0
Hugin

"Signaling" et hypnose directe

Recommended Posts

J'avais promis un suivi à Jean-Emmanuel et je me permets de le faire publiquement parce que cela peut être intéressant.

 

Pour résumer ma situation, je mange trop. Je sais tout ce qu'il faut savoir pour bien se nourrir, j'aime cuisiner, j'aime les légumes, mais j'ai des pulsions de bouffes en dehors des repas, je suis attiré par la malbouffe, et je mange facilement de trop grande quantité (et devant un buffet, c'est encore pire).

 

Lors du stage de street hypnose que j'ai suivi en août, Jean-Emmanuel m'a offert une séance où il a utilisé le signaling. Pour résumer, il s'est adressé à la partie de mon inconscient qui semblait responsable de ce comportement et, après s'être assuré que le problème ne se déplacerait pas, on lui a assigné ensemble une autre fonction. C'était ma première expérience dans ce genre de séance et j'étais très troublé et fasciné du dialogue avec mon inconscient.

Dans les jours qui ont suivi ma sensation de faim a radicalement changé. Je parle bien de la sensation elle-même. Au lieu d'avoir l'impression d'avoir un trou a comblé au niveau de l'estomac, j'avais une sensation plus diffuse, moins urgente. J'avais moins faim et je résistais facilement à toute forme de tentation. Quand j'avais envie de goûter quelque chose, j'étais capable de le faire dans des proportions raisonnables (comme par exemple, manger seulement cinq cacahuètes et laisser le reste du bol plein).

 

Après mon retour au Québec et les désagréments successifs dû au décalage horaire (sur moi, mais surtout sur mon fils de 9 mois) enchaîné avec les premières dents du bébé, toute ma belle hygiène alimentaire s'en est allé. Ma sensation de faim est revenue au "trou" et le grignotage a repris de plus belle.

 

J'ai donc décidé d'aller voir un hypnothérapeute d'ici. Difficile de choisir quand on ne connaît personne. J'ai bien eu quelques conseils de Diane, mais finalement ce sont les discussions dans le groupe facebook hypnose Québec qui m'ont permis de faire mon choix.

 

L'hypnotiste (corrigé après la remarque de Sweely-Boo) que j'ai rencontré pratique l'hypnose directe. Il a passé un long moment à me mettre en transe et à l'approfondir (alors qu'à mon avis, j'étais prêt à "partir" beaucoup plus vite). Il a fait une série de suggestions très directes sur mon rapport aux aliments, mon comportement à table.

Une fois la séance passée, ma sensation faim n'a pas vraiment changé, mais je résiste beaucoup plus facilement à la tentation. Résister, cela veut aussi dire qu'une frustration peut subsister (même si je reconnais qu'elle passe plus vite). Je m'oriente plus facilement aussi vers des fruits. À table, la suggestion de poser ma fourchette entre chaque bouchée était très forte au départ mais elle commence à s'estomper après trois semaines. Je peux toujours le faire mais c'est un mécanisme conscient, toutefois grandement facilité par la suggestion (je ne vis pas le fait de la faire comme une contrainte, alors que cela pourrait).

 

J'ai mis en place un suivi de mes aliments (application MyFitnessPal, bien pratique) qui conjointement à l'hypnose m'ont aidé à entamer ma perte de poids.

 

---

 

Concrètement les deux méthodes ont leur efficacité.

Les suggestions d'hypnose directe me donnent l'impression de contrer les "pulsions" qui peuvent apparaître, ou m'aider à les gérer.

Le signaling me donnait l'impression d'avoir supprimé la source de ses "pulsions de bouffe".

 

Évidemment, je trouve la deuxième méthode préférable, mais je n'ai hélas pas pu tester son efficacité concrète sur la perte de poids (les effets positifs avaient lieu pendant un séjour en France pendant lequel j'avais très peu de contrôle sur les menus).

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

intéressant je pense aussi que la 2ème solution est la meilleure : soigner la cause et non pas les conséquences.

 

peux-tu décrire plus précisément ce que t'a suggéré jean emmanuel ?

 

Quelle autre fonction a-t-il donné à la partie de ton inconscient qui "mangeait trop" ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Salut, c'est intéressant j'ai quelques remarques à faire

 

La méthode de JE était sans doute (de ce que j'en imagine) une négociation de partie.

C'est à dire que tu as ce qu'on appelle une partie (à comprendre comme une partie du psychisme) qui s'occupe de tel ou tel comportement. Dans ton exemple ça peut être prendre à manger entre les repas ou encore se resservir etc (tu sauras mieux que moi^^). Pour répondre à smiler, la suggestion consiste à dialoguer avec cette partie via un signaling, chercher pourquoi elle provoque ce comportement et si il est justifié (on imagine bien que la réponse est non ^^), puis trouver un compromis, pour permettre à la partie de ne plus provoquer ce comportement, mais un autre (par exemple : poser la fourchette entre chaque bouchée).

Il y a plusieurs méthodes de négociations de partie mais disons que c'est le schéma global. 

 

La méthode de l'hypnothérapeute comme tu le dis est une suggestion directe pour limiter l'apparition des comportements. C'est vraiment de la vieille hypnose. Aujourd'hui on sait bien que ça ne suffit pas d'empêcher un comportement d'apparaître pour démêler les mécanismes psychologiques qui le sous-tendent.

 

C'est comme si tu voulais démêler devant toi un buisson de ronces. Si tu démêles juste ce qu'il y a devant toi, ce qui est évident, que tu observes, ça va rester démêlé quelques temps (le comportement va disparaître). Puis les ronces vont se ré-emmêler, car elles sont comme ça, c'est comme ça qu'elles fonctionnent (le comportement ré-apparaît).

Si tu veux faire disparaître le comportement (que les ronces n'apparaissent plus emmêlées) il faut démêler les mécanismes psychologiques qui le sous-tendent (démêler tout le buisson, chaque branche, TOUT).

bon en fait ça marche pas parce-que les branches vont refaire de la merde mais j'ai la flemme de trouver une autre métaphore et je suis sûr qu'on se comprend

 

Si tu prévois de retourner voir un thérapeute je te conseillerais d'en choisir un autre, quitte à demander à la personne comment elle s'y prend de manière générale pour les personnes avec cette demande.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

C'est effectivement ce dont parle Sweely-Boo.

 

D'abord on s'est assuré de l'état hypnotique par un mouvement idéomoteur (dans mon cas, une simple lévitation du bras).

Ensuite Jean-Emmanuel a demandé à l'inconscient de convenir d'un signe pour répondre oui (dans mon cas, ma main se dirigeait vers la droite) et un pour répondre non (la main va vers le bas).

 

Il a demande ensuite à l'inconscient de désigner la "partie" responsable du comportement. Jean-Emmanuel m'a demandé de visualiser un écran de cinéma et d'attendre que j'y distingue quelque chose. Ça a pris un certain temps parce que je cherchais à interpréter l'image au lieu d'accepter que c'était simplement trois lettres. C'est par ses trois lettres qu'on a désigné la partie avec qui on a dialogué.

 

On a demandé à la partie si le comportement dont elle "s'occupait" se justifiait toujours et elle a répondu par la négative. C'est une partie importante parce que si le comportement est là pour répondre à une circonstance particulière (un problème ou autre), supprimer le comportement ne va qu'aboutir à en créer un autre, c'est à dire déplacer le problème.

On a ensuite assigné un autre rôle à cette partie afin qu'elle ne soit pas oisive.

 

Je résume grossièrement, de toute façon j'étais en transe et je ne suis pas sûr de me souvenir de tout.

 

Et sachez que si ça vous paraît étrange à la lecture, c'est encore plus étrange à vivre. La dissociation conscient-inconscient est très marquée (et je peux même imaginer que certaines personnes pourraient mal réagir). L'un des moments les plus amusants c'est lorsque Jean-Emmanuel a demandé à la partie si je devais comprendre consciemment les raisons de mon comportement alimentaire passé. J'avais évidemment très envie de savoir, et pourtant la réponse de mon inconscient a été un "non" très ferme (ma main s'est précipitée vers le bas)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

J'ai proposé quelque chose en rapport avec l'appétit: me signaler quand j'aurai assez mangé. Mais avec le recul, je ne suis pas sûr que cela ait été une bonne idée, je n'ai pas vraiment eu l'impression que ce se soit manifesté à un quelconque moment (si on pousse la déduction un peu plus loin, c'est peut-être pour ça que l'effet n'a pas duré, la "partie" a repris son ancien rôle).

 

En y réfléchissant, je me demande si j'aurai pu lui confier un rôle non-alimentaire (m'inciter à faire de l'exercice quotidiennement) ou si j'aurai dû resté dans cette sphère mais en misant sur des événements qui apparaissent fréquemment (comme m'inciter à savourer chaque bouchée plus longuement).

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
0