Kéwa

Membres

Kéwa last won the day on 23 mai

Kéwa had the most liked content!

À propos de Kéwa

  • Rang
    Street-hypnotiseur
  • Date de naissance 16/05/1992

Informations

  • Sexe
    Homme
  • Localisation
    Bordeaux

Visiteurs récents du profil

1 924 visualisations du profil
  1. Kéwa

    Problème lié a l'hypnose

    Avec qui as-tu fais ta séance ? Et dans quel cadre ou but ? (un thérapeute, un hypnotiseur de rue ou spectacle, youtube) Si c'est une personne, en as-tu parlé avec ? Qu'est-ce qui c'est mal déroulé, et pourquoi tu as eu un réveil tout seul ? C'était il y a combien de temps ?
  2. Kéwa

    La mémoire photographique

    C'est toujours sympa de partager des comptes rendus, il y a même une partie dédiée sur le forum. comptes-rendus-dexpériences. Les portes de sorties, sont des occasions d'arrêter l'expérience, de recadrer ce qui se passe etc. Par exemple : "Tu veux continuer ?"; "Tu peux arrêter quand tu veux"; "Si tu veux, on passe à la suggestion de réveil" Ce sont des demandes explicites pour t'assurer que la personne veut continuer et reste consentante. C'est un peu une extension des fusibles. Dire non ou stop, ça peut être difficile parfois, et aider le volontaire dans cette direction, c'est s'assurer un peu plus que celui qui aurait du mal à le faire, puisse le faire plus facilement. (ça ne le garantira pas, mais c'est mieux que rien)
  3. Kéwa

    La mémoire photographique

    Je ne m'aventurerais pas à répondre sur ce sujet, j'en ai aucune idée. Mais c'est pour ça qu'il faut être vigilant, faire attention, preuve de respect, mettre des fusibles et des portes de sorties pour les volontaires.
  4. Il y a une étude qui s'intéresse aux manipulations sur les attentes du sujet. Soit ils ont manipulé leurs attentes en leur faisant passer un test psycho qui les place dans une liste de bons sujets hypnotiques, soit ils truquent quelques phénomènes hypnotiques pour leur faire croire qu'ils réussissent bien. Truquer le phénomène apporte plus de résultat apparemment. (je ne l'ai pas encore lu dans le détail) lien vers l'étude outil suppression des sauts de lignes et un traducteur pour aider. (le traducteur n'aime pas les retours à la ligne dans l'étude) Une explication en français de l'étude lien à 43 minutes 15s.
  5. @L'hypnotiseur débutant C'est intéressant, en plus tu fais avancer un sujet polémique ancien qui n'avait pas vraiment de réponse. Bon un seul cas, c'est pas représentatif, et pas de quoi en tirer des conclusions, mais ça aide à faire pencher la balance dans un sens.
  6. Kéwa

    La mémoire photographique

    Pas de problème, c'est bien de donner un peu d'activité à ce forum, et peut-être que ça en motivera d'autres à participer. Pour les ancrages, tu peux faire un peu tout et n’importe quoi. (du coup faut faire un peu attention quand même, par exemple sur la douleur. Rage de dent, hop ancrage douleur, et quelques jours plus tard, direction les urgences pour un abcès...) Ça vient de différentes lectures et discussions sur l'hypnose, la mémoire etc. Mais globalement tu identifies ton besoin, et tu y réponds. Pour reprendre l'exemple de mes rêves, j'avais besoin de forcer pour bien me souvenir, sinon c'était superficiel. Du coup j'ai ancré (je pinçais le pouce et l'index avec un geste idéomoteur) à chaque fois que j'arrivais à bien me souvenir du rêve. Le but était de déclencher après cet ancrage pour retourner dans le bon schéma de pensé pour se souvenir convenable d'un rêve. Malheureusement les formations ne sont pas un gage d'informations certifiées et vérifiées. En hypnose, hypnothérapie, c'est une sacré jungle. La pratique c'est pas si mal. C'est normal de ne pas pouvoir le faire dans un établissement scolaire pour des questions de responsabilités, mais aucun souci à pratiquer en face à face à l'extérieur ou sur internet. (sur internet, attention, il faut être plus vigilant, tu n'es pas là pour rattraper la personne au sens propres comme figuré.) Pour l'article d'Erickson, en gros il apprend à la personne à halluciner, se comporter comme un automate, à se souvenir, ou oublier, à halluciner des trucs en plus ou en moins, et une fois toutes ces choses bien maitrisées il lui suggère qu'il peut utiliser ça pour passer son examen. On est plus sur de la thérapie fait par un psychiatre dans un cadre un peu expérimental. C'est un peu ambitieux là Si tu as une langue qui te passionne, pourquoi pas. Mais un sujet un peu plus abordable et restreint sera plus simple. L'intérêt c'est d'avoir un but sur un domaine qui te plait pour mettre en place des nouvelles stratégies d'apprentissage. Un moyen ludique pour apprendre à apprendre. L'hypnose dans tout ça, dépend pas mal. Ça peut être bien pour accompagner l'entraînement avec des visualisations par exemple (peut être fait sans hypnose). Comme pas mal d'hypno je pense, quand j'ai du temps libre (genre au couché quoi), je refais des séances dans ma tête, ou j'en simule pour voir les directions que je peux prendre. J'ai commencé à m'intéresser aux rêves lucides avant l'hypnose, c'est même ce qui m'y a amené. L'investissement était trop pénible pour moi, le seul bénéfice que j'ai gardé, c'est une meilleure mémoire de rêve de manière générale. Moins que pendant cette période où je tenais un journal (2 mois) où j'étais capable de me souvenir de plusieurs séquences de rêve par nuit. Mais je me souviens la plupart des nuits de mon dernier rêve maintenant, et si ma nuit est fractionnée, j'ai presque un rêve à chaque phase (3 ou 4). L'hypnose m'avait aider à progresser un peu. Mais j'ai pas vraiment persévéré, au final j'aime bien l'aspect cinéma de mes rêves, suivre une intrigue, des perso etc. peut-être qu'un jour je m'y réintéresserais. Pour la pnl c'est compliqué. En gros c'est le bordel car il n'y a peu ou pas de science dedans. Que ça piqué des idées de partout pour un faire un tout informe. Donc tout n'est pas faux, mais pour le savoir c'est un job d'expert, sinon tu dois croire à leurs théories.
  7. Kéwa

    La mémoire photographique

    La pnl est assez controversée (pour être gentil), donc je ne préfère pas. Mais Dans les méthodes de mnémo', l'aspect sensoriel est souvent mis en avant. Tu retrouves ça dans le fait de choisir des formes mémorables (truc qui sort de l'ordinaire, qui intrigue), ou qui te parle (un truc qui t’indiffère, tu l'oublies, c'est souvent le problème). Et l'hypnose pour jouer sur les états mentaux, c'est pas mal. Le mieux c'est de te donner un objectif à apprendre/mémoriser pour t'entraîner sur une méthode. Pour la mémoire photographique, j'ai quelques doute sur le maximum obtenable. Et j'ai pas grand chose pour étayer de manière empirique ou par des études quelles en sont les limites. Après de l'entraînement, ça paie toujours. De manière générale que ça soit pour les mnémotechniques ou une mémoire photographique, je ferais de l'ancrages. Au moins le temps de l'avoir en réflex et d'avoir internaliser la pratique. En vrac : concentration/bulle immersive pour lire/apprendre. Création d'images/histoire pour mémoriser; ou d'autre visualisation/représentation. Peut-être un ancrage vrai/faux pour trier et s'auto-corriger. Je me souviens d'un article d'Erickson où il apprend à un étudiant à halluciner pendant que son jury lui pose des questions à un oral. Comme ça il n'a qu'à les relire etc. En exemple récent, il y a quelques mois j'avais envie de mieux me souvenir de mes rêves. À chaque fois que j'essayais de me souvenir d'un rêve et que l'image devenait vivide je déclenchait un ancrage. Après j'ai pu faire l'inverse, penser à un rêve, déclencher l'ancrage et avoir la partie vivide de celui-ci. Bon ça m'a durée une semaine le temps de m'amuser, mais c'était sympa.
  8. Kéwa

    La mémoire photographique

    Le temps d'acquisition de l'information peut sans doute se réduire avec une meilleure attribution de l'attention, mais le faire en un clignement d'yeux, je ne sais pas. J'ai regardé un peu ce que dit la science sur la mémoire photographique/eidétique et hypnose, et ça ne m'a pas semblé extra. Voir je crois avoir vu quelques problèmes comme une plus grande confiance dans des éléments inventés. Cependant, avec l'hypnose tu peux influencer certains aspect de la mémorisation. être curieux, faire des liens, attentif, absorbé par "l'objet". Tu peux aussi influer sur sa représentation. Lui attacher de l'émotion, une meilleure clarté (meilleure définition, lumière, texture, couleurs, sons, touché). Il y a des mnémotechniques qui demandent un peu d'entraînement, et où les outils de l'hypnose peuvent s'y greffer qui sont vraiment intéressantes. C'est un peu moins magique, mais c'est documenté comme étant efficace. En méthode connues, tu as le palais mental, c'est plutôt générique et permet pas mal de chose. Ça s'associe bien avec des cartes mentales/mind map. Il y a aussi les codes chiffres-sons (major system) qui est bien pour l'aspect chiffre/date. Je prendrais une version allégé de celui-ci, je trouve la méthode un peu overkill. En gros avoir un dictionnaire de 100 mots pour découper les nombres entre 0 et 99. Par exemple 8756 si 87 correspond au mot "chaussure" et 56 au mot "avion", tu peux stocker l'image de chaussure avec des ailes d'avion, ses réacteurs etc. édit, tu peux avoir un dictionnaire de 10 mots ou 1000 mots aussi. Ça change le découpage, la difficulté à l'apprendre et la répétition des mots. Avec 10 mots tu as peu de choix, et sur des grands nombres ça devient pénible, 1000 mots, 987 654 321 c'est 3 mots, mais il faut en avoir retenu 1000...
  9. C'est bien d'avoir progressé en renouvelant ton approche. Si ça lui va, pourquoi ne pas continuer à utiliser cette méthode, elle est intéressante et peut amener sur d'autres choses. Attention à ne pas la rendre amnésique quand elle mange une salade de fruits par contre.
  10. Ce sujet ? Tu veux dire que tu as utilisé un bluff pour passer l'amnésie ?
  11. Hello Marion, Ici c'est un forum sur l'hypnose ludique, tu n'auras pas de réponse sur la thérapie. Ça dépend sur quoi tu as travaillé avec ton thérapeute. Ça pourrait être normal. Certains processus peuvent demander un peu de temps. La plupart des gens qui font un deuil ne le gèrent pas en 24h par exemple. Je ne peux que te conseiller de recontacter ton (ou un autre) thérapeute pour trouver un meilleur équilibre si tu en ressens le besoin.
  12. Un curseur/bouton du rire, détente, sommeil, bien être, ou plus ou moins ce qu'elle veut. Ça fait parti des trucs simples à proposer en début de session. 4/5 minutes à essayer de relever sa main en échange de l'amnésie, c'est pas mal. Soit l'amnésie ne la branche pas, soit elle ne sait/comprends pas ce qu'il faut faire. C'est intéressant, tu peux peut-être t'en servir. "Jusqu'à présent je t'ai montré plusieurs méthode actives pour l'amnésie, c'est comme pour mémoriser. On peut le faire volontairement, mais aussi naturellement sans effort. Par exemple une personne qui mémorise une liste avant d'aller faire une course, quelques jours plus tard quand elle n'en a plus besoin, elle l'oublie. Cette capacité à oublier, elle peut être réorienté en hypnose pour oublier temporairement une information. Et si elle le veut cette personne peut quand même retrouver une partie de l'information, reconstruire le reste, mais elle met maintenant l'effort pour se souvenir, retrouver ce qu'elle a oublié. Comme ton prénom, qui peut se ranger dans une partie moins accessible de ta mémoire le temps de cette suggestion, et si tu ne mets pas d'effort, tu peux déjà remarquer comment ça peut devenir facile d'oublier..." Pour la partie amnésie du CSTP, je pense que ça joue sur le coté "convincer", en 1 minute essayer restituer toutes les suggestions c'est un bon moyen d'échouer, surtout après une suggestion que tu vas en oublier. Et sur le retour du souvenir, t'as plus de chance de retrouver l'information (sauf si on te suggères que c'est plus dur de se souvenir la deuxième fois, en général on se souvient mieux si on nous redemande). Donc ça valide l'effet d'amnésie. Mais oui, ne pas focaliser la personne sur la tâche est souvent une bonne méthode. Erickson dans un article sur la douleur raconte l'histoire d'un patient qui vie de parfaite anesthésie, sauf de la zone nécessaire... C'était pour de la dentisterie, après réflexion il lui a proposé d'avoir une hyperesthésie dans la main, que même le moindre courant d'air pourrait le gêner horriblement. Qu'il se concentre dessus pour la garder hors de contact et de choc pendant l'intervention. (ou un truc du genre) Et ça a fait l'affaire pour le patient. Amorcer les suggestions aussi. En gros, préparer son existence avant qu'elle arrive. "Avant que tu vives une amnésie hypnotique, tu peux essayer encore une fois de te lever...." Tu retrouves ça dans le prétalk quand tu expliques que la personne en hypnose peut vivre des catalepsies, amnésies hallucinations etc. Ou quand la personne voit ses camarades avoir ces effets.
  13. @Vanslo Tu as ces sujets sur le CSTP qui pourraient t'inspirer. CSTP : apprenez à vos volontaires à devenir hypnotisables et CSTP : apprenez à vos volontaires à devenir hypnotisables 2. Pretalk et instructions. Il avait aussi fait des démonstrations filmées pour mieux se le représenter.