Aller au contenu

La dissociation et ses dangers


Recommended Posts

Bonjour à tous (et bonané !),

 

Je viens d'élaborer une nouvelle routine qui me semble vraiment jolie et intéressante, mais j'hésite à l'essayer parce qu'elle pousse très loin la dissociation (+ confusion + induction par leviers...). L'idée c'est d'en arriver au point où le volontaire s'imagine totalement dissocié de son corps puis de son esprit... Et pas besoin d'avoir lu Janet pour savoir que ce sont des symptômes qu'on retrouve dans de nombreuses psychopathologies.

Alors voilà, ma question est la suivante : y a-t'il des risques à pousser trop loin la dissociation ? (J'imagine, en particulier, que des abréactions peuvent émerger, même si ça ne m'est jamais arrivé pour l'instant)

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Yop ;)

 

Bon déjà, confusion et induction (par leviers, par les pieds, ou que que ce soit) c'est pas ultra-extreme ^^

 

Mais ta question n'est pas là, j'ai bien compris :)

 

Dissociation du corps je crois bien qu'on nomme ça "sortie de corps". Dissociation de l'esprit je crois bien qu'on nomme ça "mort clinique"  :P

 

Déjà je dirais que c'est une mauvaise idée en rue, à moins que tu ne leur demandes, ils ne sont pas là pour rester en transe 30min, enfin à leur place, ça m'embêterait. Au bout de 5min de transe, quelqu'un qui vient s'amuser en aura marre, va se déconcentrer et tu vas parler dans le vide =/

C'est le genre de choses à faire sur Hangout avec des gens qui veulent le faire :)

 

Mais admettons. Tu as un volontaire qui veut absolument le faire, il a le temps, tu réussis les 30min d'approfondissement, etc.

 

Le risque de base c'est le "coma hypnotique", mais c'est comme l'abréaction tu sais, c'est une menace qui plane au-dessus de toutes nos séances, pour autant on ne vit pas dans la peur constante qu'elles se jettent sur le volontaire.

 

D'ailleurs si tu "dissocies l'esprit", j'imagine que le volontaire n'aura plus de pensées. S'il n'a plus de pensées il n'aura pas de souvenirs. Donc pas d'abréactions.

 

 

J'ai répondu ou j'ai dérapé ?

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

De manière générale, oui, pousser trop loin la dissociation est problématique, ça je peux te l'affirmer.

Après dans le cadre d'une seule séance, qui durera peut-être une quarantaine de minutes à tout casser et qui sera close par un réveil propre, je ne pense pas que ce soit problématique.

Je pense qu'il faut pas mal de temps, et de séances mine de rien, pour que la dissociation induite sous hypnose puisse créer de vraies pathologies chez des gens présumés à peu près équilibrés.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

@Sweel

Tu as l'air d'ironiser sur l'expression "dissociation de l'esprit", pourtant il me semble que c'est précisément ce qui a lieu dans certaines psychopathologies comme la schizophrénie. Je ne suis pas psychiatre, mais à ce qu'il me semble, ce qui définit le schizophrène c'est qu'il a tendance à interpréter sa pensée comme autre, autrement dit à se dissocier de ce qu'il pense lui-même...

L'idée de ma routine, c'est d'arriver à une haute dissociation de façon très progressive et très liée, à l'intérieur d'un processus qui se présente comme une réflexion rationnelle prenant pour objet de départ les petits phénomènes cataleptiques de transe légère. Donc pas 30 minutes d'escaliers, mais une suite de phénomènes hypnotiques bien liés entre eux, le tout devant prendre une quinzaine de minutes...

 

@Koko-chat

Tu dis "ça je peux te l'affirmer" comme si tu avais des infos ou une expérience là-dessus, est-ce que tu veux bien développer ?

 

Bon, je pense que je vais essayer demain avec de très grosses pincettes, en restant bien à l'écoute de mon volontaire. Si ça marche sans problèmes et que c'est marrant, ça déchire.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

La dissociation est un des symptomes de la schizophrénie, mais pas le seul, et il ne définit pas a lui seul l'etat psychotique. 

 

Le psychotique est dissocié, mais le principal indicateur de psychose est le fait qu'il n'ai pas conscience de ses troubles : ses realités alternatives : hallucinations, voix, lui semblent etre la realité dans laquelle on vit. 

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

y a-t'il des risques à pousser trop loin la dissociation ?

Le risque, ça pourrait être un bad trip. Un peu comme le volontaire qui prend fuite au premier mouvement idéomoteur, mais là, le résultat, c'est la roulette...

Imho, il faut des gens qui connaissent un peu les/leurs transes déjà, et qu'ils soient bien au courant de la routine que tu proposeras.

C'est certainement purement personnel, mais vivre ça dans la rue ça m'emmerderait. Je me vois plus dans un endroit ou je pourrais m'affaler complètement.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

 Partager

×
×
  • Créer...