filles en pleurs à côté de moi, tout se bouscule dans ma tête pendant tout le voyage jusqu’aux urgences. Deux heures de transport, mes pensées me submergent : « comment ma famille aurait-elle pu gérer une situation plus handicapante pour moi ou pire encore ? ». Résultat de l’opération : deux vertèbres fracturées, un mois de lit sans bouger et trois mois de corset.

Tout cela pour vous dire, oui des personnes de votre entourages vont rigoler, avoir un regard moqueur, vont essayer de vous détourner de votre passion. Vivez cette passion ! Ne vous mettez pas des bâtons dans les roues tout le long de votre vie pour différentes raisons sinon vous aurez des regrets plus tard.

La street-hypnose c’est oser donner aux autres, partager et échanger. Vous vous sentirez alors grandir par le retour que vous aurez en échange. Rencontrer des personnes de tous âges, de tous les niveaux sociaux professionnels, des personnes que j’aime retrouver à l’occasion de mes sorties comme Jean-Emmanuel, Baptiste, Marco, Guillaume, Gitika, Valentyn, Florian, le petit Loïc, Fred, Sophie et tous ceux que j’oublie et qui se reconnaîtront. Je n’oublie pas ceux avec qui j’échange sur le forum et de temps en temps sur le Hangout, même si je me sens un peu de trop par moment avec tous ces petits jeun’s que j’aime bien et que j’ai toujours peur de déranger.

Ce sont des petits jeun’s justement comme Jean-Emmanuel qui ont raison de communiquer leur passion car ils ont moins d’à-priori que des personnes d’un certain âge qui croient tout savoir, tout connaître, qui ne cherchent pas à vouloir aller vers les autres et passent à côté d’un plaisir simple qui est le partage.

Lancez-vous ! Envoyez-vous un bon coup de pied au cul, plongez dans l’arène de la street et vous verrez la première fois, vous vous en souviendrez toute votre vie. C’est votre vie, choisissez là, tracez votre route. Personne ne la tracera à votre place. Oui je parle encore comme un vieux.

Si par ces quelques mots j’ai pu vous communiquer l’envie de franchir le premier pas, alors vous goûterez au bonheur de la première fois en STREET HYPNOSE.

Papy Roro.

By | 2016-10-26T23:45:37+00:00 18 mars 2015|Hypnose de rue, Portrait d'hypnotiseur|16 Comments

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le avec vos amis !

A propos de l'auteur :

Passionné d'hypnose depuis l'été 2008, Jean-Emmanuel partage avec vous toutes ses expériences et son savoir faire afin de vous permettre d'apprendre l'hypnose dans les meilleures conditions possibles. Il est également auteur du livre "la voix de l'inconscient".

16 Commentaires

  1. melimelo 18 mars 2015 à 20 h 29 min␣- Répondre

    Je suis un arbre ! Wouhou *______*
    (On attend toujours le colis nos prénoms dedans =p )

    • Jean-Emmanuel 19 mars 2015 à 0 h 24 min␣- Répondre

      C’est une private joke ? J’ai rien compris :p

      • mélimelo 19 mars 2015 à 10 h 53 min␣- Répondre

        Oui c’était pour Ronald excuse-moi… (Pour ma défense, il était tard, j’aurais dû préciser ^^). J’ai adoré sa manière d’hypnotiser ^^

  2. RONALD 19 mars 2015 à 8 h 44 min␣- Répondre

    Méli j’ai pas confiance à la poste je te le rends le 20 juin en main propre, n’oublies pas de bien t’occuper de ton arbre.

  3. Flo_O 19 mars 2015 à 9 h 59 min␣- Répondre

    J’ai adoré, super intéressant 🙂
    merci Roro pour ce partage, et pour le clin d’oeil 🙂

    à bientôt 🙂

  4. Mister Magoo (Guillaume) 20 mars 2015 à 9 h 26 min␣- Répondre

    MERCI !!! tu m’as fais monté les larmes.
    Certains de tes mots raisonnent très fort en moi!

    Tu es un peu notre mascotte au nez rouge. (Tiens ça me rappelle une chanson de noël)

    C’est un très beau témoignage.

  5. RONALD 20 mars 2015 à 11 h 51 min␣- Répondre

    Fais ton portrait Guillaume pour donner l’envie au petits jeun’s de se lancer en street.

  6. Marco 21 mars 2015 à 21 h 17 min␣- Répondre

    Très bel article, tout en pudeur et en énergie !

  7. Thomas Verdun 22 mars 2015 à 23 h 38 min␣- Répondre

    Superbe. J’était vraiment ému à lire cette superbe histoire et renaissance.

    Longue vie à toi Ronald

  8. Tini Content 23 mars 2015 à 10 h 15 min␣- Répondre

    Vraiment très intéressante. J’ai été captivé du début jusqu’à la fin.

    Et comme tu dis Ronald, Il faut se mettre un coup de pied au derrière et ensuite tu n’en finis qu’heureux 😉

  9. Gitika 23 mars 2015 à 21 h 26 min␣- Répondre

    Merci Ronald pour ce commentaire si émouvant et généreux… C’est tout toi !!!

  10. Valentyn 24 mars 2015 à 8 h 13 min␣- Répondre

    Merci roro pour ce témoignage, pour le clin d’oeil également (le faite que tu t’obstine à écrire mon nom avec un y me ferai TOUJOURS sourire

  11. RONALD 24 mars 2015 à 17 h 34 min␣- Répondre

    tu as écris ton prénom avec un Y sur facebook je respecte ce choix donc je l’écris avec un Y

  12. John jonathan lay 11 avril 2015 à 21 h 51 min␣- Répondre

    Quel témoignage ! Quelle émotion ! Ca me rapelle beaucoup de bons souvenirs …
    Une belle prise de conscience de mon côté aussi, je comprends à présent beaucoup de comportements de parties pris , de jugements precepités commis par le jeunes vieux comme vous ( 59 ce n’est pas très vieux !! C’est encore l’adolescence de la vieillesse )
    Malheureusement qu’on on prend de l’âge on perd notre fabuleuse capacité d’adaptation, HYPNOTISER DES PASSANTS DANS LA RUE QUEL DÉFIT !
    Bravo à vous je prendrai plaisir à faire votre connaissance lors de la prochaine visite dans la ville rose 😉

    Jhon Lay de bordeaux

  13. RONALD 12 avril 2015 à 7 h 36 min␣- Répondre

    L’hypnose c’est avant tout des rencontres, encore hier aprèm à Albi un groupe de personnes me demande pourquoi je fais de la street, je leur ai répondu pour avoir le plaisir de vous connaître si je n’avais pas posé mon panneau  » street-hypnose » on n’aurait jamais passé ce petit moment sympa à discuter ensemble.

    C’est ma motivation.

Laisser un commentaire