Franc

Membres

À propos de Franc

  • Rang
    Apprenti street-hypnotiseur
  • Date de naissance 30/11/1999

Visiteurs récents du profil

Le bloc de visiteurs récents est désactivé et il n’est pas visible pour les autres utilisateurs.

  1. Merci à tous! J'ai bien hâte de collaborer avec vous et, tôt ou tard, d'hypnotiser ensemble!
  2. Je ramène ce message d'introduction en lumière puisqu'en ce début d'année 2016, je reviens vers vous, camarades hypnotiseurs, et me relance dans ma passion. Sans tomber dans les détails, la vie m'a pris de court, il y a quatre ans, en me faisant rencontrer la première femme avec qui j'ai envisagé de faire ma vie - avec tout ce que cela implique! Hélas, j'entends une sécurité d'emploi, un horaire surchargé et un rapport fusionnel qui faisait apparaître les rêves les plus fous de mon adolescence comme de ternes alternatives à la présence constante de l'être aimé. Ce fut une distraction ennivrante que je n'échangerais pour rien au monde. Les fiançailles ont été prononcées, consommées et rompues. Me voici plus vieux de quelques printemps, et doublement motivé. Au plaisir d'échanger avec vous et de se supporter mutuellement! Franc aka DeGlaive
  3. Lors d'une séance impromptue (vous n'avez pas idée, pas de présentation, pas de pretalk, sur un groupe, au milieu du centre-ville), j'ai eu mon premier réveil. Pas surprenant, me direz-vous, vu les circonstances...mais je tiens quand même à vous en narrer le déroulement, car les causes en jeu dépassent je crois celles mentionnées, et m'intrigue grandement. Nous étions deux hypnotiseurs, d'abord, qui nous sommes contentés de monter sur une estrade et de proposer aux gens assis dans une aire de repos un petit spectacle d'hypnose. Nous avons, ensemble, improvisé une induction de groupe (ni plus ni moins les mains magnétiques, en canon – la détente des mains et la chute des bras entraîne une « relaxation complète » on choisit les sujets les plus réceptifs) qui nous isolat trois sujets très réceptifs. Nous avons enchaînés rapidement avec un sujet, mon partenaire travaillant une routine plutôt cocasse de petit-déjeuner (les détails, peut-être, dans un post subséquent si on en tire quelque chose de bon!) et moi-même en travaillant une de «vacances » qui se termine avec le sujet qui chante sa chanson favorite devant un public en délire (rien de trop original, en vérité, mais je suis néophyte ). Bref, tout jusque là se passe relativement bien, mon sujet n'est pas sensible à la chute en arrière, mais pour le reste tout roule parfaitement. Les quelques spectateurs font pour elle une foule déchaînée autant qu'amusée. Après son réveil, je vois quatre garçons « à la mode » qui nous observe, l'air sceptique. Comme j'aime les défis, et l'expérimentation, je vais les voir et leur propose de faire avec moi l'induction de groupe (ils sont arrivés au milieu de notre petite représentation). La réaction est fulgurante, et plutôt cocasse. Ils n'y croient définitivement pas, mais hors de question qu'ils essaient ! Je leur fait (aussi candidement que possible!) remarquer l'aspect incongruent de leur réponse. Les deux plus vieux se reculent, sans un mot et en évitant soigneusement mon regard , tandis que leurs camarades, entre 18 et 20 ans, s'amusent de les voir dans cet état et consentent à un « minuscule test d'imagination ». S'ensuivent les doigts magnétiques. Ils sont impressionnés, en veulent plus. Ils sont servis : mains magnétiques – détente ! Voilà, ils sont dedans, et l'un d'eux souhaite maintenant connaître l'expérience complète ! Je lui fait une induction du cru de mon ami – brève explication du phénomène hypnotique par une thèse sur l'énergie, puis plus ou moins une induction directe. Il tombe, les yeux fermés, mais n'est pas tout à fait hypnotiser. Je lui indique quand même une détente, lui dit qu'il peut ouvrir les yeux au sol, et refait une induction directe qui, cette-fois ci, semble mieux fonctionner : détente sensible. J'enchaîne avec une catalepsie complète (la planche!) et le soulève avec l'aide d'un membre du public, devant les yeux ébahis de ses amis. Et je décide d'improviser (oui, c'est mon vice). Je lui dit d'ouvrir les yeux, de se lever. Je lui demande quelle voiture il rêve de posséder (déjà...à quel point, selon-vous, est-il convenable de poser ce genre de question nécessitant une réflexion poussée et un retour évident de l'esprit critique pendant que le sujet est sous hypnose ? Vaut-il mieux lui refaire une induction complète de sommeil ensuite ? Quelles sont vos expériences?) il me répond une voiture et un modèle que j'avoue avoir oublié, disons une Mustang XX (les bagnoles, ça n'est pas ma tasse de thé). Je lui dit de refermer les yeux, de se relaxer, et d'imaginer qu'il se trouve désormais sur une piste de course. Je le laisse dans cet état quelques secondes, je lui dit qu'il est venu faire le test d'une Mustang XX et que tous ses amis sont avec lui aujourd'hui pour le voir effectuer des prouesses dans cette voiture. Je lui pose dans la main des clés imaginaires (« je te remets les clés de la voiture ») et lui demande d'aller s'asseoir dedans. Jusque là, tout va bien, il ouvre la portière et mime de s'asseoir. Je lui demande de démarrer la voiture et...oups ! Il tourne la clé imaginaire dans le contact, et esquisse une drôle de mimique. Il tente à nouveau (je poursuis ma suggestion, il démarre la voiture) et le voilà qui se redresse carrément et me dit, l'air franchement dépité) : « elle ne démarre pas... ». Déjà, je considère qu'il n'est plus hypnotisé. Du moins, pas assez, il me parle, il se redresse, je lui dit qu'il reviendra avec moi, dans ce lieu, avec une sensation de bien-être, au compte de trois... Il revient. Je lui demande si tout va bien, il m'explique qu'il se souvient de tout. Je lui dit que c'est normal, et lui demande s'il souhaite recommencer. Il me dit que non, et je le renvoie s'asseoir en le remerciant. Voilà. Réveil, pur et simple, comme un refus d’obtempérer inconscient. Est-ce très fréquent ? Aurais-je pu l'éviter ? Aurais-je pu mieux réagir ? Quelle peut en être la cause ? Au plaisir de vous lire ! Franc.
  4. Bonjour à tous, je me nomme Franc. Je m'intéresse à l'hypnose depuis quelques années, et il y a quelques mois que j'ai commencé à pratiquer sur une base plus régulière. J'hypnotise parfois dans la rue, le plus souvent avec le modèle d'hypnose partagé par Jacquin enrichi des enseignements empiriques de quelques collègues plus expérimentés. Mon intérêt naturel se porte bien davantage sur l'aspect thérapeutique de l'hypnose, et sur ses avancées possible, sur l'aspect utilitaire d'exploration et d'interaction avec l'inconscient que sur l'hypnose de spectacle. Ceci dit, mes recherches de formation dans le domaine m'ont plutôt désappointées – je ne désespère pas ceci dit, et pratique en attendant aussi régulièrement que possible, quitte à rester dans les résultats plus temporaires et superficiels offerte par la pratique. Je vis désormais à Québec, mais me considère comme un globe-trotter. De ville en ville dans ma province, et de pays en pays au courant de l'année, souvent. J'ai 23 ans, et occupe un emploi alimentaire de portier, qui me convient en ce qu'il offre d'opportunité légales et saines d'interactions sociales complexes et exceptionnelles. C'est un emploi haut-risque de communicateur, tristement méprisé et dénigré. Voilà, c'est succint, mais j'ai bon espoir que nous apprenions à nous connaître davantage de messages en messages. Franc.