Approfondissement

De Street Hypnose

Les approfondissements constituent tout ce que vous allez dire, faire faire au volontaire, qui lui permettra d'établir une transe que l'on pourrait qualifier de meilleure qualité.

L'approfondissement se place donc naturellement après une induction, mais une induction peut également faire place d'approfondissement si elle est longue. Par exemple, dans le cas d'une induction en huit mots, il n'y a pas d'approfondissement. Elle consiste uniquement à faire apparaitre la transe, pas à l'entretenir. Il convient alors de faire un approfondissement pour que le volontaire rentre dans une transe plus palpable, moins superficielle que la transe faisant suite à une induction instantanée.

En revanche certaines inductions sont également des approfondissements, si votre induction consiste à parler 10 minutes au volontaire, alors vous approfondissez probablement déjà.

Il y a autant d'approfondissements possibles que vous pouvez en imaginer, cependant nous pouvons insister sur quelques archétypes d'approfondissements.

Approfondissements rapides classiques

Escalier

Dans cet approfondissement, le volontaire imagine quelque chose qui le fait descendre, par exemple : escaliers, ascenseur (attention aux phobies), échelle (de même...) etc. Plus il descend dans son imaginaire ce que vous lui faites imaginer, plus il rentre en transe. Vous pouvez le formuler avec des phrases du type "A chaque marche descendue, tu te sens plus calme, plus apaisé", et ainsi de suite.

Décompte

Ici vous allez simplement compter, généralement dans un ordre décroissant (par exemple, de 5 à 0) mais pourquoi pas croissant si vous pensez que c'est plus adapté ou même si vous voulez expérimenter une transe "ascendante". A chaque chiffre compté le volontaire ira plus en transe, avec vos formulations l'accompagnant.

A savoir concernant les "deux fois plus détendu"

Bien souvent dans les approfondissements on peut entendre "tu vas descendre une marche et te sentir 100x plus détendu". Ce n'est pas possible, ça ne marchera pas. Personne dans le commun des mortels ne peut passer d'un facteur 1 à 100 dans sa transe en une fraction de seconde. Le volontaire va alors rentrer dans un no-set et remarquera consciemment ou non "je ne suis pas 100x plus détendu". Vous allez alors le faire rentrer dans une spirale qui aura l'effet inverse des convincer. Si vous voulez absolument utiliser des facteurs, gardez des grandeurs que chacun peut se représenter. Être 2x plus détendu, c'est quelque chose d'imaginable, vos volontaires pourront se le représenter. En revanche, 100x, 1000x, aucune chance que ça marche. Et si par malheur le 1000x plus détendu fonctionnait, vous vous retrouveriez avec le coma hypnotique le plus profond de l'histoire de l'humanité, probablement.


Approfondissements longs

Ici les approfondissements ressembleront souvent à des histoires, on parle parfois de "story telling". Les histoires peuvent tout aussi bien très fines et combinées à d'autres techniques, que tout à fait terres à terres, cela n'a pas d'importance. L'important est de raconter quelque chose qui permettra à votre volontaire de rentrer mieux en transe.

Il convient alors de faire appel à votre imagination, l'univers de votre volontaire, et tout ce à quoi vous pouvez penser qui constitue une histoire adaptée pour un approfondissement.

Si vous débutez vous vous retrouverez peut-être à cours d'idée sur des histoires à raconter. Gardez en tête que de manière générale, vous pouvez raconter n'importe-quoi tant que ce ne sera pas en contradiction avec votre volontaire, et que au fur et à mesure que l'histoire progresse, vous pouvez la lier avec la transe du volontaire, directement ou indirectement.




Un approfondissement est un type d'induction formelle qui se caractérise par sa dimension progressive et parfois lente, une absence de ruptures de pattern, un accent mis sur la détente et la relaxation. L'approfondissement a pour but d'intensifier la profondeur de la transe de façon généralement douce et écologique, quoique sous sa forme la plus expéditive l'approfondissement puisse par exemple se présenter comme un très court décompte.

On pourrait distinguer deux types d'approfondissements :

- Les approfondissements "par descente", où il s'agit de suggérer un processus progressif d'intensification de la transe. Cette descente peut se faire à l'aide d'un décompte, d'une image, ou d'une sensation corporelle.
- L'approfondissement "par fractionnement", qui joue sur une alternance rapide entre micro-inductions et micro-réveils.

Les différents types d'approfondissements

Approfondissement par descente

L'approfondissement par descente est toujours une métaphore. Une métaphore se caractérise par le fait qu'elle met deux termes en relation : ici le premier terme est l'état de transe du volontaire ; le second terme, lui, est variable (décompte, image, sensation). Pourquoi en passer par une métaphore ? En hypnose de rue, particulièrement, nous nous adressons à des sujets qui n'ont encore eu aucune expérience consciente de leur propre transe. Plutôt que d'utiliser des termes techniques difficilement compréhensibles (dissociation, fixation de l'attention, ratification...) nous allons nous adresser à leur imagination. Assez naturellement, l'imagination va associer l'intensité de la transe à un axe haut/bas : on "descend" dans sa transe, on "approfondit", on "coule"... Les métaphores qu'on va utiliser vont donc être des métaphores de descente : descendre dans la suite des nombres, descendre dans un escalier, descendre en même temps que le bras, etc.

Lors d'un approfondissement par descente, vous pouvez vous appuyer sur les remarques suivantes :

- Avant de commencer votre descente, il est possible de jouer sur une futurition, en suggérant au volontaire l'état dans lequel il sera à la fin du processus. Par exemple, avant une descente par décompte : "je vais compter de cinq à zéro, et tu verras que quand on sera arrivé à zéro tu seras complètement et parfaitement détendu".
- Vos suggestions de détente peuvent s'accompagner de ratifications. Par exemple, si pendant un décompte vous vous apercevez que la tête de votre volontaire commence à tomber vers l'avant, profitez-en : "et au trois, la tête devient de plus en plus lourde au fur et à mesure que tu descends encore plus profondément..."
- Pour que le mouvement d'approfondissement soit fluide, essayez de construire de bonnes transitions entre vos suggestions. Appuyez-vous sur la suggestion précédente pour construire la nouvelle : "au quatre, ta respiration se relâche de plus en plus ; de plus en plus détendue, de plus en plus présente. Tellement présente, qu'avec le trois tu peux te concentrer sur le mouvement de tes épaules qui suit les inspirations et les expirations. De telle sorte qu'avec le deux ces épaules peuvent se décontracter encore plus..."

Descente par décompte

La façon la plus simple de figurer un processus de descente est de s'appuyer sur la suite des nombres entiers. On peut ainsi proposer un décompte de 5 à 0, de 10 à 0, en entrecoupant les nombres de suggestions de détente, de relaxation et de ratification. L'avantage de cette technique est, d'une part, de rythmer assez facilement le processus de descente, et d'autre part, de rendre clairs le début et la fin de l'approfondissement.

Un approfondissement par décompte peut ressembler au script suivant :

Avec le cinq, tu commences progressivement à détendre tous les muscles de ton corps. Tellement détendus qu'avec le quatre tu peux sentir toute la relaxation et la détente qui arrive dans tes épaules, une relaxation que tu peux sentir avec le trois se diffuser tout le long de ta colonne vertébrale, dans le dos, dans les jambes. Et avec le deux, elle est descendue jusqu'au bout de tes doigts de pieds, de telle sorte qu'avec le un tu peux juste te concentrer sur ta respiration qui se fait plus lente, plus apaisée, si apaisée qu'avec le zéro tu es tout au fond de ton esprit - très très loin maintenant.

Descente par image

Il est facile et pratique de figurer le processus d'intensification de la transe par l'imagination d'un mouvement réel de descente. Les images les plus traditionnelles, ici, sont celles de l'escalier ou de l'ascenseur. Par exemple, l'idée est de faire en sorte que le volontaire s'imagine descendre un escalier, tout en liant cette descente imaginaire avec des suggestions de relaxation.

L'utilité de cette technique est qu'elle mobilise l'imagination visuelle et kinesthésique du volontaire. Il est d'usage de combiner cette technique avec une descente par décompte : si vous descendez des escaliers, vous pouvez décompter les marches ; avec l'ascenseur, décomptez les étages, etc.

Par exemple :

Pour approfondir l'état dans lequel tu commences à rentrer, on va imaginer que tu vas descendre un grand escalier. Par exemple, on pourrait imaginer qu'on est sur la cinquième marche ; et descendant sur la quatrième marche, tu descends d'une marche à l'intérieur de toi-même. Et avec la troisième marche, tu peux continuer d'explorer de plus en plus cette relaxation de plus en plus agréable, maintenant qu'avec le deux tes épaules se détendent complètement et naturellement. Tellement détendues qu'en descendant sur la première marche, la tête se fait de plus en plus lourde, et avec le zéro, maintenant que tu es tout en bas de l'escalier, tu peux simplement te concentrer sur ta respiration, et voir maintenant comme elle est plus lente et détendue.

Descente par sensation corporelle

L'idée est ici de faire en sorte qu'une sensation corporelle (kinesthésique et/ou visuelle) devienne la métaphore qui représente la transe du volontaire. Cette procédure peut se faire de deux façons :

- C'est l'opérateur qui crée lui-même la sensation et la fait évoluer. Classiquement, on peut appuyer doucement avec son doigt sur le bras du volontaire, en descendant lentement de l'épaule jusqu'au coude, tout en liant cette descente avec des suggestions de relaxation. La zone qui s'étend entre l'épaule jusqu'au coude est une zone privilégiée pour cet exercice, parce que c'est l'une des seules zones du corps qu'un inconnu peut toucher sans produire de gêne.
- On utilise un mouvement du corps du volontaire pour le lier à la descente. Classiquement, on utilise un bras placé horizontalement en catalepsie, puis on suggère que le bras devient de plus en plus lourd ; on lie ensuite la descente du bras et l'approfondissement de la transe. Par futurition, on peut également annoncer que quand le bras touchera la jambe, le volontaire sera parfaitement et complètement détendu. L'avantage de cette façon de procéder est que la catalepsie et le mouvement idéomoteur du bras qui descend agissent en plus comme une induction par levier.

Approfondissement par fractionnement

Le fractionnement est un approfondissement qui fonctionne comme une alternance d'inductions et de réveils. Le premier auteur a avoir conceptualisé l'induction par fractionnement est Oskar Vogt (1896) : il propose d'induire puis de réveiller son volontaire à plusieurs reprises. C'est certes un approfondissement efficace, mais avec de véritables inductions formelles complètes vous prenez le risque de fatiguer votre volontaire, ou de trop le dissocier. C'est pourquoi on pourra plutôt utiliser des micro-inductions et des micro-réveils.

Ce qu'on fait généralement en guise de micro-induction, c'est tout simplement de suggérer au volontaire de fermer les yeux, d'approfondir sa transe, puis de prendre une grande inspiration et une grande expiration. Ce processus va mettre le volontaire en focus interne, ce qui vaut comme une petite induction. Le micro-réveil, naturellement, consiste à demander au volontaire d'ouvrir les yeux. Alternez ainsi les fermetures des yeux, respirations, ouvertures des yeux, et vous obtenez un approfondissement en fractionnement doux et efficace. Ce fractionnement lié à l'ouverture/fermeture des paupières est celui qu'emploie Elman dans sa célèbre induction.

Quand approfondir ?

Comme toute induction formelle, l'approfondissement n'a rien de nécessaire. Dans le cadre d'une séance sans induction particulièrement, on pourra très bien se passer de processus d'approfondissement, étant entendu que les inductions non-formelles peuvent toujours largement suffire pour induire des transes aussi profondes que nécessaire.

Ceci étant, dans une séance classique d'hypnose de rue on fait suivre la première induction d'un approfondissement. L'approfondissement est alors utile dans la mesure où il garantit le succès des premiers phénomènes hypnotiques (généralement cataleptiques). Si grâce à un bon approfondissement de la transe le volontaire se retrouve assez vite avec les pieds totalement collés sur le sol, sa stupéfaction ouvre grand la porte à une belle séance d'hypnose !

Le second usage de l'approfondissement, c'est quand vous n'arrivez pas à faire passer une suggestion d'un ordre "supérieur" - par exemple, une amnésie après une catalepsie, une hallucination après une amnésie, etc. C'est une façon assez grossière de procéder ; il serait plus élégant ET plus efficace de construire une transition à partir du phénomène précédent pour faire passer la nouvelle suggestion.

Le troisième usage de l'approfondissement, c'est quand le volontaire n'est pas intéressé par des phénomènes hypnotiques, mais qu'il cherche plutôt de la détente et de la relaxation. Dans ce cas, votre séance pourra prendre la forme d'un long approfondissement, aussi agréable et doux que possible. Dans le même ordre d'idées, un bon approfondissement est conseillé avant de poser un ancrage du bien-être.