Aller au contenu
Forum Street Hypnose

Recommended Posts

Merci Brieuc pour ces propositions.

 

J'ai commencé par donner qu'un choix : le "non" de la tête et j'ai dit que s'il ne voulait pas répondre "non" il ne réagissait pas. Et là j'ai eu les réponses "non" quand il fallait sinon je n'ai rien eu donc parfait.

 

Quand je donne un troisième choix "je n'ai pas besoin de savoir ou tu ne sais pas" cela ne change pas, il me dit oui pour les mêmes questions. 

Pour le coup j'ai testé  de donner le choix entre "Gauche ou droite de la tête" et j'ai posé la question : J'ai deux mains ou trois mains? (gauche pour deux mains et droite pour l'autre réponse)

Ainsi, il m'a bien donné le bon choix... Mon problème s'applique donc visiblement que quand il y a un choix positif et négatif.

J'ai alors testé de changer le geste du oui par tourner la tête à gauche et non vers la droite et là j'ai eu que des déplacements vers la droite!.. Donc que des non. Alors que pour les gestes usuels j'ai que des oui...


Voilà voilà... 

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bon pour le coup j'ai visiblement trouvé solution mais sans trop savoir la cause. En effet j'ai demandé à mon inconscient de faire en sorte que tout ce que j'avais pu dire affectant le résultat s'efface. Et ça fonctionne on dirait.

 

A voir sur le temps si cela se reproduit!

En tout cas c'est surprenant de percevoir que ce que je pense être bon pour moi dans la formulation ne l'est finalement pas forcément pour mon inconscient. Prudence prudence!

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ah, j'ai retrouvé le sujet, et je suis justement en train de relire le bouquin.

Je l'ai lu pour me désintoxiquer des mes études médicales et de mon passage chez le mandarins de l'Oeil, il fait du bien, est vite lu et devrait être prescrit en première année.

Quand j'étais en première année, on avait des cours d'Ethique, pour la première fois, à la fac de médecine de Strasbourg, et, un prof, nous avait ramené un article de "La rue" sur le manque de confiance que les gens avaient en les médecins et que c'était notre faute et notre responsabilité.

Je regardais à droite et à gauche, personne ne faisait mine de se lever pour lui faire raper les dents sur le bureau.

La situation médicale actuelle, c'était eux, les baby boomers, et les pré 68, et dès la première année, il était clair qu'ils nous refilaient le bébé, avec la culpabilité en prime.

Un livre à Lire, pour rester la tête claire dans les études, ou passer à autre chose :

philo%2051AS0p1niHL._SL500_AA300_.jpg

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
×
×
  • Créer...