Aller au contenu
Forum Street Hypnose

Calmer leur "peur d'être contrôlé"


Recommended Posts

Bonjour tous !

 

J'aimerais bien une preuve rapide à donner pour prouver aux effrayés qu'ils ne se feront pas contrôler et qu'ils peuvent à tout moment arrêter.

Pour le moment je fais ça en pré-talk, mais tout s'effondre si on me dit "Ah ouais alors c'est du fake en fait. Si tu veux pas ça marche pas, donc en vrai ça marche pas."

 

Quel serait le meilleur moment pour ne pas gâcher/gêner la transe ?

- En-prétalk à l'aide de mots

- Au test de non-résistance des doigts aimantés : C'est peut-être trop rapide pour, mais dire à un moment "et si tu décides de résister tu peux, vas-y. tu vois? et en retournant dans l'état d'esprit où tu acceptes..."

- Avec les mains aimantés : idem ci-dessus

 

Qu'en pensez-vous ?

Et comment faites-vous vous ?

 

Merci :)

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Salut,

 

Personnellement je dis dans le pre-talk que "on ne peut pas leur faire faire n'importe quoi et que s'ils ne veulent pas faire quelque chose alors ils ont juste à lutter ou bloquer. C'est pour cette raison que tant qu'ils veulent que ça fonctionne il ne faut ni lutter ou bloquer, ni aider. Jouer le jeux et constater ce qui se passe". De souvenir c'est ce que dit JE dans son livre et ça marche plutôt bien.

 

Si après ça la personne me dit que si elle ne veut pas que ça marche alors ça ne marche pas, je serai tenter de lui dire : oui, c'est exactement ça. Tu as tout compris. Et heureusement que c'est le cas. On continue...? :)

 

Je n'ai pas le souvenir qu'on m'ait dit que ce soit du fake. En revanche j'ai eu un jeune homme samedi qui m'a dit : "ça marche pas ton truc. Ahah :D t'as pas réussi."  Ce à quoi j'ai répondu : c'est vraiment dommage pour toi. Moi je m'en fou :D, si tu le prends comme un défi c'est toi qui passe à côté. Je te l'avais dit, si tu résistes ça ne marche pas.... c'est vraiment dommage pour toi de vouloir essayer et de lutter volontairement." Après ça il s'est laissé aller et il a expérimenté les doigts collés et n'en revenait pas ! ;)

 

Est-ce que ça répond en partie à ton interrogation ?

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

D'abord que répondre lorsqu'on te dis :  "Ah ouais alors c'est du fake en fait. Si tu veux pas ça marche pas, donc en vrai ça marche pas."

 

La première chose qui me viens à l'esprit c'est "Ah ouais alors respirer c'est du fake. Si je veux pas respirer je manque d'air donc en vrai ça marche pas".

...Hem, absurde ? avec un autre exemple : chatouiller quelqu'un le fait rire "Ah ouais mais c'est du fake en fait. Si je veux pas que tu me chatouille je rie pas, donc en vrai me chatouiller ça marche pas". Toujours aussi absurde...bas oui, car cette phrase est absurde et c'est pareille en prenant l'hypnose

 

Grande nouvelle, si on ne veut pas faire quelque chose, ne pas le faire empêche cette chose d'agir et d'être  :lol:.

 

Pour prouver que la personne à toujours le contrôle, je le fais souvent lorsqu'un phénomène que je fais ne passe pas, je lui explique qu'il a effectivement toujours le contrôle car d'autre phénomène son passé avant celui-ci et je l'invite à accepter le même phénomène. En plus de rassurer faire les choses ainsi m'a permet de passé certaines résistance :D (j'ai du faire ça avec Céline la première fois que je l'ai hypnotisé suite à une première catalepsie raté).

 

Ensuite, on retrouve un exemple dans une des vidéos de JE. La volontaire expérimente les catalepsies. JE l'invite alors à refuser la prochaine suggestion de catalepsie qu'il fera. Colle sa main...et la volontaire décolle. Il l'invite alors à accepter la suggestion, et la main se colle.

 

On pourrait dire qu'en sois la preuve est faussé car on as suggérer au volontaire qu'il résistera, mais c'est le principe même des fusibles que l'on donne en pré-talk, et le volontaire lui en sera d'autant plus rassuré.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Salut,

 

tout reside dans le pré talk, la démystification.

Si ton discours se veut rassurant, si tu brises les tabous sur l'hypnose, tu convaincras les plus peureux.

 

Voici, mon expérience personnelle :

 

Samedi, j'avais une audition pour participer à un spevtacle de jeunes talents. 7 personnes dans le jurys et, personne ne veut se faire hypnotiser.

J'ai parlé de mon parcours, ma façon de voir la pratique de l'hypnose, les effets... puis, les sentant en étant de transe, je leurs propose le test de réceptivité des paupières qui se collent.

Alors 3 des 7 jurys étaient réceptifs.

Et, une femme d'une 50ène d'années, la plus réfractaire, s'est portée volontaire.

 

Grande victoire, car, après une induction et une catalepsie totale, elle a conseillé à tous de tenter cette expérience qu'elle n'est pas prete d'oublier de si tôt.

 

la démystification est la clé.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Coucou !

 

J'ai tendance pour accentuer l'esprit de jeu du volontaire de lui dire "tu vas voir toutes les trente secondes je te demanderai "est-ce que ça va" et "est-ce que tu veux continuer"... "Tu verras tu es toujours maître de tes actes tout le temps et si jamais tu pensais que ce n'était pas le cas dit le moi". N'hésite pas à ce moment à insister avec de l'humour cette répétition.

 

Parfois il arrive d'avoir des volontaires qui n'entendent (ou n'écoutent pas leur esprit critique) du coup s'ils se sentent "emprisonnés" (pourtant par eux mêmes), je leur dit " Tu vas voir et tout au long de la séance il te suffira dans ta tête de dire fortement STOP ! Et le phénomène s'arrêtera de lui même... Comme quoi, tu as vraiment le contrôle tu vois ?! " Je te conseille de le prouver et le montrer en début de séance sur une catalepsie par exemple pour que cela rassure ton volontaire.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Demandes lui s'il croit au sommeil, il va te répondre" bien oui " tu lui dis alors que l'hypnose c'est pareil qu'il n'a pas besoin de croire ou ne pas croire que c'est en lui comme le sommeil tu es juste là pour lui faire découvrir quelques chose en lui mais la différence avec le sommeil c'est qu'il ne dormira pas.

 

Il va surement te dire "bien avec moi ça ne marche pas" tu lui dit que c'est comme le sommeil on peut s'endormir rapidement ou pas mais qu'il s'endormira au bout d'un moment.

 

A toi après d'argumenter afin de démystifier ces croyances et de faire tomber les tabous.

 

Enfin s'il insiste en voulant jouer au plus fort tu lui dis que c'est le meilleur, tu reste poli, calme en lui disant au revoir.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Pour rebondir sur Roland : s'il fait vraiment son fort.

 

Propose lui une induction, fait en une bien cliché genre butterfly ^^ au moment de la ruptur de patern au moment de dire "dors", il va te regarder avec un petit air hautain, annonce lui qu'il est trop fort pour toi et félicite le chaudement ^^ ça flattera son égo et toi tu te seras bien marré :P

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Cela m'arrive de simplement dire : "si tu sens que tu es en train de perdre le contrôle, à tout moment tu peux t'arrêter et on voit ensemble ce qui s'est passé, ok ?"

 

Et si à un moment donné la personne a l'impression de perdre le contrôle, je lui montre que ce n'était pas vraiment le cas par la pratique. Mais en général, ils n'ont jamais cette impression et donc n'arrête jamais la séance.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Quand un (futur) volontaire me dit "j'ai peur de / je n'aime pas perdre le contrôle", j'ai une réponse toute faite et qui marche très bien, en insistant un peu sur les mots en gras :

 

"Tu ne vas pas perdre le contrôle. Tu dois simplement lâcher le contrôle. La différence, c'est que si tu lâches le contrôle, tu peux le reprendre quand tu veux. Il n'est pas perdu."

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
×
×
  • Créer...