1 1
Nicko

"Vaincre" une résistance

Recommended Posts

Bonjour,

 

Je viens partager avec vous une expérience que j'ai eu ce samedi avec une "résistante".

 

C'est une volontaire que j'avais eu la semaine d'avant avec qui j'avais essayé le schéma classique : doigts collés, phénomènes idéomoteurs, inductions... Bref, j'ai à peine réussi en une heure à avoir un petit idéomoteur, vite arrêté par son conscient, bien que les signes de la transe étaient là (par ex, les mouvements des yeux). Et ce après un empilement de métaphores et un jeu sur les sous-modalités pendant longtemps. Bref, impossible de "décoincer" la volontaire.

 

Elle est revenue ce samedi. En discutant un peu avec elle, j'ai ressenti que le problème venait du fait de ne pas se laisser aller à être contrôler par quelqu'un (ici, moi, l'hypnotiseur). 

Ok, j'accepte le défi, et je lui dit que plutôt que de faire une séance classique de street, je vais lui apprendre à faire de l'auto-hypnose.

  • Première étape : On commence avec une induction lente, avec un décompte de 5 à 0, où je lui demande d'imaginer qu'elle descend. Un truc assez classique en somme. Dans cette première descente, je lui demande de me raconter ce qu'elle imagine, j'interagis, je ratifie sur la respiration, le vacillement. Classique. Je lui dit de remonter (de 0 à 5) et voilà. On échange un peu.
  • Deuxième étape : je lui explique que cet état, cette descente, une fois vue une première fois avec moi, elle peut le retrouver toute seule, et plus rapidement. Mais pour l'aider, je fais seulement le décompte, et elle se débrouille pour le reste. 5 à 0 et de 0 à 5. Elle ouvre les yeux, et me dit que c'était plus facile, parce qu'elle n'avait pas à interagir avec moi. Bingo !
  • Troisième étape : Je lui fais faire l'exercice en solo, en décomptant dans sa tête. Elle descend, remonte, et me dit que c'était encore plus rapide et facile.
  • Quatrième étape : Je lui dit que maintenant, elle va pouvoir tenter quelque chose. Je lui dit de descendre, et de déposer le mot "détente", quand elle est au fond, et de remonter. Elle descend, remonte, et je l'accueille en étant moi aussi plus détendu (histoire de communiquer en non verbal cette détente). Et je lui demande : "Alors ? Détendue ?" avec un petit sourire laissant entendre que c'était plus une question rhétorique. Sa réponse : "oui". Ok, on refait la même chose, avec la "joie" cette fois ci. Et je l'accueille avec un énorme sourire. Du coup, oui, on ratifie le phénomène de joie. Et on continue, cette fois ci sans intention de ma part, avec une autre sensation comme l'envie.
  • Cinquième étape : Je lui suggère de laisser au fond, un socle de statue avec les pieds de la statue dessus. Elle remonte, et là, je lui dit : "Essaye de bouger tes pieds" avec une intonation de défi, et hop, catalepsie. B)

 

On a testé des trucs au hasard. Par exemple, elle avait envie d'une glace au chocolat. Elle a déposé une glace au chocolat au fond d'elle même et hop, plus d'envie. Ensuite, on a testé tous les phénomènes, amnésie, hallu etc... toujours avec le même principe : descend, dépose quelque chose au fond de toi, et remonte, en autonomie. Et elle a pu se débloquer l'état somnambulique comme ça. Visiter New York, et la Comté. Etre un mec. Voir le monde comme une peinture, un film muet. Ressentir une anesthésie, une synesthésie... Et ça, en autonomie, avec moi en garde-fou.

 

Voilà, je me suis dit que c'était une technique qui pourrait être utile si vous rencontrez ce type de résistance.

 

Je sais pas si ça déjà été testé, théorisé. Si non, appelez cette technique une "Nicko", ça serait grave la classe :D (oui, un peu d'égo, j'avoue).

 

Dans tous les cas, c'était super de réussir à lui faire vivre tout ça, et lui donner les clés pour être autonome.

 

On a fini avec elle en lui apprenant quelques fusibles, pour qu'elle puisse continuer chez elle, mais que sur des phénomènes de détente, ou imaginer déposer un gros oreiller, pour l'aider à dormir le soir.

 

Bref, c'était une super expérience, et je pense que je vais continuer avec elle à développer son autonomie en hypnose.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Réussir à faire passer des phénomènes avec une personne ayant quelque résistance est toujours assez gratifiant pour l'égo ^^

 

Je pense que le fond du fond du problème venait de là :

 

Il y a 4 heures, Nicko a dit :

le problème venait du fait de ne pas se laisser aller à être contrôler par quelqu'un (ici, moi, l'hypnotiseur).

 

Pourquoi ne pas lui avoir simplement expliqué que l'hypnose n'était justement pas un contrôle ? si c'est bien ce qu'elle t'a dit, on est clairement dans une croyance limitante qui comme tu as pus le voir bloquait le moindre phénomène.

Comme beaucoup le dise ici (Ronald de mémoire), l'hypnose avec un hypnotiseur et un volontaire n'est finalement que de l'auto-hypnose avec un guide pour proposer des phénomènes et expliquer comme faire les choses. Et c'est exactement ce que tu as fais finalement, en présentant la séance comme un apprentissage de l'auto-hypnose, tu la guidais dans les phénomènes et elle mise en confiance faisait les choses.

 

Si j'ai bien compris ton récit, je pense que ça prouve bien l'importance d'un bon pré-talk qui met le volontaire dans les bonnes dispositions et la bonne compréhension de l'hypnose afin de vivre les phénomènes :).

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Alors, en fait, j'ai fait le test avec certaines personnes résistantes de présenter mon rôle comme celui d'un guide, et je crois que j'avais dit ça aussi à cette volontaire. Mais ça ne suffit pas toujours. Je me demande s'il n'y a pas aussi un blocage inconscient qui peut intervenir du fait de laisser, ne serait-ce que le guide, donner les suggestions. Par exemple, j'ai déjà eu une volontaire qui avait eu un mec manipulateur. Du coup, pour elle, impossible, même en lui disant que je ne suis qu'un guide, de laisser un homme donner les suggestions. Là, avec cette volontaire, je donne une suggestion à son conscient, et elle, avec son conscient, le descend à son inconscient. Je sais pas si je suis clair, mais je pense qu'il y a une différence entre :

  • demander au volontaire s'il est d'accord pour une suggestion, et lui suggérer le phénomène 

et

  • proposer une suggestion au volontaire, et le laisser se l'appliquer.

Je pense, que du point de vue de l'inconscient, ça peut faire une différence. Enfin, je pense ça avec ma vision de profane :) Du coup, je suis preneur d'avis.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

La manière de présenter est différente, mais dans le fond je pense que le résultat est le même. Mais la forme est justement très importante et c'est là que se trouve une bonne part de l'adaptation à la personne qui est nécessaire pour faire passer un phénomène hypnotique :), comme le dit JE, la street hypnose, c'est hypnotiser n'importe qui, n'importe où, n'importe quand. Chaque personnes étant différente on comprend aisément pourquoi il faut s'adapter.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

L'idée est "intelligence" et va permettre à certains de tester mais n'oublions pas que effectivement toute hypnose (réussie) est avant tout une auto-hypnose, rien de ne fonctionne sans l'acceptation consciente et/ou non consciente.

Donner (re) donner le pouvoir au partenaire oui peut débloquer la situation surtout en contrôle.

En attendant j'ai un "SUPER-RESISTANT" on dirait un titre de film qui veut être hypnotiser mais qui garde un tel contrôle que même après

plusieurs séances ont est encore bloqué... et des talk ; pre-talk ; sur-talk ; débriefing et démontage de croyances, recadrages, limitations etc... j'en ai fait !

et malgré ma centaine de "victimes";) sur celui-là je sèche !:( Je vais donc tester car on apprend de tout et de tout le monde !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonjour,

 

Je n'ai pas lu le premier post de Nicko, il est trop long, et j'ai à peine survolé quelques réponses aussi il se peut que je dise ce qui a déjà été dit.

 

Je n'ai me pas le titre de ce sujet : "Vaincre" une résistance

 

Dans vaincre, il y a une notion d'opposition de lutte et de confrontation.  On est pas ici pour tordre le bras de nos sujets.  S'il y a résistance, autant l'accompagner, la détourner, la relâcher la dissiper, la calmer, la rassurer etc...  Pas la vaincre !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 10 heures, Très curieux a dit :

Bonjour,

 

Je n'ai pas lu le premier post de Nicko, il est trop long, et j'ai à peine survolé quelques réponses aussi il se peut que je dise ce qui a déjà été dit.

 

Je n'ai me pas le titre de ce sujet : "Vaincre" une résistance

 

Dans vaincre, il y a une notion d'opposition de lutte et de confrontation.  On est pas ici pour tordre le bras de nos sujets.  S'il y a résistance, autant l'accompagner, la détourner, la relâcher la dissiper, la calmer, la rassurer etc...  Pas la vaincre !

 

Bonjour,

 

Oui, je suis d'accord, d'où mes guillemets autour du mot "vaincre".

 

Dans le premier post, il n'y aucun combat, juste l'accompagnement d'une volontaire. C'est vrai que le post est un peu long, mais c'est comme un journal, faut pas se fier au titre ;)

 

Sinon, pour ma part, je ne pratique qu'avec des volontaires, pas avec des "sujets". :P Je te taquine. C'est pour juste pour mettre en exergue que parfois, les mots ne sont pas forcément les bons, même si les intentions le sont.

 

Pour revenir à cette notion de "vaincre", quand tu y vois une opposition (avec le volontaire), j'y vois une épreuve, un défi, à passer avec le volontaire. On passe ce défi ensemble. Il n'est absolument pas question de vaincre qui que ce soit, mais plutôt d'accompagner le volontaire à surpasser, contourner, dissiper, ... (mets le mot que tu veux) ses résistances.

 

Voilà. J'espère que c'était assez court :D

 

Bonne nuit !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
1 1