1 1
Sebastian

Réaction normal ou non ?!

Recommended Posts

Bonjour, voilà je suis pratique l'hypnose de rue depuis quelques temps, mais je suis loin de tout connaître, c'est pour cela que j'ai besoin de vos avis pour mes prochaine séance. 

 

Donc voilà... Hier je me retrouve en centre de Chalon-sur-Saône pour une après-midi hypnose, j'ai réussi à hypnotiser une bonne dizaine de personnes et en général tout c'est très bien passer, MAIS dans mes volontaires j'ai eu 3 jeunes femme qui se sont mise à pleurer sans raison apparente... En ayant parler avec elle, elle même ne savais pas vraiment pourquoi elle étais dans cette état, pas de peur ni de stress... L'une d'elle a même voulu recommencer une séance un peut plus tard et ça c'est très bien passé. 

 

Alors est ce que ça vien de moi qui est fait un faut pas à un moment, ou juste une interprétation du concient qui ne sais pas trop ce qui lui arrive ! Et si c'est le cas comment réagir face à ça ! 

 

Merci pour vos conseil, j'espère que ça m'aidera beaucoup par la suite, mon but étant de faire découvrir de bonne sensations et non pas rendre triste mes volontaires. 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonjour,

 

Ces filles sont pas normales, probablement des reptiliens sous couvertures, tu aurais pu y rester ...

 

Blague à part, et sans tergiverser sur ce qui est normal ou non, je pense qu'il y a trop peu de détails pour pouvoir répondre correctement ou t'aider.

 

Se sont-elles mises à pleurer aux même suggestions, des pleures similaires ? qu'ont elles dit au debriefing ? Les deux suivantes avaient-elles vu la première pleurer ? Étaient-ce réellement des pleures de tristesse, j'ai eu droit à des pleures sur plusieurs séances, mais jamais de tristesse : de joies, de mélancolie. Et même si de la tristesse est sortie, l'ont elles mal vécues ou en avaient-elles besoin ?

 

Ce cas ne m'est jamais arrivé, mais quand un volontaire à un comportement qui sort du cadre la street hypnose, qu'il est évident que quelque chose ne va pas, le mieux est de ne pas "réagir" (dans le sens ne pas émettre d'inquiétude ou avoir une réaction empirique). Les conseils que l'ont m'a donnés sont de mettre fin calmement aux suggestions puis à la séance comme si cette situation était classique. Un réveil si cela s'y prête, et surtout un bon débriefing, cela permet de passer quelques minutes avec le volontaire, de faire le point pour être que tout va bien avant de le laisser repartir.

 

Après je n'ai été confronté à un cas du genre que deux fois dont une seule ou j'hypnotisais, je suppose que d'autres ayant beaucoup plus d'heures de street pourront mieux te répondre.

 

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Salut ,

 

je me permet de répondre un peux tardivement mais tu as fait face à ce que l'on appel dans le milieu une "abréaction" .

Pour faire simple, c'est quand, durant une séance, une personne à une décharge soudaine d'émotion (positive ou négative). Plusieurs facteurs peuvent influer mais c'est principalement due à un souvenir douloureux qui remonte en surface (certaine suggestion peuvent amener à faire remonter des souvenir enfouie ou caché). 

Cela est tout à fait normal et faire revenir le "sujets" a lui de façons calme est une bonne solution. Souvent, comme c'est le cas avec toi, la personne ne pourra expliquer ce qui lui est arrivé (Pour l'avoir vécu, la personne en se souvenais même pas de son abréaction).

 

voila en espérant que ma réponse t'a éclairci sur ta question :-)  

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je rebondi aussi sur ce poste ( que je n'avais pas vu ).

 

Oui ce peut être une abréaction dans le sens d'une décharge émotionnelle positive ou négative, mais ce peut être aussi la conséquence du "lâché prise".

 

Sans être "réellement une abréaction", des larmes peuvent couler le long des joues de vos partenaire d'une séance, simplement parce que ce sont des personnes qui "garde constamment le contrôle" et au moment ou enfin ils "lâchent prise" ils ont une émotion de détente bien plus grande que la moyenne et donc, une petit décharge de bien être plus importante, sans que ça en vienne au point de l'abréaction.

 

Cependant, il faut la gérer de la même manière: rassurer et faire revenir la personne, quitte à continuer la séance juste après.

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
1 1