Aller au contenu
Forum Street Hypnose

Klaushart

Membres
  • Compteur de messages

    33
  • Inscription

  • Dernière visite

À propos de Klaushart

  • Rang
    Apprenti street-hypnotiseur
  • Date de naissance 12/23/1986

Informations

  • Sexe
    Homme
  • Localisation
    Castelnaudary
  • Intérêts
    - littérature,
    - pianotage,
    - jazz vocal,
    - philo simple

Pour contacter ce membre

  • Skype
    klshrt

Visiteurs récents du profil

Le bloc de visiteurs récents est désactivé et il n’est pas visible pour les autres utilisateurs.

  1. Je me suis posé la même question que toi, Daniel 35. Pour moi, l'hypnose ne m'aide pas beaucoup à retenir le texte que je travaille actuellement : le monologue de Lucky dans En attendant Godot. J'essaie de m'aider avec les astuces mnémotechniques que je connais : associer des images loufoques, lier certaines connotations de mots qui se suivent, mais ça reste bien difficile, et la répétition semble ce qui fonctionne le mieux, surtout quand elle se fait avec un rythme toujours le même, un peu chantant, et quand je cherche les rimes intérieures, les assonances, les allitérations, etc. Sans doute
  2. Mamie Eliane faisait de merveilleux clafoutis aux cerises qui ravissaient les papilles de tout un village. Quand elle mourut, un jeune homme du village trouva sa recette dans le tiroir d'un vieux meuble acheté à un vide-grenier. Il s'installa en ville et commença à vendre d'assez bons clafoutis aux cerises. Les gens de la ville, qui n'avaient jamais rien goûté d'équivalent, lui demandèrent son secret. « La recette remonte aux origines de l'humanité, dit-il. Les grands hommes se la sont passée depuis les temps antiques. Quand on goûte un tel mets, on communie avec l'histoire du monde, on entre
  3. On peut vraiment, et sans hypnose, faire changer l'humeur d'internautes en créant des sujets faussement polémiques.
  4. Tiens, cette conversation me rappelle l'intrigue du dernier Hercule Poirot. Attention au spoiler :
  5. Je ne testerais pas la suggestion des doigts collés tout de suite. Si celle des doigts aimantés est réalisée physiquement et naturellement par le relâchement des muscles, il faut déjà que le volontaire soit dans un état particulier pour qu'il ne parvienne pas à décoller ses doigts. Enchaîne plutôt avec les mains aimantées. Là encore, les lois de la physique peuvent nous aider. Rien que la respiration fait bouger les mains et peut donner l’impression qu'elles se rapprochent. Quand on débute, il ne faut pas hésiter à utiliser plusieurs suggestions faciles mais qui vont convaincre le volontaire q
  6. Jean-Luc t'a répondu pendant que je rédigeais ma réponse. Je dis à peu près la même chose que lui. Pour répondre sérieusement, Messmer cherche des volontaires chez qui sa méthode d'hypnose fonctionnera le plus rapidement et de la manière la plus impressionnante. Les autres personnes sont hypnotisables, mais il faudrait leur consacrer plus de temps et peut-être employer d'autres méthodes pour observer chez eux les phénomènes dont Messmer veut faire la démonstration. En hypnose de rue, de ce que j'en ai vu, les attroupements ne sont pas monnaie courante. On a plus souvent affaire à de petits gro
  7. Je trouve le phénomène des mains que l'on sent bouger alors qu'elles sont immobiles plus impressionnant que celui des mains aimantées. Tu aurais peut-être pu souligner à quel point cela était curieux et valider ainsi cela à ses yeux comme un phénomène d'hypnose vraiment remarquable. Je ne suis pas fort expérimenté, mais il m'est arrivé de parvenir à faire passer des suggestions qui ne passaient pas au départ simplement en changeant d'angle de vue ; en l'occurrence, on pourrait par exemple dire à la volontaire : « De même que tu as senti tes mains bouger alors qu'elles ne bougeaient pas, tu vas
  8. Cette vidéo me plaît bien. Les dessins sont très amusants et c'est de la bonne vulgarisation en moins de 3 minutes. Une chose m'a gêné, cependant. Dans la phrase : « Que ce soient les gens qui parlent ou quelqu'un qui lui touche l'épaule, ils s'en rendront bien évidemment compte », il faudrait « leur touche l'épaule », puisque le sujet de la principale est au pluriel.
  9. La formulation « L'inconscient ne prend pas la négation » me paraît imprécise. Il semble que l'on accepte inconsciemment la négation « ne... pas », mais qu'il faille très rapidement lors du processus se représenter la chose que l'on désire nous faire nier. Si l'on nous dit : « Ne crie pas », le cerveau identifie ce que c'est que crier, il se représente l'action de crier, mais il peut sans problème nous faire chuchoter. La négation est peut-être même traitée beaucoup plus rapidement quand elle n'est plus ressentie comme telle. Par exemple, l'invisibilité peut être comprise positivement comme u
  10. C'est une bonne question. Dans au moins deux livres que j'ai compulsés sur le sujet, Hypnotherapy de Dave Elman et un autre dont l'auteur est Paul-Clément Jagot, il était question d'hypnose pratiquée avec succès sur des enfants et les auteurs donnaient même des techniques particulières pour les enfants, réputés plus aisément hypnotisables que des adultes. Dave Elman décrit ainsi une technique pour hypnotiser les enfants en vue des les anesthésier chez le dentiste. On pourrait se dire aussi que les enfants sont souvent hypnotisés par des adultes qui ne savent pas qu'ils sont en train de les met
  11. Le truc, si on peut appeler ça comme ça, c'est simplement que le marteau rouge est généralement le premier outil qui vient à l'esprit ; le marteau est un outil simple à imaginer et son manche est généralement rouge. Il y a peut-être d'autres raisons expliquant cette préférence de notre esprit pour le marteau rouge. Il existe d'autres tests de ce genre : pensez rapidement à un légume, pensez à un animal commençant par la lettre E : généralement, c'est une carotte et un éléphant (alors qu'il y avait écureuil, étourneau, écrevisse, élan...).
  12. N'y a-t-il pas au moins 30 % de personnes qui connaissent le truc ?
  13. La question de Melodiction est intelligente. Il risque fort de pleuvoir demain. Dans ce cas, il faudra trouver un endroit abrité. On peut discuter de nos expériences dans un bar ou peut-être en trouver un qui tolérera que soient menées des expériences d'hypnose. Il y a aussi des abris dans certains parcs parisiens. Et les parapluies ! Pour ma part, je ne peux héberger personne car je suis à Paris comme en vacances. A quelle heure voulez-vous qu'on se retrouve et où ? Ne faudrait-il pas échanger des numéros de tel par MP ?
  14. Pour ma part, je ne suis pas sûr d'être un bon guide, mais les autres (vrais) parisiens sûrement. Ce genre de rencontre est toujours une occasion d'apprendre de nouvelles choses.
×
×
  • Créer...