1 1
Kairos

Street-hypnose. Et après ?

Recommended Posts

Bonjour,

Je m'interroge toujours sur les motivations de hypnotiseurs de rue. Est-ce que certains ne trouvent pas frustrant de ne pas utiliser l'hypnose à des fins thérapeutiques et n'envisagent pas de se former pour cela ? Est-ce que l'hypnose de rue est parfois un tremplin vers cette profession ? J'ai rencontré aussi une hypnothérapeute qui a souhaité se former à l'hypnose de spectacle pour notamment induire plus rapidement l'état hypnotique chez ses patients.

De même, quand Messmer délaisse l'hypnose thérapeutique pour faire des spectacles d'hypnose et déclare : "J'ai choisi la scène pour faire tomber les tabous et démystifier l'hypnose" (Source : http://www.lesechos.fr/26/09/2014/LesEchos/21780-417-ECH_messmer--le-demystificateur.htm), je trouve ça dommage. Je l'ai vu dans une vidéo supprimer la sensation de vertige ou la phobie des serpents en une seule séance.

Même Jean-Emmanuel Combe, "expert" en hypnose de rue, n'a pas encore franchi le pas : "J’aimerais, si je le pouvais, étendre ma pratique à la thérapie. Or, n’ayant suivi aucune formation médicale, et ne disposant pas de moyens suffisants pour me former complètement, je préfère laisser la thérapie aux personnes plus compétentes." Source : http://www.realites-hypnotiques.fr/jean-emmanuel-combe-de-lhypnose-de-rue-a-la-formation-de-professionnels/ C'est une croyance limitante qui fait écho à une anecdote que j'ai lue dans "L’Élément" de Ken Robinson : Il est allé féliciter un claviériste à la fin d'un concert pour le féliciter. Il lui a confié qu'il adorerait être capable de jouer comme lui. Le musicien lui répondit : "C'est faux. Tu veux dire que tu aimes l'idée de jouer au clavier. Mais si tu adorais vraiment vraiment ça, tu le ferais".

Alors, l'hypnose de rue, c'est juste pour se marrer ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je n'ai pas de source pour confirmer ce que je pense mais je crois que les gens font ce qu'ils veulent et que ça les regarde.

 

Bon après, j'ai pas d'étude qui le confirme, j'avoue.

 

De plus je ne vois pas en quoi le fait de ne pas être assez formé ou de ne pas avoir assez d'argent pour l'être suffisamment constitue "une croyance limitante".

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

De même, quand Messmer délaisse l'hypnose thérapeutique...  ...je trouve ça dommage. Je l'ai vu dans une vidéo supprimer la sensation de vertige ou la phobie des serpents en une seule séance.

 

Même Jean-Emmanuel Combe, "expert" en hypnose de rue, n'a pas encore franchi le pas : "J’aimerais, si je le pouvais, étendre ma pratique à la thérapie. Or, n’ayant suivi aucune formation médicale, et ne disposant pas de moyens suffisants pour me former complètement, je préfère laisser la thérapie aux personnes plus compétentes." Source : http://www.realites-hypnotiques.fr/jean-emmanuel-combe-de-lhypnose-de-rue-a-la-formation-de-professionnels/ C'est une croyance limitante... 

 

Alors, l'hypnose de rue, c'est juste pour se marrer ?

 

Je crois que tu parles beaucoup pour toi Kairos...

 

De même, quand Messmer délaisse l'hypnose thérapeutique...  ...je trouve ça dommage. Je l'ai vu dans une vidéo supprimer la sensation de vertige ou la phobie des serpents en une seule séance.

 

Heureusement pour ses clients et pour le métier !!!!!

Je l'ai vu "guérir" un gars de la peur du vide en un instant sur le toit d'un immeuble : "...et dans un instant vous allez vous approcher du bord et regarder le vide et vous vous sentirez très bien " !!!  Et effectivement le gars s'approche du bord du toit, regarde le vide et n'a plus du tout peur.  Super !  J'espère juste que le gars n'est pas un dépressif ou grand suicidaire parce que la prochaine fois qu'il ira mal il ira sur le bord d'un toit regardera le vide et se sentira tellement bien que...

 

Même Jean-Emmanuel Combe,...

 

Laisse à JE la liberté de ses choix, il n'est pas besoin d'interpréter ce qu'il écrit.  JE est prudent, il respecte grandement les personnes et il est magnifiquement responsable dans ses agissement et donc certainement dans ses choix.

 

 

Alors, l'hypnose de rue, c'est juste pour se marrer ?

 

Ouaip !  Ça ça me semble raisonnable, et pourquoi les gens qui ont un hobby devraient-il en attendre plus que du simple plaisir ?  Imagines que tous les modélistes ressentent soudainement la nécessité de faire des drones seulement pour une utilité de travail !  Que ceux qui jouent du piano doivent impérativement en faire quelque chose de professionnel !  On est pas dans la merde !!!!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

L'hypnose thérapeutique est super, mais ce n'est pas "supérieur" à l'hypnose de scene ou l'hypnose de rue.

Oui, pour certains, l'hypnose de rue va les amener à faire de la thérapie. Mais ce n'est pas parce que tu es bon hypnotiseur que tu es un bon thérapeute. La relation d'aide, ce n'est pas tout le monde qui est doué ou qui veut faire ça.

Et à l'inverse, je connais certains thérapeutes qui se sont amusés à aller dans la rue et ont beaucoup aimé cela !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Premièrement, je m'arrête sur ton titre.

Pour moi il interprète l'hypnose de rue comme une formation. Tu as formulé ce titre comme on pourrait dire " Le bac. Et après ?".

Personnellement je le trouve très rabaissant pour l'hypnose urbaine.

Est-ce qu'un hypnotiseur de spectacle est meilleur qu'un street hypnotiseur ? Pas forcément, c'est juste qu'il a choisi de prendre le côté fun de l'hypnose pour en faire son métier.

Idem pour l'hypnothérapeute. Il a juste voulu utiliser le côté thérapeutique de l'hypnose pour en faire son métier.

L'hypnotiseur de rue, lui, il fait ça parce qu'il aime le faire. Donc oui, c'est surtout pour s'amuser que j'hypnotise.

Et ce n'est pas pour autant que je compte faire de l'hypnose ma future profession pour autant....

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

En ce qui me concerne :

  • J'ai déjà un métier, que je veux pratiquer depuis que j'ai 5 ans (développeur de jeux vidéo). L'hypnose me fait marrer, mais pas autant que le développement de jeux. Je n'envisage pas de changer de voie à chaque fois que je me découvre un nouveau hobby sympa, vu ma curiosité, je n'arrêterais pas de changer de métier. Certains rêvaient de devenir astronautes ou pilotes de chasse, moi je voulais faire un métier précis et j'ai réalisé ce rêve, et il n'inclut pas l'hypnose :)
  • L'hypnose de rue me fait marrer parce qu'elle est ludique (ludique, jeux vidéo, tout se recoupe). Je ne m'y suis pas mis pour aider les gens (thérapie) ni pour les impressionner (spectacle), mais pour leur filer un grand sourire dans la rue alors qu'ils ne s'attendaient pas du tout à vivre ça en ce levant le matin. L'hypnose de spectacle et l'hypnothérapie sont des métiers, et vivre de ça, avec le stress que ça implique, et l'obligation de devoir le faire (parce que c'est un travail) ne me botte pas du tout.
  • Mais alors c'est pour se marrer ? Ouaip :) Cette question de la motivation revient souvent, y compris par les volontaires "Mais vous... qu'est-ce que ça vous apporte ? En plus vous faites ça gratuitement...". Là, breaking news, on peut faire un truc pour le seul plaisir de le faire, pour le plaisir de vivre l'instant. Sans penser à comment le monétiser, le pérenniser ou autre verbe en "-iser". Apporter du bien-être et le sourire à quelqu'un, et des choses à raconter à sa famille et ses amis, c'est déjà pas si mal. Pas besoin d'imaginer devenir une bête de scène ou guérir la terre entière de ses troubles.

 

Au final, l'hypnose de rue représente pour moi la possibilité de :

  • Quand j'en ai envie, faire vivre un truc cool, merveilleux et relaxant aux gens.
  • Aborder au hasard dans la rue, et donc rencontrer des gens que je n'aurais probablement jamais rencontrés sans ça.

 

Parler de "c'est dommage" ou "on devrait faire plus" ou "et après ?" me semble relever d'une frustration personnelle plus que d'un vrai débat avec de vrais enjeux :)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

En toute bonne amitié Kairos, ton intervention me fait un peu penser à tous ces gens qui font toujours tout ce qu'il faut parce que, et pour que, "dans le futur ce sera mieux" et qui oublient de vivre tout simplement leur bonheur MAINTENANT.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

De même, quand Messmer délaisse l'hypnose thérapeutique pour faire des spectacles d'hypnose et déclare : "J'ai choisi la scène pour faire tomber les tabous et démystifier l'hypnose" (Source : http://www.lesechos.fr/26/09/2014/LesEchos/21780-417-ECH_messmer--le-demystificateur.htm), je trouve ça dommage. Je l'ai vu dans une vidéo supprimer la sensation de vertige ou la phobie des serpents en une seule séance.

 

 

1) Tu peux facilement permettre à un phobique d'aller contre sa phobie la durée d'une séance. Cela ne signifie pas nécessairement que la personne est guérie. Tout comme tu peux lui coller la main quelque part, la laisser ainsi et t'en aller. Au bout d'un moment, les sensations de la main reprennent leurs états habituels... Bah voilà, même concept, et en hypnothérapie on enlève (en général du moins) pas une phobie en disant à la personne "désormais les rats seront les animaux que tu aimeras les plus au monde".

 

2) Tu en connais beaucoup toi, des thérapeutes qui chuchotent hors micro "et maintenant tu as très très peur des rats" avant de soigner une phobie (source: ma copine)?  :rolleyes: 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Etant entièrement d'accord avec ce qui a été dit plus haut, et notamment par Très Curieux, je vais juste me permettre de parler un peu de moi vu que je suis cité comme exemple plus haut.

 

Ce que j'explique dans l'article cité, c'est que pour moi, faire de la thérapie par hypnose requiert une vraie formation, avec des superviseurs, contrairement à l'hypnose de rue, ludique, qui peut s'apprendre avec juste un livre et des vidéos. Et que, étant donné ma situation professionnelle de l'époque, il m'était impossible de prendre le temps (et l'argent) pour me former correctement.

 

Les choses ont évolué depuis. J'en suis à ma 5e semaine de formation en PNL, je participe à des formations d'hypnose thérapeutiques en parallèle, j'ai un ou deux superviseurs à qui je peux poser tout un tas de questions que je juge pertinentes, et une formation en psycho-pathologie prévue pour bientôt. Avec ce bagage là, je me sentirais déjà bien plus prêt à rentrer dans le monde de la thérapie.

 

Pour revenir à l'hypnose de rue, cela va faire 7 ans maintenant que je pratique, et je ne m'en lasse toujours pas :)

On se marre, et surtout on VIT.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

...Ce que j'explique dans l'article cité, c'est que pour moi, faire de la thérapie par hypnose requiert une vraie formation, avec des superviseurs, contrairement à l'hypnose de rue, ludique, qui peut s'apprendre avec juste un livre et des vidéos...

 

...J'en suis à ma 5e semaine de formation en PNL, je participe à des formations d'hypnose thérapeutiques en parallèle, j'ai un ou deux superviseurs à qui je peux poser tout un tas de questions que je juge pertinentes, et une formation en psycho-pathologie prévue pour bientôt. Avec ce bagage là, je me sentirais déjà bien plus prêt à rentrer dans le monde de la thérapie.

 

Pour revenir à l'hypnose de rue, cela va faire 7 ans maintenant que je pratique, et je ne m'en lasse toujours pas :)

On se marre, et surtout on VIT.

 

Oui, c'est beau ça !!!!

 

Bin oui, en thérapie on "joue" avec le mental des gens, on ne peut pas faire n'importe quoi.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Tiens Kairos, je viens de lire ça alors je te fais, et je fais pour tous un copier / coller.

 

Bonne lecture !

 

Pendant une interview, on a demandé au Dalaï Lama « qu’est-ce qui vous surprend le plus dans l’humanité? », sa réponse donne vraiment à réfléchir.

« Les hommes… Parce qu’ils perdent la santé pour accumuler de l’argent, ensuite ils perdent de l’argent pour retrouver la santé. Et à penser anxieusement au futur, ils en oublient le Présent, de telle sorte qu’ils finissent par ne vivre ni le présent, ni le futur. Ils vivent comme s’ils n’allaient jamais mourir… et meurent comme s’ils n’avaient jamais vécu. »

Sa réponse est vraiment saisissante et puissante. Bien sûr, il est facile de lire cette citation et de passer à autre page ou une autre vidéo, mais si vous prenez le temps de la laisser résonner dans votre esprit conscient pendant quelques minutes, la profondeur de ce qu’il dit vous frappera.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Tout est une question de but, si un hypno n'a pas envie d'utiliser l'hypnose à des fins d'accompagnement, en quoi est-ce se restreindre?
Quand à Messmer qui fait du spectacle pour "démystifier", ça me fait doucement rire, on fait tomber les mythes en donnant des explications...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

La street-H n'est ni un début, ni une fin en soi. C'est une pratique, une passion. Bien sûre, certains se tournent vers la thérapie, d'autre vers le spectacle et d'autres continueront leur bonhomme de chemin en gardant leur passion sous le coude le weekend. Ce n'est ni bien, ni mal, à mon sens, c'est logique, en effet, lorsque l'on découvre un trésor, un nouveau métier, des dizaines de choix s'offrent à nous et chacun prend ce qui lui convient.  (Ca fait beaucoup de virgule tout ça, désolée). 

Je pense aussi, que les choix qui nous orientent sont aussi égo-syntones. Pour exemple, j'ai découverts la street en parallèle de mes études de psycho et tout naturellement, j'ai voulu coupler les deux. En fait, tout dépend de nos envies, la street est une porte ? Bien sûre comme toutes découvertes pour chacun d'entre nous. 

Maintenant, je veux te remercier Manu parce que oui : Pour être thérapeute il faut se former à cela et c'est bien que tu le rappelle et que tu le démontre. Et je veux notamment appuyer sur le fait que tu vas faire une formation en psychopathologie car pour la future psy que je suis, je trouve ça cruciale et beaucoup trop de thérapeute en tout genre oublie cette partie. Elle est théorique, parfois fastidieuse mais aussi passionnante et importante ! Bon courage à toi dans tes formations :)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

C'est sur c'est toujours fascinant de se dire que l'on pourrait basculer vers un coté ou l'autre de la force,

mais il faut aussi savoir raison garder.

 

C'est comme dans le théâtre , on est plein de comédien amateur ,

cela ne nous empêche pas d'ouvrir des atelier théâtre avec un passif de 20 ans de pratique... et de formation.

Mais surtout en aucun cas on ne veut devenir professionnel (intermittent).

 

Le plaisir que l'on prend à notre niveau est suffisant .

Heureusement que tous ceux qui aiment cuisiner n'ouvrent pas un restaurant.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je suis assez d'accord avec Tularen , la métaphore avec la cuisine est bonne .

Tout à été dit je pense , l'hypnose de rue peut être une fin en soi , bien qu'à mon avis , même sans devenir thérapeute , je pense qu'au bout de quelques années , il y aura forcément l'envie de plus , ne serait ce que pour le savoir , en lisant et en élargissant ses connaissances sur l'hypnose , mais peut être juste pour se culture perso , pas forcément pour être thérapeute / artiste de scène .

Après c'est pas c'est pas les mêmes enjeux , perso je commence ma formation d'hypnotherapeute dans un mois , mais je continuerai la street à côté , déjà parcque c'est un super entrainement pour le reste , enchaîner les volontaires c'est engranger de l'expérience , puis parcqu il y a un charme et un amusement qu'on retrouvera pas dans les autres disciplines de l'hypnose

il y a le spectacle qui se rapproche un peu plus de la street , encore que ....

Il y a encore une autre possibilité avec l'hypnose : l'enseignement , partager et transmettre , ça doit être vraiment sympa , ça on le fait lors des sortie street avec les plus nouveaux , et on en bénéficie avec les plus nouveaux du tout lol mais le faire à plein temps doit été vraiment génial aussi .

Mais ce qui est vraiment cool avec la street et qu'on retrouve dans aucun autre domaine , c'est l'ambiance , on est entre passionné , on passe des fois plus de temps à discuter entre nous qu'hypnotiser , mais c'est aussi ça qui est bon , aucune pression , pas de contrainte de temps , ou d'obligation de résultat car de l'argent en jeu ...

Perso je me suis fais déjà pas mal de très bon potes , on se fait des soirées pour parler hypnose , on se branche sur les mêmes formations , le bonheur quoi ;) c'est vraiment cool cet enthousiasme partagé .

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

J'avoue que mon message est un peu provocateur mais je ne m'attendais pas à autant de réactions et extrapolations. Bien sûr que les hypnotiseurs de rue font ce qu'ils veulent... à condition d'être bienveillants et de respecter une certaine éthique évidemment. J'aurais pu poser la question de la manière suivante : est-ce que votre pratique de la street-hypnose vous a donné envie de vous diriger vers l"hypnothérapie ? J'ai eu quelques réponses.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonjour,

 

personnellement oui, voyant la force que de cet outil pourquoi pas ne pas aider les autres ....

Je suis consultant en informatique mais depuis plus d'un an maintenant mes lectures sont plus orientées psychologie et hypnothérapie.

Je suis aussi parfaitement conscient qu'il faille connaître et mettre des limites en laissant quelques problèmes plus sérieux à de réels spécialistes, psychanalystes, psychiatres .... à eux d'utiliser ou pas l'hypnose en plus dans leur panoplies d'outils.

Mais avec un suivant d'autres pratiquant et une petite formation , pour des soucis plus léger comme la tabagie, anxiété, sommeil, pleurésie... pourquoi pas. tout doucement s'y mettre en activité secondaire ...en tout cas je n'ai pas encore franchi le cap mais une amie thérapeute et une autre coach me pousse à le faire ...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Kairos, pas de problème. Je pense que voilà certains sont un peu dans cet état d'esprit :

- Ok, je viens de faire deux pas, mais j'aimerai être street danseur !

 

Parfois il est pas évident de vraiment faire le saut ! Vaut mieux s'expérimenter en street hypnose et ensuite sauter le pas pour l'hypnose, comme l'hypnose ericksonnienne !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
1 1