Aller au contenu
Forum Street Hypnose

skew

Membres
  • Compteur de messages

    156
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Days Won

    3

Tout ce qui a été posté par skew

  1. Je déterre ce topic car je cherchais des informations sur ce qu'est exactement le recadrage, avec des exemples. Et ce topic a parfaitement répondu a ma question. "les chiens ne font pas des chats" => "Donc ton grand père aussi était comme ça ? Lequel, d'ailleurs ? Pourquoi tu n'aurais hérité que des défauts de celui-là et pas des qualités de l'autre ?"
  2. Inviter une personne qui va être hypnotisée et d'autre part des personnes qui viennent regarder et ne veulent pas être hypnotisées, perso je n'aime pas trop. Ca me fait plus penser à de l'hypnose de spectacle. Attention à rester bienveillant avec ton volontaire et à ne pas chercher à épater les "spectateurs" au détriment de ton volontaire.
  3. Attention, je ne parlais pas de "pourquoi une personne s'arrête" mais "pourquoi une personne accepte de tenter l'expérience" une fois qu'elle s'est arrêtée. De mon point de vue, elle se sent déjà un peu engagée, de la même manière que quand elle a goûté le morceau de melon
  4. @nico58 : pour moi ce que tu décris relève plutôt de la théorie de l'engagement. Quand quelqu'un t'a mis le grappin dessus pour te vendre un truc (inutile) dans la rue, c'est plus facile de dire oui pour t'en débarrasser que de dire non. Ou quand un maraicher te fait goûter un morceau de melon sur un marché. La plupart des gens ont du mal à se sauver "impoliment" sans en acheter. D'autant que ça pourrait vouloir dire "j'en veux pas, il est pas bon". N'y aurait-il pas une forme de "yes-set" là derrière ? Tu as accepté de répondre à cette personne... Est-ce que du coup, tu ne penches pas vers "accepter" pour ce qu'il te proposera ensuite ? Sauf s'il propose quelque chose qui va manifestement au delà de l'acceptable. Ca me pose question d'ailleurs vis-à-vis de notre pratique de street-hypnose : une fois que quelqu'un est venu nous parler, ne se sent-il pas un peu obligé d'essayer ensuite ? Surtout après qu'on lui a expliqué que ce n'est pas dangereux, que c'est amusant : s'il refuse, il passe peut-être pour un peureux ?
  5. Pour une première sortie, c'est un super beau compte-rendu ! Je suis impressionné par ton cheminement depuis que tu es arrivée sur le forum ! Pas facile à gérer, cette réaction, pour ta première sortie. Mais apparemment tu t'en es très bien sortie ! Dommage que je n'ai pas pu venir.
  6. Ce sera sans moi :-/ Travaux urgents dans la maison :-/
  7. Je prends note ! Je ne peux pas encore me prononcer mais si je peux me libérer, je viens !
  8. Merci pour le replay, ça me permettra de regarder la fin, j'ai dû arrêter au moment des questions. C'était très intéressant. J'ai pris aussi quelques notes, je vais tâcher de les mettre en forme.
  9. Ca y est, tu es déjà passée de l'autre côté du miroir ?
  10. C'est vrai ça, depuis le temps, toujours pas une petite vidéo ?
  11. Belle séance. J'ai eu un feedback intéressant d'un volontaire : après la séance, il m'a dit que pendant le pause lecture, il voyait parfaitement ce que je trafiquais, qu'il se disait "haha, il ne m'aura pas cette fois, je l'ai vu !", mais que dès que je disais lecture, il oubliait instantanément ce qui s'était passé entre deux. Du coup, je me dis qu'avec un volontaire qui "sort" de la pause, il faudrait essayer de continuer malgré tout jusqu'au mot lecture. La suggestion d'amnésie fera peut-être le reste du travail...
  12. Intéressant, je vais essayer de regarder, mais je veux bien ton compte-rendu au cas où je la rate.
  13. Je comprends que ce qu'elle considère comme une chance puisse choquer, mais elle précise bien que c'est une chance en tant que neuroscientifique. Cela dit, chaque AVC doit être vécu par le patient d'une manière très spécifique en fonction de la zone du cerveau qui est touchée, donc on peut penser qu'en avoir vécu un seulement n'est pas suffisant ;-) Le parallèle avec l'hypnose ? Je n'ai plus en tête les mots exacts qu'elle emploie, faudrait que je visionne la vidéo à nouveau, mais quand elle dit qu'elle sent son bras puis le reste de son corps comme extérieur, ne lui appartenant plus, ça me fait penser à de la dissociation. Quand elle parle de la manière dont elle voit le monde à ce moment là, c'est de l'émotion, du ressenti, plus vraiment du rationnel. Ca me fait un peu penser à ce qui se passe en hypnose quand on arrête la petite voix qui rationalise tout... Mais bon peut être que je me plante complètement : je n'ai toujours pas vécu l'hypnose de l'intérieur...
  14. J'ai regardé la vidéo. Terrible ! Le parallèle avec l'hypnose est criant ! Ce qu'elle décrit quand sont hémisphère gauche a rendu la main et qu'elle ne tournait plus que sur son hémisphère droit (enfin, pour être caricatural), ça fait vraiment penser à l'état d'hypnose... Est-ce que ça voudrait dire que dans l'état d'hypnose, le cerveau gauche est endormi ?
  15. Tu as pu rencontrer les autres alors, c'est cool ! Tu as appris plein de trucs ? :-)
  16. Salut Aurel, Je suis de Lille aussi. On pourrait se rencontrer à l'occas, n'hésite pas à me MP. Je suis fort pris, mais on se trouvera bien un créneau à l'occasion.
  17. Argl, je consulte trop rarement cette section L'évènement a eu lieu ou c'est reporté faute de participants ? Je suis partant pour le suivant !
  18. Attention JE, ton smiley collé à l'URL fait péter les plombs au lien dans le mail de notification, on n'arrive pas sur le bon article ;-) Oui, j'avais lu cet article sur le blog, mais je n'avais pas encore osé. ;-)
  19. Chouette compte-rendu ! Dommage d'ailleurs qu'il soit "noyé" ici plutôt que dans la section compte-rendu qui sert probablement beaucoup aux débutants. Je n'ai encore jamais essayé de feinter de la sorte, mentir, même, pour aider à faire passer une suggestion. J'ai justement eu quelques soucis hier soir avec un pause lecture qui a marché une fois et qui a ensuite foiré. Plutôt que d'insister, j'ai (lâchement) enchaîné sur une hallucination gustative. Si je lui refais une séance, je tenterai ta ruse !
  20. Merci Ronald. Ce n'est pas du tout la réaction que j'attendais à mon CR. Je suis encore un newbie, je ne veux surtout pas donner de leçon. Ce n'est pas très compliqué de faire une séance telle que celle là. Le mieux est de travailler chaque point indépendamment. Lors des premières séances, j'ai essayé de faire attention au poids des mots (dire "vérifier" au lieu d'"essayer"), par exemple. Certaines fois, j'ai usé et abusé des formulations "truisme et suggestion". Et puis d'autres fois encore, j'ai tenté de trouver une manière "d'échanger" un phénomène contre un autre (quand tu sentiras que le phénomène 1 est terminé, c'est que le 2 sera entamé). Lors de cette séance, j'ai juste voulu mélanger ces différentes techniques. Ca demande un peu de concentration. Les silences entre chaque phrase, outre le fait qu'ils sont utiles pour le volontaire, me laissent le temps de réfléchir aux mots et aux formulations que je vais employer juste après. Pour être honnête, il s'agit là d'une séance où j'ai fait particulièrement attention, j'aimerais bien que ce soit toujours comme ça. ;-)
  21. Mon but était de partir d'un petit phénomène facile, aidé physiologiquement, de le ratifier et de m'appuyer dessus pour entraîner d'autres phénomènes. Sans induction formelle. Je vais ajouter en italique des explications sur les formulations (en gras) que j'ai employées. En espérant que ça servira à d'autres ! Je passe le prétalk qui a été assez rapide, ma volontaire étant récemment formée à l'hypnose thérapeutique. Nous nous sommes mis à l'écart de la rue pour être tranquilles. Je lui ai demandé "Pour entrer en hypnose, penses-tu que tu seras plus à l'aise ici, ou plutôt là, tournée vers la lumière ? [fausse question visant à lui faire accepter que dans tous les cas elle entrerait en hypnose]" J'ai commencé la séance par les doigts aimantés, m'aidant également de la métaphore de la vis que l'on serre car le mime apporte vraiment beaucoup. J'ai ensuite suggéré que je mettais une petite goutte de colle entre ses doigts. Ensuite : "Dans quelques instants [anticipation], je compterai jusque trois et tu pourras constater [présupposé : on constate généralement une chose vraie] que tes doigts sont complètement collés". Puis : "A ton avis, qu'est-ce qui pourrait faire [pour le clean language] que tes doigts seraient encore deux fois plus collés ? [suggestion indirecte : ils sont déjà collés]" J'ai mis en place la métaphore qu'elle me proposait [clean language] et j'ai compté jusque trois : "1 - tes doigts se touchent, serrés l'un contre l'autre [truisme]" "2 - tu peux sentir la colle qui sèche de plus en plus [appel à l'imagination]" "3 - tes doigts sont maintenant parfaitement collés [suggestion suivant naturellement le truisme], serrés, soudés si bien que plus tu essaies [suggestion d'échec] et plus ils se collent [lien entre "tu essaies" (vrai) et "ils se collent" (qui devient vrai)] encore deux fois plus fort [à nouveau suggestion indirecte : ils sont déjà collés]" Je l'ai ensuite laissé profiter de cette sensation bizarre de ne plus pouvoir séparer ses doigts. Je lui ai ensuite proposé : "Tu peux arrêter d'essayer. La colle va maintenant couler sous tes pieds, de sorte que dès que tu seras capable de séparer tes doigts [ça va arriver], ce sera le signe que la colle est partie [c'est vrai, elle pourra le constater] et qu'elle est donc bien arrivée sous tes pieds [déplacement de la catalepsie]. Tu ne pourras plus les décoller. Regarde, tes doigts devraient pouvoir se décoller, maintenant. [on déclenche alors tout ce qui suivait le "dès que"]" Elle a presque instantanément décollé ses doigts. Je lui ai demandé d'avancer, et elle a été incapable de faire un pas. J'ai reproduit le même tour de passe-passe, en variant un peu la formulation (le lien de cause à effet est inversé), pour coller sa main sur son front : "Cette main s'approche doucement de ce front [ce/cette : un peu de dissociation, même si ce n'était pas nécessaire ici, je pense]. Quand elle touchera ce front [ça va arriver], elle se collera avec cette même colle qui a collé tes pieds [on a constaté que cette colle collait bien, maintenant, on peut l'utiliser partout !]. Et quand cette main sera collée sur ce front [suggestion], tu pourras constater que tes pieds peuvent enfin [impatience : tu aimerais bien pouvoir les décoller, là, non ?] se décoller. [donc si tu constates que tes pieds peuvent se décoller, c'est qu'on a atteint le "quand"]" Elle a alors déplacé ses pieds, comme soulagée. [L'impatience de déplacer ses pieds la rend prête à accepter une autre catalepsie tant qu'elle peut libérer ses pieds.] "Tu peux utiliser ton autre main pour vérifier [on vérifier une chose vraie !] que cette main est parfaitement indécollable". En effet, de sa main libre, elle a essayé de tirer sur la main collée, sans succès. Le froid qui régnait nous a obligés à abréger la séance (dommage). Lors d'un rapide débrief, elle m'a dit qu'elle estimait sur une "échelle d'involontariat" de 0 à 10 que sa main était collée sur son front à 9.
×
×
  • Créer...