Confusion

De Street Hypnose
Milton erickson.jpg Ce bon vieux Milton Erickson vous prévient :
ceci est une ébauche d'article, il faut l'améliorer

Au sein d'une communication (hypnotique par exemple), plusieurs outils peuvent être d'une grande aide, afin de rendre notre message et notre communication plus efficace. Parmi eux, la confusion, qui nous intéresse ici.


L'utilité de la confusion

Créer une écoute non-analytique

La tendance naturelle de l'être humain est de décortiquer le contenu intraverbal (ce qui n'est pas de l'ordre du paraverbal) afin de comprendre le sens. Selon les individus, cette tendance est plus ou moins forte (particulièrement chez les personnes très analytiques).

L'intérêt est ici de complexifier sa communication, sans la dénuer de sens ou de logique, pour augmenter le temps nécessaire à la compréhension. Du coup, pendant que la conscience est focalisée au décryptage de la phrase, on enchaîne sur une autre, confuse, dont le sens n’apparaît pas de façon évidente, afin d'accentuer le temps de retard pris pour le décorticage. Et à mesure que les paroles confuses s'accumule, le volontaire prend de plus en plus de retard sur chaque phrase jusqu'à décrocher de la première phrase, puis de la deuxième, et ceux jusqu'à qu'il n'arrive plus à suivre et décroche complètement.

On apporte à ce moment là, la suggestion, simple et directe, qui apparaît alors si simple à appliquer.

A savoir qu'il existe différents type et sous-type de confusion :

  • la confusion verbale, qui consiste à briser la logique de construction d'une phrase, tant d'un point de vue sémantique que de son sens, afin qu'elle demande plus de temps à sa compréhension, pour créer cet effet retard

- confusion de compréhension, qui tient de l'enchaînement des mots et phrases difficilement compréhensible

- confusion de rythme, qui consiste à casser le rythme d'une phrase (ex : pour rentrer en transe, il suffit juste de pause fermer lentement les yeux et de pause se relâcher petit à petit) afin de créer de l'attente

- confusion de sens, où l'on joue avec les seconds degré ou les homonymes (ex : ce que je préfère en boite, c'est sortir faire une sortie ou sortir de la boite ? D’ailleurs on parle de boite de nuit ou de conserve ?)

  • la confusion sensorielle, qui consiste à stimuler un sens de façon de plus en plus logique, et de couper cette logique de stimuli, afin de la rendre imprévisible ou difficile à comprendre, à anticiper

- confusion du toucher (ex : " je vais poser cet index sur ton épaule, et le faire descendre au fur et à mesure " et puis stopper plus ou moins longtemps le doigt, de façon irrégulière, voir rajouter quelque léger toucher supplémentaire avec le pouce et le majeur)

- confusion visuelle (ex : faire des petits mouvements avec les doigts " suit mes doigts du regard " et déplacer sa main vers la gauche en la stoppant ainsi que les petits mouvements de doigts, de façon subite, et de redémarrer de façon inattendue)

Il est possible de le faire sur tout les sens voir plusieurs à la fois en le mélangeant à de la saturation, à vous d'être créatif

Passer une suggestion en fin de confusion

Il s'agit ici de placer une suggestion en fin de confusion, en profitant de l'augmentation de suggestibilité à la fin de la confusion. Le principe étant que le passage de confusion est tellement dur à comprendre, surcharge tellement le mental qui est occupé au déchiffrage du passage confus que l'arrivée d'une suggestion simple et directe va paraître très simple. C'est un peu comme si on nous parlait de tenseur, d'espace vectorielle, de série factorielle, et qu'après on nous demande combien fait 2+2, cette opération paraitra d'une incroyable simplicité, apparaitra comme une évidence. On exploite le même principe ici, de façon à présenter notre suggestion comme quelque chose de très facile.

Exemple pour une catalepsie des mains collées entre elles :


" Vas-y, appuie sur la main droite avec la main gauche, et avec la main gauche sur la droite. D'ailleurs tu sais que la main gauche est contrôlée par la partie droite du cerveau ? Et que la main droite est contrôlée par la partie gauche ? On appel ça la rétro-droite, enfin la rétro-droite de ton cerveau, donc la gauche.

Du coup quand tu appuie sur avec la main gauche sur la droite, donc commandée par la rétro-gauche, la partie droite, eh bien ta main droite appuie aussi sur la gauche, donc grâce à la rétro-droite, donc la gauche. C'est simple non ?

Et grâce à ça, tes mains vont encore plus se collé "


Mettre un ton d'évidence et de l'aplomb dans ces propos est la clé de la réussite, et rajouter une expression afin d'accentuer l'effet (ex : ça me semble évident n'est-ce pas ?) sur un ton très sur de soi permet d'accentuer l'effet.

A savoir que la confusion n'est pas que dans le contenu des mots, mais aussi sensorielle. C'est comme ça que Milton Erickson réalisé sa célèbre poignée de main cataleptique, par subtile toucher successif qui créait une confusion kinesthésique. Mimer le phénomène rajoute donc encore plus de confusion pour le volontaire qui va chercher la clé de la compréhension dans vos mouvements, qui seront là eux aussi pour rajouter de la confusion. Cela ne va que renforcer l'effet

Dans notre exemple, on poussera successivement nos mains vers la droite puis la gauche, et en changeant les cycles, type gauche-droite guache-gauche gauche-droite droite-gauche dorite-droite

Passer une suggestion durant la confusion

Là il s'agit de glisser une suggestion en plein milieu de la confusion, en profitant par exemple d'une rupture de rythme.

ex : " quand tu pose cette main sur cette table, est-ce que c'est ta main qui appuie sur cette table, ou bien c'est la table qui appuie sur ta main ? Si ta main ne traverse pas la table, c'est parce qu'elle est pause collée finalement à cette table. D'ailleurs, c'est la table qui est collée à la main ou la main qui colle à la table ? Finalement c'est de la physique, si l'un appuis sur l'autre pause et se colle, et que l'autre appuis sur l'un pause et se colle, c'est le principe des actions réciproque " pour faire une catalepsie de la main collée à la table

On peut également utiliser un stimuli sensoriel en guise de distraction au moment de glisser la suggestion, un mouvement de main ou un son particulier par exemple.

La construction de la confusion

Les négations

Le fonctionnement du cerveau humain est tel qu'il ne comprend pas la commande " ne pas ", en on comprend le sens mais inconscient c'est le reste de la phrase sans le sens de la négation qui arrive, on peut ainsi en tirer partis pour de l'hypnose afin de faire passer la suggestion à l'inconscient (partie sans le " ne pas ") et de faire passer une information inverse à la conscience, afin de créer la confusion et faciliter la prise de la suggestion.

Par exemple, ne pensez pas un éléphant rose. A quoi avez vous pensez ?

On ne peut faire exister l'inverse d'une chose qu'en pensant à cette chose (" donne moi l'inverse du noir ", on pense au noir), c'est ce principe qu'on exploite pour l'anti-suggestion, qui consiste à formuler un " ne pas " faire la suggestion.

ex : " surtout ne lève pas ce bras " pour faire lever un bras''

C'est d'autant plus subtil que si le volontaire dit que ça n'a pas marché, vous pouvez répondre un simple " ben évidemment, je t'ai dis ne pas lever ton bras "

L'anti-sens est également une notion difficile à comprendre pour le cerveau, il s'agit de prendre le "non" inverse du mot que vous voulez employé (ex : la gauche est la rétro-droite, le jour est la non-nuit, être debout, c'est ne pas être assis). Ainsi une phrase remplie d'anti-sens sera beaucoup plus dur à comprendre, donc plus lentement comprise, pour exploiter l'effet retard du mental de la confusion.

ex : " Je vais non-fermer cette porte qui mène au grenier non-lumineux remplie de coffre non-noir " (grossièrement)

A vous de rendre son emploi subtil.

Le temps

L'espace

Les erreurs à ne pas commettre

La confusion qui n'a pas de sens

Les abus de confusion

Les inductions parallèles

Saturation

Une combinaison de saturation avec une confusion peut participer à accroître la confusion.

(définition en cours de construction (pops), à laisser telle qu'elle)