Aller au contenu
Forum Street Hypnose

Ultra Depht - Sichort - états profonds


Recommended Posts

Hello!

Je cherche des informationssur les Stades profonds, Ultra Depht, Sichort ect ect...

J'ai déjà exploré les Stades Eisdale et j'ai une amie qui va spontanément dans un état qui ressemble à de l'Ultra Depht :

- Atonie musculaire, pas de catalepsie de cire comme en Eisdale

- Impossibilité de la réveiller même sous la menace si on la laisse partir en quelques minutes (en général, en lui parlant 5 min à l'oreille ça marche mais pas toujours)

Elle se réveille au bout de 15 min 30 min voir elle passe la nuit.

- Récupération Psychique phénoménale du manque de sommeil, et, cet été, d'une migraine ophtalmique avec aura visuelle.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Migraine

(pour la définition de aura, je parle du sens médical et non esotérique)

- Amnésie de l'épisode, rêves interieurs très riches ou pauvres (lumière jaune, agréable, douce)

- Pas de Suggestibilité ou très peu en général, période réfractaire à l'Hypnose quand elle le décide, d'autant plus quand elle sort de l'état.

- Flutter des paupières intense en début de transe tout le long de l'épisode, surveillance de 15min dans un bar assourdisant qui ne la gênait pour le moins du monde.

Je sais que ces états sont contreversés, et copyrightés aux états unis.

je comprend à peu près comment m'entrainer à y aller à présent, mais si quelqu'un veut faire part de son protocole, de ses expériences, je suis bien entendu preneur !

Merci de votre attention et au plaisir de vous lire.

PS : désolé pour Jean Emannuel ou l'admin du site, je viens de me rendre compte que ce sujet aurait plus sa place ici, doublon désolé pour le ménage éventuel

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Rémission d'une maladie bipolaire type 2 spectaculaire depuis deux semaines et demie pour moi après plusieurs Eisdale et ancrage pour pouvoir le reproduire.

Historiquement Eisdale utilisait cet état avant l'apparition du chloroforme dans les blocs, avec des protocoles dérivés des méthodes de Frantz Anton Mezmer... On appelait ça "Magnétisme animal", encore à l'époque.

De nos jours, dans les hôpitaux, on utilise les méthodes dérivées des principes d'Erickson pour avoir des anesthesies plus rapides que pour les protocoles historiques qui pouvaient durer deux semaines parfois...

C pas compliqué à établir, et la personne est bien, si on met les précautions d'entrée que tu dois connaitre.

Quels sont les dangers du coma hypnotique selon toi Jean Emmanuel? J'ai rien lu dans ce sens dans la littérature anglo saxonne.

Modifié par poulperadieux
Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Une abréaction dans cet état peut très rapidement prendre une ampleur inouïe si mal gérée.

Parce que la personne a beaucoup plus de mal à se "reconnecter" ensuite.

Dans un contexte médical et surveillé, je ne crois pas qu'il y ait de danger particulier. Mais à ne pas utiliser dans la rue, c'est tout ;)

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Une abréaction dans cet état peut très rapidement prendre une ampleur inouïe si mal gérée.

Parce que la personne a beaucoup plus de mal à se "reconnecter" ensuite.

Dans un contexte médical et surveillé, je ne crois pas qu'il y ait de danger particulier. Mais à ne pas utiliser dans la rue, c'est tout ;)

Oui, tout comme tomber sur une bouffée délirante aigue signant une entrée en Schizophrénie, qui me parait autrement plus redoutable, à identifier et savoir qui sont les sujets à risque.

Bref, merci d'avoir recardé...

Le problème, le noyau du problème est que les personnes qui vont dans ces états dissociés et profonds avec facilité sont aussi, et très souvent, des personnes qui ont subi des traumatismes anciens ou récents.

Donc prudence toujours chez ces sujets qui tombent facilement en transe profonde, ou le gars ou la nana qui a fumé un joint avant et qui a l'âge d'une primo entrée en Schizophrénie.

Je parlais bien sur d'états profonds contrôlés... Une fois les précautions installés sur le sujet, mais je me répète.

J'essaye ces états depuis que je fréquente une personne qui y accède de par son Hobby depuis un paquet d'années et qui est également bipolaire, stabilisé et jamais traité.

J'ai également fait le rapprochement avec ça :

Que je t'invite à regarder si tu connais pas déjà.

Bref, les états dissociés et hallucinatoires sont peut être la clé de certaines des pathologies psychiatriques où la chimiothérapie Neuroleptiques, Neuroleptiques atypiques, Thymorégulateurs ne fait que stabiliser.

Et ce doc montre le croisement entre les transes profondes hallucinatoires avec dépersonnalisation et déréalisation, voire automatisme mental qui sont des symptômes de délires psychotiques ou des dépressions extrêmes comme le syndrome de Cotard (Dépression majeure plus délire hallucinatoire et/ou auditif, et j'en passe).

Et, comme c'est évoqué dans le témoignage vidéo, on a également des tracés EEG de syndomes bipolaires.

C'est une révolution assez majeure en Neuropsy, parce que avant ces études là, on tablait sur des conversions hystériques lors des transes.

Ce fut la surprise.

Donc voila.

Je re pose cash la question, quelqu'un a envie de parler des états profonds ou j'arrête d'en parler ici parce que ça fait flipper?

Ma question est : est ce que l'état dit "ultra depht" est une imposture marketing, si la réponse est négative, quels sont les principes pour y accéder?

Voili voilou.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ma question est : est ce que l'état dit "ultra depht" est une imposture marketing, si la réponse est négative, quels sont les principes pour y accéder?

Déjà, si nous n'avons pas la même définition exacte de ce que représente l'ultra depth, il est impossible de se comprendre dans nos réponses à venir.

Le principe pour y accéder reste à mon avis un lâcher prise tel que très très peu de personnes ont les capacités mentales d'y parvenir. Je ne crois pas que tout le monde puisse y accéder, peu importe les techniques employées.

Au delà de ça, mon expérience se limite à quelques cas et je n'ai pas réussi à en tirer quelque chose de concret et ré-utilisable.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ma question est : est ce que l'état dit "ultra depht" est une imposture marketing' date=' si la réponse est négative, quels sont les principes pour y accéder?

[/quote']

Déjà, si nous n'avons pas la même définition exacte de ce que représente l'ultra depth, il est impossible de se comprendre dans nos réponses à venir.

Le principe pour y accéder reste à mon avis un lâcher prise tel que très très peu de personnes ont les capacités mentales d'y parvenir. Je ne crois pas que tout le monde puisse y accéder, peu importe les techniques employées.

Au delà de ça, mon expérience se limite à quelques cas et je n'ai pas réussi à en tirer quelque chose de concret et ré-utilisable.

J'y suis au début, à la frontière entre Eisdale et Ultra Depht.

Et je ne peux, pour l'instant, préjuger de la non reproductibilité de cet état sur une population générale, ne travaillant qu'à l'échelle de personnes travaillant déjà un minimum le "Wu Wei", le lâcher prise, ou testant chez des personnes qui ont déjà une capacité de dissociation et d'abstraction poussée comme les artistes.

Ce sont les sujets les plus positifs et sympas que j'ai rencontré.

Les autres, ils ne font pas la demande en général, et comme tu le sais, en hypnose, le contexte est tout, ce qui souligne le ridicule des études "d'hypnotizabilité" par exemple.

Mike Mandel est pas mal explicite là dessus :

Quelle est ta présentation clinique de ces deux états pour toi?

Peux tu parler de tes expériences avec ces états?

Modifié par poulperadieux
Lien à poster
Partager sur d’autres sites
"de dissociation et d'abstraction poussée comme les artistes."

comme les artistes? tiens c'est marrant tu peux développer :) ?

Les artistes, les architectes, les gens qui ont l'habitude d'avoir des mondes intérieurs riches, comme les acteurs, actrices de théatre atrrivent mieux à mettre en jeu les zones cognitives activées lors de l'hypnose.

De mon expérience, toute petite expérience, j'ai commencé qu'en Juillet dernier,

c'est des gens qui répondent bien à l'induction de rêves lucides sous rem et flutter hypnotique, qui arrivent plus facilement que les autres (ex eaco avec les barmen maides) à reproduire des out of body expérience selon ce protocole décrit dans la revue nature (revue scientifique hautement sérieuse et ça date pas de hier, tout le monde rêve d'être publié dans "Nature"):

http://www.nature.com/news/out-of-body-experience-master-of-illusion-1.9569

Lire aussi Olliver Sacks, Neuropsy américain, et en particulier "Hallucinaitons", qui n'est pas encore traduit, ou "l'Homme qui prenait sa femme pour un chapeau", entres autres.

ps : Jean Emmanuel, tu m'as oublié?

Pour la définition des stades Sichort et Eisdale, je me réfère au site de Pank, il faut que je lui envoie un mail d'ailleurs, merci de m'y avoir fait penser, je n'ai pas assez creusé la littérature anglo saxonne pour le moment.

Je comprends qu'il ne développe pas plus sur son blog, vu l'aspect copyrighté de l'Ultra Depht et les gens qui semblent tourner autour sur les forums anglo saxons, mais il cite où il a trouvé l'info, je m'y mettrai mi mai.

Et en attendant, j'ai trouvé un maitre formateur en Hypnose Ericksonnienne près de chez moi, il est médecin généraliste en plus, je vais voir si il a des réponses à mes questions.

Pas facile, depuis Juillet dernier, je rattrappe 12 ans de progrès médical, déjà quand je bossais en service d'ophtalmologie en tant que consultant y a 3 ans j'avais fait les yeux ronds quand j'ai appris qu'on soignait la DMLA voir la stabilisait et que je pouvais produire une image diagnostique sans toucher le patient en moins de 2 min.

En Neuropsychiatrie, les progrès ont été encore plus fulgurants, mais peinent à arriver en France, comme d'hab.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

ps : Jean Emmanuel, tu m'as oublié?

Pas du tout ! Mais j'aurais souhaité écouter intégralement le podcast avant de te répondre, et je n'ai pour l'instant pas pris le temps de le faire.

Je définis personnellement le coma hypnotique (Esdaile) par une intériorisation telle que la transe provoque les phénomènes de catalepsie et d'anesthésie générale spontanément, sans aucune suggestion.

Ce sont mes principaux repères, même s'il y en a peut-être d'autres que j'ignore.

Pour le "Sichort state", je remarque principalement cet état par ce qu'ils appellent l'effet "time lag", où la personne hypnotisée reçoit les suggestions avec un délai allant de quelques secondes à plusieurs minutes.

Ce sont mes repères personnels, et je ne me suis pas suffisamment documenté pour avoir un avis objectif sur la question. Il ne faut pas oublier que ces termes sont "copyrightés", et qu'au final ils ne sont que des interprétations de niveaux de transes, par définition, subjectifs.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

ps : Jean Emmanuel' date=' tu m'as oublié?

[/quote']

Pas du tout ! Mais j'aurais souhaité écouter intégralement le podcast avant de te répondre, et je n'ai pour l'instant pas pris le temps de le faire.

Je définis personnellement le coma hypnotique (Esdaile) par une intériorisation telle que la transe provoque les phénomènes de catalepsie et d'anesthésie générale spontanément, sans aucune suggestion.

Ce sont mes principaux repères, même s'il y en a peut-être d'autres que j'ignore.

Pour le "Sichort state", je remarque principalement cet état par ce qu'ils appellent l'effet "time lag", où la personne hypnotisée reçoit les suggestions avec un délai allant de quelques secondes à plusieurs minutes.

Ce sont mes repères personnels, et je ne me suis pas suffisamment documenté pour avoir un avis objectif sur la question. Il ne faut pas oublier que ces termes sont "copyrightés", et qu'au final ils ne sont que des interprétations de niveaux de transes, par définition, subjectifs.

Merci de ces précisions !

Cela permet de croiser mes observations.

Ouip ouip, les niveaux de transe sont subjectifs et se touchent.

Il y a un délai important entre l'ordre et la réponse en Eisdale, de notre vécu, ma partenaire et moi, on entend, mais on en a rien à péter, on veut rester là où on est, voire on résiste pour y rester.

En état Sichort, il n'y a plus la catalepsie de Cire mais une atonie musculaire, une vision onirique intense, hallucinatoire, qu'il faut absolument contrôler par un verrou émotionnel dans la "chambre intérieure" du sujet.

Créer un lieu de transe en maitrisant par suggestion une transe moyenne, éventuellement après le Sichort où, si le sujet a une période réfractaire pour retourner aussi profond (J'ai qu'un seul sujet pour le moment, donc je peux pas dire pour tous, je ne fais qu'énoncer mes observations) et installer un lieu de transe, une horloge, une coloration émotionnelle positive à toute transe et au minimum neutre, un escalier de sortie, un puit ou un escalier pour la descente (le puits et l'ancre marchent bien, à voir selon le vécu du sujet et ce qu'on installe à l'anamnèse).

J'ai eu une réponse intense à la première descente du sujet, d'emblée en Sichort (ce que j'ai pris pour un Eisdale au début, je venais de commencer l'hypnose, c'était l'été dernier), j'ai contrôlé du mieux que j'ai pu.

Puis j'ai lu sur l'autohypnose, notamment le bouquin éponyme de Kevin Finel qui est remarquable de simplicité sur le sujet, et j'ai pu reprendre, et bénéficier de ces outils par la suite.

L'effet Time Lag en Sichort, il faut que je re demande à mon sujet, mais elle semble ne plus entendre effectivement, alors qu'en Eisdale on entend en temps réel mais on choisit de pas sortir.

L'effet de récupération psychique et physique sur une cervicalgie avec contracture était impressionnant en 15 minutes, j'ai pas d'autres exemples pour le moment, mais j'ai eu également des récupérations comparables dans des états moins profonds.

Pour faire simple, je considère 5 stades à présent :

Léger - Moyen - Profond - Ultra Profond, pas trop de signes cliniques spécifiques absolus de ses stades, car chevauchants, mais une évauation, comme tu le dis, subjective de la profondeur par l'observation de l'hypnotiseur voire en collaboration avec le patient une fois qu'il est entrainé.

Un peu comme dans les échelles de la douleur, selon le même principe vu l'aspect comparable des phénomènes évalués.

Sinon, Copyrightés mon c... dirait Philippe Katherine, effectivement, c fort de café de prétendre ça.

A la rigueur, le protocole je veux bien.

mais cela semble être une extension de l'Eisdale par entrainement, donc je vais continuer avec mes puits et mes ancres et je vous tiens au courant si ça vous interesse (et si y a des gens qui lisent jusque là).

Je suis en train d'explorer les papiers récents à la fac de médecine pour essayer de déméler tout ça, et je vais en parler à un patron de neuropsy et à un formateur en Ericksonienne pas loin de chez moi pour voir si y a de la littérature là dessus.

On sait jamais.

Tu as un protocole particulier à partager sur le Sichort Jean Emmanuel?

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Non désolé, aucun protocole particulier. Et puis j'ai testé ces différents stades sur un nombre très limité de personnes. Ultra réceptifs et volontaires pour "jouer le jeu" sans trop savoir ce qui pouvait se passer afin de les influencer le moins possible.

Je pars du principe que l'on peut "simuler" ces états par de simples phénomènes hypnotiques (suggestions indirectes) pour peu que l'on en ait parlé aux volontaires en amont. C'est mon seul "protocole" !

Ensuite, j'approfondis souvent par le rêve, que je fais ensuite devenir lucide pour se rapprocher de plus en plus de la phase de sommeil sans vraiment l'atteindre non plus.

Après, c'est pas mon domaine DU TOUT. Juste une curiosité :)

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

D'après Mike Mandel, Toronto Canada, en gros, Ultra depht is bull shit.

Je pense aussi que c'est une variation d'Eisdale chez certaines personnes, y donner un éponyme de plus, et copyrighté en plus, c'était pas malin malin.

Mais bon, je continue les recherches puisque j'ai eu des symptômes patents d'un état différent d'Eisdale alors que je ne savais encore pas les suggérer.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
×
×
  • Créer...