Auto-hypnose

De Street Hypnose

L'auto-hypnose consiste à s'hypnotiser soi-même.

En effet, toute induction (et suggestion) a effet auto-hypnotique sur son utilisateur et les gens proches, mais n'ayant pas la volonté de la suivre, l'hypnotiseur et l'entourage lors de la séance n'en ressentent pas vraiment les effets. Il est néanmoins possible de voir une personne proche entrer en état de transe (et réaliser un phénomène hypnotique) qui aurait suivie l'induction ou la suggestion. De même il est possible pour l'hypnotiseur de ressentir les effets d'une induction ou d'une suggestion, plus fréquent en synesthésie où une éphémère association de deux sens peuvent avoir lieu ([1])

Il est ainsi possible en suivant volontairement une induction/suggestion de s’auto-hypnotiser, technique qui permettra notamment le dialogue avec l'inconscient.

Induction en auto-hypnose

Comme lors de l'hétérohypnose, il s'agit de faire entrer l'hypnotisé (donc l'hypnotiseur) dans un état de transe. Ainsi, l'induction est au choix du praticien, le mieux étant de choisir l'induction qui vous parle le plus ou que vous pensez être la plus efficace (note : visualiser mentalement et imaginer l'induction permet généralement d'accélérer/accroitre ces effets)

Formulation :

Différentes approches sont possibles, certains préfèreront énoncé l'induction à haute voix, d'autres préfèreront la réciter dans leur têtes, d'autres encore pourrait préférer la lire ou encore s'enregistrer puis la réécouter pour la suivre. Tout dépend de ce qui convient le mieux et de ce que pense le plus efficace le praticien, car selon de nombreuses théories en hypnose, les croyances de l'hypnose et de l’efficacité de l'induction vont moduler leur efficacité réelle sur le sujet. Il s'agit donc d'une induction classique, mais formulée différemment (note : il n'est pas obligatoire de fermer les yeux pour que l'induction marche)


Exemple d'induction :

a) Mains aimantées


Le principe est le même qu'une induction classique, tendre les bras droit devant soit (au moins les avancés par rapport au buste) et imaginer que chaque main contient un puissant aimant, qui va faire que les mains se rapprochent de plus en plus vite et s'attirent de plus en plus fort

exemple de formulation : " J'imagine que mes mains sont de puissants aimants et s'attirent entre eux. Mes mains se rapprochent sous cette force de plus en plus vite. Et plus mes mains se rapproche, plus cette force augmente. Et plus cette force augmente, plus mes mains se rapprochent, deux fois plus fort, puis quatre fois plus fort, etc "

Imaginer un saut ou une chute au moment où les mains se touchent permet de produire un effet similaire à un choc enfin de accentuer l'arrivée dans la transe, néanmoins cela peut causer quelques problèmes si le praticien a peur du vide ou de la chute, l'associe à un souvenir négatif/douloureux, etc


b)Main aimantée au front


C'est la même induction que celles des mains à la différence que vous utilisez votre main et votre front (et non vos deux mains). Cette induction fait partie des celles pouvant être enchainées avec une suggestion/phénomène hypnotique (ici catalepsie) en vous suggérant que votre main est collé à votre front qu'il est impossible de la défaire (voir catalepsie enchainée)


  • En bref  : Les inductions utilisant un principe d’attraction d'une partie du corps vers une autre reste sensiblement les mêmes, et ce type d’induction reste relativement adaptable, l'inconvénient est qu'elle est moins sujette à une métaphore personnelle et donc potentiellement moins efficace (l'idée prépondérante reste celle d'une force magnétique)


Catalepsie enchainée

Certaines inductions sont des phénomènes hypnotiques en elles-même ou permettent d'enchainer immédiatement sur une suggestion et phénomène hypnotique. C'est notamment le cas de toutes les inductions où il y a rapprochement d'une partie du corps vers une autre puis contact physique qui peut être enchainée d'une catalepsie (impossibilité d'effectuer une action, ici blocage d'un mouvement moteur tel qu'une impossibilité d'ouvrir les yeux par exemple). Ce types d'induction à l'avantage d'être très adaptable, tant d'un point de vue de la visualisation (la façon dont on l'imagine et l'image qu'on y associe) que de la formulation et de placer tout de suite le praticien sous un phénomène hypnotique et donc d'atteindre facilement un certains niveau de transe (bien que l'idée du niveau de transe ou degré de profondeur de celle-ci soit discutable). De plus la rupture de la catalepsie est facilement enchaînable avec un fractionnement (catalepsie des paupières => ouverture des yeux) afin d'approfondir la transe.


a) Catalepsie des paupières


Le principe est de fermer les yeux et de commencer un peu de relaxation par un très bref travail respiratoire (qu'on liera avec le pré-talk en hypnose de rue). On va ensuite diviser en 3 étapes l'induction qu'on liera à un travail respiratoire : (1) métaphore qui image le plus une incapacité à ouvrir les yeux (de la colle entre les yeux, une soudure, des paupières très lourdes, etc), (2) accepter de jouer le jeu, d'assimiler le fait que les paupières sont collés (répétions de phrases, monologue sur la volonté de réussir le phénomène), (3) tentative d'ouverture des paupières (si l'induction est bien faite, l'effet sera radical; un échec signifiera que le praticien ne croit pas assez au phénomène ou que ce type d'induction fait appel à un mauvais souvenir sous-jacent et n'est donc pas la bonne induction à utiliser)

exemple de formulation : "Je me sens bien, relaxé *. Et en un, je vais imaginer la métaphore la plus parlante pour moi qui manifeste mon incapacité à ouvrir mes paupières, et 1* (imaginer la scène et l’agrémenter de détails) mes paupières sont lourdes, elles pèsent un poids titanesque, elles pèsent de plus en plus et deviennent de plus en plus lourde (ex avec l'alourdissement des paupières), 2* j'accepte de jouer le jeu, j'accepte de jouer le jeu, mes paupières vont devenir très lourdes et je ne pourrai pas les ouvrir, 3* (vous essayez d’ouvrir vos paupières) à mesure que j'essaie d'ouvrir mes paupières elles s'alourdissent encore, et deviennent 2 fois plus lourdes, et j'arrive encore moins à les ouvrir et elles deviennent encore deux fois plus lourdes, 4* Mes paupières redeviennent nouveau légères et simples à ouvrir (rembobiner la métaphore, ici toujours celle du poids des paupières), 5* je ressens toute ce sentiment de bien-être et toute cette sensation amusante qui parcours mon corps, 6* je ré-ouvre les yeux (ouvrir les yeux est facultatif pour une auto induction mais les ouvrir, claquer des doigts et les refermés aussi tôt permet de fractionner et d'approfondir votre transe) " voir [2] pour une version audio

(*) lier la parole/pensée avec une profonde inspiration


b) Catalepsie des pieds

Le principe reste similaire à la plupart des catalepsies, ici les pieds seront collé au sol et le praticien sera dans l'incapacité de les bouger. On reprendra un schéma identique à la catalepsie des paupières (l'image du poids est plutôt efficace ici, mais comme toujours adapter la métaphore si besoin reste le plus efficace) voir [3] en video


  • En bref : La catalepsie peut être utilisé en tant qu'induction, permettant d'accéder directement à un phénomène hypnotique (donc plus rapidement à un état de transe) et d'être couplée avec un approfondissement (métaphore de chute, fractionnement, rupture avec l'effet hypnotique, etc) avec l'avantage d'être facilement modulable d'un point de vue de l’imagination (beaucoup de métaphores possibles pour un blocage de mouvement). Le schéma d'une catalepsie à une autre reste identique

Approfondissements en auto-hypnose

En hétéro-hypnose et particulièrement en street hypnose, la question de l'approfondissement peut parfois être délicate (la peur de la chute du sujet ou la claustrophobie pousse à bannir des approfondissement tel qu'une métaphore de chute ou de descente d’ascenseur) et afin d'éviter les abréactions, les possibilités sont restreintes. L'une des facilités de l'auto-hypnose est de pouvoir apporter n’importe qu’elles induction, suggestion ou approfondissement, car la seul limite est celle que le pratiquant s'impose. Il est ainsi plus facile d'utiliser des approfondissement plus risqué en hypnose de rue mais plus adapté pour le pratiquant (donc plus rapide). De plus, l'auto-hypnose nécessite un état de transe poussée pour certaines suggestion, et pour ce faire l’approfondissement reste souvent nécessaire, surtout pour les débutants, afin d'atteindre l'état de transe nécessaire.

Concrètement : On va de ce fait viser les approfondissements les plus efficaces et les plus appropriés (les plus rapides pour atteindre un niveau donné de transe). Le pratiquant utilisera des métaphores qui semble être plus radicales (saut dans le vide au lieu d'une descente en ascenseur, descente en tyrolienne au lieu d'une descente d'escalier) du moment qu'elles lui semblent sans danger d'abréaction


Exemple d'approfondissement et de "radicalisation" d'un approfondissement classique :

  • Descente d'ascenseur => chute dans le vide depuis une falaise

" (5) je suis sur une falaise très haute, la brise caresse mon visage et je me prépare à m'élancer, (4) je commence marcher vers le bord et regarde fixement l'horizon, (3) je marche de plus en plus vite vers le bord, le vent s'accélère et je me rapproche de plus en plus, (2) je me penche vers l'avant et commence à sprinter de plus en plus vite, le vent s'accélère encore et je ne suis plus qu'à quelque mètres du bord, (1) je fais le dernier pas devant le rebord de la falaise et m'élance le plus loin possible dans le vide, mon corps se penche à l'horizontale et je chute, (0) je descend à pleine vitesse dans l'air et je ressens cette sensation extraordinaire parcourir mon corps, je suis en équilibre dans cette descente et parfaitement détendu" (note : associer l'idée de plaisir avec une image qui peut être excitante ou stimulé le sens du danger permet de limiter les abréactions)

  • Descente d'un escalier => descente en tyrolienne


Avec l'habitude et la connaissance de soi, il est possible d'utiliser un approfondissement encore plus direct et quasi-instantané, notamment grâce à une association (association d'un milieu ou d'un endroit à l'état de transe) voir d'un ancrage (contact physique particulier, son, etc). Une fois de plus, c'est au praticien de trouver l'association et/ou l'ancrage qui sera le plus direct.


Exemple d'association :

  • Métaphore d'un changement de milieu

Mettez vous à la limite un état de transe que vous souhaitez ancrer, puis imaginez une petite rivière, assez profonde et large pour y plongez mais pas plus. Plantez le décor autour (végétations, bruits, climat, etc) de façon à rendre la scène la plus réaliste possible, puis approchez vous de l'eau et rentrez-y de la façon qui vous va le mieux. Une fois dans l'eau, pensez " je me sens bien, détendu, dans un état de profonde relaxation " puis inverser la métaphore d'entrée dans l'eau (temporellement). Recommencer; le fait que vous entrez petit à petit en transe sans changer votre état de relaxation par l'inversion de la métaphore vous permettras de fixer l'idée de transe avec le changement de milieu, ici le passage dans l'eau (note : il suffit de utiliser la métaphore hors transe pour voir si l'association a réussi)


Exemple d'ancrage :

  • ancrage par contact

Mettez vous dans l'état de transe désiré et utilisez un toucher qui vous convient (se gratter le genou, faire un rond avec son index sur son bras, etc), puis pensez "dès que je ferai ce contact, je rentrerai en transe, dans cet état de profonde relaxation, seulement quand moi et moi seul effectuerai ce contact" (assurez vous de laisser cet ancrage uniquement utilisable par vous-même, si il est fait sans cette précaution, n'importe qui pourra par intention ou inadvertance vous faire entrer en transe)

Suggestions en auto-hypnose

Le vaste monde de l'hypnose laisse un nombre de suggestion infinis, la seule limite en auto-hypnose est l’imagination du pratiquant, puisque il est à la fois hypnotiseur et hypnotisé (même si l'influence des croyances et de l'acceptation de l’hypnotiseur et de l'hypnotisé sur l'efficacité d'une hypnose reste discutable, on partira du principe que le praticien détient tout les éléments qui lui permettent de gérer l'efficacité de sa séance).

Les suggestions possible sont divisible en deux parties : les suggestions " classiques " (celles de l'hétéro-hypnose) et les suggestions propres à l'auto-hypnose (bien que certaines soit accessibles en hétéro-hypnose, celles-ci restent plutôt personnelles ou réservé à du dialogue conscience-inconscient). On utilise cette deuxième catégorie notamment pour un cadre thérapeutique (non traité ici, l'usage étant réservé à des professionnels) ou dans un cadre de développement personnel. Il est également possible d'aborder l'auto-hypnose sous un angle utilitaire (développement et amélioration de capacité physico-mentale tel que l'apprentissage d'un mouvement par exemple) rejoignant son deuxième aspect, où les techniques de dialogues avec l'inconscient représente une bonne partie des suggestions propres à l'auto-hypnose (celles-ci demandent un peu de pratique et de la discipline pour voir un résultat apparaitre)

On ne s'intéressera ici qu'à la deuxième partie (la première se retrouvant en hétéro-hypnose)


1) Quantum Jumping (ou double quantique)


Cette technique de suggestion est voué au dialogue avec l'inconscient. Le principe étant de partir d'une théorie métaphysique, la Théorie des dimensions parallèle. Pour faire simple, On peut considérer qu'à chaque choix qu'on a eu faire lors de notre vie, des plus importants au plus bénins, une séparation se créer entre le monde ou j'ai par exemple accepté un bonbon qu'on m'a proposé et celui où j'ai refusé. On considère ainsi qu'il existe une infinité de dimensions parallèles à la nôtre où nous sommes différents au vue de l'enchainement de choix que nous avons faits (qui diffère de celui de notre monde dans lequel nous vivons). Le but étant alors une fois en transe d'aller interroger l'un de ces double d'un autre univers, ce double étant supposé avoir une vie différente et donc avoir réponse à certains problème ou questions que se pose le praticien. Bien sur, c'est une image, le praticien ne vas pas déchirer l'espace-temps, mais c'est cette image qui va permettre de rencontrer l'une des facettes de notre inconscient et de dialoguer avec elle. Concrètement, une fois en transe, le praticien doit imaginer une métaphore de changement de dimension qui lui permettra d'aller rencontrer son alter-double (prendre la voiture de Retour vers le futur, choisir un sigle pour une dimension et passer la porte dimensionnelle comme dans Stargate). Elle requerra un certains niveau de transe (même si l'idée de niveau de transe est discutable, difficile de ne pas être dans une transe profonde pour du quantum jumping) et de ce fait demandera souvent, surtout au néophytes, un bon approfondissement


Formulation : Ici pas de voix haute ou autre, seulement des pensées, au vue du niveau de transe nécessaire. Imaginer votre métaphore de changements dimensionnel dans les moindres détails jusqu'à l'arrivée dans la zone où vous rencontrerai votre alter-double. La zone n'est pas à imaginer, elle relève d'un message subconscient. Si le praticien a à imaginer l'endroit où il se trouve ou ce qu'il va y trouver (manifestation par mots, par images, par personnages le plus souvent), il n'est pas dans un état de quantum jump, et probablement dans un niveau de transe insuffisant. Il ne doit pas hésiter à répéter la métaphore de changement dimensionnel ou la changer si la précédente s'avère peu efficace. Un approfondissement supplémentaire avant chaque tentative peut améliorer les chances de réussite. Une fois "sur zone", il sera possible d'interroger explicitement ce qu'on y trouve (la présence de personnage facilite la tâche). Il est possible de faire un approfondissement pour "sortir de la zone" puis réutiliser ensuite la métaphore pour y retourner (note : il est très difficile, voir impossible de retourner dans le même cadre)


Feedback : Cette expérience peut s'avérer surprenante, énigmatique et troublantes. Il parfois difficile de se souvenir de certains élément, de comprendre/interpréter ce qui a été vécu, surtout à juste quelques minutes de la fin de la séance. Cette technique s'apparente à une puissante hallucination et peut de ce fait paraitre incohérente ou absurde. De plus, comme tout travail d'auto-hypnose, le quantum jumping requiert de la pratique et la discipline avant d'atteindre un certains résultat ou une réponse (note: le langage de l'inconscient n'est pas forcément le même que celui de la conscience)

en video : [4]