Aller au contenu

Kéwa

Membres
  • Compteur de messages

    723
  • Inscription

  • Dernière visite

Tout ce qui a été posté par Kéwa

  1. Ça dépend. Si ma zone de confort est un océan de bien être qui s'étale à perte d'horizon. Et qu'il faut toucher le fond pour remonter, on peut dire qu'il faut aller dessous pour arriver au delà non ? Si tu veux jouer sur le mot Au-delà. T'as Au-delà de l'iréel : La transe continue.
  2. Ha, mais ça, c'est une autre histoire. Et un autre titre de film à parodier.
  3. Deuxième mercredi du mois de septembre : rencontre avec l'hypnose bordelaise. De la bière (oui c'est important de s'hydrater) et un lieu envoûtant avec des hypnotiseurs aguerris. Voilà la première pichenette que j'ai prise. Une petite graine était planté ! Ce week-end, l'ongle de la pichenette a été remplacé par la coque de sécurité d'une rangers taille 47, bien placée entre la fesse gauche et la droite. Un appel en milieu d'après midi d'un "nouveau" sur Bordeaux pour me sortir de chez moi et enfin me lancer à l'eau. Traque, sueur froide, boule de stresse. Des films par centaine dans mon esprit. Un mélange de rentrée des classes et d'oral. Ceux d'une vie. C'était beaucoup, trop sans doute, mais je sers les dents. À peine à la rencontre de mon camarade hypnotiseur qu'un groupe le reconnait et l'accoste sans hésitation. Ni une ni deux, un prétalk commence et je me retrouve face à mon premier partenaire. Me voilà donc dans le grand bain. Pas de noyade, quelques petites réussites très encourageantes. (catalepsie, amnésie, bouton fou rire) C'était certainement un candidat parfait pour aller loin. Mais pane d'inspiration... Je garde la tête haute et lui propose un réveil propre en me justifiant par un manque de temps. La suite sera fait d'apprentissages plus ou moins importants. Évidemment, je suis reconnaissant du contenu ainsi que l'idéologie JMC et street hypnose. Mais avant tout de la faune bordelaise. Elle m'a motivée du coté hypnotiseur, et a jouée le jeu avec moi du coté hypnotisée. Il ne faut pas forcément grand chose pour passer d'un écran à la rue. De la théorie à la pratique. De la peur à la fierté. Et de l'inconnu à un nom.
  4. Mais le quotidien est un jeu de rôle. On joue juste avec d'autres règles pendant un instant.
  5. Adblok+ plus et streaming, il doit pas y avoir de pub. Surtout sur france². Je suis plutôt sceptique sur la présentation du sujet, j'vais attendre les retours. Lien france deux
  6. Sans aller très loin wiki. C'est sourcé si tu veux vraiment aller à l'origine.
  7. La FAQ pourrait mener au wiki pour les points redondants. D'une part ça le mettrait en avant, d'une autre part, ça permettrait d'avoir les réponses aux questions fréquemment demandées accessible aux premiers venus sur le forum.
  8. Une solution serait peut-être de lui demander d'effectuer une action au mot "dors". Par exemple si tu refais l'induction avec les mains aimantées : Dans quelques instant quand tes mains se toucheront, tu pourras imaginer un grand tableau. Le même que celui qui se trouve dans les écoles. Et ce tableau, tu pourras y voir écrit les chiffres allant de 100 à 1. Et au mot "Dors!" (tu fais toucher ses mains), tu commences à décompter chacun de ces chiffres et tu te relâches de plus en plus, de mieux en mieux. Qu'on me corrige si vous pensez que c'est mal formulé. Je manque encore d'expérience.
  9. Mais la préparation biaise l'expérience non ? Si on associe les sensations réelles à un faux bras. C'est évident, que la personne va anticiper et imaginer la douleur si on frappe ce dernier. C'est d'ailleurs ce qu'on utilise en hypnose, une fois qu'on a créé quelque chose, on peut le réutiliser sans problème. Si une main peut se coller sur *insérer ce qu'on veut*, alors pourquoi pas l'autre, ou même un pied.
  10. Je n'y vois pas l'effet des neurones miroirs personnellement. J'ai zappé directement à la 21ième minutes, c'est peut-être dit avant. Et j'ai l'impression que wikipédia va dans mon sens. Là c'est une duperie, on stimule le bras en montrant le faux bras. Ce qui ne joue pas réellement sur l'empathie de la personne à ressentir un bras qui n'est pas le sien.
  11. C'est l'action de saturer l’ouïe. Donner trop d'information à traiter va créer un décrochage. C'est comme la confusion, tu attires et bloques l'attention sur quelque chose. Mais je ne trouve pas pertinent le claquement de doigt dans l'optique d'une saturation. C'est au mieux un bruit parasite qui va juste détourner l'attention. Pour une personne trop analytique, ça peut toujours aider à casser sa penser un cours instant en la surprenant par exemple.
  12. Il y a peu, le sujet de l'hypnose conversationnelle a été abordé. Ce n'était pas forcément très bien amené, mais au final les premières réponses étaient vraiment puériles. Et quand quelqu'un s'est aventuré à essayer de faire avancer le sujet, un groupe s'est réveillé pour lui tomber dessus... C'est compréhensible que ce genre de comportements nuisent à l'intégration des nouveaux.
  13. Un peu comme pour l'expérience de Milgram donc. C'est le cadre qui déresponsabilise les actions. Quand je repense au remake de cette expérience faite dans un jeu télé où 80% des participants allaient jusqu'au bout. Je me demande si en hypnose, on pourrait monter à de tel ratio dans des demandes aussi extrêmes. Il y a des études sérieuses sur ce sujet ?
  14. Complètement ! Dans beaucoup de domaines il faut s'affranchir de l'éthique pour réellement avancer. Et les exemples les plus flagrants se voient en médecine. Il me semble aussi que JEC sur le blog quand il est revenu sur son "induction à froid", a évoqué le fait qu'il avait déjà réellement tester ce principe pour la recherche. (C'est peut-être le retour de quelqu'un d'autre) Pour répondre à celui qui se demandait si on pouvait tout faire. Dans l'absolu oui. À partir du moment où la personne commence à accepter tes suggestions de plus en plus compliqué et fortes, tu peux toujours t'aventurer à remplacer sa réalité et créer une condition qui rendrait logique et sans conséquence certains actes.
  15. Ho un débutant Bordelais ! J'en suis à mes débuts aussi, ça pourrait être sympathique de se croiser autour d'un café ou d'une bière. Je te laisse passer par mp si tu te sens intéressé.
  16. Ce n'est pas par ce que l'hypnose conversationnelle utilise de la rhétorique que la rhétorique est de l'hypnose conversationnelle.
  17. La transe, c'est surtout parfait pour évoquer l'état dissociatif. Ce mot évoque tout ce qui à un rapport avec les états seconds. Qu'ils soient atteint par la musique, l'hypnose, la méditation ou diverses drogues. Il a même une connotation de lâché prise si on reste dans le thème de la musique avec les raves où tout le monde s'abandonne au rythme des morceaux. Personnellement, je trouve ce terme beaucoup plus sain pour expliquer ce dont on attend de la personne. Un lâché prise, un moment de détente et de déconnexion.
  18. On peut supposer aussi que la démarche qui mène à l'hypnose de rue est assez différente d'un apprentissage formel en partant d'un métier médical. Dans l'hypnose de rue, on est beaucoup plus axé sur l'apprentissage autodidacte.
  19. Bienvenue ! Pour l'emdr, tu n'es pas très loin. Mais au lieux de faire danser les zygomatiques, c'est plutôt une java oculaire. emdr
  20. Bonjour ! Moi c'est kéwa, enfin ça c'est pour me dissocier de mon identité en ligne. Dans la vie courante c'est Tristan. Jeune homme de 22 ans plutôt curieux à la recherche de nouveaux centres d'intérêts. Si je me retrouve ici, c'est avant tout pour avoir les retours d'une communauté sur la pratique de l'hypnose. Pour moi, dans l'apprentissage d'une discipline il faut s'intéresser aux questions des débutants, et aux réponses des personnes avec plus de recule sur la pratique. Mon parcours est encore à l'étape d'apprentissage. Se lancer la première fois, c'est un pas que je n'ai pas encore osé. Actuellement, je lis un peu de tout sur internet pour me forger un avis, j'écoute des conférences et j'analyse comme je peux quelques vidéos. Pour me décrire en quelques mots. Je suis un cinévore addicte aux activités chronophages. (Et procrastinateur)
×
×
  • Créer...