Aller au contenu

2.000 experts mondiaux de l'hypnose attendus en août à Paris


Recommended Posts

Ils ont quand même de bons moyens de pression pour obtenir ce qu'ils veulent :

  • L'anesthésie sous hypnose rapporte à la sécu. Donc s'ils menacent de réduire ce genre de pratique, voire appliquent la menace, ils ont de bonnes chances d'obtenir gain de cause
  • Pour s'assurer les revenus de l'aide qu'apporte l'hypnose, ils peuvent mettre l'accent sur le fait que ça leur fait perdre de la clientèle. Et vu qu'on manque de médecins dans les campagnes...

Bref ils trouveront toujours des arguments pour faire valoir leur cause hypocrite... 

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Pétard mouillé apparemment ?

Un copié du groupe FB :

C'est un congrès que Claude virot organise, en fonction des articles on passe de "2000 expert de l'hypnose" à "2000 professionnel du monde médical" cf lien... C'est un congrès organise par une école (la sienne), comme d'autres écoles peuvent en faire, quand aux 2000 c'est le nombre de participant, le dr virot n'ouvrant son école qu'au personnel médical il est logique que ses participants le soit aussi... Apres nous sommes bien placé pour connaître ou imaginer comment on peut manipuler les mots pour créer une réaction... Et pour avoir rencontrer le Mr il est plutôt doué en son genre et cela fait des années qu'il se bat pour approprier l'hypnose au monde médical, il y a quelques années c'était meme uniquement au médecin et non au "personnel médical" comme maintenant... Et déjà à l'époque même certains de ses collègues médecins le contre disaient sur le fait que "seul un médecin puisse pratiquer l'hypnose"... http://m.20minutes.fr/rennes/1548327-rennes-hypnose-medicale-fait-plus-plus-adeptes

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Ils ont quand même de bons moyens de pression pour obtenir ce qu'ils veulent :

  • L'anesthésie sous hypnose rapporte à la sécu. Donc s'ils menacent de réduire ce genre de pratique, voire appliquent la menace, ils ont de bonnes chances d'obtenir gain de cause
  • Pour s'assurer les revenus de l'aide qu'apporte l'hypnose, ils peuvent mettre l'accent sur le fait que ça leur fait perdre de la clientèle. Et vu qu'on manque de médecins dans les campagnes...

Bref ils trouveront toujours des arguments pour faire valoir leur cause hypocrite... 

Ce n'est pas totalement faux mais attention :

  • Ca sera perçu comme en enjeu quand l'hypno-anesthésie sera une pratique largement répandue, et pas marginale comme actuellement
  • Les anesthésistes aussi ont un lobby, et un lobby autrement plus puissant que les hypnotiseurs qui sont encore considérés comme douteux (encore une fois, on mesure la crédibilité d'une discipline en France au fait qu'elle soit ou non remboursée par la sécu)

 

Et enfin je le répète, pour qu'ils arrivent à interdire l'hypnose de spectacle (qui est une activité culturelle), il faudra qu'il y ait un minimum de bases solides derrière. Avant que ça n'arrive, l'hypnose de spectacle qui prend énormément d'ampleur dans la TV (un autre gros lobby, tiens) et en général ne se laissera pas faire sans se défendre. Ne jamais sous-estimer la puissance du "panem et circenses".

 

C'est bien d'être vigilant, mais ça ne sert à rien d'être parano. Des lobbys merdiques avec des revendications par centaines y en a toute la journée, ça ne veut pas dire qu'ils arrivent à leurs fins. Et là d'après moi la fédération des clowns de France aura fait interdire la jonglerie dans les jardins publics bien avant que les hypnotiseurs médicaux aient réussi à faire interdire l'hypnose de rue.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Non mais paniquez pas hein, ça va être une tempête dans un verre d'eau. Déjà pour lobbyer il faut avoir une grosse influence et c'est triste à dire mais l'hypnose ne la pas. Ensuite pour qu'il y ait législation il faudra de très bonnes raisons avec des enjeux financiers ou sanitaires palpables, ce que ni l'hypnose de spectacle ni de rue ne risquent de menacer.

Et puis souvenez vous qu'on est en France, avant qu'on nous interdise une pratique dont les risques ne sont pas démontrés, on sera probablement tous vieux. :)

 

Le problème c'est pas la puissance de l'inexistant lobby de l'hypnose, mais le pouvoir immense du lobby medical pour s'accaparer l'exclusivité de l'hypnose.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

[...]

C’est pour cela que se tiendra en août prochain à Paris le Congrès national de l’hypnose afin de donner de la visibilité mais aussi de proposer des mesures d’encadrements plus strictes à une discipline en vogue.

[...]

Source

Le reste de l'article est très proche de celui poster en ouverture de sujet. (sans doute le même communiqué de presse ou alors du repompage sur les autres articles)

Ça montre bien ce qui en ressort de cet article... La profession doit appartenir à une élite qui réussit des concours aux places restreintes.

Edition : Pour avoir fait un peu le tour des autres articles, la comm' est assez centré sur l'aspect encadrement de la pratique.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

De toute façon, je ne comprends pas bien comment il peut être possible de légiférer sur la pratique de l'hypnose de rue.

Ça nécessiterait de définir ce que c'est qu'une séance d'hypnose de rue (et, par extension, de définir un état d'hypnose) et de la différencier d'une simple conversation avec un inconnu dans la rue, de la même manière qu'il serait épineux d'inculper quelqu'un pour "pratique illégale de l'hypnose thérapeutique" qui se revendiquerait expert en "communication ericksonienne" plutôt qu'hypnotiseur...

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Vous semblez tous oublier que la psychiatrie c'est de la médecine...  qui prescrit BEAUCOUP de médicaments très rentables, et que les petits hypnothérapeutes aux bons résultats (pour les clients) font perdre beaucoup de ventes à big pharma.  La vente d'anesthésies en hôpital c'est négligeable à côté.

 

Par ailleurs, l'intérêt de la sécu passe Loinnnnn  derrière celui de big pharma.

 

Donc, derrière la psychiatrie, il y a....  Big pharma.  Et là, on parle d'un super lobby hyper puissant.  Quand eux voudront nous foutre dehors, plus de salut, ils feront ce qu'ils veulent.

 

Et pour l'argument de l'hypnose = état naturel, pensez qu'ils ont légiféré sur la psychothérapie, (état naturel ?).

 

Désolé, et plus que vous.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

L'état n'a aucun intérêt à légiférer sur un truc qui ne présente aucun danger tangible. J'imagine mal un politique garder son sérieux en disant "Il faut absolument interdire des dangers publics comme Messmer" dans un pays où l'alcool et le tabac sont en vente libre. Ça serait bien la première fois qu'on interdirait un truc culturel / de divertissement sans un code moral très strict derrière (fondé sur le combat de l'appel à la haine par exemple). Il n'y a tout simplement aucun exemple de ça derrière. La santé n'est paradoxalement pas un argument très fort. Il le serait si on se proposait d'injecter un agent chimique à des gens au hasard dans la rue pour leur proposer "un petit moment d'émerveillement".

 

A toutes fins utiles, et ça doit bien les faire chier, l'hypnose de spectacle et de rue relèvent du mentalisme. Et ça sera la meilleure ligne de défense de ces professions ("ce n'est pas de l'hypnose, c'est du mentalisme"). Bref, je ne suis pas inquiet, mais alors pas du tout. Il y a quelques lois débiles qui sont passées de temps en temps, mais il y a toujours un fond relativement solide.

 

Leur meilleur argument serait de prouver que l'hypnose est dangereuse, ce qui va globalement à l'opposé de ce qu'ils défendent. Ils veulent garder le monopole de leur gagne-pain, c'est humain. D'autre part ils essaient de faire légiférer par l'exécutif, et sauf gros problème majeur (genre attentats), l'exécutif ne se mêlera pas de ça. Une législation pratique peut éventuellement arriver par le biais du judiciaire via des jurisprudence, pour faire face à des cas épineux lorsqu'ils se présenteront (par exemple une femme qui dira s'être faite violer sous hypnose). En attendant, une législation sur la pratique me semble plus qu'improbable, lobby ou pas lobby. C'est juste pas comme ça que notre système judiciaire fonctionne.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Ca va se terminer qu'une formation en hypnothérapie sera résevée aux professionnels de santé et comme les psychos à l'époque, seuls les hypnothérapeutes ( sans diplome de "santé) ayant plus de 5 ans d'expérience pourront continuer à exercer. Les autres finex (fin d'exercice)

 

 

Ça c'ést très intéressant comme info , les psycho pouvait à une époque pratiquer sans diplôme ? Tu peux en dire plus .

C'était pas la même chose pour les ostéo et les acuponcteurs ?

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Le titre de psychothérapeute n'était pas protégé avec la loi  Accoyer votée en 2004 mais dont le décret d'application n'a été publié qu'en 2010.

Avant, en gros gros, tout le monde pouvait être psychothérapeute sans la moindre heure de formation.

 

Les psychothérapeutes exerçant depuis 5 ans au moins à la date de parution du décret soit le 22 mai 2010, peuvent demander à être inscrits sur la liste des psychothérapeutes sans suivre la formation qui est à présent nécessaire.

 

Pour les autres ayant moins de 5 ans, aucun recours. 

Pour psychothérapeute, il faut une formation adéquate délivrée par une université et il faut être psychologues,  psychanalystes ou médecins en gros.

 

J'ai trouvé les infos sur : http://www.lepsychologue.org/psychologie/psychotherapeute.php

 

 

Pour en revenir, au sujet, je pense aussi que l'hypnose de rue et spectacle n'ont rien à craindre dans les années à venir. Par contre, le titre d'Hypnothérapeute, je ne suis pas aussi confiant. Il est probable que cela se termine comme le titre psychothérapeute.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Pour en revenir, au sujet, je pense aussi que l'hypnose de rue et spectacle n'ont rien à craindre dans les années à venir. Par contre, le titre d'Hypnothérapeute, je ne suis pas aussi confiant. Il est probable que cela se termine comme le titre psychothérapeute.

Je suis du même avis. Disons qu'avec la professionnalisation de la pratique, ils ne vont plus pouvoir laisser à la discrétion de quelques formations plus ou moins solides le soin de former des gens qui sont censés soigner des gens. Cela étant dit, ce n'est pas forcément un mal parce qu'actuellement c'est un peu la foire à la saucisse. On ne peut pas avoir une accessibilité maximale d'une pratique (je fais une "petite" formation non conventionnée et le tour est joué) et espérer que l'hypnose soit plus systématiquement utilisée dans des interventions médicales. L'un ne va pas sans l'autre. Et à terme ça signifiera peut-être que l'hypnose sera remboursée par la sécu, ce qui sera globalement une bonne nouvelle pour tout le monde, sauf les gens qui ont envie de se reconvertir en quelques mois et devenir hypnothérapeute sans avoir le moindre background psychologique ou médical.

 

Pour l'hypnose de spectacle et de rue, sans danger avéré et répétable, il est peu probable qu'il y ait une législation stricte sur le sujet. Tout au plus ça servira de circonstance aggravante s'il y a plainte de la part d'un volontaire, mais à mon avis on en est très très loin :)

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Oui à mon avis aucun souci à se faire pour la street ou le spectacle , ils vont faire comment pour l'hypnose sans induction ?

On va aller en garde à vue si on parle à quelqun trop longtemps dans la rue ?

C'est sur pour l'hypnose thérapeutique , oui la ça va être autre chose , je connais pas ce monsieur ( Claude Virot ) ni d'influence qu'il peut avoir sur la classe politique , je vois quand même mal les choses s'emballer dans l'année qui vient , par contre c'est le début de l'offensive , ça y'a pas de doute .

Super l'épée de damoclès au dessus de la tête .

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

 Partager

×
×
  • Créer...