0
benoit--

La StreetHypnose, une recherche pedagogique.

Recommended Posts

Bonsoir à toutes et à tous, une reflexion me trotte dans la tête depuis que j'ai découvert l'hypnose à travers la street, initiée par une comparaison avec mon activité quotidienne, "prof de sport", "prof de gym" en collège (suggestion très souvent encrée chez 80% des personnes, même chez certains collègues :) ). 

Cependant et sans m'étendre lourdement, nous ne faisons pas "du sport" en Education Physique et Sportive, nous utilisons "le sport" ou plutôt les Activités Physiques et Sportives pour instruire, éduquer, former.... bla bla bla.

Ainsi notre volonté corporative place l'individu (l'élève dans sa globalité âgé entre 11 et 18 ans) au centre de tous ce qui peut se faire en terme d'apprentissages ou de recherches pédagogiques et didactiques.

Les représentations (présupposés en hypnose) des élèves,la mixité fille/garçon, leurs fonctionnements sociaux, leurs motivations (notion essentielle en EPS, je  trouve le concept de plus en plus intéressant en hypnose de part les connaissances que j'ai dans mon métier) à rentrer dans une tâche ou non, leurs EEP (expectations d'efficacité personelle, qui renvoient à ce que l'on pense être capable de faire/réaliser), leurs ressentis personels, la verbalisation ou encore la metacognition sont autant de principes sur lesquels nous basons notre pédagogie pour répondre aux attentes du plus grand nombre d'élèves. Plus de l'ordre de la la didactique, ces paramètres prennent leurs lueurs en live, devant les élèves. 

Le professeur d'EPS doit alors avec toutes les connaissances qu'il possèdent être capable de "s'adapter" à l'élève et joue perpétuellement avec cela pour rendre une information, un contenu le plus facilement identifiable et assimilable en temps réel. Ainsi l'élève peut mettre bout à bout des informations simples pour qu'il fasse son petit cheminement interieur.

Et c'est justement ce fait qui a sous tendu cette comparaison car je vois de plus en plus l'hypnose comme une relation ou l'hypnotiseur sera en perpetuelle recherche d'outil verbaux suggestifs les plus facilement identifiables, acceptables et assimilables pour le partenaire. 

Un exemple très simple: si je veux faire apprendre une roulade avant, je ne dirais jamais " tourne vers l'avant" parce que trop subjectif. Je vais plutôt créer des conditions pour mettre l'élève en réussite et lui demander plutôt de pousser fort sur les jambes( pour tourner vers l'avant), de coller le menton ( dos arrondi pour rouler plus facilement), de résister avec les bras ( pour permettre le transfert du poids du corps) ect....Encore mieux, je le questionne sur les conditions qui pourraient le faire réussir, dans le style de " qu'est ce qui tourne le mieux? Un cube ou un ballon?, ok, ton dos du coup on va faire comment pour qu'il soit plus rond? Ect..... ainsi l'élève se fabrique lui même son cheminement avec l'aide de consignes simples et mon but est que mes volontaires puissent faire aussi un cheminement ( les notions de clean language, signaling ou suggestions indirectes collent très très bien a ce principe) où ils s'impliquent directement, où ils sont "actifs".

Bim... le parallèle est fait, je n'arrive plus à me détacher de cette idée, l'hypnose comme je la vois se veut pédagogique et il me semble dès lors évident que mon volontaire est un apprenant et qu'il doit être actif de ses apprentissages, quelquesoit son niveau de transe.

Pour quels types d'apprentissages? Apprendre à écouter,  à s'écouter,  apprendre à se connaitre, apprendre à gérer sereinement de nouvelles émotions, apprendre à focaliser son attention de manière efficiente, la relâcher ect... et d'une manière plus spécifique: apprendre à rentrer en transe, apprendre des effets hypnotiques à des degrés divers de difficultés. C'est une courte liste des compétences declinables que l'on trouve chez l hypnotisé,  il y en a tant d'autres selon moi.

Hé hé, mais comme je n'ai encore hypnotisé personne, je voulais avoir vos points de vue car à ce moment précis,  je ne vois pas d'outil plus efficace et plus sain qu'une suggestion indirecte habillement et ingénieusement construite, tout en conservant la sécurité de mon volontaire et le modèle ci dessus bien évidemment. 

A mon sens et dans ma position actuelle, c est l'outil qui permet le mieux de favoriser ce travail personnel et qui collent le plus à cette idée de cheminement personnel par "deductions", accompagnées d'un autre atout et lui aussi de taille, le clean language, servant de trame ou de "fond de commerce" à la démarche suggestive.

 

J'espère que cette comparaison ne vous paraitra pas trop "farfelu":), je trouve de plus en plus de point ou sens commun entre l'hypnose (plus particulièrement la street hypnose car les volontaires sont différents, nombreux avec des niveaux d'apprentissages également différents) et ma discipline si on admet justement la nécessité de devoir "apprendre" en hypnose. Apprendre à vivre des expériences hypnotiques ainsi que tous les mecanismes qui se rattachent aux différents états de transe. Ou d'une manière plus globale, apprendre à SE connaître. 

 

Je souhaitais avec vos corrections et vos avis éclairés vous faire partager cette reflexion qui reste encore pour moi au stade théorique. 

Merci de m'avoir lu. Bonne fin de soirée. 

Ben

 

 

 

 

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je ne comprends pas trop ta question en fait, poirrais tu la reformuler un peu plus limpidement?

En gros, tu es en train de dire que le clean language, les suggestion indirecte, bref, tout ce qui n'ai pas le fameux "Vos paupières sont lourdes....", (exemple typé de suggestion indirecte particulièrement lamentable) est à mettre en valeur dans l'hypnose?

En ce point, je suis en tout cas tout à fait d'accord avec toi! Qu'y a t'il de plus beau qu'une métaphore glissé dans un discours comme un secret placé dans une armoire sur la montagne? (Exemple typé de métaphore particulièrement lamentable....)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonjour lopilo, en fait je me demandais si je ne faisais pas une fixette sur ce mode de pensée et de procédure et si je ne m y attardais un peu trop sachant que plus la transe est "qualitative", moins le volontaire aura besoin d'images, de metaphores réellement parlant pour lui ou son inconscient.

 

 

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 9 heures, benoit-- a dit :

Cependant et sans m'étendre lourdement, nous ne faisons pas "du sport" en Education Physique et Sportive, nous utilisons "le sport" ou plutôt les Activités Physiques et Sportives pour instruire, éduquer, former

Sur 7 profs, jamais eu un seul comme ça. Tu es peut-être dans une bonne école. Ou tu as la motivation pour faire fonctionner ton cours. Mais pour avoir fait pas mal d'établissement j'ai toujours trouvé que les cours d'EPS étaient au mieux des cours pour défouler les élèves le vendredi ou mercredi.

Enfin bon, ma critique serait plutôt dirigée vers l'ensemble du corps éducatif qui pour une majorité (il y a quelques têtes qui fonctionnent autrement et tant mieux) se plante beaucoup en pédagogie.

 

 

Pour le coté pédagogique de l'hypnose. Tu devrais regarder ce qu'à fait Iago par exemple ci-dessous.

Après toutes les séances n'ont pas à être pédagogique. il y a des gens naturellement bons pour vivre leur transe. Regarde du coté hypnose de spectacle qui est très rigide et s'adapte peu à la singularité du volontaire.

 

 

Le coté pédagogique se retrouve aussi dans le pretalk. Tu peux par exemple avoir un prétalk démystifiant qui va donner le cadre et surtout casser quelques idées préconçues. Ou tu peux avoir un prétalk plus hypnotique qui va surtout être inductif.

 

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Pratiques-tu également le lancer de référentiel bondissant oblique par les segments mobiles ? :D

 

À mon sens, l'EPS, pour être autre chose qu'un cours de sport, devrait être couplée à la biologie, la chimie ou encore la physique. Et il ne me semble pas que le milton model puisse faire émerger spontanément des connaissances dans ces domaines chez tes élèves.

 

Si j'en crois ma propre expérience d'élève, l'apport de l'hypnose dans cette discipline devrait plutôt s'orienter vers l'instauration d'un cadre où chacun puisse s'amuser, indépendamment de ses limites mentales personnelles de type "Je suis le petit gros de la bande" ou "la compétition c'est pas fait pour moi".

 

Il ne faut pas non plus oublier que l'hypnose, telle que pratiquée dans la rue - ainsi que dans la grande majorité des cabinets, médicaux ou non - est orientée vers une transe "profonde" et introspective. Où l'individu perd - momentanément - en conscience afin de la regagner par la suite, au réveil. Si une communication appropriée peut sans doutes parvenir à motiver tes élèves, vouloir les induire en transe profonde dans un domaine où, justement, ils sont sensés mieux s'approprier leur corps, me semble une voie étrange.

 

Je te suggèrerais donc de t'intéresser à tout ce qui a trait aux transes par extension de conscience - dont l'Hypnose Humaniste représente un bon exemple :)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a une heure, Agraf a dit :
il y a une heure, Agraf a dit :

Pratiques-tu également le lancer de référentiel bondissant oblique par les segments mobiles ? :D

 

Oui hihi chaque fois que l'on pratique une activité nécessitant un......... ballon. 

 

il y a une heure, Agraf a dit :

Si une communication appropriée peut sans doutes parvenir à motiver tes élèves, vouloir les induire en transe profonde dans un domaine où, justement, ils sont sensés mieux s'approprier leur corps, me semble une voie étrange.

 

Oulala, je précise rapidement la chose. Loin de moi l'idée de vouloir hypnotiser mes élèves ou d'essayer quelques tests, quels qu'ils soient.

Je souhaite juste baser le modèle pédagogique que j'utilise pour l'apprentissage des élèves sur celui que je vais appliquer pour réfléchir et construire mes suggestions et mes séances. 

 

Il y a 5 heures, Kéwa a dit :

Sur 7 profs, jamais eu un seul comme ça. Tu es peut-être dans une bonne école. Ou tu as la motivation pour faire fonctionner ton cours. Mais pour avoir fait pas mal d'établissement j'ai toujours trouvé que les cours d'EPS étaient au mieux des cours pour défouler les élèves le vendredi ou mercredi.

 

C'est que l Eps est plus fine que cela, les élèves n'ont quasiment jamais conscience de leurs apprentissages,  la plupart du temps ils ne savent même pas à quoi peut servir cette discipline. 

Enfin si..... ils la voient souvent comme un hum.... selon tes mots un défouloir :) et viennent souvent avec cette représentation,  ce présupposé contre lequel nous nous battons en usant de combines basées sur la pédagogie et leurs caractéristiques en tant qu' individu.

D'autres viennent pour un tas d'autres raisons je te rassure, l'aspect récréatif ( que j'ai aussi ressenti tout comme toi durant ma scolarité) reste une représentation facile à contourner dans un premier temps et à faire evoluer par la suite.

Maintenant il est clair que chacun bosse comme il l'entend mais il m'arrive aussi de temps à autres pour récompenser la classe de lâcher au milieu de la troupe le fameux "référentiel bondissant" ;) .

Il ya un nombre important d'apprentissages sous jacent à l' Eps et qui rentrent en ligne de compte dans notre vie de tous les jours car la discipline permet de mettre en jeu le corps et les émotions dans des situations diverses et variées.  Mais c'est un autre débat. 

C'était la petite partie syndicaliste :).

 

 

 

 

Merci pour tes retours et le lien, je vais jeter un oeil..

Ben

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonjour,

Je trouve très bien que tu te poses la question de l'hypnose, non pour pratiquer de l'hypnose de rue avec tes élèves, mais pour changer simplement ton approche avec eux, car tous les enseignants font de l'hypnose .

Les variations de l'état de conscience font partie de la vie l'hypnose est un état auquel on accède sans nécessairement en avoir conscience notamment dans les cours ennuyeux en regardant par la fenêtre.

Ainsi il est clair que tous les enseignants tels M.Jourdain font de l'hypnose sans le savoir mais  de l'hypnose négative.  Il y a des apprentissages qui ne peuvent pas se faire parce que l'émotion submerge la personne elle est envahie par des souvenirs d'échec que l'enseignant n'a pas son pareil pour réactiver.

Enfin voici une citation extraite du livre  L'hypnose thérapeutique Quatre conférences Milton Erickson

"Si je demandais à n'importe qui d'entre vous d'augmenter sa tension artérielle, à ma demande, de dix points, vous douteriez immédiatement de votre capacité à le faire. A l'école de médecine, j'ai découvert, à la fois comme étudiant et plus tard comme professeur, que des étudiants en médecine pouvaient faire ce genre de choses très facilement. Ils pou­vaient modifier la circulation sanguine dans des zones spécifiques de leur corps, ou ils pouvaient modifier le fonctionnement de la musculature involontaire. Tout ce qu'il fallait faire était d'annoncer : « Il y aura Une interrogation écrite aujourd'hui. »"

 

Continue

 

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
0