benoit--

Membres

1 abonné

À propos de benoit--

  • Rang
    Apprenti street-hypnotiseur
  • Date de naissance 30/08/1978

Visiteurs récents du profil

551 visualisations du profil
  1. benoit--

    Hypnose" c'est mon choix"

    Oui c'est peu être le seul point positif, elle précise qu'elle a souvent recours à l'hypnose pour son bien être personnel et lance 2 ou 3 fusibles généraux. Elle aurait pu faire un mini topo, prétalk de 5 min se basant sur son experience perso en début d'émission .....mais non .. c'est tout Evelyne ça ;).
  2. Bonjour à vous, je viens de tomber en zappant sur le replay d'une emission amplement célèbre traitant de l'hypnose. Le titre accrocheur "hypnose, aidez moi à me décoincer" m a de suite interpellé et je me suis dit "oulala", elle va nous faire quoi la "Evelyne".... Bin j'ai pas été déçu, dès les premières secondes on prend de plein fouet dans la figure les présupposés caricaturaux contre lesquels cette communauté se bat... Loin de moi l'envie de juger les compétences (chose que je ne peut pas faire), je place le débat sur l'image transmisse au téléspectateur lambda. Sur 3 hypnos, 2 préservent et entretiennent franchement l'aspect mystique aux travers de surnoms ou accoutrements divers. Le dernier franck villa semblait avoir une approche plus "conventionnelle" au credo du forum et explique davantage le phénomène, mais parcimonieusement. La seule image qui me viens au bout de 10 min quand un volontaire du public se lève en applaudissant niaisement (déclenché par un signal) est que l'on paraît ridicule sous hypnose... Un certain "shaman" se vente d'une triple catalepsie (du jamais vu en france), prétend devoir "travailler" son volontaire tandis que le dernier suggère de laisser "faire la magie"... La sensation de voir un spectacle d hypnothérapie où les volontaires surpassent leurs phobies, en direct live et en quelques secondes... (il est précisé 2 fois rapidement qu'un entretien a été effectué au préalable, mais pour quoi faire? ?.. Très très peu d'explications au final je trouve et un arrière goût de " ptn, Evelyne jle savais que t'allais faire dla crotte toute chaude".... Pour ceux qui n'auraient pas encore vu le replay, hattez vous il devrait bientôt disparaître, il date du 26 fevrier sur cherry25 dans l'émission " c'est mon choix". Titre: l'hypnose, aidez moi à me décoincer" durée: 53 min
  3. Bonsoir hamzachaoui, chers hypnos..., il est socialement etabli que les filles et garçons se évoluent et fonctionnent durant l'adolescence par rapport à des buts et besoins différents. Avec la maturité et les expériences, ces buts et besoins se font moins ressentir (quoi que ) mais sont encore bien encrés pour que l'on puisse faire la distinction entre les 2 sexes. Pour résumer, lors d'une tâche à effectuer, les filles s'orienteront plutôt vers un but de "maitrise", elles auront donc plus tendance à rechercher le progrès, l'entraide, le plaisir et la compréhension du phénomène. La comparaison sociale ( être vu, faire mieux que les autres, jugement) existe peu ou beaucoup moins. Les garçons eux sont plus tournés vers des buts de competition, où lon va chercher à mesurer, se mesurer, évaluer son égo. J'ai l'occasion d'observer ces 2 attitudes tous les jours ds ma profession et il est pédagogiquement très utiles de s'en servir comme support pour "affiner", "peaufiner"une consigne pour qu'elle soit le plus facilement identifiable et assimilable. Je pense ici alors aux suggestions ( consignes) qu'ils faut mettre en place dès le prétalk pour modifier les buts et intentions que le volontaire "embarque" déjà avec lui avant de venir. On peut déjà détacher 2 types de prétalk, un basé sur la recherche de nouvelle experience, de plaisir, de travail interieur...., l'autre plutôt basé sur le défi (comme précisé déjà plus haut), la capacité à aller de plus en plus loin dans les effets, ect... En espérant avoir un peu aidé. Bonne soirée.
  4. benoit--

    Sortir du cadre ludique...

    Merci Heyrin pour ton éclaircissement, à vrai dire je commence à réfléchir au sujet mais dans une optique ludique pour l'instant. Je vais essayer de travailler sur les aspects qui pourront me faciliter la tâche, le moment venu, si je décide (ou pas) de tenter ce changement. A savoir réussir tout d'abord et travailler sur les hallucinations positives et négatives en passant dans un premier temps par le visuel et le gustatif pour rejoindre au final le sens olfactif ( imaginer des odeurs et les sentir, les mêler, les faire interagir). On peut constater sur bon nombre de vidéos que les méthodes de rossi ou de conscientisation ( d'un problème pour mieux l'évacuer (cf LVDI)) se font aisément dès qu'une résistance banale apparaît, peu être que cela est suffisant pour résoudre le problème? Cela peut il être aussi simple? Dans ce contexte là, je n'ai pas l'impression de toucher aux schémas de l hypnothérapie. Qu'en pensez vous?
  5. Bonjour à toutes et à tous, je vous expose une interrogation visant à matérialiser l'ultra fine limite entre l'hypnose ludique ( telle qu'elle est pratiquée ici ) et l'hypnose thérapeutique. En effet j'ai trouvé ma première volontaire qui m'a volontairement demandé de l hypnotiser, ma maman. Instit. à la retraite, conseillère pédagogique ayant suivi un long cursus mêlant sciences humaines et pédagogie, elle comprend assez vite les effets de l'hypnose sur nos agissements dans la vie de tous les jours et m'expose son cas en souhaitant que je solutionne son problème. Elle m'expose le soucis et me raconte qu'elle adore l'odeur de la lavande qu'elle saupoudre un peu partout ds la maison.. Cependant, lors d'une nuit chaude de l'été dernier, notre chienne, s'étant roulée ds une charogne se mit sous la fenêtre de mes parents, ce qui rendit l'atmosphère totalement irrespirable même fenêtre fermée. Aspergeant la chambre de lavande pour faire disparaître l'odeur, ma mère( ou plutôt son cerveaux selon elle ) a "assimilé", "mixé" , "associé" les 2 odeurs au réveil, si bien que maintenant elle n'arrive plus à sentir de lavande sans sentir également l'odeur de charogne, très présente. Elle a fait l'expérience plusieurs fois dans des lieux différents, dans des conditions différentes et sur une durée vérifiable, cette odeur persiste. Elle ne peut plus mettre de lavande dans la maison et m'a demandé de l hypnotiser dans ce sens. Quelques interrogations me montent alors au ciboulot... La première, c'est que modifier une habitude ne relèverait-il pas plus de la thérapie. ?..puisque il faut solutionner un problème, changer une perception à long terme. A contrario, c'est un effet hypnotique simple, les halluccinations, qui est mis en jeu ici. Il semble alors facile aux moyens d'encrages et tout en restant dans le cadre de l hypnose ludique de faire varier le curseur olfactif de cette odeur, de jouer avec, voire même plus.... Mon questionnement se situe dans ce 2 dernières phrases, comment savoir si l'on ne déborde pas, si l'on ne bascule pas sans le savoir sur le chemin de la thérapie. Sommes nous concernés en tant que street hypno ( apprentis qui plus est) dans ce cas précis? J'aurais tendance à penser que de simples petits jeux et effets hypnotiques "pourrait" pallier le problème mais je voulais avoir un avis général et plus expérimenté. Bonne journée a vous..:)
  6. Oui hihi chaque fois que l'on pratique une activité nécessitant un......... ballon. Oulala, je précise rapidement la chose. Loin de moi l'idée de vouloir hypnotiser mes élèves ou d'essayer quelques tests, quels qu'ils soient. Je souhaite juste baser le modèle pédagogique que j'utilise pour l'apprentissage des élèves sur celui que je vais appliquer pour réfléchir et construire mes suggestions et mes séances. C'est que l Eps est plus fine que cela, les élèves n'ont quasiment jamais conscience de leurs apprentissages, la plupart du temps ils ne savent même pas à quoi peut servir cette discipline. Enfin si..... ils la voient souvent comme un hum.... selon tes mots un défouloir et viennent souvent avec cette représentation, ce présupposé contre lequel nous nous battons en usant de combines basées sur la pédagogie et leurs caractéristiques en tant qu' individu. D'autres viennent pour un tas d'autres raisons je te rassure, l'aspect récréatif ( que j'ai aussi ressenti tout comme toi durant ma scolarité) reste une représentation facile à contourner dans un premier temps et à faire evoluer par la suite. Maintenant il est clair que chacun bosse comme il l'entend mais il m'arrive aussi de temps à autres pour récompenser la classe de lâcher au milieu de la troupe le fameux "référentiel bondissant" . Il ya un nombre important d'apprentissages sous jacent à l' Eps et qui rentrent en ligne de compte dans notre vie de tous les jours car la discipline permet de mettre en jeu le corps et les émotions dans des situations diverses et variées. Mais c'est un autre débat. C'était la petite partie syndicaliste :). Merci pour tes retours et le lien, je vais jeter un oeil.. Ben
  7. Bonjour lopilo, en fait je me demandais si je ne faisais pas une fixette sur ce mode de pensée et de procédure et si je ne m y attardais un peu trop sachant que plus la transe est "qualitative", moins le volontaire aura besoin d'images, de metaphores réellement parlant pour lui ou son inconscient.
  8. Bonsoir à toutes et à tous, une reflexion me trotte dans la tête depuis que j'ai découvert l'hypnose à travers la street, initiée par une comparaison avec mon activité quotidienne, "prof de sport", "prof de gym" en collège (suggestion très souvent encrée chez 80% des personnes, même chez certains collègues ). Cependant et sans m'étendre lourdement, nous ne faisons pas "du sport" en Education Physique et Sportive, nous utilisons "le sport" ou plutôt les Activités Physiques et Sportives pour instruire, éduquer, former.... bla bla bla. Ainsi notre volonté corporative place l'individu (l'élève dans sa globalité âgé entre 11 et 18 ans) au centre de tous ce qui peut se faire en terme d'apprentissages ou de recherches pédagogiques et didactiques. Les représentations (présupposés en hypnose) des élèves,la mixité fille/garçon, leurs fonctionnements sociaux, leurs motivations (notion essentielle en EPS, je trouve le concept de plus en plus intéressant en hypnose de part les connaissances que j'ai dans mon métier) à rentrer dans une tâche ou non, leurs EEP (expectations d'efficacité personelle, qui renvoient à ce que l'on pense être capable de faire/réaliser), leurs ressentis personels, la verbalisation ou encore la metacognition sont autant de principes sur lesquels nous basons notre pédagogie pour répondre aux attentes du plus grand nombre d'élèves. Plus de l'ordre de la la didactique, ces paramètres prennent leurs lueurs en live, devant les élèves. Le professeur d'EPS doit alors avec toutes les connaissances qu'il possèdent être capable de "s'adapter" à l'élève et joue perpétuellement avec cela pour rendre une information, un contenu le plus facilement identifiable et assimilable en temps réel. Ainsi l'élève peut mettre bout à bout des informations simples pour qu'il fasse son petit cheminement interieur. Et c'est justement ce fait qui a sous tendu cette comparaison car je vois de plus en plus l'hypnose comme une relation ou l'hypnotiseur sera en perpetuelle recherche d'outil verbaux suggestifs les plus facilement identifiables, acceptables et assimilables pour le partenaire. Un exemple très simple: si je veux faire apprendre une roulade avant, je ne dirais jamais " tourne vers l'avant" parce que trop subjectif. Je vais plutôt créer des conditions pour mettre l'élève en réussite et lui demander plutôt de pousser fort sur les jambes( pour tourner vers l'avant), de coller le menton ( dos arrondi pour rouler plus facilement), de résister avec les bras ( pour permettre le transfert du poids du corps) ect....Encore mieux, je le questionne sur les conditions qui pourraient le faire réussir, dans le style de " qu'est ce qui tourne le mieux? Un cube ou un ballon?, ok, ton dos du coup on va faire comment pour qu'il soit plus rond? Ect..... ainsi l'élève se fabrique lui même son cheminement avec l'aide de consignes simples et mon but est que mes volontaires puissent faire aussi un cheminement ( les notions de clean language, signaling ou suggestions indirectes collent très très bien a ce principe) où ils s'impliquent directement, où ils sont "actifs". Bim... le parallèle est fait, je n'arrive plus à me détacher de cette idée, l'hypnose comme je la vois se veut pédagogique et il me semble dès lors évident que mon volontaire est un apprenant et qu'il doit être actif de ses apprentissages, quelquesoit son niveau de transe. Pour quels types d'apprentissages? Apprendre à écouter, à s'écouter, apprendre à se connaitre, apprendre à gérer sereinement de nouvelles émotions, apprendre à focaliser son attention de manière efficiente, la relâcher ect... et d'une manière plus spécifique: apprendre à rentrer en transe, apprendre des effets hypnotiques à des degrés divers de difficultés. C'est une courte liste des compétences declinables que l'on trouve chez l hypnotisé, il y en a tant d'autres selon moi. Hé hé, mais comme je n'ai encore hypnotisé personne, je voulais avoir vos points de vue car à ce moment précis, je ne vois pas d'outil plus efficace et plus sain qu'une suggestion indirecte habillement et ingénieusement construite, tout en conservant la sécurité de mon volontaire et le modèle ci dessus bien évidemment. A mon sens et dans ma position actuelle, c est l'outil qui permet le mieux de favoriser ce travail personnel et qui collent le plus à cette idée de cheminement personnel par "deductions", accompagnées d'un autre atout et lui aussi de taille, le clean language, servant de trame ou de "fond de commerce" à la démarche suggestive. J'espère que cette comparaison ne vous paraitra pas trop "farfelu":), je trouve de plus en plus de point ou sens commun entre l'hypnose (plus particulièrement la street hypnose car les volontaires sont différents, nombreux avec des niveaux d'apprentissages également différents) et ma discipline si on admet justement la nécessité de devoir "apprendre" en hypnose. Apprendre à vivre des expériences hypnotiques ainsi que tous les mecanismes qui se rattachent aux différents états de transe. Ou d'une manière plus globale, apprendre à SE connaître. Je souhaitais avec vos corrections et vos avis éclairés vous faire partager cette reflexion qui reste encore pour moi au stade théorique. Merci de m'avoir lu. Bonne fin de soirée. Ben
  9. Bonjour à vous toutes et à tous, je lance un regroupement pour les intéressés sur Narbonne et environ (Beziers et Perpignan). Et si d'aventure certains(nes) sont motivés ce week end, je le suis également pour observer, échanger et passer "enfin" à l'action. ? Bon week end hypnotique. Ben
  10. Bonjour Maxence, je n'ai pas encore pu tenter ma première expérience mais d'après les connaissances que j'ai pu acquérir ces derniers temps, il me semble qu'une solution (une possibilité en tous cas) pour chacun de tes cas sont envisageables.. Pour le premier au sujet des mains aimantées, chacun ne vit pas les choses de la même façon, les mains peuvent bouger très faiblement alors que le volontaire vit pleinement l'effet. La réciproque est aussi vrai. Si ça tarde trop tu peux avoir 2 possibilités, accélérer le rapprochement des mains (avec tes mains), ou centrer ton volontaire sur lui même à laide de suggestion basées sur sa respiration, sur ses battements cardiaques (ou autre) en brodant et el les liant à ta suggestion principale. ( "au fur et à mesure que ces mains se rapprochent, je vais te demander de te concentrer sur ta respiration afin que tu puisse te détendre de plus en plus, et plus ces mains vont se rapprocher et plus cette sensation de détente va t'envahir, et à chaque repiration, ces mains vont se rapprocher 2 fois plus, ect...). En ce qui concerne l'induction, comme l'a souligné Heyrin, tu dois expliquer lors du prétalk ce que va faire ton volontaire et le répéter juste avant ton induction.... explique lui la position dans laquelle tu veux qu'il/elle soit après l'induction. Si tu ne lui a pas précisé qu'il/elle devait rester tête baissée, yeux fermés, épaules relâchées ect beh je pense que tu laisse une porte ouverte à une adaptation de la part du volontaire. S'il s'attend à partir de suite en transe ou s'il se base sur des modèles super réceptifs vu en vidéo, il peut être alors surpris de ne pas vivre la même chose et ainsi s'étonner en relevant la tête. Cet argument est le plus souvent utilisé dans les forums, infos que j'ai croisé. Le fait est de bien expliquer ce que tu attends de ton volontaire pendant et après l'induction, presque au mot près. Pour le dernier thème, je suppose que tu veux dire que ton volontaire accentue volontairement le mouvement (mains aimantées, livre/ballon, ect...). Ya aussi 2 cas, le premier si elle le fait exprès pour te faire galèrer beh change de volontaire Ensuite si c'est de l'excès de motivation qui traduit ses mouvement, peut être que revenir sur le pretalk en précisant que des "bons mouvements" sont plutôt discontinus et saccadés et qu'elle doit laisser faire les choses sans se forcer. Ou peut être faire une petite relaxation juste avant pour diminuer le facteur motivationel.. Ou encore utiliser cette motivation pour construire tes suggestions.... Je me suis permis de donner mon avis selon ce que j'ai pu rassembler ici et là, toute confirmation ou l'inverse est le bien venu. Bon week end hypnotique.. Ben
  11. benoit--

    Et l'alcool dans tout ça.

    Merci Kewa, en effet je viens de voir quelques sujets croustillants, dont un qui me concerne en particulier mais encore peu de réponses hormis le fameux principe de précaution. Néanmoins j'en retire que les sujets de manière générale traitant des drogues et de l'alcool en état d'hypnose s'attachent essentiellement effets facilitants/catalisants (ou l'inverse) pour atteindre la transe et peu ( ou moins) sur les leurs effets catalyseur vis à vis d'une possible abreaction ou comme j'ai pu le lire, d'une perte de connexion avec la réalité. Merci pour ces renseignements je poursuit les recherches... Bonne fin de soirée .
  12. Bonsoir à vous, je m'excuse par avance si le sujet a déjà été traité mais je ne trouve que des informations ambiguës à ce propos et google, malgré le nombre incalculable de suggestions différentes que je lui ai envoyé ds la face me renvoie toujours à comment en finir avec l'addition proprement dite. Je m'interroge à propos de l'alcool et du cannabis car ils peuvent être banalisé en soirée et à ce propos une incompréhension m habite. J'ai eu l'occasion il ya plusieurs années de voir un ami se faire hypnotiser en boîte de nuit (après le show en fin de soirée) et force et de constater que ce cadre offre une probabilité de quasi 80% en ce qui concerne des volontaires imbibés d'alcool à des degrés différents. Force est de constater aussi que ce type de soirée a du se rependre à outrance depuis plusieurs années. Je peux donc facilement en déduire qu'un nombre effrayant de volontaires alcoolisés on été hypnotisé. D'un autre côté il paraît assez logique de ne pas essayer une expérience sur un volontaire alcoolisé en raison des diverses modifications de comportement que cela produit. J'aurais souhaité avoir vos avis sur ce point, quel qu'il soit... Cependant lors dun repas amical, il arrive que l'on boive un apéritif et aller... 2 ou 3 verres de vin durant le repas sur une periode de 2h environ, laissant les convives légèrement alcoolisés mais à un degré moindre... ce type d'événement arrive souvent et il est commun de boire 2 ou 3 verres légers dans une soirée, même entre amis à la maison, avec une sensation presque imperceptible d'état alcoolisé. Ce cadre, beaucoup moins absurde et excessif que celui des discothèques peut il lui acceuillir l'hypnose ou simplement alcool+hypnose =interdit......quelquesoit le cas de figure? Idem pour le cannabis qui se démocratise de plus en plus, j'ai pu constater sur la vidéo d'un hypno (qui semble très préoccupé par le bien être et la sécurité de ses volontaires) qu'il la bannalisait, " ça pourra peu être t'aider à te faire partir plus vite" fut sa réponse lorsque le volontaire l'a prévenu du fait. Voilà, je pose la question car j'ai presque la sensation qu'il y aurait 2 écoles, une qui tolére les substances produisant des modifications pendant l'hypnose( à des degrés faibles et moyens), et l'autre qui se réfère uniquement au principe de précaution, quoi qu il arrive... J'aimerais vraiment avoir vos avis, sans pour autant déclencher de malaises, malentendus mais la question reste trop flou pour moi. Je me rangerais spontanément dans la 2ieme catégorie mais cette question me turlupine de plus en plus.... Bonne soirée Ben
  13. benoit--

    Imitation

    Hum, bonsoir à vous , je suis enseignant et il me semble qu'un rappel des risques qui planent sur sa scolarité et des risques encourus vis à vis de la pratique de l hypnose dans ce cadre là justement est essentiel . Pour les élèves mineur, c'est papa et maman qui dépose plainte, souvent l'enfant n'a même pas son mot à dire. Après l'administration est là pour cela, c'est son taf, il doit y avoir un moyen de parler du problème avec un surveillant de confiance pour leur passer le relais et te décharger. Sportivement.
  14. benoit--

    Réussir les hallucinations

    Bonjour, bon aller je me lance, c'est peu être complètement naze ce que je vais dire mais pourquoi ne pas utiliser de signaling en demandant une réponse à l'inconscient sans passer par le verbal? Du style, " j'aimerais que tu imagine cette scène/paysage et j'aimerais que ce soit ton inconscient qui me réponde en bougeant ce doigt quand ce paysage sera bien visible, palpable même, bien installé dans ton imagination..ect..." Merci de me corriger ( fermement si besoin) Bonne soirée
  15. benoit--

    Amnésie ou Hallucination ?

    En fait je m'interroge sur la pertinence du mécanisme, de l'élément que je choisi pour appuyer la suggestion. Ici la relecture impossible, parce que j'aurais tendance à penser que l'amnésie n'est pas engagée ds ce cas précis. Le volontaire ne peut simplement pas "lire" l'information, il n'a pas la sensation d'oubli agaçant du mot sur le bout de la langue. Je me dit que si cette étape (via ce mécanisme) n'est pas acquise par le volontaire de façon pertinente et prégnante pour la suite, beh ça risque de coincer plus facilement justement. J'imagine que si je prend 3 suggestions différentes qui " marchent" pour jouer avec un effet hypnotique et que si je les decortique, je devrait dégager qualitativement 3 suggestions ou 3 niveaux et que peut être dans ces 3 suggestions, certaines pourraient également être plus utiles que d autres pour anticiper sur les prochains effets que je recherche...un double effet en quelques sortes, un conditionnement qui prendrais à petit feu...