Theodorico

Membres

À propos de Theodorico

  • Rang
    Apprenti street-hypnotiseur
  • Date de naissance 31/12/1977

Visiteurs récents du profil

Le bloc de visiteurs récents est désactivé et il n’est pas visible pour les autres utilisateurs.

  1. Theodorico

    Re - hypnotiser une personne réceptive

    Merci...je n avais pas envisagé la chose sous cette angle. Encore trop "scolaire" dans mon approche ! C est tout moi ça. ..chercher à faire compliqué quandc est simple ^^
  2. J imaginéque la contrainte la plus importante à gérer va être le peu de temps que tu as entre chaque rotation. Va falloir faire vite et bien dans le choix des volontaires...ça vaut peut être le coup de glisser subrepticement l idée de l hypnose dès le début de la visite..ça laisse le temps aux gens d y réfléchir en tâche de fond durant la visite.
  3. J ai hypnotisé une amie il y a quelques mois et il s est avéré qu elle était très réceptive. Super séance ! Elle souhaite qu'on renouvelle l experience mais je ne sais pas trop comment m y prendre. Refaire toutes les routines habituelles (doigts aimantés, mains collees,...) me semble inutile. Je ne sais pas comment debuter la seance. Je ne me vois pas non plus arriver des le debut avec une induction "Dors".... Je crains aussi quelle veuille "trop" se faire hypnotiser et que ça soit contre productif. En bref, comment faites vous avec les personnes que vous savez deja receptives ? Merci !
  4. Theodorico

    Fusibles et catalepsie

    Comme Gribs, pendant le pré-talk j'explique que la personne ne vivra les choses que si elle souhaite les vivre. C'est aussi simple que ça. Que si quelque chose la sort trop de sa zone de confort, elle sera totalement libre de le faire savoir et nous passerons à autre chose, si elle a envie de continuer. Idem, quand je souhaite la faire "dormir", je précise qu'elle restera stable sur ses appuis. La seule fois où j'ai oublié (m'étant un peu laissé grisé par sa réceptivité), la personne est partie directement en avant. Heureusement que j'ai pu la maintenir ! Petite anecdote : Lors du week-end de formation, le dimanche je suis tombé sur une dame qui s'est mise à pleurer dès que j'ai commencé les tests de réceptivité et que'elle a commencé à lâcher prise. Autant dire que je n'avais aucun recul sur ce genre de situation. Dans ce genre de cas, ton intuition et ta bienveillance font le reste. Il faut se faire confiance. J'ai passé plus de 2 heures à discuter avec elle pour la remettre dans un état plus convenable. Au final, elle avait besoin de se confier plus qu'autre chose, mais après 2 heures de papotage, elle m'a dit que ça lui avait fait autant de bien que ces 3 années de psychanalyse ! Comme quoi...le bienveillance, la bienveillance, et la bienveillance !
  5. Welcome également, On s'est croisé hier aussi même si on a pas pris le temps d'échanger. A une prochaine
  6. Theodorico

    Personne non réceptive

    Si je peux me permettre, malgré ma très très maigre expérience (2 jours de formation), peut-être que tu devrais envisager une autre approche. Disons...moins "clinique". Ton amie s'intéresse au sujet, elle connaît donc le fonctionnement et la mécanique de la séance. Du coup, un prétalk ou les doigts qui se rapprochent me semblent inutiles. Elle sait très bien où tu veux en venir. Le lui remettre en tête ne fait qu'accentuer son attente (et on sait que plus l'attente est grande moins le lâcher prise est aisé), et son cerveau se met de suite en ébullition en se disant "c'est le grand moment, faut que je me concentre" etc etc. Moralité, tu ne crées pas les conditions nécessaires pour la détente (enfin il me semble). Il sera surement plus judicieux de zapper ses étapes et de contourner le sujet "hypnose" tout simplement en se créant un petit cocooning à deux. Une soirée sympa devant un film, après un resto, ou tout moment ou tu sais qu'elle est détendue ou dans les conditions pour se détendre. Ainsi, tu t'affranchis du côté "clinique" du genre, allez roulement de tambours, c'est l'heure de l'hypnose, on est tous hyper concentrés sur ce qu'on fait. Je vais faire le parallèle avec ma petite expérience lors de la formation. Le Samedi, après les traditionnels échecs des 2 ou 3 premières personnes, j'ai commencé à avoir des résultats très encourageants (je suis capable de faire ça ? Moi ? Wouahhh !) Le Dimanche, pas mal d'échecs. Beaucoup d'échecs. Après quelques jours, je me suis demandé pourquoi un tel écart et j'en suis arrivé aux conclusions suivantes : - j'étais moins dedans : fatigue de la veille, un jour sans, moins en ressenti avec mes volontaires (cette dernière précision m'a ensuite amené à la réflexion suivante) - moins en ressenti donc, mais surtout trop en attente de ce que vers quoi je voulais que mon volontaire aille (en gros, je lui enlevais tout libre-arbitre et lui imposait le résultat que je souhaitais atteindre, du coup plus aucune place pour la spontanéité du moment) - trop "scolaire" dans mon approche. Le samedi, comme tout était nouveau, j'ai oublié plein de choses, fais des trucs dans le désordre, et finalement, je me suis appuyé sans le savoir sur ce que le volontaire me laissait comme opportunité. Alors que le dimanche, j'ai tout bridé du début à la fin, m'entêtant à devoir faire comme on m'avait expliqué, sans me laisser aucune liberté. Il fallait que le déroulé se fasse comme moi je l'envisageais....mais c'était une erreur. Bref, tout ça pour dire qu'en dédramatisant tes prochaines tentatives, qu'en envisageant une approche un peu différente, il n'y a pas de raison que tu ne trouves pas "ce qui marchera" avec ton amie. En espérant que ça t'apporte des pistes de réflexion.
  7. Bonjour all, Poussé par la curiosité (sans jamais vouloir chercher à l'assouvir jusque là ! - parfois y'a des paradoxes comme ça...^^), j'ai fini par m'inscrire à la formation parisienne, début Juillet 2017. J'avais avant tout le souhait de comprendre comment cela pouvait fonctionner sans réellement vouloir pratiquer par la suite (la faute à la vie active, les activités multiples déjà très chronophages, etc etc...) Un grand merci aux formateurs du jour qui m'auront permis de comprendre un peu mieux, et surtout de mettre en pratique et de réussir mes premières expériences. Du coup, je vais essayer de me faire violence pour ne pas perdre ce que j'ai appris, et tenter de progresser à mon rythme et me greffer à quelques sorties parisiennes. Au plaisir de recroiser mes compagnons de formation et de nouvelles têtes !