La force des suggestions indirectes

L’un des principes du Milton-modèle inspiré d’Erickson est de laisser suffisamment de flou et d’imprécision dans le langage pour que le sujet puisse y intégrer son propre contenu. On va donc utiliser des termes qui sont eux-même vagues et imprécis afin d’éviter toute résistance inutile de la part de nos volontaires.

Ce que je souhaite vous apprendre avant tout, c’est qu’il faut sortir des sentiers battus. Arrêter de vouloir simplement copier Messmer ou un hypnothérapeute lambda. Ils ont défini leur style par rapport au contexte qu’ils ont choisi. Si vous n’êtes ni thérapeute, ni hypnotiseur de spectacle, il va falloir vous adapter.

Vous entendrez et lirez partout que l’hypnose de rue utilise les même techniques que l’hypnose de spectacle, à savoir l’hypnose classique (directe et autoritaire). Oui, mais pas seulement ! 
L’hypnose de rue ne se limite pas aux 10% plus réceptifs de la population que sélectionnent les hypnotiseurs de spectacles grâce à leurs tests de suggestibilité. Et se limiter aux suggestions directes comme ils le font vous amènera inévitablement une dose d’échecs supplémentaires.

Nos volontaires, c’est monsieur et madame tout le monde. Nous ne nous limitons pas aux personnes les plus réceptives. Il faut donc que nos méthodes soient le plus universelles possible. Et croyez-moi, Erickson était fort, très fort dans ce domaine. Alors pourquoi ne pas s’en inspirer ? On aurait tort de s’en priver !

Concrètement, cela donne quoi ?

Contrairement aux suggestions directes, les suggestions indirectes permettent de contourner plus sereinement un hypothétique blocage conscient. Elles doivent être énoncées de manière à ce que vos volontaires ne se rendent même pas compte consciemment de votre petit jeu, afin que vos suggestions atteignent directement l’inconscient.

Prenons l’exemple d’une suggestion très directe !

Dans quelques instants, ton bras va se lever et devenir de plus en plus léger, et à chaque fois que je claquerais des doigts il se lèvera deux fois plus vite

Avant même que l’inconscient ne puisse réagir à cette suggestion, vos paroles vont se confronter à de nombreuses réactions pas forcément positives de la part de la personne hypnotisée.

  • “Mon bras ne se lève pas alors qu’il vient de me le suggérer… C’est que ça ne doit pas marcher sur moi.”
  • “Bizarre, je sens des à-coups, mais je ne sens pas pour autant mon bras devenir plus léger.”
  • “Quand il claque des doigts rien de plus ne se passe, j’dois pas être très réceptif.”

Si la personne est très réceptive, les suggestions directes vont en revanche avoir un impact émotionnel très fort :

  • “Wow ! Il dit que mon bras se lève, et il se lève vraiment !”
  • “Je ne sens même plus mon bras tellement il devient léger !”
  • “C’est étrange, à chaque fois qu’il claque des doigts, je ressens comme une pulsion dans mon bras, comme s’il était propulsé !”

C’est ce qui fait le spectacle. C’est ce qui fascine et impressionne. Toutes ces citations, je ne les ai pas inventées complètement. Elles sont tirées de ma propre expérience, et vous rencontrerez certainement des personnes vous tenant peu ou prou ce même discours.

Prenons l’exemple cette fois d’une suggestion indirecte

Plutôt que de suggérer “ton bras va se lever”, il existe une multitude de moyens pour être plus permissif et obtenir des réussites souvent inattendues.

Dans un petit moment, si tu es d’accord et si tu acceptes de prolonger l’expérience, il va se passer quelque chose à l’intérieur de toi. Une sensation que toi seul peut reconnaître va alors émerger, aussitôt que ton inconscient aura acquis la certitude que tu es prêt à vivre une nouvelle expérience amusante. Et lorsque tu auras ressenti ce petit quelque chose, ce fourmillement, ce doigt qui bouge, cette sensation de chaleur ou de fraîcheur, peu importe (note : tout le monde ressentira un petit quelque chose, même infime, parce qu’en se concentrant sur soi, on re-découvre certaines sensations auxquelles on ne faisait habituellement pas/plus attention), tu pourras remarquer à quel point ce signalement est comme un feu-vert pour que ce bras s’élève dans les airs. A son rythme, tranquillement, comme s’il était emmené et tiré vers le haut par une force. Et cette force, c’est ton imagination. A mesure que tu te concentres davantage, que ta respiration devient plus calme, tu peux parvenir à imaginer toujours plus de détails. Une force d’attraction, des ballons remplis d’Helium qui vont tirer le bras de plus en plus haut, une soufflerie qui va propulser ce bras encore plus haut. C’est toi qui choisit ce qui te correspond le mieux, la métaphore qui pourra directement passer vers ton inconscient.

Tout le monde peut parvenir à rentrer dans cet état, pour peu qu’il le souhaite vraiment. Et peu importe que tu le sentes devenir très léger maintenant ou dans deux minutes. Il se pourrait tout aussi bien que tu le sentes simplement se lever peu à peu, par de petits à-coups.

Au final, l’objectif c’est que tu te surprennes à le sentir monter sans que tu n’aides ni ne résistes. Que tu goûtes cette sensation étrange que si tu le voulais vraiment, tu pourrais faire en sorte que l’expérience s’arrête instantanément, parce que c’est toi qui provoque tout ça. Moi je ne suis là que pour te guider vers le bon chemin à prendre. Et, là, tout de suite, tu peux simplement te laisser emporter un peu plus dans cette expérience nouvelle, cette découverte d’une autre partie de toi…

C’est presque une caricature pour vous montrer à quel point il est possible de suggérer des choses pendant des lignes et des lignes sans les suggérer vraiment. La puissance du dialogue indirect est là. On peut meubler, on peut reformuler, à l’infini, jusqu’à obtenir une réaction positive de l’inconscient.

On donne à notre volontaire une liberté dans le temps qui supprime presque toute possibilité d’échec.

Comme je l’ai fais pour la suggestion directe, essayez de trouver dans le paragraphe ci-dessus ne serait-ce qu’un élément où votre volontaire pourrait se dire très clairement “ah mais non, là ça ne marche pas alors je ne dois pas être réceptif”. Il n’y en a pas. Tout est formulé pour que la personne se sente en plein contrôle, et sa seule volonté repose sur le fait de donner le meilleur d’elle-même pour que la suggestion passe. Pour elle, pas pour vous. Elle devient active du processus. Elle se dit alors que si ça ne marche pas, c’est parce qu’elle n’en a pas fait suffisamment, ou qu’elle n’a pas trouvé “le bon chemin”. Et forcément, en souhaitant cette réussite, la plupart du temps, sans le vouloir, elle va la provoquer (pour votre plus grand bonheur également).

L’inconvénient de cette méthode, c’est que vous aurez des retours un peu moins “fascinés”. En se sentant actif du processus, ils seront agréablement surpris, mais pas autant que lorsque le côté mystique et fascinant de l’hypnotiseur de spectacle vient transcender le phénomène. Le “Wow !” provoqué par les suggestions directes sera moins explosif, et plus réfléchi avec les suggestions indirectes. On cherche à ce que la personne analyse ce qu’il se passe, comprenne, et puisse ensuite reproduire.

Mon petit secret…

Ma force : s’adapter à toutes les situations.

Mes séances d’hypnose se décomposent en plusieurs étapes :

  • Les tests => suggestions très directes pour juger la réceptivité de la personne,
  • Si très réceptif => suggestions directes, tout en prenant soin de bien expliquer que ce sont EUX les acteurs, et moi juste un guide. Vous pouvez relire mon dernier article si vous n’êtes pas encore tout à fait convaincu.
  • Si peu réceptif => suggestion indirectes, pour essayer de contourner certaines résistances. Et si les résistances “sautent”, je n’ai aucun mal à repartir sur des suggestions plus directes.

De la même manière, je ne cherche pas à ré-induire forcément entre deux phénomènes hypnotiques. Je cherche à minimiser la perte de temps, et si je peux aller droit au but j’y vais. Si je peux enchaîner les phénomènes hypnotiques à l’état de veille, je ne m’en prive pas !

Une autre arme : le discours indirect

On me dit souvent que…

Pas plus tard que tout à l’heure, une personne m’a dit que…

En prétextant vous inspirer de vos précédentes expériences, vous pouvez suggérer des choses très fortes. Parce que pour votre volontaire, parler au nom de quelqu’un va crédibiliser vos paroles.

Les politiques utilisent beaucoup cette arme vraiment très puissante. Souvenez-vous… “Pas plus tard qu’hier, dans mon département, j’ai reçu un courrier d’une jeune mère divorcée avec deux enfants et qui me criait son désarroi. Chers compatriotes, je vous ai compris. Quand je viens à votre rencontre, sur le terrain, et que vous me dites tous les jours combien trouver un emploi est difficile, je veux vous répéter que je ne vous laisserai pas tomber.”

Combien ont vraiment été sur le terrain ? Pas beaucoup. Mais ils parlent en votre nom quand ils s’adressent à votre voisin, et vice versa. Au final, tout le monde se sent touché, directement ou indirectement.

Avec l’hypnose, cela donne ça :

Il m’est souvent arrivé, lorsque je pratique la lévitation de bras, de sentir une force imaginaire tirer mon bras de plus en plus haut. Quelques fois même, je me surprends à rouvrir les yeux pour m’assurer que je n’ai pas rêvé et que personne ne tient mon bras, tellement la sensation peut devenir troublante. Est-ce que tu arrives à ressentir cette sensation si légère et agréable que tant de personnes avant toi ont réussi à ressentir ?

Petite curiosité :  le sujet de paille

J’ai un très bon exemple en tête lors d’une sortie en compagnie d’Aurélien. L’une des personnes hypnotisées se sentait toujours migraineuse après un réveil “classique” suggéré par Aurélien. Du coup, j’ai fais mine d’expliquer à Aurélien ce qu’il aurait pu faire pour éviter ça, alors qu’en réalité je m’adressais directement à la personne sous hypnose.

En fait, je pense que tu devrais simplement lui suggérer que la prochaine fois qu’elle ouvrira les yeux, toutes les sensations négatives qu’elle a associé à l’état d’hypnose auront complètement disparues. Mieux encore, tu peux l’aider à prendre conscience qu’elle n’a pas besoin d’avoir mal à la tête quand elle est sous hypnose. Cet état de bien être doit au contraire lui apporter uniquement des choses positives…

Aurélien a bien compris mon petit jeu, et s’est contenté de rajouter “1, 2, 3, tu peux ouvrir les yeux”. Et tout était rentré dans l’ordre, à sa plus grande surprise. Et pour ceux qui se poseraient la question, elle a très bien analysé le processus, en me disant “j’pensais pas que ça marcherait, vu que tu ne t’adressais même pas à moi directement”. L’un n’empêche pas l’autre.

A propos de l'auteur :

Passionné d'hypnose depuis l'été 2008, Jean-Emmanuel partage avec vous toutes ses expériences et son savoir faire afin de vous permettre d'apprendre l'hypnose dans les meilleures conditions possibles. Il est également auteur du livre "la voix de l'inconscient".

13 Comments

  1. Hypnotype 7 décembre 2012 à 17 h 46 min ␣- Répondre

    Bel article et complet, merci bien dans le même temps de faire connaitre la pratique de Erickson.

  2. Leti 7 décembre 2012 à 21 h 02 min ␣- Répondre

    Merci JE, article très intéressant et clair.
    Mais cette méthode n’est-elle pas contradictoire avec des inductions un peu “chocs”, type hand drop par ex., ou encore avec “dors !” ?

  3. Darkangel 7 décembre 2012 à 22 h 18 min ␣- Répondre

    Merci JE pour cet article ,
    Erickson a cherché une méthode qui s’applique à tout le monde .

    Le but était : ”no fail ” , tout le monde est hypnoptisable ,
    mais il y a chez certains individus des résistances qu’il faut vaincre .
    Sa méthode permet de les contourner et de passer outre
    ” l’esprit critique ” , notre ”petite voix”.

    Ces inductions pratiqués dans la règle de l’art par Erikson comprennent,une sorte de ”prétaulk” plus l’induction , le tout prenait en moyenne 2 Fois 20 minutes , en Street nous n’avons pas ce temps , c’est pour ça qu’il nous faut accepter l’idée qu’ en Street nous aurons encore des fails.

    Je pense donc comme toi que cette méthode ajoutée a nos techniques de Street va permettre de réduire notre taux d’échecs .

    En ce qui concerne la difficulté rencontrée par Aurelien :
    ” les sensations négatives qu’elle a associé à l’état d’hypnose auront complètement disparues. Mieux encore, tu peux l’aider à prendre conscience qu’elle n’a pas besoin d’avoir mal”
    Il y a plus simple à la fin de chaque séance , je termine par cette suggestion: ” et tu vas te réveiller en pleine forme, agréablement détendu , comme si tu avais fait fait une bonne nuit de sommeil récupératice. ” .

    • Jean-Emmanuel 7 décembre 2012 à 23 h 38 min ␣- Répondre

      Pour le réveil, c’est plus ou moins ce qu’il avait dit, sauf que ça n’avait pas suffit 😉
      Chaque personne est différente… Ne l’oublie pas ^^

  4. hypno61 8 décembre 2012 à 18 h 08 min ␣- Répondre

    C’est super! Peu à peu tu transmets tout le savoir éricksonien bien au delà du pari de départ, l’esbrouffe ludique. (Ce n’est pas méchant)

    Par curiosité, j’aimerais connaître ta profession actuelle et comment tu trouves tant de temps pour t’occuper si bien de ce site, avec une bienveillante modération que je salue.

    Avec ma plus grande sympathie

    PS Même si, à un moment donné, on peut tout savoir de la technique, sans la clinique l’hypnose ne restera qu’amusement.
    Tu as beau le dire constamment, le risque existe que certains outrepassent leur talent.
    Risque modéré…

  5. Jonathan 9 décembre 2012 à 23 h 09 min ␣- Répondre

    super article, merci pour tous ces articles c’est vraiment passionnant

  6. Jonathan 9 décembre 2012 à 23 h 12 min ␣- Répondre

    moi aussi je voulais vous demander l’hypnose c’est votre métier? vous êtes hypnothérapeutre??

  7. Jonathan 9 décembre 2012 à 23 h 14 min ␣- Répondre

    et finalement l’image elle veut dire quoi?

  8. Dov 22 décembre 2012 à 11 h 24 min ␣- Répondre

    Il existe bel et bien un art de la suggestion directe. C’est un art subtil et délicat. Celui-ci n’est pas donné à tout le monde et demande un travail énorme de l’hypnotiseur sur lui même (Confiance en soi, connexion, profondeur, capacité de transmettre).

    Il n’y a pas plus indirecte qu’une suggestion directe, car celle-ci transpire des milliers de choses (Confiance de l’hypnotiseur, réussite de l’expérience, croyance aux capacités du sujet, etc.) c’est de là qu’elle tire toute sa puissance.

    Elle se transmet de tout son être avec son corps, son regard, sa voix.

    L’art réside aussi à ne pas rentrer en conflit avec son sujet (ou en défi hypnotiseur/hypnotisé). Le faire rentrer dans une expérience agréable qu’il a envie de découvrir, de vivre. Là, c’est plus une question de subtilité de l’hypnotiseur que de suggestions directes ou indirectes.

    L’hypnotiseur habile sait créer toutes ces petites choses qui vont faire que ses suggestions directes vont passer (confusion, surprise, enchainement d’expériences réussies, fascination, etc..).

    Il n’y a pas mieux que la suggestion directe pour contourner les résistances (si,si). Bien transmise, elle permet de subjuguer un sujet, de le fasciner et créer ce Wouhhhaaa en lui, à partir de là, les portes se retrouvent grandes ouvertes (souvent, il n’y a même plus de porte).

    Bien sûr, tout est question de cadre.

    L’image de l’hypnotiseur bourrin donnant des suggestions directes sans aucune subtilité et cela à seulement 10 % des sujets ultras sensibles reflète peut être une certaine réalité, en tout cas, pas celle de l’opérateur averti.

    Très bonne fête à tous

    Dov

    • Jean-Emmanuel 26 décembre 2012 à 14 h 28 min ␣- Répondre

      Merci Dov pour ce recadrage important et parfaitement vrai. Je ne l’aurais pas mieux dit. D’ailleurs, si tu souhaites approfondir un peu ton commentaire (en rajoutant quelques détails et exemples supplémentaire) je serais ravi de le poster en tant qu’article à part entière sur le blog. Tu as une belle écriture, et il serait bête de s’en priver 😉

  9. Olivia 30 janvier 2018 à 13 h 13 min ␣- Répondre

    Bonjour,

    Votre article est très intéressant mais est-il possible de contrer une suggestion indirecte par une autre suggestion indirecte ?
    Pour s’amuser, une amie de ma fille qui pratique l’hypnose lui a suggéré de placer sa main contre son oreille dans certaines circonstances et elle n’arrive pas à se défaire de cette habitude. Rien de bien méchant, c’est une blague entre amies, mais je me demande s’il est possible d’inverser cette suggestion et, si oui; comment procéder ?
    Merci d’avance pour votre réponse. 🙂

    • Jean-Emmanuel 30 janvier 2018 à 16 h 28 min ␣- Répondre

      Il suffit de donner la suggestion à son inconscient d’enlever ce comportement, avec une petite séance d’hypnose rapide. On peut aussi rajouter un peu de signaling (afin de demander à l’inconscient s’il est bien OK avec tout ça) Après, cette amie, sans s’en rendre compte certainement, n’a pas été très bienveillante en suggérant quelque chose qui dure au-delà de la séance d’hypnose.

Laisser un commentaire