Abréaction

De Street Hypnose

Définition

Définition psychanalytique

Le terme d'abréaction a été inventé et utilisé en premier lieu par la psychanalyse. Ce mot, dans un cadre de thérapie (avec ou sans hypnose) gardera son sens premier.

Définition trouvée dans le Larousse

Décharge émotionnelle accompagnant l'apparition dans le champ de la conscience d'un affect jusque-là refoulé en raison de son caractère pénible.

Définition trouvée sur le site Vulgaris medical

En psychiatrie, le terme abréaction (du latin ab : hors de, re : indiquant le retour et actio : fait) désigne le retour à la conscience d'une émotion passée, oubliée ou gardée dans le subconscient par des blocages psychiques.

Définition en hypnose (hors thérapie)

Dans un cadre d'hypnose de rue (ou de spectacle par exemple), il est possible de parler d'abréaction. Cependant sa définition sera adaptée à ce nouveau cadre.

Définition actuelle de la communauté street-hypnose.

Décharge émotionnelle incongrue pendant ou après une séance d'hypnose.

Exemple : si une personne se met d'un coup à pleurer de rire(décharge émotionnelle) sans raison apparente (incongrue) pendant une séance d'hypnose, alors cette réaction sera considérée comme une abréaction.

et de même si une personne part en larme sans raison apparente, ce sera aussi définie comme une abréaction.

Par contre si la réaction est voulue (ex. déclencher un grand fou-rire) alors, cela ne sera pas considéré comme une abréaction.

Prévenir/Gérer une abréaction

Il est important de savoir que l'abréaction existe et faire en sorte que lors d'une séance, avoir une manière d'hypnotiser permettant de limiter grandement les risques.

Il vaut mieux prévenir que guérir

  • Le cadre de la séance (avec lequel sera posé les fusibles ) d'hypnose est très important. C'est la première précaution à prendre.
  • Eviter les suggestions amenant la personne à se remémorer ses souvenirs. Les émotions étant fortement liées aux souvenirs, on réduit d'autant plus les risques.

Quand prévenir se suffit pas

  • Il faut rester congruent avec ce que vit votre volontaire. (exemple ne pas suggérer que la personne se sent bien si elle est en pleure à cause d'une abréaction)
  • Respecter le rythme de la personne (tout ne peut pas se régler en un claquement de doigt)
  • Il faut accompagner la personne tant pour l'aider à évacuer ses émotions que pour remettre un cadre bienveillant.

exemple de métaphore une fois que la personne a passé le plus gros de l'abréaction :

comme une matinée d'été ou après une nuit de tempête, la nature semble revivre avec les rayons du soleil faisant briller l'herbe mouillée comme des milliers de diamants
  • Prendre son temps.Même si l’abréaction en elle-même est très courte, bâcler sa gestion par "manque de temps" ne pourra pas être bénéfique pour la personne.

S'il faut passer 1 heure avec votre volontaire, rester 1 heure.

  • Profitez-en pour demander un feedback pour que la personne vous parle de son experience et vérifier par la même occasion le bien-être actuel de votre volontaire.
  • Si dans son feedback la personne vous parle d'un problème plus ou moins personnel, vous pouvez lui proposer d'aller voir un thérapeute. ( par contre il ne faut pas sortir du cadre éthique de la street-hypnose ! )

Penser aux spectateurs

Bien qu'une abréaction peut être vécue de manière très positive ( en cabinet comme en rue), les spectateurs peuvent s'en faire une toute autre image... Comme le cadre de l'hypnose de rue est un cadre de découverte et ludique de l'hypnose, il n'y a aucun intérêt à faire vivre une abréaction en rue. Une fois l'abréaction gérée pour le volontaire, il ne faut pas oublier le public présent n'ayant pas toutes les clefs de compréhension de ce qu'il vient d'assister.

  • Les personnes du public (dont les proches) n'ont pas à intervenir à votre place. Il ne faut pas oublier que vous êtes la personnes la plus expérimentée en hypnose.
  • N'hésitez pas à profiter du feedback pour que la personne raconte avec ses mots ce qu'elle a vécu. Terminer sur une note positive permet également que les personnes aient une réflexion plus ouverte.

Pour résumer

  • Mettez-vous à l’écart.
  • Ne laissez personne gérer l'abréaction de votre volontaire à votre place.
  • Soyez serein.
  • Faites comme avec un ami, accompagnez votre volontaire dans l’expression de ses émotions.
  • Prenez votre temps.
  • Une fois que les émotions sont sorties, faites des suggestions positives.
  • Demandez ce que votre volontaire a vécu (voir Feedback).
  • Selon le Feedback de la personne, Proposez lui (ou non) de voir un thérapeute.
  • Assurez vous que le volontaire aille bien avant de quitter votre volontaire.

Sources

Sources des définitions

Sources de la communauté