Aller au contenu
Forum Street Hypnose

ralphb

Membres
  • Compteur de messages

    41
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Days Won

    1

ralphb last won the day on 15 mai 2014

ralphb had the most liked content!

À propos de ralphb

  • Date de naissance 06/27/1977

ralphb's Achievements

Apprenti street-hypnotiseur

Apprenti street-hypnotiseur (1/2)

40

Réputation sur la communauté

  1. Autant je suis d'accord avec ce qui vient de se dire (il y a de réels problème chez certaines personnes qui sont incroyablement complexe) autant ne changeons pas de débat : on ne parle pas de l'image qu'ont les gens de l'obésité ni des troubles cités ici pour les quel ce forum n'est pas le lieu. C'est une affaire d'ailleurs de spécialiste et ce sont des troubles difficile à appréhender. Dans la grande, très grande majorité des cas de surpoids (et laissant d'ailleurs l'obésité de côté, le pourquoi ci-dessous) il s'agit vraiment d'une inadéquation entre la ration calorique et la dépense, inadéquation due à un mauvais comportement alimentaire ou une mauvaise éducation. Dans ce cas oui, l'on peut songer à travailler sur le comportement alimentaire (qui fait plus de 70% du succès d'après un spécialiste avec qui j'avais pu en parler, mais je n'ai pas de source plus fiable à vous présenter qu'une référence à une discussion). Et oui dans ce cas l'hypnose peut être un super outil. Je parle de la majorité des cas... Mais attention il y a aussi ceux qui se "trouvent gros" sans l'être techniquement, ceux qui ont un trouble du comportement alimentaire qui nécessite plus qu'un CD d'hypnose ou quelques séance avec un thérapeute. Un trouble du comportement alimentaire peut être un problème important nécessitant un bon collège de compétence pour être travaillé et il y a certains troubles pour les quels, même avec des équipes de personnes vraiment compétentes, on obtient des résultats très faibles. L'anorexie par exemple. Mais c'est encore une fois changer de débat. Concrètement pour beaucoup de gens l'hypnose peut être une aide très utile à l'amélioration du comportement alimentaire et donc une véritable aide.
  2. La première fois qu'une personne m'a fait une "crise de larme", il y a 20 ans, c'était le même schéma : "je n'y crois pas, vraiment pas, ou plutôt je crois donc que c'est totalement impossible et inexistant et je le constate sur moi". A l'époque je voulais lui prouver qu'elle avait tord et j'ai vraiment eut l'impression au final d'être celui qui avait tord d'avoir voulu imposer ma vision des choses. Maintenant clairement je n'hésite pas à renoncer. Ton volontaire a le droit de ne pas vouloir, d'avoir des peurs autour de l'hypnose (ça va me révéiller des trooooooaoaaaaaauuuumatiismes...) voir de croire que ça n'existe pas même si tu lui montre sous ses yeux. Il a le droit de prendre du temps (des jours ou bien plus) pour avoir confiance. Si c'est un "refus catégorique" comme tu l'écris, je ne vois pas de bonne raisons d'insister.
  3. Bouger ses fesses et mieux manger ? Quelle idée étrange ! Si avoir un régime équilibré aidait ça se saurait ! Non, il vaut mieux rester dans son canapé devant le télé-achat à acheter tous les accessoires, crèmes et compléments spéciaux pour perdre du poids c'est bien plus efficace !
  4. Hello, je sais que ma réponse ne va pas être forcément très utile, mais disons qu'avec le temps on voit simplement de plus en plus comment parler à chaque personne. J'ai rencontré par ex des gens qui partaient "trop bien" et qui faisaient un réel sursaut sur une "rupture de pattern", d'autres qui analysaient, d'autres qui ne pouvaient se concentrer sur tout, d'autres qui avaient besoin d'aller vite ou lentement... En gros avec le nombre de séance tu ne cherches plus "LA" technique pour les "résistants" mais quelle technique je vais pouvoir utiliser pour la personne face à moi. Tu as le droit de te planter 1, 2, 3 fois (même si dans la rue il y a une contrainte de temps), tu as le droit de dire stop (si par ex tu ne vois pas ou tu sens qu'il va falloir 20 bonnes minutes la ou la personne en a 5) mais une fois que tu as déjà dépatouillé des tas de cas d'un style différent (parfois c'est difficile et ça prend du temps) et tu rencontres de moins en moins de "résistants". Ca ne veut pas d'ailleurs dire non plus que ça marchera tout le temps, à chaque fois avec tous les styles de sujet.
  5. J'ai vu quelques parties du spectacle en vidéo... Que ça me rappelle de mauvais souvenirs ! J'avais vu une fois un "pote" qui avait appris à 16 ans en me regardant faire et lisant un livre que je lui avait passé dire "tu vois une petites fille se faire écraser" etc etc. La volontaire était en pleur, moi j'étais super mal et je me disais vraiment que ce type était malsain au possible. On s'est engueulé après sur ça et d'autre sujet (son but était de faire déshabiller des filles sous hypnose, bref, le genre de mec que j'étais content d'avoir oublié...). Cependant je me pose une vraie question : Dans le cas présent apparemment ça marche (35 ans avec 60 dates/an c'est indéniable). Pourquoi ? Que viennent chercher les gens ? Est-ce que c'est vraiment ce qu'ils veulent voir, est-ce qu'ils sont attiré par le côté "j'ai le pouvoir sur vous", est-ce le côté "nouveau", le malsain ? J'ai fait pas mal de café théatre à une époque dans le coin et c'est vrai que parfois l'on est déçu de voir que les gens ne rigolent pas à nos blagues "super travaillées" alors qu'il rigolent à des trucs "beaufs" (oui, c'est ce qu'on se dit quand on se prend un bide et qu'on tente de sauver son égo...). Bref, parfois on se pose la question du pourquoi mais sur le café théatre on trouve quand même vite une explication : meilleur rythme, personnage qui leur parle, c'est plus simple et plus direct, bref on trouve. Là je me pose vraiment la question : pourquoi les gens viennent, reviennent et conseillent de voir cela ? J'ai du mal à saisir. Sans jugement sur le bonhomme.
  6. Tiens, je vois ce post maintenant (je n'ai pas été lire ta présentation avant), tu avais peur de ne pas réussir, c'est mignon Et la dernière fois elle gérait avec calme et détente quatre personnes sur une pelouse au milieu de centaines de passants, comme quoi !
  7. Si tu as de quoi garer un autobus aménagé (10 tonnes, 9m de long) je peux même venir avec d'autres hypnotiseurs pour plusieurs jours
  8. Bon, ben pneumonie pour mon fils et pour moi... J'ai bien mon logement sur une péniche à Ramonville mais je ne suis pas encore sur de pouvoir faire le déplacement. Dommage ça me plairait bien de voir du monde en vrai !
  9. Le protocole de la double dissociation est un standard de la gestion des phobies, j'ai pu constater son efficacité pendant mes formations et j'ai vraiment été surpris. Régler une phobie en une seule session est arrivé souvent et c'est vraiment surprenant de voir que l'on peut à ce point changer de vie en quelques 10aines de minute de travail (même si ça travaille tout seul encore un peu après). Je ne connais pas les autres et un de ces jours je vais vraiment me remettre à jour ! Pour reprendre le passage sur "faite attention" : Je ne peux qu'insister fortement sur ce point... Clara a un accès incroyable et même une "agilité" dans cet état. Pour ma part je ne l'aurais pas tenté en dehors d'un environnement adapté. Apparemment par Skype c'est "adapté" pour Poulpe (je vais essayer un jour), j'avoue que pour moi ça m'inquiète de lire ça. Si tu fais régulièrement de la thérapie par visio conf (skype, hangout...) ça m'intéresserait beaucoup d'en savoir plus ou même de le voir pour changer ma vision de cela. En tout cas Clara si tu t'es libérée de ça c'est super !
  10. Pour les "réveils intempestifs" (le mot est fort), c'est un pb qui n'est pas propre à la rue, rare et pas vraiment gênant (pour ma part). D'ailleurs ce n'est jamais "intempestif" puisque si la personne reviens une fois je la laisse tranquille. Pour la chute pareil, c'est un problème que j'avais appris à prévenir en groupe avant la rue donc je le préviens systématiquement. Pour les deux autres : trop de temps avec une personne et la gestion des personnes autour je pense que c'est lié à mon manque d'expérience en "rue". Le cadre n'est pas le même, je n'ai pas les mêmes contraintes, j'agis différemment. A l'occas si on peut se rencontrer on pourra voir comment fait l'autre (mais t'es quand même super loin !). A noter qu'une des choses qui me freine le plus en hypnose de rue est la vigilance à l'environnement. Lors de ma première sortie on a eut à faire à quelques connards (je crois que c'est le mot) qui voulaient toucher les fesses d'une fille pour voir "si elle dort vraiment". J'ai remarqué que en 1:1 ça ne me dérangeais pas, je les vois venir et ça se gère, mais en groupe, surtout si il y a des jeunes filles j'ai ma vigilance qui fait des a/r entre les sujets et l'environnement et j'ai plus de mal à faire ce que je sais faire en environnement plus calme. C'est peut être hors sujet par contre ici.
  11. Bonjour, Pour ma part le rôle d'un modérateur (oui c'est le terme technique) n'est jamais de gérer les relations entre personnes. Surtout entre adulte. Il est là pour éventuellement aiguiller, nettoyer en plaçant les sujets aux bons endroits, si ça arrive éliminer des posts aux propos contraires à la loi ou rappeler des évidences (par exemple : "arrête tes conneries va voir un médecin plutôt que trainer sur doctissimo" ou "pas de SMS s1n0n ON DéFons ta R1m"). Bref, un boulot de gestion d'un forum. Je n'ai pas suivi les animosités (bon, c'est pas forcément ce qui m'intéresse le plus) mais concrètement de quoi à besoin le site pour mieux marcher ? Si c'est d'une meilleure ambiance entre membres, un modo n'y pourra pas grand chose, sauf à accepter de raisonner tout le monde très régulièrement. Si c'est d'autres choses alors mentionnons les. Quand aux divergences, je ne prend que l'exemple des jeunes et de l'hypnose comme seul post concerné ou j'ai participé, il faut aussi savoir les accepter. Ludwig par exemple, que je ne connais pas, est pour le paternalisme et moi contre. C'est acquis. Pourquoi chercher systématiquement à rallier l'autre à sa cause ? On a le droit d'être en désaccord sur un point, on acte et on change de sujet, il y aura certainement d'autres désaccords et des accords (ok, je ne vous fais pas un poème). Mais il s'agit peut être d'autres problèmes que vous évoquez que je n'ai pas encore vu (ou alors que j'évite, je suis là pour partager plus que pour "m'impliquer" en tant que personne). Bon, donc ma question : quel est pour vous le rôle d'un modo ici ?
  12. Quand j'ai commencé à faire des groupes (dans un contexte plus "spectacle" : des soirées privées) je faisait simple : je ne prenais que des gens avec qui j'avais déjà travaillé en 1:1 et avec qui les réinductions étaient simples. Petit à petit quand j'ai voulu attaquer les groupes directement j'ai du d'abord accepter de laisser des gens de côté et de gérer cela de manière à ce que ça ne gène personne. Sur la rue j'ai encore peu de sorties (peut être 5) et l'on a pu faire des groupes à chaque fois mais : - Nous étions plusieurs hypnos, très pratique ! - Les gens en avaient envie et il y avait du monde. - Le cadre était assez safe (chaises dispo ou pelouse ou se placer). Généralement je fais un test collectif (les doigts qui se collent comme tout le groupe de Montpellier semble l'utiliser en premier), c'est assez simple à faire à plusieurs personnes. Ensuite j'essaye de commencer par la personne la plus "facile", j'ai le sentiment que voir quelqu'un d'autre partir en transe facilite grandement les choses. Les problèmes : - Réveils intempestifs. Rare. généralement je laisse la personne et je m'en ré-occupe après, je n'essaye pas d'éteindre "tous les feux", seulement de faire mon truc comme si c'était normal et de ramener après les autres dans la transe. Si ça ne marche pas je les laisse dehors et on verra plus tard si l'on peut rattraper les wagons. - Passer trop de temps avec une personne. Si une personne ne "part" pas, ça vaut grandement le coup de ne pas s'attarder. Quand dans le groupe 2 personnes te disent "on a 10 minutes" il faut savoir choisir. Je me suis fait avoir la semaine dernière comme ça et le chrono à bipé (moi je ne vois pas le temps passer donc je met une petite alarme sur mon tel) et j'étais encore sur la 3eme personne du groupe... C'est dommage pour tous et j'aurais du faire des choses à 2 plutôt. - Chute : Si je vois que qqun vacille, je la sort simplement du groupe. Ou alors on est sur la pelouse/chaises et je peux leur demander de s'asseoir/s'allonger avant les inductions. L'autre problème que j'ai eut jeudi dernier que je n'ai jamais eut en soirée privée est d'un coup un afflux de personne qui veulent se joindre au groupe pendant l'expérience. La je ne voyais rien d'autre à faire que d'interrompre au plus vite, Il y avait initialement 5 volontaires et pas de public et d'un coup 15 autres qui s'asseyent autour sans demander (dont des gamins de moins de 14 ans déjà refusés 10 fois) et une 50aine qui regarde. Ca surprend. La c'est surtout un problème de lieu et de manque d'autre personnes pour gérer autour je pense. On a décidé de ne plus en faire à cet endroit, mais je ne crois pas que cela arrive souvent.
  13. Si le reveil est une virgule dans la séance et que tu en places beaucoup, peut être effectivement que la juxtaposition de transes délicatement césure par une succession d'éveil avec réinduction est propice à l'installation d'une attente d'un prochain nouvel état induit. Je dis cela bien sur sans confusion et très... Bon ok j'arrête... Pour ma part un élément que j'ai remarqué chez les "jeunes" lors de mes sorties hypnoses : Ils savent rarement s'arrêter. J'entends 15 fois "Bon, c'est la dernière" et hop pourtant juste après ça repars. Ce n'est qu'une "idée" non étayée sur des multiples tests mais je trouve que à un moment si l'on veut un réveil propre il faut être clairement décidé à mettre un terme à la séance d'un côté comme de l'autre. Autre point, quand il m'arrive que la personne ne soit clairement pas bien réveillée, je ré-induit et je recommence un réveil différemment. Si j'ai fait un "réveil à son rythme" et que j'ai devant moi une personne ressemblant à un zombie sous tranxène, je réinduit et tente par exemple un réveil énergique en comptant jusque à 3. Cependant dans le cas des personnes hypnotisées pour la première (ou les premières) fois j'ai parfois à faire à des gens ou rien ne marche. Ils sont réveillés mais restent au radar plusieurs heures, généralement jusqu'au lendemain (idem dans le cas de grosse réaction avec même des fois de fortes fatigue les jours suivant, mais là on est dans la thérapie). Avec le temps je me suis simplement dit que c'était normal et je vais regarder la vidéo plus haut dès que j'ai fini mon travail. A noter que dans le cas d'une personne très fatiguée à la base (ou qui a pris des substances) j'ai aussi remarqué des bon réveils bien difficile et un état de coltard qui dure. Mais la le problème est qu'il n'aurait fallu refuser la personne dès le début. Encore faut il le détecter ou penser à poser des questions mais c'est là un autre sujet. Dans ces deux derniers cas ne pas hésiter à dire à la personne d'aller taper un roupillon avant de faire autre chose. Ce n'est pas forcément aisé si l'on est en rue mais je n'ai pas d'autre méthode et je préfère prévenir les gens qui me semblent dans un état trop relaxé.
  14. Amusant, certains se posent la question pour les bus, pour ma part c'est sur Skype ou équivalent que je ne comprend pas ! Il faut que j'essaye si je ne veux pas me sentir vieux... Dès que j'ai une ligne internet potable chez moi je vous rejoint pour voir ça.
  15. Hello, pour répondre au sujet initial, je suis un peu surpris de l'avalanche de commentaire sceptique voir négatifs. Pour ma part ça me semble être une très bonne manière d'occuper un trajet long et pas forcément productif. Après je pense aussi que chacun à sa vision du "trajet en bus". Entre mes trajets en banlieue parisienne bondée et mes anciens trajets (longs aussi) dans la campagne héraultaise matin et soir la différence est colossale. D'un côté un environnement où l'on trouve rarement place assise et ou la vigilance est toujours forte et de l'autre des trajets de ~50 minutes bien assis avec des gens que l'on croise régulièrement et le chauffeur qui te demande pourquoi tu n'étais pas là hier il y a un monde. Côté risques, quels sont ils objectivement ? Je n'intègre pas "rater son arrêt" car on a largement plus de temps dans un bus que dans la rue et surtout je n'imagine pas que l'on puisse tenter cela sans le consentement de tous ce qui inclus de savoir quand il descend. Chute et choc ? Dans ce cas il faut aussi interdire au gens de dormir dans le bus, ils présentent les mêmes risques. Si l'on devait donner des conseils donc en fonction de ces constatation ça serait : - Le faire en position assise à une place qui permette cela (près de la fenêtre, dans le fond pas au milieu...). - Eventuellement se mettre une petite alarme si l'on veut éviter de se faire prendre par le temps, calée quelques minutes avant l'arrivée. - et ?... Concrètement est-ce que je le ferais moi ? Je ne sais pas, ça dépend vraiment du trajet et avec qui, mais dans un bus je suis généralement soit dans mon coin, soit au volant, ce qui revient un peu au même (sauf que dans mon bus généralement les autres jouent de la musique pendant que je conduit, mais il faut voir l'engin pour comprendre). Après si c'était en banlieue parisienne le matin dans un bus bondé debout à faire gaffe à ne pas se faire piquer son sac ou à ce que les gens puissent circuler pour monter/descendre le tout avec des freinage violents je crois que la question ne se pose pas vraiment. Mais je fais confiance au gens pour avoir un cerveau si ils sont prévenus des risques. On peut aussi faire des choses à l'arrêt de bus avant, surtout si l'on en a raté un et que l'on a 15 minutes à attendre. Dans ce cas pourquoi s'arrêter dans le bus si le contexte permet de continuer ?
×
×
  • Créer...