Pitseleh

Membres

Pitseleh last won the day on 1 mai

Pitseleh had the most liked content!

À propos de Pitseleh

  • Rang
    Apprenti street-hypnotiseur
  • Date de naissance 06/12/1988

Visiteurs récents du profil

368 visualisations du profil
  1. Ce qui m'inquiète justement, c'est que ça tient plutôt bien la route, au contraire. L'argument des médecins est entendable, même s'il grossit et déforme la réalité de la profession d'hypnothérapeute. Ma vision est toutefois que la profession suivra le même chemin que la psychothérapie : iinterdiction de se déclarer psychothérapeute sans bac+5 en psycho etc., mais possibilité pour les hypnos en place depuis plusieurs années de faire valider leurs compétences devant un comité, et obligation pour les autres de changer de dénomination... Du moins, ce serait un moindre mal. Je n'imagine pas l'Etat mettre 6000 hypnos en interdiction d'exercer. Si...?
  2. C'est effectivement ce que j'avais lu en faisant mes recherches. J'ai l'impression que le Ministère botte en touche dès que la question de la reconnaissance du métier est posée et s'appuie sur une jurisprudence de 2010... En gros, si demain, quelqu'un de mal intentionné souhaite te dénoncer une fois que tu te seras installé après ta formation HUNKAAR, la jurisprudence lui donnera raison Je pense que la subtilité consiste à se mettre sous bons rapports avec les médecins exerçant près de ton lieu d'activité. Sans que cela ne représente une protection juridique, cela permet au moins de te couvrir grâce au soutien de professions médicales appartenant à l'Ordre. Je commence ma formation à l'ARCHE en septembre, quand commences-tu à HUNKAAR ?
  3. Bonjour à tous, C'est un sujet qui est malheureusement souvent survolé, car à moins de rechercher précisément ce que dit la loi à ce sujet, ce qu'en fait la jurisprudence et ce qu'il se passe en réalité pour la majorité des hypnothérapeutes/hypnopraticiens/Accompagnants en hypnose, c'est souvent l'opinion de chacun qui se pose comme une affirmation. J'ouvre ce post pour essayer d'avoir une discussion argumentée sur la question, en espérant obtenir des réponses d'hypnopraticiens, mais aussi de personnes assez installées dans le milieu, plus à même de savoir ce qu'il se trame dans les instances. Je pense que les directeurs des grandes structures formatrices françaises (je pense à l'ARCHE, l'IFHE, Psynapse, Xtrëma...) hors cadre médical ont probablement quelques connaissances à ce sujet. Pour recadrer, voici concrètement la jurisprudence autour de l'hypnose, dans une réponse du Ministère des solidarités et de la santé en date du 14 février 2019 à une question publiée dans le JO Sénat : "Dans ce prolongement, la jurisprudence de la Cour de Cassation dans un arrêt du 9 mars 2010 précise que l'exercice notamment de l'hypnose dans un cadre autre que médical s'apparente à l'exercice illégal de la médecine (n° 09-81.778 de la chambre criminelle du 9 mars 2010)." Stricto sensu, cela signifie que les milliers d'hypnothérapeutes non médecins sont dans le cadre de l'exercice illégal de la médecine, et ce même en employant des termes tels que "accompagnement par l'hypnose" ou "accompagnement au mieux-être". Je sais qu'il est de coutume chez les hypnos d'adhérer à une charte éthique et d'indiquer très précisément sur leurs sites qu'il ne s'agit pas d'un acte médical, mais si l'on s'en réfère très précisément à la jurisprudence, le seul USAGE de l'hypnose est illégal. Voilà, le pavé est lancé, ce qui soulève quelques questions : - Quid de l'avenir des hypnothérapeutes déjà installés, non professions médicales ? Pensez-vous que le législateur tendra à légiférer tel qu'il l'a fait pour la psychothérapie ? - Est-il encore raisonnable de se former pour une reconversion professionnelle en accompagnement par l'hypnose, sachant qu'en comparaison, le terme de Coaching appartient désormais au RNCP ? - Qu'en est-il des stagiaires d'écoles type ARCHE, IFHE, etc. ? Certes certifiés (sans valeur légale), obtiendraient-ils par rétroactivité le titre d'hypnopraticien si cette profession venait à être reconnue... ? J'espère vous lire
  4. Pitseleh

    Séance rattrapée (de justesse)

    Je pense qu'il met des crochets parce qu'il cite mot pour mot ce qu'il a dit, mais comme il nous le présente, il est en style indirect, donc pour garder une cohérence dans la syntaxe il est contraint d'utiliser la troisième personne du singulier, alors que la vraie citation est à la deuxième personne du singulier
  5. Pitseleh

    Devenir Hypnothérapeute

    Oui Nhova, c'est sûr que chacun peut se justifier de façon tout à fait valable, mais ça c'est déjà dans la mesure où un client vient à toi et te pose la question. Alors certes, on n'attend pas ses clients, on va les chercher, mais j'ai quelques craintes vis à vis du cadre légal de la profession en France dans les années à venir. Surtout si l'on continue à voir des guignols passer à la télé comme il y a quelques jours pour faire de l'hypnose (certes de spectacle) avec une éthique douteuse...
  6. Pitseleh

    Une séance au boulot

    Quand tu dis prendre le taxi, tu veux dire que ton collègue était assis sur un fauteuil dans ton bureau en s'imaginant boire un coup dans un taxi c'est ça ? J'veux une séance de toi moi aussi, mes journées de boulot seront beaucoup plus sympathiques comme ça !
  7. Ah ben j'y bosse aux 3 Moulins ! J'y suis actuellement d'ailleurs.
  8. Pitseleh

    Café hypnotique

    Ca me tente bien aussi !
  9. Pitseleh

    Devenir Hypnothérapeute

    Salut à tous, Je me pose quand même une petite question par rapport à tout ça et ce que j'ai pu lire un peu partout sur le net. Effectivement l'ARCHE et l'IFHE ont une bonne renommée en termes de qualité de formation. Aussi, en France, l'hypnothérapeute n'a pas besoin d'être un professionnel de la santé. Ceci dit, comment gérer justement cette situation un petit peu délicate de l'appropriation par nombreux professionnels de la santé de l'hypnose ? Je m'explique : tu sors d'une formation complète IFHE, mais auparavant, tu étais ingénieur en informatique (ou autre), avec aucun bagage sur les métiers de la santé, tu t'installes en cabinet (tu as le droit de le faire de toute façon). Mais pour trouver tes clients, n'as-tu pas peur d'être un petit peu en difficulté aux vues de ce que l'on peut lire partout sur : "Votre hypnothérapeute doit avant tout être un professionnel de la santé, n'allez pas voir les charlatans se prétendant hypnothérapeutes grace à un certificat mais qui n'ont aucune formation d'Etat en psychanalyse ou psychiatrie". Au niveau national, t'as quand même une grosse politique de dire que l'hypnose doit être conçue comme un complément de formation aux professions médicales. Faut justifier ça à tes potentiels clients derrière... Quelle est votre position par rapport à ça ? De mon côté, je me dis que si je voulais me former à l'hypnose ericksonienne pour me mettre en cabinet, j'aurais un petit peu peur d'avoir du mal à trouver des clients vu la guerre qui est faite aux hypnos non professionnels du milieu médical.