Aller au contenu
Forum Street Hypnose

Classement des membres actifs

The search index is currently processing. Leaderboard results may not be complete.

Popular Content

Les messages ayant été le plus appréciés depuis le 13/08/2013 dans l'ensemble du forum

  1. 29 points
    Il y a de ça un peu plus d'une semaine, j'étais dans un bar avec des amis. J'entame une séance sur quelqu'un que j'avais déjà hypnotisé une fois, mais cette fois-ci je lui propose de découvrir des choses un peu plus exceptionnelles que les routines classiques. J'entame donc ma séance par une synesthésie des couleurs et des sons, en lui proposant de mettre les sons dans la main droite et les couleurs dans l'autre. Et là, 1ère surprise, je ne le savais pas mais il avait déjà une synesthésie naturelle. Celle des auras. En effet il pouvait déjà voir les auras des gens naturellement en fonction de la façon dont il percevait leur personnalité. La synesthésie que j'avais commencé à lui mettre en place, au lieu de lui en donner une nouvelle, a énormément amplifié celle qu'il avait naturellement. Le surplus d'informations qu'il percevait lui a même légèrement donné mal à la tête "comme si on faisait pression sur un coté de sa tête" m'a-t-il affirmé. Bien entendu je lui ai proposé de diminuer l'intensité de la synesthésie afin que cela se calme. Il m'a par la suite dit énormément de choses très intéressantes sur les gens qui nous entourait en décrivant leurs auras et en prononçant des mots qui lui venaient à l'esprit. Mais si cela était déjà très intéressant en soit, ce n'est pas ça qui m'a mis les larmes aux yeux lors de la séance. Mon ami et volontaire avait eu, étant plus jeune un accident, lui laissant un index avec une phalange manquante ainsi que le majeur légèrement déformé. Il avait donc énormément perdu en mobilité et ne pouvait plus plier l'index normalement. De plus chaque fois qu'il touchait quelque chose avec un de ces doigts, il ressentait une très grande douleur en plus d'une douleur permanente qui durait depuis 14 ans! Je ne savais pas encore pour la mobilité et la douleur, mais à la fin de la synesthésie, je remarquai qu'il regardait sa main blessée avec insistance. Il me dit alors qu'il avait l'impression d'avoir retrouvé son doigt. Il approcha son index de mon torse et fit mine de me tapoter sans me toucher. "Là je te touche" me dit-il.Les symptômes du membre fantôme donc. Près à devoir gérer une abréaction, je lui ai proposé de tout remettre comme avant lorsqu'il m'arrêta en disant l'expérience était vraiment fantastique et qu'il voulait que je lui laisse encore quelques instants. Il avait les larmes aux yeux d'émotion et c'était vraiment très touchant à voir. Je le laissais apprécier encore un petit moment en ajoutant toutefois des fusibles afin qu'il ne soit pas trop déçu lorsque tout reviendrait à la normale. Puis, il entra doucement en transe (j'entends ici relaxation), accompagné de fusibles tout au long du voyage. Etant donné qu'il m'avait mentionné sa douleur au doigt, j'en ai profité pour voir si je ne pouvais pas faire un petit quelque chose pour lui. Je propose donc à son inconscient de comprendre que les signaux de douleurs liés à l'accident et envoyés dans ce doigt ne sont plus utiles. Que bien que cela soit parti d'une bonne intention, cela remet même en cause sa sécurité et qu'il serait bien plus bénéfique pour lui d'arrêter de monopoliser des ressources à envoyer ces signaux. J'ai développé plus longuement que cela bien sûr, mais l'idée est là et c'est ce qui compte. A son réveil, mon ami Alexis m'a regardé droit dans les yeux, les siens brillants d'émotion (il m'a dit qu'il ne pouvait pas pleurer à cause des fusibles, j' étais peut-être allé un peu fort mais cela me semblait justifié ) Avant toute chose, il a sortie son briquet, replié son index dessus, en constatant qu'il pouvait le tenir parfaitement. Il a replié son doigt au maximum, il touchait sa cuisse avec l'index et le majeur il tapotait dessus avec une bonheur évident. Puis, il m'a dit un simple "merci" qui m'a touché droit coeur. Il m'expliqua ensuite qu'il ne ressentait plus aucune douleur et qu'il avait retrouvé 100% de sa mobilité au niveau de l'index endommagé. Je n'imaginais pas à quel point sa douleur devait être forte avant, car il m'appris alors qu'il avait pris rendez-vous pour l'amputer car bien que cela ne présente pas de danger pour lui, les médecins ne savaient pas quoi faire pour sa douleur. Je pense que je me souviendrai toute ma vie de cette séance qui est allée jusqu'à me donner envie pleurer (et à ma copine qui observait en spectatrice aussi ). C'était touchant et émouvant, je tiens ici à remercier J-E grâce à qui j'ai pu découvrir l'hypnose, une passion qui a transformé ma vie depuis maintenant 1 an. Et merci à toi lecteur ou lectrice d'avoir lu mon compte-rendu entièrement
  2. 28 points
    Hello, Je viens vous faire part d'une chouette séance réalisée avec une amie hier soir ! Cette amie fait énormément de dessin en tout genre, peinture, etc, et est plutôt attaché au domaine artistique. Je l'avais déjà hypnotisé plusieurs fois, et elle s'avère plutôt réceptive à l'hypnose ! On a donc décidé toute les deux de faire une séance en liant Hypnose et Dessin. C'est donc des dessins automatiques que je viens partager ici ! Elle a réalisé 6 dessins automatiques avec chaque fois des nuances différentes apportées dans les suggestions... Chaque dessin été réalisé avec les yeux fermés, en laissant le dessin se faire inconsciemment, mais en gardant le conscient observateur de la situation. C'est parti : 1 - Pour commencer, on a simplement lancé un dessin automatique sans aucune suggestion supplémentaire que de lancer celui-ci, et ça a donné ca : On y perçoit donc une fleur qui sort d'une boite, et une fille tenant un ballon en forme de cœur. 2 - Pour le deuxième dessin, on apporté 3 mots sur lesquels devaient être basés le dessin auto : Rêve-Espace-Chocolat. Et voila ce qu'on a eu : C'est un peu moins clair pour celui la, mais après en avoir un peu discuté avec Alicia, on a quand même repéré en haut un nuage avec une lune ainsi que des petites étoiles un peu partout, et une fusée en bas a droite pour l'espace et une tasse de chocolat chaud au centre pour le chocolat. A vrai dire, je ne me souviens plus de ce a quoi correspondent les dessins à droite, mais il me semble qu'on avait aussi trouvé un lien avec le rêve. 3 - Pour le 3ème dessin, on a demandé à l'inconscient de passer un message à Alicia à travers son dessin. Le voici donc : > On observe assez clairement deux oiseaux, et si on avait pas compris, on est même aidé par un "Piou" ! A coté des oiseau on a même une cage, avec la porte ouverte ? Alicia m'a expliqué ensuite qu'elle avait perdu son oiseau quelques jours plus tôt. Pour le dessin tout en bas, on vois un lit. Je l'ai question sur la barre horizontale qui a été rajouté au dernier moment au dessus du lit. D'après elle c'est parce que ce soit être un lit a baldaquin puisqu'elle dit en avoir toujours voulu un. Et pour le coup, le lit semble un vrai message passé à Alicia, puisqu'avant de faire ces dessin automatique, on avait fait une écriture automatique et l'on avait obtenu "Dors maintenant, tout de suite, avec lui, profite, tu es fatiguée." Apparemment, Alicia avait besoin de sommeil ! 4 - Pour le quatrième dessin, on a demandé un dessin esthétique, en ayant pour seul souhait que ce dessin soit joli. Et voila : Ici on a aucune difficulté à reconnaitre un escargot et un papillon. Pour le dessin en haut a gauche, il semble que ce soit une fleur. On s'est même aperçu qu'en tournant la feuille du'n quart de tour dans le sens inverse des aiguilles d'une montre, le cœur de la fleur ressemble énormément à un visage ! Après, on ne sait pas si c'est simplement une perception vu par la suite, ou si c'était une volonté dans le dessin de base... 5 - Pour le cinquième dessin, On a demandé à ce que, pendant que le dessin auto se faisait, Alicia perçoive dans sa tête une image identique à ce qui est dessiné : Et la, effectivement, elle visualisait dans sa tête le dessin, et m'a affirmé, après avoir ouvert les yeux, avoir eu exactement cette image la ! La, c'est un peu comme si l'inconscient d'Alicia lui parlait directement en précisant "toi" à coté du dessin. Effectivement, on a vite reconnu a droite Alicia, assise en tailleur, tel qu'elle l'était lors de la séance. Pour la petite anecdote, voici l'explication de ce qui est écrit à coté : Pour chaque dessin auto, je demandai à l'inconscient de faire monter le bras une fois que le dessin était terminé afin de nous le faire savoir. Ducoup, pour ce dessin la, lorsque j'ai eu l'impression que le dessin était terminé mais que le bras ne remontait pas, j'ai précisé "Le bras pourra simplement remonter lorsque le dessin sera terminé" , ce a quoi j'ai obtenu pour réponse "Non" qui s'est écrit sur la feuille. J'ai donc demandé ensuite si c'était parce le dessin n'était pas fini, et voila un deuxième "Non". Alors j'ai demandé si c'était plutôt que l'inconscient ne voulait pas faire monter ce bras, et la, bingo, "Oui". Est-ce que tu aimerais une autre façon de nous dire que tu as terminé le dessin ? "Oui" Très bien, alors quand tu aurai fini tu pourras nous le signaler sur cette feuille "Ayé" Alicia m'a ensuite dis qu'elle commençait a avoir un peu mal au bras à force de le maintenir un peu en l'air ou dans des positions inhabituelles. C'est donc sans doute pour ca que l'inconscient ne voulait pas faire remonter de nouveau le bras ! Je trouve ca quand même merveilleux. 6 - Pour le dernier dessin auto, on a demandé à ce que l'inconscient choisisse un objet présent sur la table, le prenne, et le reproduise de la façon la plus fidèle possible. L'inconscient à choisi le poivre présent sur la table. A ce moment la, Alicia me parlait, pendant que ces mains semblaient prendre des repère pour réaliser la reproduction. Alicia m'a expliqué qu'elle se demandé comment son inconscient allait s'y prendre, s'il allait directement reproduire la forme du poivre, ou si, comme elle l'aurait fait si elle avait eu a la faire consciement, il allait d'abord faire un rectangle puis ensuite se servir de celui si pour faire la reproduction... A ce moment la, j'ai donc bien répété à l'inconscient qu'on voulait une reproduction la plus fidèle possible. Et la, on a plutôt bien rigolé ! La main d'Alicia a pris le poivrier, l'a posé sur la feuille, et en a fais directement le contour ! Aucune donc des solutions auxquelles pensait Alicia, mais pourtant une solution bien futé pour ce qu'on demandait ! Un truc que j'ai noté, c'est que, même les yeux fermé, à aucun moment un dessin n'a été dessiné par dessus un autre dessin ! Alicia a trouvé de l'inspiration dans certains des dessins inconscients , pour en refaire ensuite à partir de ceux-la. Ducoup, je lui ai montré comment relancer des dessins auto en auto-hypnose pour quand elle en aurait envie (: C'était vraiment une chouette séance, tant de mon point de vue que de celui d'Alicia. Voila voila (:
  3. 28 points
    Coucou les gens ! Libre aux admins de déplacer mon sujet, je savais pas où le mettre en fait ! Je voulais juste vous partager ma fierté et mon bonheur de pouvoir enfin présenter de façon professionnelle dans une salle reconnue à Montréal ! Un magicien metteur en scène m'a pris sous son aile pour changer mon image et scripter mon spectacle pour le présenter pour la saison 2015 du Cabaret le Fripon, dans le vieux Montréal. Voici l'affiche : Ce sera 1 samedi par mois durant 6 mois, et j'espère que ça m'ouvrira de belles portes !
  4. 26 points
    iago

    Une pancarte

    Hello les chats, Je vais me commander une petite pancarte, et du coup j'ai bricolé ça :
  5. 25 points
    Bonjour à tous, Il y a eu de bonnes émotions samedi dernier. Marco a fait une très bonne séance avec une volontaire –d’un certain âge - (qui était dans un grand état d’attente et qui a fini couchée sur le parvis, des feuilles mortes plein les cheveux, mais vraiment heureuse et apaisée, ainsi que sa famille autour, sa mère –adorable petit grand-mère- et sa fille -qui filmait -) Et il y a l’excellent post de Medhi (http://street-hypnose.fr/forum/topic/6307-une-suggestion-miracle/ - n’hésitez pas à liker, il est jeune ça lui fera plaisir -) et la petite discussion que nous avons eu à ce propos m’a donné envie de partager quelque chose avec vous. Cette expérience date d’un certain temps, et je ne savais pas trop comment la raconter à l’écrit. Et, même à l’oral, c‘était pas évident. Pour le moment je ne l’avais conté qu’à quelques proches et seulement à quelques hypnos (Gaelle, JE, Valentin et dernièrement Medhi pour ne pas les citer) un peu par hasard. Mais, bon, allez, si je peux vous faire ressentir une parcelle de cette expérience, c’est déjà pas mal. J’ai fait des recherches et il y a un autre post sur le forum qui raconte une expérience similaire (http://street-hypnose.fr/forum/topic/3753-quand-lhypnotis%C3%A9-surprend-lhypnotiseur/) . Un neuropraticien m’a parlé aussi de cas de cécité suite à un trauma psychologique. Les cas ne semblent pas si rares. Mais je m’éloigne du sujet. Prenez quelques calmes inspirations et allons-y : Jeune hypnotiseur (enfin, n’exagérons rien, c’était il y a moins d’un an), j’affectionnais beaucoup les illusions sensitives. Le fruit merveilleux par exemple (ca ressemble à une fraise, ça a l’odeur du citron et ça a le gout de la cerise) me plaisait beaucoup et plaisait aussi aux volontaires. C’est donc une suggestion que j’utilisais. Il advint donc que je la fis à une sympathique volontaire (qui avait apprécié nombres de suggestions précédentes et qui était bien bien partie). La volontaire, en transe voit, hume, goute et sort de transe en pleurant … Houlà, que se passe-t-il ?? Je pense à une abréaction (ouais, on y pense toujours) mais la volontaire parait calme… si ce n’est qu’elle pleure à chaudes larmes, vraisemblablement extrêmement émue. -« Que se passe-t-il ? Tu pleures ? » -« Je l’ai senti, je l’ai senti …» les larmes coulent toujours -Sourire « Oui, c’est normal, c’est le principe de cette suggestion’ -« Mais je l’ai vraiment senti …. » -« Vraiment… oui et non. Ton inconscient a rappelé ou a imaginé une odeur… » -Elle pleure toujours « Et là je sens les beignets …. » (il y avait un stand de churros pas loin) -Je souris « Oui, mais là ce n’est pas une illusion, regarde, il y a un marchand juste derrière toi « -Les larmes redouble « c’est magique ….. » -« Ok, on va s’assoir quelques minutes, toutes les suggestions disparaissent, tu vas commencer à t’apaiser doucement et tu vas me raconter ….» Et elle me raconte qu’elle a eu un accident de voiture. Son frère a aussi été pris dans cet accident (et il en est resté paralysé). Elle n’avait quand à elle eu quasiment aucun dommage physique mais depuis elle avait perdu le sens de l’odorat. Cela s’appelle l’anosmie. Elle avait eu droit a toute une batterie de tests et d’examen, aucune lésion physique n’a été détectée. Aucun traitement n’a été prescrit. Elle vivait très mal cela (et aussi la situation de son frère, on est d’accord) car outre la perte de saveur (allez, interprétons allégrement et symboliquement, la vie perdait de sa saveur) elle avait aussi un manque de confiance (est-ce que je ne sens pas mauvais ? et autres ), se souvenait moins bien (… la madeleine de Proust ainsi que toute la théorie de l’association odeur/souvenir/emotion), se sentait (pas de jeu de mot) de plus en plus mal à l’aise en société et déprimait de plus en plus. Et, là, elle sentait à nouveau. On a longuement discuté, on s’est un peu promené, on est rentrée dans une parfumerie (ouais, c’est peu être un peu violent mais sur le coup ça m’avait semblé une bonne idée) et c’était assez formidable. Je lui ai passé mon numéro au cas où. Elle m’a appelé quatre cinq fois (dont une fois le soir et une fois le lendemain) au cours des mois suivant. Son sens de l’odorat était définitivement revenu. Elle est passée une fois un samedi, alors que j’avais rejoins les street hypnotiseur, pour me remercier (j’avais pourtant martelé que c’était elle et uniquement elle qui avait fait le chemin) et me dire qu’elle était passée dire au revoir car elle était contente et avait décidé de voyager un peu. L’hypnose, c’est des bon moments, des fous rires, du partage et c’est aussi des fois tout simplement magique. Cela change parfois la vie du volontaire. Et parfois et surtout l’hypnotiseur. J’aimerai que vous ressentiez ce que j’ai ressenti et que je ressens encore à me le rappeler. Prenez quelques calmes inspirations et, pendant quelques minutes, imaginez.
  6. 23 points
    Hey bandes d'hypno ! Bon, tout d’abord, voici la légende : ███ Point de vue de mélo ███ Mon point de vue Bref ! Pour re-contextualiser, Mélodiction est venue deux jours à Toulouse, et elle à dormis chez moi. C'est après une journée pleine de rigolade et d'hypnose entre nous, qui se ponctue par une ENOOOOOORME pizza (merci J-E pour l'adresse) Fin bon, c'est après ça que nous nous retrouvons seuls sur un banc au centre ville à discuter C'est alors que je lui propose de lui faire vivre ma suggestion préféré : "L'augmentation des sens" Pour ceux qui ne connaissent pas cette suggestion ou pas sous ce nom la, elle consiste à suggéré a une personne que tous ces sens serons 10 fois plus puissants, "par exemple pour l'ouïe : Ton ouïe sera 10 fois plus développé, ça veut pas dire que tu entendra 10 fois plus fort, mais 10 fois plus distinctement ; Pareil pour la vue, j’aimerais que ton cerveau se concentre juste assez pour que tu puisse voir les choses 10 fois plus précisément." Le gros avantage de cette suggestion, c'est que ce n'est pas une hallucination. Je laisse la main à mélo pour quelle vous raconte ce qui s'est passé. Mehdi s'en va, Mélo arrive. Alors voilà, je prend le relais... Lorsqu'il m'a passé la suggestion, je ne m'attendais pas du tout à ce qui allait suivre... Je m'attendais à quoi ? A une jolie suggestion qui me ferai percevoir les choses un peu différemment, et utiliser mes sens un peu autrement... Mais quand j'ai ouvert les yeux, j'ai cherché ce qui avait changé, et j'ai du contenir mes larmes quand je l'ai compris... Pour bien imaginer et comprendre la situation, vous avez besoin de savoir que suite à un incident, j'avais perdu quelques jour la vue a 11 ans. J'avais récupéré en grande partie celle-ci dans les jours qui ont suivi, mais il me manquait encore un bout de ma vision de mon œil droit, que j'ai continué à récupéré progressivement dans les années suivantes. La taille de mon champs visuel à donc était suivit à 3 ou 4 reprises sur ce laps de temps, jusqu'à ce que l'on me dise que j'avais tout récupéré. Et pourtant, dans la vie de tout les jours, j'avais l'impression qu'ils s'étaient trompés, puisque je constatai encore un manque sur la taille du champs visuel de mon œil droit. Quelque chose comme 1/4 ou 1/3 en moins... Ce n'était pas handicapant, mais plutôt perturbant, d'avoir l'impression de voir plus à gauche qu'à droite. Bref, revenons-en a nos moutons... Le mouton entre. Quand j'ai ouvert les yeux j'ai réalisé que je pouvais profité de l'intégralité de mon champs visuel... Je vous laisse imaginer l'effet que ça m'a fait. Ce bout de vue que j'avais plus depuis 8 ans, et dont j'étais sur qu'il était endommagé et que je ne le retrouverait pas, je venait de le récupéré. Je pouvais voir autant à gauche qu'à droite... J'avais vraiment envie de pleurer sur le moment. Je me suis même demandé si c'était pas juste une hallu passé je ne sait comment... C'était juste Wooow. Je rend la main au gamin ! Le gamin rentre ; mélo et le mouton sortent. Je reprend la main ! Finbonbref, une fois que mélo m’a éxpliqué tout ça, et après quelque «mini-test» pour voir à quel point on peut rendre ce bout de vu, Nous avons décidé de (pour la soirée) retourné chez moi pour finir tranquillement, que l’on aurait tout le temps de voir ça (Haha, blague) le lendemain. Voici une phrase transitoire. Le lendemain matin, suite à un bon gros fractionement, une fois mélo en transe j’ai essayé de voir avec un signaling de discuté tranquillou, genre : -Coucou -Oui -ça va ? -Oui -Je personnifie beaucoup l’inconscient des gens en générale, mais au finale, tu n’est pas une autre personne, tu est juste une partie de mélo, n’est-ce pas ? -Oui -On pourrais même dire que tu fait partie de son cerveau, sa tète, n’est ce pas ? -Oui -Et en tant que cerveau, tu ne veut que le bien de mélo, tu ne veut que ton bien au final, c’est ça ? -Oui -Bien, du coup hier on a vu que tes yeux sons en très bon état, que du coup, ce bout qu’il manque n’est qu’une barrière psychologique (une croyance limitante quoi !). -Double oui -Du coup, j’aimerais que ton cerveau utilise la concentration nécessaire pour faire «pété» ces barrières inutiles et qui te limite dans l’utilisation de la pleine capacité de ta vu. -Oui ... En gros on a continué ça un petit moment et en faisant des test en fixant un point et des «Tu me vois la ?!? » Fin au final mélo avait une petite douleur dans la zone à droite de l'œil droit., surement du a je ne sait pas trop quoi... Peut-être à un manque d'habitude, on s'est un peu appuyé dessus et enlevée juste après. Et pour finir (vraiment (Si si, je vous assure !)) on a re-passé une suggestion pour quelle constate a quel point la vu à changé, en lui permettant de voir avec le "avant" puis avec le "après" Je laisse mélo conclure ! Mélo entre (encore une fois...). La différence entre le avant et le après m'a vraiment fait prendre conscience que ça avait marché et que tout cela venait de se passer. Que, finalement, ce petit bout qu'il me manquait n'était qu'un bloquage psychologique que j'avais depuis 8 ans, et qu'on venait de débloquer involontairement. C'était juste fou... Suite à tout ça, voila comment ça s'est passé pour moi dans les quelques jours qui ont suivi (De mardi jusqu'à aujourd'hui quoi...) : Globalement, j'ai gardé ce bout de champs visuel en plus ! Ce pendant à certain moments, il n'est plus présent, et je vois de nouveau comme ces 8 dernières années. Mais dans ces moment la il suffit simplement que je me concentre un peu dessus pour le faire revenir. C'est certainement le temps que je m'habitue a cette "nouvelle réalité". Aussi parfois, j'ai ce nouveau champs visuel, mais je vois comme une trace, une séparation qui marque le champ visuel précédent et le nouveau. Encore une fois, une question d'habitude j'imagine ! Je continue donc de travailler un peu dessus pour l'avoir en permanence. Bref, deux choses sont certaines : 1-l'hypnose, c'est cool. 2-la phrase précédente est un euphémisme. Voilà voila !
  7. 23 points
    On ne le dira jamais assez, le pré-talk est déterminant à la réussite de l'hypnose qui le suit. Du haut de ma courte expérience, j'ai affiné ce point que j'avais très vite identifié comme un point faible chez moi, ce qui m'a d'ailleurs servi à d'autres égards dans la vie, vu qu'il s'agit aussi d'un exercice de communication et de séduction au sens le plus large du terme. Il faut en effet approcher des gens, interrompre ce qu'ils sont en train de faire, saisir et retenir leur attention, se présenter, inspirer confiance, paraître sympathique, proposer une séance d'un truc dont ils n'ont pas besoin et qu'ils voient généralement comme négatif, le démystifier mais pas trop pour ne pas perdre l'intérêt.Le tout en le moins de temps et de mots possible, car la rapidité et la simplicité sont la clé de beaucoup de choses, et le pré-talk n'échappe pas à la règle. Je partage donc mes modestes "découvertes" dans l'espoir que des débutants qui ne se sentent pas à l'aise avec l'exercice puissent y trouver de l'aide. Je rappelle aussi, comme c'est écrit dans le titre, que j'officie sans la traditionnelle pancarte "Hypnose gratuite". Je n'aime pas le procédé pour plusieurs raisons que je ne détaillerai pas, à l'exception d'une : aborder un groupe à froid permet de commencer le pré-talk par une rupture de pattern, et cela présente le double avantage d'empêcher les gens de réfléchir personnellement à des raisons de ne pas le faire, mais aussi d'en discuter entre eux (et d'éventuellement se faire étouffer par la pression du groupe si le climat général est à la réticence). Evidemment, ce que je propose ici n'a rien d'exceptionnel ou de particulièrement original/audacieux. Je le partage simplement parce que cette version fonctionne bien pour moi, j'ai enlevé ou ajouté des choses du pré-talk "scolaire" en fonction de ce que je trouvais qui marchait bien ou moins bien. Voici donc les points clés : 1- Approcher le groupe et se présenter (prénom, hypnotiseur de rue). 2- Expliquer la démarche : "Je me propose de faire découvrir gratuitement (n'oublions pas qu'on n'a pas de pancarte qui le précise !) et de façon ludique l'hypnose". J'ajoute généralement une petite flatterie du type "J'aborde les groupes sympathiques, comme le vôtre" ce qui véhicule inconsciemment le sentiment d'avoir été choisi et donc de bénéficier d'une opportunité que tout le monde n'aurait pas eue. C'est moins trivial que c'en a l'air, la dernière chose qu'un hypnotiseur de rue souhaite, c'est qu'on accepte par pitié plutôt que par envie 3- Voir les réactions (positives ? négatives ? polarisées ? tièdes ?) et identifier les potentiels volontaires et les réfractaires (qui ne sont pas forcément les moins réceptifs si on arrive à les convaincre !) 4- Si les réactions sont négatives, demander le pourquoi de ces réactions pour mieux y répondre. 5- Si les réactions sont positives, se joindre à l'euphorie et expliquer un minimum les points suivants. 6- Dans tous les cas, demander ce qu'ils savent de l'hypnose (écouter, c'est important ). Si je juge cela nécessaire suite à leur retour, j'explique les trois grands courants (thérapie, spectacle, rue) mais j'essaie de m'en passer autant que faire se peut, ça rallonge le pré-talk et c'est rarement vital. 7- Points "rationnels" : L'hypnose est un état de conscience modifié, c'est un état naturel, on en traverse tous les jours (notez qu'ici un argument fallacieux est utilisé : si c'est naturel, ça ne peut pas faire de mal)Les enfants notamment sont capables de se laisser aller à leur imagination au point de superposer deux réalités : l'imagination et la concentration sont la base de l'hypnose ! (pousser le groupe à se remémorer cette capacité étant enfant aide beaucoup par la suite, et véhicule un sentiment généralement agréable et familier d'émerveillement et de curiosité)On ne peut pas rester "coincé" dans cet état. J'ajoute souvent une blague sur le fait que dans le pire des cas, si je meurs pendant la séance, ils diront "Oh, dommage" et ils s'en iront, comme si ma mort n'avait aucune importance. Généralement, ça fait rire.On en peut pas faire faire de choses qui vont contre la volonté, les valeurs ou la sécurité du volontaire ; c'est un fusible classique auquel j'adjoins souvent une petite blague. Si c'était si simple, les rues seraient remplies de méchants de James Bond qui braqueraient les banques avec l'hypnose.On ne dort pas sous hypnose ! C'est ce qu'on croit parce que c'est ce que véhicule l'imagerie des spectacles, mais ce n'est pas le cas en vrai. On est simplement très concentré.8- Et enfin, j'ajoute, avant de passer aux jeux, un point qui m'apparaît de plus en plus comme très important : je précise que d'une part, l'hypnose requiert une participation active du sujet, via sa concentration, son imagination et son lâcher-prise, et que d'autre part, contrairement à une idée reçue, il est très facile de résister à l'hypnose. Le vrai challenge consiste en fait à y entrer. J'ai en effet souvent rencontré des gens qui se targuaient fièrement de résister à mon hypnose ; lorsque cela arrive, je leur dis immédiatement "Et tu n'auras aucun problème à y résister ; tout le monde est capable d'y résister, ce n'est pas la marque d'un esprit fort, bien au contraire". Ce petit tacle sert à couper l'herbe sous le pied de gens qui pensent qu'entrer en hypnose est une faiblesse d'esprit. Cette vision est hélas très répandue, parfois à un niveau inconscient. C'est pourquoi j'ai ajouté ce point systématiquement à mon pré-talk. 9- Parfois, on me demande ce que ça m'apporte et pourquoi je le fais (surtout gratuitement, ce qui ne manque pas de rendre perplexes certaines personnes). Dans ce cas précis, j'explique qu'il s'agit pour moi d'un hobby, comme un magicien qui ferait des tours de cartes, que l'hypnose est extrêmement relaxante dans le pire des cas et merveilleuse et amusante dans le meilleur, et que j'aime bien faire découvrir ça aux gens et voir leurs réactions ravies (ce qui, au passage, exclut la possibilité d'un échec mais aussi d'une issue désagréable ou décevante, ce qui est un conditionnement important) En vrai, ce pré-talk, qui a l'air très copieux à l'écrit ne devrait pas vous prendre plus de 2 ou 3 minutes (ce qui est déjà assez long en fait !). Evidemment, il faut s'adapter si on voit que les gens ont compris certains points avant même de les évoquer. Le but n'est pas de les assommer d'informations Voilà, en espérant que ça serve à quelqu'un !
  8. 23 points
    Le tout est d'inspirer confiance.
  9. 22 points
    La bonne journée ! J'ai cru que ces quelques anecdotes ne méritaient pas que j'en parle sur le topic (l'habitude sans doute) mais paraît-il d'après le Hangout que c'est pas banal pour "la norme" des hypnotiseurs de rue, on va dire. C'est donc dans la gaité, l'ivresse de la joie et l'allégresse que je partage ces anecdotes. (c'est du sarcasme) Hier pendant une séance, classique je dirais, rien à dire dessus, je suis observé par le public de mon côté de la rue, peut-être 15/20 personnes à ce moment là. La séance suit son cours et à un moment je décidé de faire une induction pour la première fois de la séance. Donc je me retrouve avec la volontaire en transe, légèrement affalée. Rien de particulier Quand soudain, un scout traverse la foule, franchit l'espace vital me séparant de la foule dont mon ego a besoin. Il fait environ 1m30, 5 ans ou quelque chose comme ça. L'air de rien, devant tout le monde, pendant que je retiens une fille afin d'éviter qu'elle ne tombe, il m'aborde comme un passant dans la rue "Bonjour monsieur j'suis scout on vend des cartes postales et des calendriers patati patata". Il m'a bien parlé pendant 1 minute, récitant son discours si bien appris grâce au bourrage de crâne à ses fabuleux instructeurs Je ne l'ai même pas interrompu tellement les mots se succédaient vite, aucun intervalle pour l'interrompre. J'ai refusé poliment, le pauvre avait l'air totalement abattu j'ai cru qu'il allait pleurer. Il m'a tourné le dos et est reparti, snif. Un peu plus tard, alors que je faisais une pause, je discute avec une personne du public qui regardait une séance de Barnabulle, je crois. Quand je fais des pauses je range ma pancarte, et l'air de rien je m'incruste dans le public pour demander aux gens s'ils savent ce qu'il se passe, et s'ils y croient. Ca me permet de voir ce que pensent les gens sans retenue de leur part Et donc la fille avec qui je parle me dit qu'elle attend une séance. Vu qu'il y a déjà beaucoup de monde qui semble attendre, je lui avoue faire partie du groupe, et je lui propose de venir avec moi. On commence donc une séance classique, elle a vraiment l'air de vouloir commencer, ça fait plaisir. Je fais une induction avec une rupture, que j'ai trouvé chez Pank, avec un focus interne. Bref je sais pas si elle a un nom, osef. Au bout de 15/20 secondes d'approfondissement, c'est le drame (enfin je sais pas, j'imagine). Elle se réveille subitement, prend un air effaré en criant "NAN", part en courant rejoindre son copain dans la foule, ils se donnent la main et partent en courant. Aucune idée ce qui s'est passé, pas eu le temps de demander, le temps que je comprenne ce qui venait de se passer elle était partie En espérant que ça vous divertisse, ça réchaufferait mon coeur. lol.
  10. 21 points
    Sweely-Boo

    L'aphantasia

    Salut Le mot français est "afantaisie", mais c'est tellement plus joli "aphantasia", ça pourrait être le titre d'un Disney. Le terme a été inventé en 2015, il désigne l'incapacité pour certaines personne : "de voir les yeux fermés"/"de voir avec l'imagination"/d'utiliser le "mind's eye". Bref, de créer des images mentales (je nuancerai plus tard). J'écris ce petit article d'une part parce-que c'est "nouveau" (le terme et la reconnaissance du problème, pas le problème), d'autre part parce que je pense que je suis bien placé pour l'écrire, et d'encore autre part parce que pour les gens qui voient les yeux fermés j'ai compris que c'était compliqué à comprendre (bonjour Drarx). Et du coup, lien avec l'hypnose de rue, quand vous en avez un dans la rue (un "afantaisiste"), c'est perturbant parce qu'il veut rien faire comme les autres. Découvrir son problèmeJ'ai découvert qu'il y avait des gens qui voyaient des choses les yeux fermés en 2014 en grosse partie grâce à l'hypnose, puisque c'est quelque chose que l'on demande beaucoup aux gens. Je crois que mes premières séances reçues sur Hangout m'ont également fait prendre conscience que "quand on le fait sur les autres ça va, mais sur moi ça bug, c'est bizarre". J'ai découvert le term "aphantasia" lorsqu'un membre du groupe facebook d'hypnose a posté cet article (court et simple d'accès) : http://www.nytimes.com/2015/06/23/science/aphantasia-minds-eye-blind.html?_r=0 C'était ouf franchement, découvrir que le problème était "reconnu", qu'il "existait", et puis surtout qu'en fait il y a beaucoup de gens comme ça. Si vous rencontrez quelqu'un qui a une aphantasia, dites-lui que son problème a un nom, qu'il peut chercher des choses sur internet dessus, qu'il n'est pas tout seul. Faites-le vraiment, ça lui fera super plaisir, parce-que d'après mon expérience et ce que j'ai lu, les afantaisistes ne savent rien sur leur problème. Comme il est dit dans l'article, je me suis aussi retrouvé l'année dernière à taper sur google des "imagination aveugle", "cécité mentale" et autres expressions un peu ridicules, sans rien trouver de concluant, c'était pas cool. L'aphantasia, à quoi bon (dédicace)L'article scientifique sur l'aphantasia : http://medicine.exeter.ac.uk/media/universityofexeter/medicalschool/research/neuroscience/docs/theeyesmind/Lives_without_imagery.pdf Il y a plusieurs nuances d'aphantasia, de la personne qui ne voit rien DU TOUT, à la personne qui peut parfois voir très vaguement. Si vous lisez l'article (parmi les 18 page sil n'y a en que quelques unes à lire si ça peut vous motiver, le reste c'est des sources/figures), on apprend qu'il y a deux types majeurs d'afantaisistes : ceux qui ne voient jamais, et ceux qui voient parfois mais involontairement. Je suis dans le deuxième groupe, c'est-à-dire que parfois j'ai des images (très vagues, souvent très peu colorées, très lointaines, mais des images) qui me viennent à l'esprit, mais toutes seules. Ca arrive souvent le matin au réveil lorsque mes rêves de la nuit reviennent d'un coup. Il y a donc des aphantaisies plus "sévères" que d'autres, je dirais que la mienne se situe plutôt dans les "souples" parce qu'il m'arrive parfois d'avoir des images mentales malgré leur très mauvaise qualité. Dans le questionnaire à la fin de l'article, qui fut envoyé aux 21 personnes se revendiquant afantaisistes, on leur demande comment ils font pour savoir combien il y a de fenêtres chez eux. Les réponses sont souvent "je le sais, il y en a tant, je les connais". Moi ce serait "j'imagine que je suis au-dessus de ma maison, et depuis moi vont des lignes jusqu'aux positions des fenêtres, alors je compte le nombre de points au bout des lignes". Mais sans les voir. Hypnotiser un afantaisisteC'est simple : il ne faut pas demander d'imaginer. Il faut faire des choses terre-à-terre. Ou encore parler de ce que ressent la personne, que par ratification. Si les mains s'attirent, les aimants ne grossissent pas, mais l'attirance augmente, le champ magnétique s'intensifie, ou encore, elles sont de plus envie de se rencontrer. La clé c'est de ne pas avoir peur d'utiliser des expressions totalement ridicules. Les mains peuvent être amoureuses (fusible par rapport au sentiment amoureux) ou avoir envie de se faire un calin, ça ne demande aucune imagination, c'est comme ça, c'est tout, le volontaire le comprend sans avoir besoin de l'imaginer. Si vous lui demandez de visualiser quelque chose, d'imaginer une scène, une situation, il ne va pas y arriver. Il ne peut pas y arriver, ce n'est pas la peine de recommencer 10 fois en changeant la scène, c'est juste impossible et ça va le frustrer. Pensez également que tous les afantaisistes ne sont pas conscients que tout le monde ne fonctionne pas comme eux (l'étude dit cependant qu'ils s'en rendent compte entre 10 et 20 ans) donc ils ne vont pas nécessairement identifier le problème pour vous ! Si vous ne trouvez pas quoi lui dire pour commencer un nouveau phénomène, demandez-lui, et si il vous dit quelque chose de ridicule, que ce qu'il raconte ne ressemble à rien de ce que vous avez déjà fait, tant mieux. D'après l'article, les afantaisistes constituent environ 2% de la population, mais le chiffre n'est pas à graver dans vos esprits, car les études sont très peu nombreuses et les échantillons faibles. Moi-même je suis très facilement hypnotisable, mais à ma façon (là ceux du hangout vont étouffer un rire en repensant à plein de situaitons). Faite confiance à ce que dit le volontaire, pensez bien qu'il ne voit rien, et ça va bien se passer Faire halluciner un afantaisisteSi c'est possible, je ne sais pas comment faire. J'ai déjà eu des hallucinations, mais pas visuelles, en fait je dirais que ce sont des hallucinations... "intellectuelles". Je ne vois pas le chat, je ne sens pas ses poils quand je le caresse, je ne l'entends pas miauler, mais je sais qu'il est là et je peux jouer avec. C'est comme si je jouais avec un spectre invisible et qui ne fait aucun bruit (c'est creepy dit comme ça haha). Mais sinon je crois que je suis incapable d'avoir une hallucination visuelle, ça me semble juste totalement hors de portée de mes capacités (je sais que j'entretiens une croyance limitante mais c'est vraiment ce que je pense). Voilà, ma seule conclusion c'est que le plus important, c'est de lui dire que son problème a un nom, que c'est quelque chose qui est reconnu. J'espère que ça vous a intéressé et peut-être aidé pour plus tard Si vous avez des expériences de ce genre qui vous viennent en tête, c'est cool, racontez ! Puisse Hypnos veiller sur vous.
  11. 21 points
    Bonjour à toutes et à tous, Ce post pour vous proposer ma vision, et vous êtes libre de l'accepter ou en proposer une autre. Lorsque je lis des posts créés par des débutants, et la réponse de certains hypnotiseurs expérimentés, j'ai quelques fois beaucoup de mal à ne pas être peiné pour ces pauvres débutants qui se retrouvent perdus et ne comprennent pas l'idée qu'on essaye de leur communiquer. Parce qu'apprendre l'hypnose passe par la construction de notre propre carte du monde autour de la compréhension de quelque chose d'aussi abstrait. Et à vouloir donner SA vérité, on en oublie que l'on ne détient qu'un mensonge qui fonctionne... pour nous. Je sais que pour la plupart d'entre-vous, qui ont beaucoup évolué au cours de ces derniers mois et qui possèdent aujourd'hui une connaissance poussée de l'hypnose, cela peut quelques fois faire mal aux yeux de voir écrit des choses complètement "fausses". J'aimerais qu'à la place, vous les voyez comme simplement des écrits qui ne correspondent plus, à ce moment, à votre carte du monde. Ainsi, vous laissez l'opportunité aux plus débutants de se confronter par l'expérience à leurs croyances, en les guidant davantage avec bienveillance qu'avec mépris de ne pas être aussi performants que vous l'êtes aujourd'hui. Leur dire "ce que tu dis n'a aucun sens" est une chose. Leur proposer de valider par l'expérience une croyance ou une autre me paraît beaucoup plus propice. L'hypnose, c'est avant tout communiquer, alors je vous offre l'occasion de vous entraîner en vous amusant à trouver des façons de répondre plus productives et plus pédagogiques pour tous nos nouveaux venus. Et si accueillir et guider les débutants ne vous intéresse pas, alors préférez passer votre chemin plutôt que d'y répondre agressivement Exemple de ce que cela pourrait donner : Qu'est-ce que vous en pensez ?
  12. 20 points
    Salut à tous, Sur ce forum, on reçoit beaucoup, mais est ce qu'on remercie beaucoup de ce qui nous est donné? J'avais envie de le faire , aujourd'hui, en tout cas. Personnellement, après seulement 15 mois de découverte de l'hypnose, je m'aperçois de la richesse de ce forum et de tout ce que j'y ai appris de JE à Romaric, en passant par Diane, Poulpe, Brieuc, Abclive, Ludwig, et beaucoup d'autres.( pardon de ne pas tous vous nommer). Le débutant de base, comme ce fut mon cas ,qui arrive avec ses questions et inquiétudes, reçoit , très vite, conseils , soutiens et compétences. Il commence ,en pratiquant, en plus, régulièrement l'hypnose, à devenir quelqu'un qui fait des grands bons en avant, quelqu'un qui est apaisé, et, qui doucement met en place une technique maitrisée, fiable et éthique... Encore dernièrement les deux dernières vidéos de JE, ont été, une fois de plus, riches en enseignement... Il reste , toujours beaucoup à apprendre, mais je tenais, ici, à remercier ce forum. et son créateur.
  13. 20 points
    Une petite vidéo de la sortie Nationale 2015. Pour ceux qui n'ont pas pu venir et pour ceux qui sont venues. Une belle journée et de belles rencontres.
  14. 20 points
    Bonjour à tous, Comme je ne veux pas passer pour celle qui emmerde le monde sur certains topics, je vais déjà brièvement me représenter. Je suis Prici, actuellement en master de Psychologie spécialisé en Thérapie Cognitive et Comportement, par le passé, j’ai fait près d’une centaine d’heure avec des hypnothérapeutes (Hypnose humaniste et éricksonienne) et je suis actuellement en stage auprès d’une psychiatre qui pratique les TCC. Mais aussi passionnée de street (tout comme vous) depuis plus de 2 ans. Si j’écris ce topic aujourd’hui, c’est que je pars d’un constat : Les topics autours de la thérapie fleurissent alors que ce n’est pas le lieu et qu’en plus de cela les informations données y sont souvent erronées. Du coup, s’en suivent des débats d’intuition qui n’ont pas lieu d’être et qui seront forcément mal compris par les uns ou les autres. Donc faisons un petit dictionnaire des termes. I) Les titres · Le psychiatre : Il s’agit, d’un médecin ayant choisi comme spécialité la psychiatrie. Il est le seul à pouvoir donner un diagnostic officiellement. Même un psychologue n’en a pas l’habilité. De plus, il peut être amené à prescrire des médicaments ou faire des thérapies. · Le psychologue : Il s’agit d’une personne ayant suivi un master de psychologie. Il peut être spécialisé en psychopathologie et clinique d’orientation analytique ou TCC. Mais aussi en psychologie du travail par exemple. A noter : Légalement, les spécialisations n’existent pas. · Le psychothérapeute : Aujourd’hui et ce depuis quelques années, le terme de psychothérapeute est un terme protégé ! N’est psychothérapeute seulement celui ayant suivi une formation médicale ou en psychologie puis une formation de psychothérapie dans un domaine reconnu. http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do;jsessionid=A7B434C26C7772DBBAF4BC72B1D6FBB7.tpdila18v_3?cidTexte=JORFTEXT000025823878&categorieLien=id · L’hypnothérapeute : Ce terme n’est pas protégé légalement ainsi tout le monde peut s’auto proclamé hypnothérapeute. Pour autant, il existe des écoles qui inculquent les fondements ainsi que les techniques d’hypnose ! Il est donc vivement recommandé de suivre ces formations (dans leur ensemble) ou de vérifier les compétences de l’hypnothérapeute qui va vous suivre. · Aussi, j’ai vu que quelqu’un parlé de terme protégé en hypnose. Il existe en France des DU (diplôme universitaire) consacrés à l’hypnose. Dans certain de ces DU, seul le personnel soignant (médecin, infirmier…) peuvent y accéder. On parle alors d’hypnose médicale. Cf : Le DU d’hypnose médicale de la Salpêtrière. II) La psychopathologie Branche de la psychologie qui a pour objet l'étude comparée des processus normaux et pathologiques de la vie psychique. Larousse en ligne. Pour préciser tout cela, il s’agit de la connaissance de la maladie. Les maladies sont des syndromes c’est-à-dire un ensemble de symptômes qui sont référencés (Par exemple DSM IV – TR ou CIM 10). Dans cette connaissance, on y retrouve, les étiologies possibles de la maladie, ce qui la différencie d’autres maladies, les mécanismes propres à cette maladie et j’en passe….Mais il faut ajouter à cela que chaque maladie psychiatrique et en perpétuelle évolution, qu’il y a de nombreux changement et qu’il faut les prendre en compte. En somme, n’est pas thérapeute qui veut ! Vous ne pouvez faire l’économie de ces choses et si vous voulez discuter de la pathologie, faite le au mieux (renseignez-vous) et de préférence ailleurs (à mon sens). Beaucoup de maladies souffrent de préjugés. Pour les thérapies, il en va de même, il faut les connaître et savoir celles qui sont plus ou moins conseillées selon les études scientifiques mais aussi selon les attentes du patient. Ne soyez pas partial : si vous voulez vraiment l’aider donner lui de bonnes références et explications. En conclusion, si l’hypnose souffre c’est avant à cause des représentations que l’on en a, chacun son métier, chacun sa passion et chacun sa vie. Il faut savoir être rigoureux si l’on veut promouvoir la thérapie en hypnose et ça passe par en connaître les forces et les limites. Ce topic a pour but d’ouvrir aux questions et d’échanger vis-à-vis de cela. Il ne s’agit en aucun cas de parler de son trouble ou de la façon de la soigner.
  15. 20 points
    Jean-Edouard

    [33] Jean-Edouard

    Salut, Je m'appelle Jean-Edouard j'ai fait découvrir à la France l'hypnotisme de rapidité communément appelée "hypnose de place" ou "de ruelle". Le principe est très simple, je vais vous l'expliquer. Je vais dans la rue chercher des cobayes sur lesquels je vais pouvoir exercer un ascendant psychologique afin de contrôler leur psyché. Mon pouvoir réside dans ma capacité à manipuler les énergies dans l'objectif de créer des phénomènes quasi-surnaturels. J'ai également fait l'objet d'un reportage d'une qualité hors du commun, cependant il y a eu une erreur lors de l'écriture de mon prénom puisqu'il est écrit "Jean-Emmanuel". Voilà le lien du reportage afin que vous puissiez le voir pendant longtemps et vous moquer de moi impunément à cause l'erreur de prénom : http://www.dailymotion.com/video/x2gk432_dossiers-surnaturels-hypnotiseurs-mentalistes-peuvent-ils-nous-controler-replay_tv?start=2 Je suis l'auteur du best-seller ésotérique "La voix des inconscients" dans lequel j'explique comment j'ai obtenu ce don par l'apprentissage. Merci à bientôt, je suis ravi de rencontrer ma communauté dans le futur.
  16. 19 points
    Bonjour, Testé à ce jour lors de ma sortie street sur Paris. Suggérer qu'il fait maintenant nuit (si l'on est en journée) et faire apparaitre une pluie d'étoiles filantes dans le ciel pour vos futurs volontaires. Observez leurs réactions, leurs regards est priceless On peut continuer la suggestion avec une aurore boréale, en donnant les couleurs de l'arc en ciel aux étoiles ou à leur trainées qu'elle laisse derrière. Demandez leur quelle heure il est vous pourrez être surpris.
  17. 19 points
  18. 19 points
    Philip NoTeaser

    Coup de gueule

    Que de tensions dans ce sujet, vous devriez essayer l'hypnose, il parait que ça détend
  19. 18 points
    Bonjour ou bonsoir à tous ! J'ouvre ce sujet car voila maintenant quelques semaines que j'étudie la théorie de la street hypnose et je prends le max de notes possible sur chaque sujets ou techniques que je lis. (Pour l'instant, et comme je le dis dans mon sujet de présentation ici, j'ai peu pratiqué et je ne me sens pas super prêt pour oser sur des inconnus, ça viendras^^) Je me suis dis qu'il était temps de partager/ confronter avec vous ce que j'ai pu comprendre de façon synthétique (et non exhaustive car sinon l'image serait saturé d'informations) sous forme de Mind Map de l'hypnose sur un exemple de routine "simple". Je pense ne pas être à coté et je me suis dis que peut être mon schéma aiderait d'autres débutants comme moi à y voir plus clair. Faites moi un retour dessus, dites moi ce que vous en pensez; précisez si j'ai fait des erreurs et si vous avez du complément n'hésitez pas. Merci d'avance )) MAJ 20 Nov 12:56 : Rajout de la précision de Colombana sur les effets de meme niveau MAJ 17 Nov 18:15 : Rajout des nouvelles précisions de Koten sur le Quid "si ça rate" ? et sur le cadre "diriger le volontaire" MAJ 17 Nov 10:54 : Rajout des précisions de Sweely-Boo sur le pré talk; la direction du volontaire; et la voix. MAJ 16 Nov 19:44 : Rajout de la grosse contribution de Koten (n'hésitez pas à aller voir ses notes manuscrites sur mon tableau pour apprécier les belles courbes de ses lettres ici (#7 ème message de ce sujet)) ; Rajout des précisions de Ronald sur le mot "Dors"; Rajout de la précision d'Alban sur l'étape du Réveil. MAJ 15 Nov 9:37 : Rajout de 2 conseils généraux
  20. 18 points
    Salut ! Je pensais à ça depuis un bout de temps et le dernier compte-rendu m'a convaincu que ça valait sans doute la peine de partager mon idée Pour être plus précis, je parle des comptes-rendus type "j'ai fait une séance sur untel et il s'est passé X" ou encore "je n'ai pas réussi ma séance sur untel je ne sais pas pourquoi", etc, vous voyez le genre. Je vais me répéter dans la mesure où j'ai déjà expliqué ça dans le dernier compte-rendu, mais bon. Le problème de la (grande selon moi) majorité des comptes-rendus (ceux dont j'ai précisé le type) c'est que la personne post un topic souvent très long et détaillé sur ce qu'il a fait, le contexte, qui, pourquoi, où, à quelle occasion, blablabla. Et au moment où la personne décrit sa séance, au moment des suggestions, ça ressemble à ça : "J'ai fait /nom d'une suggestion/" ou encore "J'ai réalisé /nom d'une induction/" suivi tout de suite par "Mais ça n'a pas marché j'aimerais que vous m'expliquiez pourquoi" ou quelque chose comme ça C'est comme si en philo un élève vous disait "j'ai fait une dissertation sur le bonheur" suivi de "mais j'ai eu une très mauvaise note j'aimerais que vous m'expliquiez pourquoi". C'est juste pas faisable. Ce sont souvent des topic postés par des débutants (normal) donc ils ne se rendent pas forcément compte que si ils ne disent pas ce qu'il s'est passé entre le moment où il a décidé de faire la suggestion et la fin de la suggestion, on ne pourra rien expliquer. Bien entendu on peut toujours lui tirer les vers du nez pour savoir ce qu'il a dit, mais bon, voilà quoi (là c'était le point majeur de mon argumentation). Ce que je propose c'est un topic épinglé dans le forum des comptes-rendus qui explique comment doit être structuré un compte-rendu "analysable". De la même manière que pour les présentations il y a un "modèle". Voilà, si ça branche la modération je me proposerai pour faire le modèle bisous, mes cordiales amitiés distinguées
  21. 17 points
    Coucou ! Je voulais vous faire un petit compte rendu de ma première Montréalaise de mon nouveau spectacle J La salle n’était pas aussi pleine que j’aurais pensé, j’ai eu 11 annulations de dernière minute … et dans un petit cabaret de 60-70 places, ça paraît, disons ! Mais c’est la vie. Le fait qu’on était dans un petit cabaret m’a permis de pouvoir aller chercher directement les volontaires dans la salle, en trouvant les gens qui avaient bien réagi au test de suggestion. Je leur ai fait faire un autre petit test et les ai invité sur scène. La première partie a été géniale, j’avais 3 super volontaires sur scène qui réagissaient beaucoup et qui ont développé une belle complicité. Le public a énormément rit, j’étais contente! À l’entracte, le propriétaire de la salle est venu me dire qu’il pensait pas que ça allait être si drôle, il essuyait encore ses yeux tellement il riait aux larmes. Il m’a répété à plusieurs reprises à quel point il était satisfait et qu’il avait hâte de voir la suite! A la deuxième partie, j’ai refait un test de suggestion (les livres et les ballons) et retourné chercher des volontaires. Une des filles présentes à la première partie était coincée dans sa position, je l’ai rapidement ramené sous hypnose, les gens autour ont trouvé ça cocasse. Je l’ai laissé en état d’hypnose le temps de trouver 2 autres volontaires. Je lui ai donné la suggestion qu’elle allait pouvoir ouvrir les yeux et aller sur scène toujours en état d’hypnose. Le public riait aux éclats de la voir marcher comme un zombie jusqu’au fauteuil sur scène. Par la suite, j’ai fait le gag que je ne prends des filles car ça prend un cerveau pour être hypnotisé (ha ha), mais j’ai mentionné que c’est purement technique car le fauteuil sur scène est trop petit pour inviter des hommes costauds. J’ai quand même hypnotisé un volontaire qui avait bien réagit aux 2 tests et lui ai donné la suggestion que pour la suite du spectacle, quand il allait entendre un son précis il allait être pour quelques secondes au Centre Bell où les Canadiens (notre équipe dans la LNH) scorent un but et qu’il allait crier « C’EST LE BUUUUUUUUUUUUUT ». C’était HILARANT car le gars avait vraiment un match qui se déroulait dans sa tête, je l’ai fait 4 fois et il comptait vraiment les buts. À la dernière fois, vers la fin du show il a dit "Eye en fin de 3e période, malade!!" Le numéro du Freeze/Defreeze a vrrrraiment été plaisant, j’ai hâte de vous montrer des extraits. Et le plus drôle c’est que le gars du hockey a « reçu » la suggestion à sa place alors qu’il était pas visé. Il en a manqué des bouts et mes amis présents l’ont entendu dire à sa copine « Ben voyons, le gars était assis pis là y’é rendu sur le stage? A l’a vraiment téléporté? » Sa copine pleurait de rire de voir son copain autant « pas là ». Il m’a dit à la fin du spectacle qu’il a VRAIMENT aimé son expérience. Lors du numéro de l’invisibilité je l’ai rendu lui-même invisible. Vous auriez du le voir ramper à 4 pattes sur la scène aller défaire les lacets des filles sur scène qui « ne le voyaient pas ». Il avait les yeux pleins d’étoiles et avait l’air de vivre le « trip » de sa vie. Bref, la foule a vraiment aimé, je n’ai eu que de bons commentaires ! Voici 2 extraits : La potion magique : https://youtu.be/xNnDAX6XggU Et c'est le buuuuut :https://youtu.be/D_aCN8EdWeU
  22. 17 points
    Tu fais trop d'hypnose quand tu essayes de faire une induction à la piscine
  23. 17 points
    Pierre.P

    Mémoire absolu ?

    Hier, je fais une scéance avec un de mes collégues que je n'avais jamais hypnotisé. Il part rapidement et je fais une scéance sans induction jusqu'au hallucination.(je vous passe les détails ce n'est pas ce qui est intéressant). Arriver aux hallucination visuel, je lui fait plusieurs petit jeux, pour enfin lui faire une visite d'un endroit qu'il aime beaucoup à malte. Pendant cette visite il va dans un petit restaurant ou il aime bien aller.... Et là il se met à me réciter entièrement la carte des menu avec les prix quand je lui demande ce qu'il y au menu et ce qu'il veut prendre ... C'étais tellement fluide que je n'ai pas réussi à croire qu'il s'agissait uniquement d'une hallucination mais plutôt qu'il s'agissait de quelque chose de vrai. Je tente alors une petite expérimentation. Il vient de me préter le dernier livre de bernard werber qu'il a lu il y a quelques semaines. Je lui donne le livre en hallucination, et il se met à le lire ... Je vais alors chercher le vrai livre et je compare. 95% de ce qu'il disait était vrai sur les 30 premiéres pages ( quelques mineurs modification de forme, pas de sens et j'ai arrété ensuite). Les discours des personnages étaient toujours retransmis intégralement parfaitement. Je fais disparaitre le livre et lui suggère de réciter le livre qu'il connait par coeur, mais là il en est totalement incapable même de dire le premier mot. Je lui redonne en hallucination un livre qu'il a lu il y a plus d'un an et rebelotte, il récite celà ultra facilement ... Je remonte peu à peu dans le temps jusqu'à des livres qu'il a lu il y a 10 ans environs, et pareil, il récite celà avec une aisance déconcertante. A chaque fois que je lui suggère de s'en rappeler sans hallucination, ça ne fonctionne pas du tout, mais en hallucination il voit vraiment le livre. Je n'ai pas put comparer ce qu'il disait avec les autres livres, mais ça avait l'air plutôt correct, donc je vérifierais une autre fois. Comme ça faisait déja longtemps, on a arrêter la séance. Je l'ai réveiller, mais impossible de lui faire remonter le souvenir de ces hallucination totalement folle. On a déja prévu une prochaine scéance qu'il veut enregistrer Bref le cerveau est vraiment trés(trop) puissant !!
  24. 17 points
    Bonjour à tous, Suite à une discussion hier sur le HO où la sempiternelle rivalité thérapeutes/streets est revenue sur le tapis (je cite, que l'auteur me corrige si je déforme, mon âge canonique fait parfois trébucher ma mémoire : "A l'Arche ils se méfient des street hypnotiseurs, quant à leur motivation et leurs intentions" -comprenons ils sont là pour se faire mousser l'ego et chaipakoi encore...) JE M'INSURGE ! Cette querelle revient régulièrement sur le forum et ce n'est que le 124356è topic sur le sujet, donc un de plus un de moins, on m'accordera le droit d'en ouvrir un (et d'ouvrir ma grande goule au passage). Je ne prétends pas avoir plus de compétence en la matière que qui que ce soit, je reconnais même que je suis une novice, j'apprends lentement, sachons-le, mais si je peux résumer ce que je lis/entends souvent ce serait ça : - les thérapeutes, diplômés ou pas, prennent les Streets pour des brêles bouffies d'orgueil à l'ego surdimensionné, ils font n'importe quoi et C'EST DANGEREUX, - les Streets trouvent bien souvent que les hypnos de spectacle manquent cruellement d'éthique et font parfois eux aussi n'importe quoi et C'EST DANGEREUX, - quant aux hypnos de spectacle (je ne parle pas de ceux qui cumulent plusieurs casquettes Street + spectacle + thérapie) je les ai rarement vus critiquer (ah bah si j'oublie Bardereau ), enfin du moins ceux que j'ai croisés ici (Gloire à toi Romaric, porteur de paix et d'amour et de bons conseils ). Ma vision de la Street et comment j'y suis arrivée (bien que moi je ne pratique pas la Street la Sofa-hypnose), c'est que c'est le vecteur qui permet au quidam (les non-initiés donc, dont je fais partie) de découvrir l'hypnose, que ce soit du côté opérateur ou du côté volontaires. Avec (ou sans) une suite logique, soit d'aller voir un spectacle, soit d'aller consulter, soit de pratiquer en Street/Sofa, soit de se former que ce soit en thérapie ou pour devenir hypnotiseur de spectacle (ou les deux), soit d'en rester là et de pratiquer en rue, pour le fun. Et je pose la question : c'est quoi cette guéguerre clanique qui revient sans cesse comme la marée de l'océan Atlantique ? Oui il y a probablement parmi les Streets de gens de moindre qualité humaine, mais on me fera pas croire que ça n'existe pas chez les thérapeutes ou chez les artistes, oui il y a probablement des gens qui pratiquent la Street pour satisfaire leur ego, mais comme partout ! Zutalafin !!! ça n'a pas de sens de se méfier comme ça a priori les uns des autres, il y a du bon et du mauvais PARTOUT ! Mais globalement j'ai plutôt croisé ici ou dehors des gens extras et bienveillants, aussi bien chez les jeunes que chez les moins jeunes, qui cherchent à s'améliorer, qui parfois décident de prendre une orientation professionnelle et commencent à se former, de même qu’il y a des thérapeutes extras et des artistes tout aussi extras. Evidemment, on n’échappera pas aux trolls, aux dingos et aux prétentieux dont la tête enfle tellement qu’ils s’envolent pour se perdre dans des sphères inconnues, mais ils sont anecdotiques, donc ignorons-les. Et non, ce ne sont pas quelques individus clairsemés par-ci par-là qui vont ruiner la réputation de l’hypnose, faut arrêter la parano aussi. Alors plutôt que de se tirer dans les pattes, voire de sortir les kalachnikov, si on essayait tous ensemble de partager les expériences et de se hisser ensemble vers le haut ? Non ? Oui ? Et cessons de cultiver un climat de méfiance inapproprié et qui n’apporte rien de rien à l’hypnose. Donnons-nous la main plutôt ! (regardez, nous sommes là ! à 2 :10) https://www.youtube.com/watch?v=C9HW0XlufFs (Voilà, c’était mon coup de yeule du Dimanche matin !)
  25. 16 points
    Hello... Je vous laisse découvrir la tromperie... ICI
  26. 16 points
    Certains aiment les bouts de cartons, d'autres prennent le template de base. Je vous propose cela dit de partager des pancartes "Hypnose de rue", pour voir un peu avec quoi la France se présente. Pas sur que le sujet intéresse grand monde mais une bonne pancarte attire mieux les yeux et les partenaires. donc autant faire un sujet ressources pour ceux qui aiment les belles affiches Image pleine qualité : http://image.noelshack.com/fichiers/2014/44/1414677629-hypnose-gratuite.jpg
  27. 16 points
    Ils seront tous les deux là pour m'épauler et m'aider à maintenir une bonne ambiance sur le forum. Ils ne sont pas là pour faire régner la loi de leur main de fer. Non, au contraire, ils sont là pour vous couvrir de bisous jusqu'à que vous n'ayez d'autre choix que de la respecter et de devenir tout sage. Et si vous êtes toujours méchant, c'est moi qui me chargerai de vous personnellement ! A vous de les couvrir de bisous maintenant <3
  28. 16 points
    Salut, Ca me trotte depuis un moment et je me disais que ce serait pas constructif, mais sait-on jamais La réceptivité, cette belle étiquette Cà et là nous entendons parler de la "réceptivité". Cette chose magique qui semble être présente en chacun de nous. Certains se voient dotés par leurs amis hypnotiseurs d'une "grande" réceptivité (oui parce qu'il faut la quantifier sinon c'est pas drôle), d'autres d'une plus petite. (on parle bien de réceptivité) Si nous avons des amis hypnotiseurs ils ne manqueront pas de qualifier notre réceptivité, la réceptivité c'est un peu comme la signature d'un hypnotiseur voyez-vous. "Salut moi c'est Jacques enchanté - Salut je suis très réceptif, moi de même" Le mot est très courant et même très démocratisé, sans doute plus que l'hypnose elle-même. Combien de fois dans la rue entendons-nous "ah désolé, je crois que je ne suis pas réceptive" alors que je ne prononce jamais le mot. Ou bien "je voudrais bien essayer mais dans un camping un hypnotiseur est venu et je n'étais pas réceptif, tant pis". C'est à croire que le moldu est obsédé par sa réceptivité, peut-être plus que l'hypnotiseur. La notion totalement floue semble totalement ancrée avec le concept même d'hypnose. Comme si l'un n'allait pas sans l'autre. La réceptivité, quoi qu'est-ce donc ? Nous le connaissons tous, sans doute la majorité d'entre nous aime l'utiliser. Ce truc, vous savez. En hypnose on a décidé d'appeler ça "réceptivité". Le sens commun (aux yeux des hypnotiseurs) de la réceptivité doit ressembler à un truc du genre : capacité d'un individu à suivre des suggestions. Ou encore : facilité qu'a un individu à vivre des phénomènes hypnotiques. etc. En fin de compte, la réceptivité c'est un truc qui dépend de moi. C'est pas un objet, je peux pas le toucher, c'est dans mon cerveau, et on peut la quantifier, ou en tout cas, les autres se chargent de la quantifier pour moi. Dans ma première définition le problème c'est que la réceptivité se réfère uniquement au sujet (pour une fois j'ai l'impression que le mot convient). On oublie donc qu'un hypnotisé est suivi de près par un hypnotiseur. C'est alors qu'intervient la seconde définition qui semble résoudre le problème. En effet elle implique plus la notion de "capacité" générale à "vivre" quelque chose. Pour autant une personne normale ne s'amuse pas à se faire des amnésies le soir en rentrant. Ce serait très manipulateur de dire que du coup j'ai raison, puisque les définitions viennent de moi et que ce serait une grande erreur de dire que j'ai résumé tous les avis. Cela dit je pense que quelle qu'en soit la définition qu'on en trouve, elle fera toujours référence à la personne, comme faisant intégralement partie d'elle, et uniquement d'elle. Hors il ne nous échappera pas qu'en hypnose, nous sommes deux et travaillons ensemble sur la séance. Ainsi quelle que soit notre définition de la réceptivité, nous oublions que l'hypnotiseur intervient. La réceptivité, cette belle excuse C'est là que ça m'embête un peu. Combien de fois lisons-nous "mon sujet n'a pas été réceptif", ou pire "mon cobaye n'a pas eu assez de réceptivité" (là j'avoue, je caricature). On peut souvent lire ce genre d'expression dans des comptes rendus de personnes débutantes par exemple. Qui expliquent que malgré le fait qu'elles aient très bien effectué leur suggestion, le volontaire n'a pas eu la décence de se montrer réceptif. Car oui, par convention sociale chez les hypnotiseurs, vaut mieux être "réceptif", sinon c'est malpoli Ainsi on s'écarte de l'échec, on réussit avec brio à s'extirper du problème qui a surgit pendant la séance. D'ailleurs vous remarquerez que même quand on réussit une séance, ce n'est pas parce-que on a été bon, c'est parce que le volontaire s'est montré très réceptif ! Donc quand on rate, c'est la faute du volontaire, et quand on réussit c'est grâce à lui. Dans tout ça on progresse comment ? En faisant se reproduire les réceptifs ensemble pour avoir statistiquement plus de chances d'en avoir en séances ? Je pense qu'il est urgent d'arrêter de faire dépendre le résultat d'une séance du volontaire. Il faut envisager, et surtout le faire comprendre aux débutants, qu'une séance d'hétéro-hypnose, ça ne peut s'envisager QUE à deux. Que ce soit lors d'un échec ou d'une réussite, il faut savoir faire la part des choses, et tirer des conclusions de ce qu'on a fait en tant qu'hypnotiseur. Ainsi il faut accepter de se critiquer, de se faire critiquer, après un échec. Et d'être content, et de se faire complimenter après une réussite. De savoir à quel moment on aurait pu être meilleur, ou à quel moment on a été le meilleur. Du paradoxe de la réceptivité Ici j'aimerais revenir sur tout ce qui fait que la réceptivité est contredite. Je vais même prendre des exemples tirés du blog pour être sûr que ce ne soit pas mon esprit aliéné qui crée des problèmes. Sur le blog de Street-Hypnose nous pouvons lire (si je retrouve l'article je posterai le lien) que pour rebondir sur un échec on peut par exemple aller voir un ami hypnotiseur en le présentant au volontaire comme étant très doué, vraiment expérimenté, etc. Et c'est tout à fait vrai, je ne remets pas ça en cause, la croyance induite est certainement efficace. Nous faisons donc une séance à quelqu'un, il est malpoli et reçoit son bonnet d'âne des hypnotiseurs, l'étiquette de "pas réceptif". Puis notre ami complice l'hypnotise, soudain son étiquette change, finalement ça va il est hypnotisablement acceptable (c'est comme socialement acceptable, mais en hypnose). Pourtant nous avons précédemment conclu que la réceptivité était plantée là, dans notre cerveau, et qu'elle ne bougerait pas d'un poil. Si c'était une jauge, le niveau du liquide serait constant. Paradoxe 1 - Rationalité 0 Autre chose. Si vous faites de l'hypnose de rue, et que vous avez un peu d'expérience, vous avez forcément envie que votre sortie commence par un groupe dont le premier volontaire sera hypnotisablement acceptable. Tout le monde vous le dira, c'est la clé du succès. Si vous commencez la sortie par un réceptif BAM effet boule de neige, ses copains le seront aussi, le spectateur du fond aussi, et sa femme aussi, et ainsi de suite. On constate très vite en hypnose de rue que l'effet de groupe est très important et que si vous commencez par un échec total, autant rentrer chez vous et retenter le lendemain (c'est de l'humour, faites pas ça hein). Alors à moins que les probabilités nous jouent des tours, c'est bien qu'il se passe un truc si on a des "réceptifs" à la chaîne. Pourtant nous avions dit que la réceptivité, c'était fixe et immuable, une belle étiquette. Hors on voit bien avec cet effet de groupe que ça ne tient pas debout, qu'en réalité cette jauge, elle varie, que ce n'est pas une étiquette. Paradoxe 2 - Rationalité 0 Une petite dernière. Cette fois, on va voir comment l'étiquette de quelqu'un ne joue pas du tout sur sa capacité à suivre les suggestions. Prenons un habitué du Hangout catégorisé "ultra-réceptif". Toute référence à Clara ne serait que pure coïncidence, l'auteur s'excuse en cas de malentendu. Cette personne est donc hypnotisablement considérée comme particulièrement "réceptivite". Le premier hypnotiseur venu nous dira sans attendre qu'il peut alors faire n'importe quelle suggestion à cette personne et qu'il y arrivera. Imaginons, sans le faire pour de vrai, on imagine seulement la situation. Que cette personne se retrouve dans un état de transe particulièrement "profond" (mot qui pourrait faire l'objet d'un autre topic d'ailleurs). Prenons donc le premier hypnotiseur venu qui nous a bien dit qu'il pourrait faire n'importe quoi avec une facilité déconcertante. Demandons lui de faire un réveil et regardons le patauger. Un débutant ne pourrait pas faire un réveil efficace dans cette situation, de la même manière qu'il peut être (ça peut, j'ai pas dit que ça l'était) compliqué d'annuler une hallucination ou n'importe quel phénomène hypnotique. Paradoxe 3 - Rationalité 0 Ainsi la réceptivité n'irait que dans un sens, le sens de la création de phénomène, pas de quand on doit l'annuler. En fin de compte, on catégorise la réceptivité d'une personne dans le sens qui nous arrange. De l'egocentrisme de Sweel Ici je prendrai mon exemple du point de vue de volontaire. Au départ à mon arrivée sur Street-Hypnose je m'estimais mauvais volontaire, à l'époque j'aurais même sans vergogne dit "pas réceptif". Depuis j'ai fait des séances, surtout grâce au Hangout. Je n'estime pas que ma "réceptivité" ait grandi comme si on m'avait arrosé et que la graine de la réceptivité avait poussé comme par magie. En revanche j'estime que j'ai appris à lâcher prise, à mieux ressentir ce qu'on me dit, à accepter d'être le partenaire d'un hypnotiseur pendant quelques minutes, à expliquer ce que je ressens pour aider l'hypnotiseur, à retrouver des transes que je connais, etc. Tant de notions trop salement remplacées par "réceptivité". Je ne crois pas une seule seconde que le temps passant, ma réceptivité a fait des petits. Je crois que je me suis amélioré, et que j'ai des pistes pour m'améliorer encore plus. Conclusion Je crois réellement qu'il faut arrêter d'employer ce mot, qu'il n'apporte rien de bon, et qu'il aveugle complètement certains dans leur apprentissage (l'apprentissage ne concernant pas que les débutants, nous sommes bien d'accords). Je ne sais pas si j'ai enfoncé des portes ouvertes, mais j'espère que ça vous aura au moins un peu intéressé Là je suis un peu fatigué, j'arrête d'écrire, possible que je rajoute des choses plus tard. - Mes gros bisous distingués
  29. 15 points
    Salut les Z'hypnos, voilà un petit "retex" sur une séance que j ai faite il y a 5 jours dans un restau ( Aix en provence) à la demande de patron sur un de ses serveur. Le concept est le suivant Après un bon pré talk, quelques tests de suggestibilité, nous réalisons une catalepsie des jambes, puis amnésie du chiffre 4, puis du prénom. Nous poussons jusqu'à la transformation de son Iphone en vieu 3210 ( Nokia) il a passé 5 minutes à nous expliqué que ce 3210 était la pointe de la technologie et qu'en plus je cite " son coté vintage le rend exclusif" .. puis, l'idée me vient de lui demander si il voulait voir le monde avec mes yeux, et à ma place... En prémisse de l'induction je lui rappelle à quel point il est courageux d'avoir voulu participé à cette expérience, puis que je l ai trouvé extrêmement pro durant son service. Je lui donne plein d'élément positif sur lui de mon propre point de vue. Cela étant fait, je lui rappelle que si il sent le moindre inconfort durant ce changement de corps avec moi, tout redeviendra normal et amusant ... La suite est juste géniale, après une induction simple ( il est déjà dans les choux ) je lui propose que lorsque nos doigts se toucherons le changement de corps aura lieu et qu'il verra avec mes yeux et ce depuis mon corps tout en restant lui même... Je lui présente ma main tendu et il vient volontairement la toucher.. Il a un mouvement assez drôle a ce moment, il baisse la tête, ferme les yeux pour les ouvrir a nouveau comme pour marquer physiquement le transfert de corps. Je lui demande si tout va bien, il me confirme, puis je lui demande de nous indiquer ce qu'il voit .( histoire de vérifier) Mon gentil serveur me confirme se voir debout devant lui même, il marque un pas de recul puis m'explique qu il est en train de se regarder lui même comme dans un miroir ( alors qu a ce moment il me regarde ), il trouve ca génial d'avoir changé de corps, mais ce n'est pas tout selon lui. En plus de voir avec mes yeux, il arrive à percevoir mes sentiments vis à vis de lui ( le serveur en face de lui , vous suivez toujours ) et me dit qu il se perçoit mieux que se qu'il est lui même habituellement, je cite " C est bizarre, je me vois plus grand ( alors que je suis plus petit que lui en plus), avec plus d'assurance, c'est comme si c'était moi mais en version mieux" Il nous confirme être heureux que les gens le perçoive comme cela et qu'il n'en avait pas conscience jusque là ... Je lui propose alors de garder le souvenir de mes ressentis à son endroit et de reprendre possession de son corps dès que dirait le mot maintenant ... L'échange se refait à nouveau ( me voilà enfin de retour dans mon corps, je m y suis habitué depuis 38 ans) puis je lui fait un assez long et bon réveil en lui permettant de conservez les ressentis positifs et les apprentissages lui faisant du bien, il revient à lui . Immédiatement sa posture, son attitude montre un boost de confiance .. je lui demande alors comment il se sent, il me dit qu il se sent "+grand" voilà, ce fût un plaisir et un grand moment de partage, j ai mangé à nouveau ce midi dans le restau, Daniel ( le serveur) me confirme se sentir aussi bien qu'après la séance d'hypnose depuis et d'avoir boosté son capital confiance et "happyface" comme il dit au grand plaisir de son patron et des clients... @ plus les Z'hypnos
  30. 15 points
    Il paraît que Jean-Emmanuel lui-même n'a jamais suivi sa propre formation.
  31. 15 points
    On parle du groupe d'hypnotiseurs de rue Montpellier sur France 3 régional ! Et on en est fier
  32. 15 points
    Pendant ce temps, dans les rues de Rennes: Dit greg, qu'est ce qu'on fait ce soir? La même chose que chaque soir sweely, tenté de conquérir le monde... *petite musique* Leur obssession profonde, c'est faire du mind-control. Quel pagaille, de trouver des cobaye baye baye baye, baye baye baye baye, baye... Ps: si t'as connu ça, ton enfance à du être génial
  33. 14 points
    Volontaire très réceptive et très expressive. Un régal. Elle part très vite. Pas de challenge donc. Catalepsies, amnésies et pas mal d’hallucinations. La liste des effets est dans la description de la vidéo. Par contre j’avoue que la séance est un peu longue. Il faudra que je limite un peu à l’avenir.
  34. 14 points
    Bonjour à tous, Et oui, Vous avez bien lu le titre, après une formation avec JE (Plus une surcouche et un peu de pratique), j’ai réussi à hypnotiser une femme que Le Grand Messmer n’a pas réussi à Hypnotiser ;-)… Bon, redevenons sérieux, je m’explique… Un soir, à la terrasse d’un café, deux femmes discutent à côté de moi à propos du spectacle de Messmer. L’une d’entre elle explique à l’autre qu’elle a payé une petite fortune pour aller au spectacle avec ses deux enfants, mais que le test des doigts n’a pas fonctionné, ni sur elle, ni sur ses enfants. Elle n’a donc pas été sélectionnée pour monter sur la scène ! Dubitative, elle se demande si ce n’est pas « un coup monté », que ceux qui montent ont déjà été hypnotisés, ou sont des complices ! Je me permets donc de me mêler à la conversation. Un petit pre-talk de mon cru (Ou là, j’en profite pour vous transmettre une idée qui m’est venu à cette occasion qui, semble-t-il a été l’élément déclencheur… « Vous savez, c’est la personne hypnotisée qui fait tout le travail et s’hypnotise elle-même, l’hypnotiseur n’est qu’un guide. Comme quelqu’un qui apprends à faire du vélo, c’est lui qui fait tout, la personne qui enseigne le vélo n’est qu’un guide » ) Bref, cette fois-ci, test des doigts positifs, les mains qui collent, puis une sur le front, et pendant ce temps là, l’autre se colle sur la table ;-)… Evidemment, c’est la présence de ses enfants, qui a empêcher cette personne de se lâcher du fait de sa responsabilité (ça se sentait dans son discours..), et là, déçue de la première expérience, et souhaitant profiter de cette nouvelle opportunité, avec uniquement sa copine, ça a été une partie de rigolade… Evidemment, je sais que je n’arrive pas à la cheville de Monsieur Messmer, et que c’est le contexte qui m’a permis cela. Mais quand même, « ça fait plaisir »…
  35. 14 points
    Pour conclure... Le Street-hypnotiseur type est un homme taureau (ou capricorne ou verseau, pour si peu...) qui a entre 15 et 30 ans. Il a les yeux marron, mesure entre 1,70m et 1,80m (Bien qu'il a plus de chance que la moyenne d'avoir les yeux bleu) et est informaticien (Noooooon, sans blague ?!). Il est brun ou châtain aux cheveux lisses, et peut aussi bien être en couple que célibataire (bien qu'il a une légère chance de plus d'être en couple). Sa couleur préféré est le Bleu (ou parfois aussi le rouge, mais ça, c'est pour les meilleurs.) Il a un ou plusieurs animaux, généralement des chats. A ce sujet, il pense bien souvent que l'animal qui le représente est le chat ! ll pratique l'hypnose de rue (NOOOOOON, sans blaaaaague ? ​(D'ailleurs, c'est le type d'hypnose qu'il a découvert en premier !) depuis 1 ou 2 ans, et adoooore la suggestion du pause-lecture. Il a presque forcément déjà vécu plein de choses sous hypnose ! Bien souvent, il fait aussi de la thérapie ou envisage de s'y former, alors qu'il ne compte pas forcément se diriger vers l'hypnose de spéctacle. Il y a 2 chances sur 3 qu'il dise ne pas se servir de l'hypnose dans un cadre plus personnel. (Mais ça, c'est ce qu'il dit.) Il parle le Français, et bien souvent l'Anglais. Aussi, il habite généralement en France. Il chausse du 42-43. Le Street-hypno de base a aussi plein d'autres passions, dont souvent la musique. Il est omnivore et presque systématiquement non-fumeur ! C'est quasiment obligatoirement un procrastinateur. A priori, il dors sans peluche (enfin c'est ce qu'il dis...) . C'est bien souvent un couche-tard/lève-tard. Le street-hypno de base possède entre 1 et 5 ancrages hypnotique. Il est généralement Hétéro sexuel, et a déjà hypnotisé un de ses proches. Quand il sort en street, il préfère utiliser une pancarte, et il a déjà utilisé l'hypnose pour faire pleiiiiiiiiiiiiin de choses ! (comme apprendre à gérer le stress ou l'anxiété, ou développer sa concentration ou sa confiance en soi.). Enfin, c'est une grosse bouffe qui aime manger. Voila voila...
  36. 14 points
    L'arche vient de sortir cette vidéo d'analyse commentée d'une séance de cabinet public. Il y a pas mal de contenu, et c'est toujours très intéressant d'analyser ces séances, parce que le contexte est vraiment propice à du jeu public/sujet. Pour ceux qui veulent apprendre à hypnotiser sans induction formelle, ou qui veulent juste éviter de faire en boucle l'induction des petits papillons virevoltants, c'est une bonne ressource pour vous. (nah, sans rire, dedans vous avez teeeellement de choses, si vous êtes débutants en indirect vous allez trop apprendre je suis jaloux )
  37. 14 points
    Bonjour à tous, Je suis en train de traduire les trois articles d'introduction à l'Automatic Imagination Model écrits par Kev Sheldrake. Je vous présente la traduction du premier, l'original pouvant être trouvé ici : http://www.whatsonmybrain.com/head-hacking-part-1/ N'hésitez pas à apporter des corrections (des coquilles ont pu s'y glisser), à émettre des critiques, et surtout à commenter le propos de l'auteur, qui me semble très intéressant. Bonne lecture !recad -------------------------------------------------------------------- 1ère partie : les modèles populaires de l'hypnose Quand Josh a mentionné que certains de ses abonnés avaient demandé des précisions à propos de l'Automatic Imagination Model, je me suis immédiatement dit : « Super ! Ca va être rapide et facile d'écrire là-dessus. » Pourtant, une fois que j'ai commencé à réfléchir à la façon dont je pourrais l'introduire, j'ai repensé à ce qui s'était passé pour nous il y a deux ans et j'ai réalisé à quel point cette époque avait changé notre état d'esprit et notre approche de l'hypnose. Nous n'aurions même pas pu en ce temps-là donner du sens à ce que nous pensons maintenant de l'hypnose - on pensait au moins savoir quelque chose à propos de la façon dont ça pouvait marcher, alors qu'en fait on savait simplement comment la faire marcher (notre capacité à l'enseigner rapidement aux autres en attestait). Dans cet article je vais passer en revue les modèles populaires de l'hypnose, dans la partie suivante je présenterai les résultats scientifiques, et dans la dernière partie j'expliquerai notre propre modèle pour l'hypnose, l'Automatic Imagination Model, et j'expliquerai pourquoi nous sommes confiants en sa réussite. Pour commencer par le commencement, une des meilleures sources d'information sur l'hypnose dont vous puissiez envisager l'acquisition est The Oxford Handbook of Hypnosis (2008) par Nash et Barnier (Oxford University Press). Il n'est pas donné, mais il est volumineux et exhaustif ; si l'on compare avec l'achat d'un accès à seulement quelques-uns des essais académiques qu'il référence, c'est une affaire. Alors, qu'est-ce que l'hypnose, et commence marche-t-elle ? Je crois que la majorité des hypnotiseurs s'accorde sur le fait que l'hypnose est produite par la communication d'idées de l'hypnotiseur vers le sujet, et que cette communication ne nécessite pas de moyens paranormaux - en d'autres termes, les langages verbal et non-verbal suffisent. Si vous pensez qu'une énergie coule entre l'hypnotiseur et le sujet ou que la télépathie est en quelque façon impliquée, j'en suis désolé mais cet article n'est probablement pas pour vous. Dans le plus simple des cas, l'hypnotiseur parle et le sujet écoute, et le résultat c'est que le sujet fait l'expérience de l'hypnose - j'ai pu en faire par téléphone et via le chat par texte de Skype, alors je suis plutôt confiant quand je dis que les mots suffisent pour causer l'hypnose. Définitions Qu'est-ce qu'on veut dire quand on utilise le mot hypnose ? Il est important de le dire avec précision, parce que les hypnotiseurs ont souvent tendance à être en désaccord quand il s'agit de savoir ce qui est hypnose et ce qui ne l'est pas. L'homme de la rue sait ce qu'est l'hypnose, ça consiste à faire faire à des gens des choses qu'elles ne feraient pas autrement, que ce soit arrêter de fumer ou danser comme Beyonce. Il y a deux façons de définir l'hypnose, la première est de définir « l'hypnose comme processus », et la seconde de définir « l'hypnose comme produit ». L'hypnose comme processus est ce qu'on a décrit dans le paragraphe précédent - l'hypnotiseur parle et le sujet devient hypnotisé - dans le cas de l'hypnose éveillée (ce qui inclut l'excellent Hypnosis Without Trance de James Tripp), il n'y a pas d'induction manifeste et le processus semble consister seulement en une introduction suivie par une série de suggestions. C'est en réalité la définition que le Oxford Handbook présente : une Introduction suivie par une Première Suggestion ; la première suggestion peut être une induction, mais la définition n'exclut pas des approches non-inductives de l'hypnose. Il est important de le noter : le Oxford Handbook considère la réponse à une suggestion sans qu'une induction ait précédé comme de l'hypnose. La question suivante est : « comment est-ce qu'on sait quand de l'hypnose s'est produite ? », et on répond avec des définitions de « l'hypnose comme produit ». Il est possible, quoique ça soit peu probable, que tous ceux qui aient jamais répondu à une suggestion n'aient fait en réalité que jouer le jeu pour leurs propres raisons, sachant qu'ils n'étaient pas hypnotisés et dupant les hypnotiseurs dans ce processus. Comment le saurions-nous ? Un scénario plus pertinent pourrait être que la plupart des bons sujets répondent hypnotiquement à la suggestion mais que votre dernier sujet était simplement en train de jouer le jeu. Comment pourriez-vous savoir que ce n'est pas là ce qu'ils faisaient ? Ils pourraient s'effondrer de la même manière et agir d'un façon qui simulerait la réponse à la suggestion, y compris feindre l'amnésie de ce qu'ils ont fait. Il semble juste de suggérer que la seule personne qui sait si elle est ou non hypnotisée est le sujet lui-même, étant donné que c'est la seule à savoir si elle a elle-même fait les choses qui lui sont arrivées ou si les choses qui lui sont arrivées lui sont arrivées par elles-mêmes. Nous sommes essentiellement intéressés par la question de savoir si le sujet a senti qu'il était hypnotisé, et, comme il est généralement un profane, cette question se traduit d'habitude en lui demandant s'il a senti que l'hypnotiseur lui a fait faire quelque chose qu'il n'avait pas décidé de façon intentionnelle. Cela nous amène à « l'effet classique de la suggestion » - la situation dans laquelle l'hypnotiseur suggère un effet particulier (la main collée sur la table, par exemple) et ensuite met le sujet au défi de la vaincre (« essaye de soulever ta main »), et celui-ci échoue (la main reste sur la table). C'est « l'hypnose comme produit », le produit étant la sensation du sujet que quelque chose s'est passé automatiquement ou involontairement et que la cause en est l'hypnotiseur ou l'hypnose. Les suggestions sont souvent classées en trois catégories : suggestions idéomotrices, où le mouvement physique est causé ; suggestions de défi, où le volontaire ne peut vaincre la suggestion ; et suggestions cognitives, qui incluent le royaume des émotions, des amnésies et des hallucinations. Maintenant nous savons ce dont nous parlons : l'hypnose semble consister dans le fait que l'hypnotiseur se présente et donne au sujet des suggestions, l'effet de ces suggestions étant que le sujet a l'impression que celles-ci lui arrivent, au lieu de sentir qu'il est lui-même la cause du comportement qui en résulte. En ne spécifiant pas la forme du processus, nous incluons des approches de l'hypnose dont les apparences peuvent être variables, tant qu'elles ont pour résultat cette sensation dirigée et subjective d'automaticité ou d'involontariat. Etant donné cette définition relativement large de l'hypnose, regardons maintenant les modèles populaires qui ont essayé de décrire la façon dont l'hypnose pourrait effectivement marcher. Erickson, Elman et Estabrooks Le modèle ericksonien de l'hypnose (tel qu'il est décrit dans Patterns of the Hypnotic Techniques of Milton H. Erickson, M.D, Vol. 1 – Bandler et Grinder) comprend deux esprits (on y fait souvent référence comme le « modèle à deux esprits ») : l'esprit conscient qui est logique, rationnel et limité, et l'esprit inconscient qui est abstrait, émotionnel et expansif. Le modèle affirme que lorsque l'esprit conscient est contourné (bypassed), il est possible d'accéder aux ressources inconscientes et de les diriger; c'est essentiellement un modèle dissociatif, par lequel l'esprit conscient est dissocié de l'esprit inconscient, et où il est empêché d'interférer avec le fonctionnement de la suggestion. Le model elmanien de l'hypnose (Hypnotherapy - Elman) comprend trois esprits, et montre des réminiscences du modèle freudien de l'esprit. Le modèle d'Elman est centré sur le rôle du « facteur critique » qui, d'après lui, décide quelles suggestions prendre. Le but de l'hypnose, dans ce modèle, était de contourner le facteur critique et d'établir une pensée sélective. C'est aussi un modèle dissociatif, par lequel le facteur critique est dissocié de l'inconscient. Les modèles ericksonien et elmanien présentent tous deux l'hypnose comme un état ou une transe dans lesquels le sujet entrerait ; typiquement, ce serait l'induction qui ferait que le sujet entre dans l'état ou dans la transe, à l'intérieur desquels il prendrait des suggestions. Les deux modèles comprennent une sorte de « gardien » (l'esprit inconscient dans le modèle ericksonien et le facteur critique dans le modèle d'Elman) qui, supposément, protégerait le sujet en l'empêchant de prendre les suggestions qui seraient préjudiciables pour lui. A l'inverse, Estabrooks (Hypnotisme - Estabrooks) ne présente pas un modèle comme tel (et parle du modèle à deux esprits comme étant non-scientifique) mais il semble qu'il ait cru qu'un état hypnotique était induit et que ce dernier nous permettait de donner des suggestions au sujet. Une différence significative est qu'il croit que les sujets capables pouvaient prendre les suggestions qui leur étaient préjudiciables, et qu'il ne semble pas croire qu'il existe quelque chose comme un mécanisme de « protection des meilleurs intérêts » capable d'éviter cela. L'insaisissable état et l'illusion de la conscience Les théories de l'hypnose qui s'appuient sur l'existence d'un état particulier sont battues en brèche par les travaux académiques, bien qu'il y ait encore des universitaires qui semblent croire en la notion basique d'état, défini comme une modification du processus qui s'éloignerait de ce qui est considéré comme un comportement « normal », non-hypnotisé. La raison principale pour laquelle cet état supposé est battu en brèche est que, malgré l'effort considérable qui a été mis dans la recherche de marqueurs fiables pour caractériser l'état hypnotique, aucun n'a été trouvé. L'imagerie cérébrale peut déterminer quand un sujet agit d'après une suggestion spécifique et quant ils sont seulement en train de simuler, mais la nature confuse des inductions - qui sont faites de suggestions (ne serait-ce que la suggestion d'entrer dans l'hypnose) - signifie que la tentative d'étudier une « hypnose neutre », dans laquelle le sujet serait hypnotisé mais sans qu'aucune suggestion ne lui soit donnée, s'est révélée difficile. En d'autres mots, les marqueurs physiologiques de l'état sont très difficiles à séparer des marqueurs physiologiques pour des suggestions spécifiques, et cela a été aggravé par le fait que des inductions différentes impliquent des suggestions différentes, ce qui produit des marqueurs physiologiques différents. En bref, l'imagerie cérébrale ne nous a pour l'instant fourni aucune preuve fiable et tangible de l'existence d'un état ou d'une transe hypnotique. Il est vrai que les sujets hypnotisés semblent être dans un état ou dans une transe hypnotique et leur témoignage va souvent en ce sens, mais il est également vrai que les sujets qui ne peuvent pas se rappeler leur nom ont l'air de ne pas le pouvoir, et témoignent également en ce sens si on les questionne. Nous acceptons le fait que l'amnésie du nom soit suggérée, pourquoi n'acceptons-nous pas que l'idée que l'état ou la transe soient également suggérés ? Lynn et Kirsch (Essentials of Clinical Hypnosis: An Evidence-Based Approach) ont mis en lumière la façon dont les « crises » mesmériques unanimes ont été remplacées par le « somnambulisme artificiel » de Puységur simplement parce que l'un de ses sujets était totalement inconscient du mesmérisme et de ses effets habituels ; quand il fut mesmérisé, le fermier n'a montré ni crise ni convulsion pendant plus d'une heure, mais au lieu de cela resta calme et silencieux. Puységur préférait ce processus et tous ses clients ultérieurs réussirent le même effet ; Lynn et Kirsch concluent que l'effet du mesmérisme était suggéré, et qu'il avait été pris à tort pour un état. Il serait peu sage d'ignorer cette observation et de supposer que nos sujets sont dans une transe juste parce qu'ils semblent l'être et qu'ils disent l'être, en particulier si l'on prend en compte l'absence de preuves physiologiques pour appuyer cette affirmation. Si ça n'a pas suffi pour vous troubler, alors j'attends de l'observation suivante qu'elle le fasse - à condition, évidemment, que vous n'ayez pas déjà pris de l'avance sur moi. Cette vidéo, produite dans le cadre d'un programme pour la BBC au Royaume-Uni, montre Marcus du Sautoy (professeur titulaire de la chaire Simonyi à Oxford pour la Compréhension Publique de la Science) se faire retourner le cerveau en bonne et due forme par une expérience élémentaire qui met en jeu quelques boutons et un scanner cérébral IRM. Au cas où il vous viendrait l'envie de recréer cette expérience chez vous, voilà à quoi devrait ressembler la note : Marcus du Sautoy (notre sujet) - £100; 2 boutons-poussoir et leurs interfaces USB (de chez Farnell) - £50 Ordinateur portable (de chez Apple) - £995 Un appareil IRM pendant une heure - ça n'a absolument pas de prix Il semble y avoir des choses que l'argent ne peut pas acheter, et avoir accès à un appareil IRM fait probablement partie de celles-ci. A moins que vous ne soyez Alan Suger - « Vous êtes un neurone, vous êtes viré ! » (Alan Sugar est un entrepreneur britannique couronné de succès et le « boss » dans la version britannique de The Apprentice.) Mais sérieusement, regardez cette vidéo, c'est incroyable : http://tune.pk/video/1049372/neuroscience-and-free-will Dans cette vidéo, Marcus du Sautoy fait scanner son cerveau alors qu'il est couché dans l'appareil IRM. Tout ce qu'il a à faire c'est d'attendre, puis de décider d'appuyer sur l'un des deux boutons (il en un dans chaque main) ; dès qu'il a décidé sur quel bouton appuyer, il appuie dessus. Puis il attend, et il recommence, encore et encore, etc. Après calibration, il est possible de déterminer six secondes à l'avance sur quel bouton Marcus va appuyer. Six secondes. Marcus en conclut que la conscience de la personne qui manipule l'appareil IRM peut dire sur quel bouton Marcus va appuyer six secondes avant la conscience de Marcus elle-même ne le sache. Cela implique pour lui (et pour nous) que la conscience de prendre une décision est à la traîne par rapport à la véritable prise de décision, et cela avec un délai tel que la conscience ne peut en aucune façon être considérée comme étant « en charge », ni comme étant « preneuse des décisions ». Elle devient simplement consciente de décisions qui ont déjà été prises - il n'y a pas de libre arbitre. Ceci implique d'autre part que l'attention consciente doit être générée par l'inconscient, et que par conséquent l'esprit conscient est une illusion. Vous êtes toujours vous, mais la sensation que vous avez de penser et de décider n'est pas réelle ; elle a été générée par cet ordinateur biologique qu'est votre esprit inconscient - qui n'est qu'un autre mot pour parler de votre cerveau. Anthony m'oblige à faire ici notre traditionnelle mise en garde, qui consiste à dire que tout ce que vous ferez avec cette information restera de votre responsabilité. Si vous décidez de cambrioler une banque, que ce soit pour apporter une preuve à votre croyance au libre arbitre, ou au contraire parce que vous pensez n'avoir aucune influence sur votre décision et que le cambriolage était inévitable, alors vous vous faites des illusions. Vous avez existé jusqu'à maintenant sans cambrioler des banques (en tout cas, la plupart d'entre vous) et rien d'autre n'a changé que, peut-être, votre perception de là où vos décisions sont prises, ainsi que de la façon dont vous en devenez conscient. Alors ne cambriolez pas de banques, mais soyez critique avec les modèles à esprits multiples, comme ceux d'Erickson et d'Elman. La programmation neuro-linguistique (PNL) Vers la fin des années 1970, John Grinder et Richard Bandler ont modélisé quelques grands thérapeutes. A partir de ce processus de modélisation, ils ont développé des méthodes pour modéliser l'excellence et des méthodes pour causer le changement hypnotique. La PNL consiste en des patterns langagiers et des processus de recadrages centrés sur la solution, sur la thérapie brève, pour changer les clients au mieux. En 2011, le professeur Irving Kisrch a fait une présentation pendant la conférence sur l'hypnose « change | phenomena », en y incluant des recherches sur la PNL. Il a rappelé des études qui montrent que le protocole de traitement de la phobie en une session mis en avant dans Frogs Into Princes (traitement rapide de la phobie) est moins efficace qu'une seule session parmi les cinq que compte un traitement selon la thérapie cognitive comportementale (TCC) ; que l'usage que font les sujets des prédicats du système représentationnel ne correspond pas à leurs façons de penser ; que l'interprétation des mouvements des yeux en tant que signaux n'est pas fiable ; que la régression en âge ne marche pas parce qu'elle exige de la mémoire humaine un fonctionnement qui ne correspond pas à ce que l'on sait d'elle ; et que la double induction de 45 minutes, par laquelle Bandler et Grinder affirmaient pouvoir hypnotiser le plus grand nombre de personnes en les conduisant dans les états les plus profonds, est moins efficace qu'une induction progressive basique de quinze minutes, enregistrée sur cassette par un animateur radio qui n'était pas hypnotiseur. En bref, les affirmations sur lesquelles la PNL se base sont défectueuses, indépendamment de la question de savoir si vous avez fait l'expérience d'une réussite des patterns de changement. Ces articles de Head Hacking s'intéressent à la façon dont l'hypnose fonctionne, plutôt qu'à la question de savoir si une approche particulière de la thérapie marche en général. Je ne vous demande pas de changer ce que vous faites, mais je suggère que vous puissiez vouloir examiner les raisons pour lesquelles vous croyez que cette approche fonctionne. Le modèle des Human Givens Les Human Givens (Griffin et Tyrrell) est un modèle de thérapie qui est basé autour de neuf besoins humains, et sur la façon dont ils sont plus ou moins bien remplis dans chaque aspect de la vie du client. Ce modèle utilise la technique du rembobinage, une variation du traitement rapide des phobies de Bandler et Grinder, pour réduire l'émotion connectée à un événement passé ou à un événement futur imaginé. Le modèle pour l'hypnose présenté par Griffin et Tyrrell n'utilise pas un modèle à plusieurs esprits ; il parle simplement de déclencher la « réponse d'orientation », qui déclenche le « générateur de réalité » du « cerveau rêveur », pour ensuite lui fournir du contenu sous la forme de suggestions. Cette définition évite de parler de dissociation et d'état, bien qu'elle soit, en réalité, un modèle pour l'hypnose basé sur un « processus spécifique ». L'idée de processus spécifique ici renvoie au concept de l'hypnose comme quelque chose qui déclencherait ou causerait un processus cérébral qui autrement ne serait pas actif, ou en modifierait un qui le serait (ou en stopperait un qui bloquerait l'hypnose). Les modèles à processus spécifiques ont parfois été regardés comme réintroduisant en contrebande l'idée d'état, dans la mesure où la présence d'un processus spécifique (s'il existe) pourrait être utilisé pour faire la distinction entre des modes opératoires hypnotisé et non-hypnotisé - des modes opératoires qu'on appelle couramment des états. Malgré tout, ici à Head Hacking nous trouvons utile le modèle pour l'hypnose que proposent les Human Givens, dans la mesure où il nous permet (ou il nous force) de remettre en question les différents aspects de l'hypnose en tant que processus. Le fait que ce modèle ne fasse pas de place à la notion de « profondeur » signifie que nous pourrions nous dispenser des techniques d'approfondissement, et nous n'avons pas constaté de changements dans nos résultats - en-dehors du fait que les choses prenaient moins de temps. L'idée d'un générateur de réalité ou d'un cerveau rêveur nous fournit une vision plus tangible de celui qui (ou ce qui) prenait les suggestions, ce qui nous a permis de changer la façon dont nous approchions un sujet hypnotisé : au lieu de parler à un sujet « dormant », nous parlions à un sujet « rêvant » et nous peignions des rêves pour lui. Soudainement (pour moi, au moins) la pratique qui consistait à dire à un sujet qu'au moment suivant il allait danser comme Beyonce ne semblait plus aussi ridicule. Déclencher la réponse d'orientation pourrait être vu comme une induction, et les inductions rapides de choc pourraient aisément être vues comme déclenchant un processus ; les inductions conversationnelles et progressives pourraient potentiellement réaliser les mêmes fins à travers un processus plus graduel et souterrain au cours duquel on amènerait gentiment le générateur de réalité à se mettre en marche, plutôt qu'en réponse à la réponse d'orientation. Parallèlement au fait qu'il ouvrait la porte à un nombre infini de façons de créer des inductions, il fournissait aussi une autre façon de voir le modèle : peut-être était-il possible de déclencher la réponse d'orientation sans user d'une induction. En 2006, nous avons travaillé sur le pilote de I Know What You Did Last Friday - un show télévisé qui met en scène un participant hypnotisé amnésique des événements d'un jour particulier. Vous pouvez voir ici 9 minutes de fun compactés dans une bande annonce : [lien brisé] Pendant une pause lors du tournage, Anthony a demandé à notre sujet s'il pouvait soulever une bouteille qui était sur la table - il s'attendait à ce qu'il soit capable de le faire ; il allait alors lui demander de la reposer, de se concentrer et d' « essayer à nouveau, pour te rendre compte que tu ne peux pas ». Gagner l'attention des sujets ou la diriger était devenue une méthode d'induction à cette époque. Au lieu de cela, notre sujet s'est rendu compte qu'il ne pouvait pas soulever la bouteille, simplement en réponse à la question initiale d'Anthony. Anthony s'empara de l'occasion et en quelque moments poussa le sujet jusqu'aux hallucinations. Après le tournage sur le terrain nous avons fait une pause de trois semaines durant laquelle nous n'avons eu aucun contact avec le sujet. Notre rendez-vous suivant prit place dans un merveilleux restaurant à Amsterdam (merveilleux pour les amateurs de poisson), dans l'optique du tournage studio. Anthony répéta l'exercice avec la bouteille avec les mêmes résultats et ce fut l'acte de naissance de la Permanosis (comme nous l'appelons) ; c'était l'idée que, une fois qu'il a été hypnotisé, un sujet capable reste ouvert à la suggestion de façon permanente. Il faudrait que j'ajoute qu'au moment où Ant avait déjà fait passer deux suggestions, j'ai lancé une suggestion ninja selon laquelle sa main était bloquée sur le bras de Ant ; je n'avais jamais hypnotisé ce sujet moi-même, ce qui signifie qu'il est inutile qu'une relation hypnotique avec le sujet préexiste pour que les suggestions soient prises. (L'hypnose ninja est la pratique qui consiste à voler les sujets d'autres hypnotiseurs, au moment où ces derniers sont en train de donner des suggestions. C'est très amusant - il faut juste être un peu plus hypnotiseur que l'hypnotiseur actuel.) Résumé des modèles populaires En résumé, les modèles les plus populaires parmi les hypnotiseurs en activité sont les modèles basés sur un état, les modèles à esprits multiples où l'hypnose est causée par une induction (modèles ericksonien, elmanien et PNL). Les neurosciences suggèrent que l'esprit conscient est une illusion et n'est pas la source des prises de décision, ce qui fait que les modèles à esprits multiples paraissent moins probables. Nous manquons de preuves pour pouvoir parler d'une état ou d'une transe « en soi », même s'il y a de solides preuves qui montrent que le fonctionnement du cerveau change en réponse à la suggestion. Le modèle des Human Givens se dispense de parler de profondeur, et nous a permis de nous dispenser d'inductions quand nous savions que les sujets en étaient capables. Dans la partie 2, je présenterai les travaux scientifiques et en partie 3 je décriai l'Automatic Imagination Model. Je vous invite à consulter nos produits à http://www.headhacking.com/products et à nous suivre sur Twitter @headhackinglive.. Kev Sheldrake, hypnotiseur Head Hacking
  38. 14 points
    Al Capone de l'hypnose, dealer de transe, je fais des séances dans des ruelles sombres à 100 euro la passe hypnotique. L'avenir de l'hypnose: Seul une bande d'irréductible hypnotiseur traqué par toutes les polices sévissent dans la France entière. Ils sont connus sous la bannière street-hypnose. Autorisation de tirer à vu. Dans le journal on lira: -" Nouvelle amendement, il est désormais interdit de serrer la main, pour protéger les honnêtes citoyens d'une rupture de pattern, technique lâche utiliser par les hommes (et femmes) de street-hypnose pour provoquer l'état d'hypnose." -"Jean-Emmanuel court toujours, l'ennemi publique numéro 1 est en fuite et est toujours introuvable, n'hésitez pas à nous contacter si vous voyez quelqu'un parler bizarrement, regarder intensément dans les yeux ou utiliser les mots détente, relaxation, transe, dormir, dors, sommeil. Merci de votre coopération". Bref, le futur de l'hypnose pourrait se passer comme ca ou bien tout autrement. Comme dirait un ami:-"Il faut pas crier avant d'avoir mal".
  39. 14 points
    Tu fais trop d'hypnose quand tu laisses ton inconscient répondre à un QCM...
  40. 14 points
    Tu fais trop d'hypnose quand tu te demandes si la mort est une croyance limitante.
  41. 13 points
    Hello je viens vous faire part aujourd'hui de quelque chose qui a eu lieu il y a quelques temps déjà (décembre), mais qui me tourne dans la tête depuis, et me mène à pas mal de questions... Je vous explique tout ca : Pierre (Fandenem) à réalisé une séance sur sa meilleure amie (plutôt très réceptive) et nous étions 3 à avoir pu l'observer. Arrive un moment ou il passe une suggestion (qu'il avait déjà réalisé sur elle et qui avait fonctionné exactement de la même manière) de type "tout en restant ici, tu peux imaginer que tu te déplaces partout dans cette pièce et vois tout ce qui s'y passe." (expérience sortie du corps..) (Je précise qu'elle était assise sur un canapé et avait les yeux totalement fermés) Et à partir de la, ca devient surprenant. Puisqu'en effet, tout en ayant les yeux fermés, elle était capable de nous dire, quasiment à coup sûr, tout ce qu'il se passait autour d'elle. Par exemple, je choisissait un chiffre, que je "montrait" avec mes doigts, tout en les cachant dans mon dos (donc même si elle avait eu les yeux ouvert elle n'aurait pas pu les voir.) , et là, à chaque fois, elle était capable de nous donner le chiffre exacte que j'avais choisi. (j'avoue que sur le coup, ca m'a fait tout drôle). On a ensuite essayer de placer un certain nombre de boules sur un billard, cette fois, elle savait nous dire le nombre de boule mais, inversai les couleurs. Un moment, sont copain lui a fait des doigts d'honneur, alors qu'elle avait toujours les yeux fermé, et elle a sortie un "arrête de me faire des fuck ! " Un autre moment, elle nous a expliqué que dans sa tête, elle était tombé en se déplaçant parce qu'elle s'était pris les pieds dans un carton de livres. Carton de livres qui, après vérification, était bien présent la ou elle nous l'avait décris, alors que l'on y avait absolument pas prêté attention avant. Quelques minutes après cette expérience, elle nous a expliqué à quel endroit elle avait vu chacun d'entre nous, et cela correspondait exactement aux endroit ou nous étions. Je sais que certaines expériences un peu inexpliquées ont pu avoir lieu sous hypnose (par exemple, des histoires d'hyper-synchronisation), cette fois encore, je trouve ca totalement fou. Avez vous déjà connu des situations similaires ? Auriez-vous des explications possible ? Existe t'il un "6ème sens" sur ce point ? Reste-t-il une grande partie inexploité et inconnu de nos facultés ? Et vous, qu'en pensez vous ?
  42. 13 points
    Voici le compte-rendu du premier hypnodébat qui avait pour thème : Qu'est-ce qu'une bonne séance? Et ça nous donne un débat d'1h40 dispo ici : Alors j'ai pris quelques notes, et voilà un petit résumé, Bonne lecture : Point de départ : Le pré-talk -Bon pré-talk : 50% de la séance de faite -Rassurer, démystifier -Être soi-même -Analyser les croyances et voir si elles sont compatibles avec celles dont on a besoin lors de la séance -/!\Respecter les croyances de bases de la personnes, lorsqu'elles sont bonnes… -Recadrer les croyances seulement lorsqu'elles peuvent être mauvaises ou dangereuses pour la séance. -Pré-talk pas obligatoire si la personne arrive déjà avec de bonnes croyances -Placer les "gros fusibles" (tu pourras tout arrêter quand tu veux, tu restes bien debout quand tu entre en transe) -Début de la séance : commencer les suggestions. -Pour être une bonne séance, la séance doit être autant appréciée par le volontaire que par l'hypnotiseur : Si à un moment l'hypno ne "le sent pas", il vaut mieux arrêter pour éviter de passer un mauvais moment. On ne s'oblige à rien, on est là pour prendre du plaisir et on peut s'arrêter quand on le souhaite, de la même façon que le volontaire peut le faire. -En Street, on ne va jamais dans une démarche thérapeutique, il faut toujours rester dans le ludique. Pas d'échec, toujours du feedback. La séance en elle-même : -Ordre "d'acceptabilité" à respecter, même si ce n'est pas une vérité général (elle peut changer selon les volontaires) : Mouvements idéomoteur, amnésie, catalepsie, hallucination -Plus la personne va vivre des suggestions, mieux elle va accepter les suggestions qui vont passer derrière. -Recentrer sur les émotions positives, sur le ressentis des volontaires -La meilleure approche est d'aller vers le volontaire, s'intéresser à lui, ses ressentis et ses émotions, d'une manière authentique et positive -S'adapter au volontaire, ne pas hésiter à demander aux volontaires ce qu'il aimerait vivre et comment (cf Clean Langage) -Essayer de produire des "Waouh" chez le volontaire tout au long de la séance, renouveler chez le volontaire de l'émerveillement. -Il faut faire intervenir la personne, la laisser dynamique dans la séance. Réveil -/!\ne pas laisser repartir le volontaire "shooté", ne pas oublier de le reconnecter le volontaire -Ne pas oublier d'annuler les suggestions! -Redonner des suggestions positives -Mettre un point, un terme au "contrat" de la séance Après-Réveil -Feedback très importants : Permet d'avoir le ressenti de la personne et de s'améliorer dans notre pratique puisqu'on peut toujours progresser. -But de la séance : Permettre au volontaire de découvrir l'hypnose, de passer un bon moment. -Possibilité d'envoyer le volontaire vers un hypnothérapeute, mais jamais de faire de la thérapie dans la rue même en ayant les connaissances et la technique, le cadre n'étant pas le bon. -Le plus important pour l'hypno est de voir les yeux pétillants et le sourire du volontaire à la fin de la séance, et le merci de la fin! Conclusion : Une bonne séance d'hypnose : Du coté technique, une bonne séance, ça doit être "juste beau" d'un point de vue langage, sans nécessairement aller jusqu'aux hallucinations, lorsque les suggestions passent bien. Le but n'est pas d'avoir énormément de phénomènes, mais que les phénomènes effectués soient bien faits. Pour le côté humain, une bonne séance, c'est la possibilité d'avoir une relation spéciale et privilégiée sans rien avoir à vendre, seulement en s'amusant et en s'échappant de temps, du côté du volontaire comme de l'hypno, et en leur permettant de découvrir notre passion, cette pratique extraordinaire qu'est l'hypnose.
  43. 13 points
    Voici une variante du Pause/Lecture que je fais depuis quelque temps, et qui est très appréciée des volontaires. J'ai eu cette idée en passant devant un magasin de magie. J'ai investi dans le matériel suivant : - 1 jeu de cartes (2 €) - 1 baguette magique de 10 cm (1 €). Le tout étant suffisamment petit pour tenir dans ma poche. En pratique, je suggère le jeu du pause/lecture de manière tout à fait classique. Dès que le volontaire ouvre les yeux, je le regarde d'un air malicieux et je lui dis que non seulement je suis hypnotiseur, mais que je suis aussi magicien ! Et pour le lui "prouver", je sors ma baguette magique. Surprise garantie. Et je lui dis que pour cette séance, je vais lui prêter ma baguette et ses pouvoirs magiques. Je lui mets une carte dans la main, et lui dit qu'il peut la transformer en une autre carte en pointant la baguette vers elle et en disant "abracadabra". Dès que le volontaire dit le mot, je dis Pause et j'échange les cartes. Puis je dis Lecture. Le volontaire a l'impression que c'est lui, grâce à la baguette magique, qui a produit ce changement. Je recommence ensuite avec une autre carte, puis parfois avec quelques objets qui trainement dans ma poche : carte Navigo, trousseau de clés... Et je continue ainsi avec la téléportation : grâce à la baguette magique, le volontaire peut me téléporter, se téléporter... Cette technique à au moins 2 intérêts : 1) Le volontaire n'a pas peur du pause/lecture : il est émerveillé par son nouveau pouvoir. Avant d'utiliser la baguette, je disais au volontaire que son doigt était devenu magique. Mais ça restait quand même un peu bizarre. Alors qu'avec une baguette magique et en disant abracadabra, il devient presque normal de produire des phénomènes 2) Le côté spectacle : quand les passants voient quelqu'un figé comme une statue avec une baguette à la main, ça interpelle Désormais, j'utilise tout le temps la baguette magique pour le pause/lecture, et j'en suis très content. Les volontaires aussi. NB : Je pense que ça marcherait aussi en disant carrément : "Lorsque tu diras le mot abracadabra, tu te figeras comme une statue". A tester.
  44. 13 points
    Et le Hangout c'est même une grande famille ! *Waaaaaw trop de loooooooooove* Je m'excuse de suite aux potentiels "oubliés", et décline toute responsabilité quand à la situation familliale dans laquelle vous êtes tombé.
  45. 13 points
    Coucou à vous ! Comme je sais qu'on pousse beaucoup les membres à envoyer des vidéos d'hypnose ces derniers temps, et vu qu'après presque un an de présence parmi vous je n'ai toujours pas contribué, je me suis dit qu'il était temps que j'ajoute ma pierre à l'édifice (malgré mon appréhension à me plier à l'exercice ). Certains d'entre vous étant allés jusqu'à douter que je pratiquais vraiment l'hypnose (sisi, je vous jure ), du coup il est temps de faire taire définitivement les rumeurs, et je l'espère de la meilleure des manières :3 Dans cette vidéo je fais une séance plutôt classique avec une volontaire en rue, la séance s'allonge un peu en durée mais ça reste fun je pense pour ma volontaire. J'ai mis un peu de temps à m'adapter et on voit au début de la vidéo que je suis pas trop synchro, je crois avoir un peu arrangé ça au cours de la séance mais sur la fin j'ai l'impression qu'il y avait un bon rapport, je me base surtout sur son feedback pour le dire. La séance est un peu spéciale toutefois, à cause notamment de ses demandes un peu particulières, mais c'est aussi pour ça que je trouve la vidéo intéressante vu que je n'ai encore vu personne filmer de suggestions un peu "chaudes" en hypnose de rue. Aussi l'occasion de voir un peu comment amener la chose et formuler la suggestion pour que ce soit agréable (par contre ça a été plus bruyant que prévu haha, on a failli faire fuir tous nos autres volontaires.) Heureusement pour moi l'âge de ma volontaire qui avait la cinquantaine largement passée enlève toute ambiguïté du point de vue du rapport hypnotisé\hypnotiseur Sans plus tarder, le lien de la vidéo : https://www.youtube.com/watch?v=dQw4w9WgXcQ Réceptif à toutes les critiques
  46. 13 points
    Nhova

    induction

    Vous savez, moi je ne crois pas qu'il y ait de bonne ou de mauvaise induction. Moi, si je dois résumer l'hypnose aujourd'hui avec vous, je dirais que c'est d'abord des rencontres. Des gens qui m'ont tendu la main, peut-être à un moment où je ne pouvais pas, où j'étais seul chez moi. Et c'est curieux de se dire que les hasards, les rencontres forgent une destinée... Parce que quand on a le goût de la chose, quand on a le goût de la chose bien faite, le beau geste, parfois on ne trouve pas l'interlocuteur en face je dirais, le miroir qui vous aide à avancer. Alors ce n'est pas mon cas, comme je disais là, puisque moi au contraire, j'ai pu : et je dis merci à la vie, je lui dis merci, je chante la vie, je danse la vie... Je ne suis qu'amour ! Et finalement, quand beaucoup de gens me disent "Mais comment fais-tu pour avoir cette humanité ?", je leur réponds très simplement, je leur dis que c'est ce goût de l'amour qui m'a poussé aujourd'hui à entreprendre une construction mécanique, mais demain qui sait ? Peut-être seulement à me mettre au service de la communauté, à faire le don, le don de soi... Et ça colle parfaitement en changeant juste 2 mots par rapport à l'orignal !
  47. 13 points
    Sweely-Boo

    Sur scène en 5-10s

    Bonjour Ma question : est-ce compliqué pour toi d'habitude de faire une induction en moins de 5 secondes ? Mon autre question : qu'est-ce qui change selon toi entre une séance "habituelle" et ce que tu devrais faire sur scène ? Mon autre question chiante : Est-ce que les gens qui organisent ça savent que tu feras de l'hypnose ? Mon autre question encore plus chiante : Qu'est-ce qui selon toi t'empêche de réfléchir à ta question par toi-même ?
  48. 13 points
    clarachat

    '''''

    Si je résume : 1 mois d'hypnose, ne sait pas gérer correctement une abréaction (ne sait même peut-être pas vraiment ce que c'est), prétentieux au possible. Bah oui, un mois d'hypnose, que tu le veuilles ou non, c'est pas suffisant pour mener de manière appropriée et sécurisée un spectacle dans lequel le bien-être des volontaires doit être pris en compte en premier paramètre. Et si tu oubliais de préciser au public que les gens épileptiques/spasmophiles/cardiaques/femmes enceintes/enfants/sous l'emprise de substances (tranquillisants/drogues/alcool) ne sont pas "aptes" à se faire hypnotiser sur scène ? Et si tu te retrouverais face à une personne très anxieuse qui te pète une abréaction magistrale en plein milieu, comment tu la gérerais (une réinduction + suggestions positives ne seront peut-être pas suffisantes) ? Si tu tombes sur un OVNI de l'hypnose qui plonge en Esdaile au beau milieu du spectacle et que tu n'arrives pas à le faire revenir au conscient, qu'il ne réagit plus aux suggestions, et qu'en plus tu es le seul hypnotiseur présent pour gérer ce cas ? Si tu ne poses pas les fusibles nécessaires aux volontaires et qu'ils se sentent mal pendant ou suite à tes extravagances ? Ce sont seulement quelques exemples de problèmes que tu pourrais rencontrer, dont certains au même titre qu'un hypnotiseur plus aguerri, mais qui lui saurait gérer la situation périlleuse pour épargner les dommages collatéraux sur le volontaire dus à une mauvaise pratique. Si tenté que tu connaisses déjà les notions d'Esdaile, fusibles et tutti quanti, puisqu'apparemment la basique "abréaction" didn't ring your bell. Bref, de mon humble avis, c'est une bêtise monumentale et égoïste que de vouloir monter un spectacle avec si peu d'expérience (j'insiste, et je ne prétends certainement pas maîtriser les tenants et aboutissants de l'hypnose, et d'ailleurs je ne prétends certainement pas non plus vouloir faire un spectacle d'hypnose, mais naturellement avec quelques mois d'hypnose dans les pattes, on acquiert de l'expérience supplémentaire, et un bagage plus solide pour avoir le choix d'un panel de solutions face à un problème). Quelles sont tes réelles motivations à faire du spectacle ? De ce que j'ai pu voir, te donner en spectacle, faire du show, gonfler ton égo seraient tes motivations principales. Et les volontaires dans tout ça ? L'hypnose, c'est la congruence de deux éléments : un hypnotiseur et un hypnotisé, qui évoluent idéalement sur le même rythme. Le but ? Que la personne hypnotisée en ressorte avec un magnifique souvenir plutôt qu'une céphalée, un mindfuck, un mauvais souvenir voire un traumatisme, et surtout une mauvaise image de l'hypnose. Et comme je suis partisane de la conservation (ou à ce stade, de la réhabilitation) de la bonne image de l'hypnose, s'il te plaît, pour le bien de l'Hypnose (et des volontaires, évidemment, j'espère que tu l'auras compris), patiente encore quelques mois, pratique, documente-toi, fais-toi entourer, avant de monter un spectacle. Et sinon, continue d'animer des soirées DJ et magie, c'est déjà pas mal.
  49. 13 points
    Bonjour à tous, voici ma toute première vidéo : une hypnose sans induction avec la participation de la jeune Laura. Les parties les plus intéressantes sont, je pense, le début jusqu'à l'amnésie du nom de la ville, et la fin à partir de la suggestion du guide touristique (à partir de là Laura ouvre complètement son imaginaire !). J'espère que vous prendrez autant de plaisir à la regarder que nous en avons pris à la tourner. N'hésitez pas à me faire part de vos remarques et de vos critiques, elles sont importantes pour mon évolution. Bécos !
  50. 13 points
    Tu fais trop d'hypnose quand, en rentrant chez toi vers 1h du matin, tu passes devant un bar et un type te regarde et te demande si tu cherches la merde sans aucune raison. Alors que l'adrénaline monte, il se rapproche et son visage s'illumine. Il crie "Oh ce mec est génial, il fait de l'hypnotisme !" Devant l'engouement de tout le bar, tu te prêtes à une démo, tu hypnotises le lourd en question, ses ami(e)s et sa superbe petite copine. En partant il te remercie avec un grand sourire sans savoir qu'alors qu'il racontait tes exploits, tu récupérais le numéro de sa jolie copine. J'aime bien ma vie
×
×
  • Créer...