3 3
Nhova

Anatomie de votre imagination.

Recommended Posts

Salut les gens,

 

Je viens de découvrir ce post sur l'aphantasia ( ICI ICI ICI ) de notre ami Sweel, c'est hyper intéressant ! Et ça me fait me poser pas mal de questions sur la visualisation mentale ...

Vos images mentales elle sont comment ?

 

J'aimerais que l'on opère tous ensemble notre façon d'imaginer,  ce que l'on voit ou ne voit pas ... sous hypnose ou non , etc ...

 

Pour ma part et très succinctement :

 

Si je ferme les yeux, je vois du noir / gris.

Si on me demande d'imaginer quelque chose, au hasard, un éléphant rose : Je "visualise" l'éléphant, mais pas physiquement, c'est plus mental et de façon plus ou moins détaillée dans cette purée de pois noir/gris. Je sais qu'il est rose, conceptuellement parlant mais je ne "vois" pas particulièrement la couleur.

En revanche si je fais le même exercice avec les yeux ouverts, je visualise bien mentalement un éléphant ROSE, de façon plus précise.

 

(cf la réponse de mélo qui décrit bien ma façon "d'imaginer")

 

j'ai remarqué que sous hypnose (avec les yeux fermés), les couleurs paraissent plus visible, moins conceptuelles, plus réelles.

Je n'ai jamais vécu d'hallucination sous hypnose :( 

 

Voilà, je suis curieux d'avoir des retours sur votre façon de visualiser ce qu'on vous demande d'imaginer.

 

EDIT : j'ai retiré le sondage, car il est impossible de trouver un nombre limité de proposition précise sur la façon dont chacun vit ça :) donc continuer à nous décrire ça dans la suite du post !!!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Pour ma part, 

 

Je visualise assez bien dans ma tête et plus je me concentre plus c'est précis. Lorsque j'ai les yeux fermés, je peux voir vraiment de la même manière que les yeux ouverts. Mais si jamais j'ouvre les yeux la magie s'efface. ^^

Je n'ai moi non plus jamais eu d'hallucination les yeux ouverts mais les yeux fermés par contre, c'est de la HD dolby surround ^^

 

J'ai tendance par contre à imaginer en dessin animé plutôt qu'en photographie. Mais ce n'est pas une règle absolue, tout dépend de ce que j'imagine et de quand ^^  

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Hola ! 

Je suis dans incapacité de répondre au sondage, mon cas ne s'y trouve absolument pas :P 

Je parlerai vraiment de visualisation mentale pour moi. On me parle d'éléphant rose, on me dit de l'imaginer, je ne le verrai pas concrètement... il n'apparaitra pas devant moi, ni les yeux ouvert, ni les yeux fermé. Par contre, je le verrai quand même mentalement, et pourrai vous en donner tout les détails. (Pas facile à expliquer comme situation !...) , et ce, les yeux ouverts, ou fermés...

Pour illustrer un peu, quand je parle de le voir mentalement... Gardez vos yeux ouvert, et pensez à un lieu en particulier, que vous connaissez bien... Votre maison, Un lieu d'une ville, etc... Vous voyez très bien tout les détails dans votre tête, mais pourtant vous ne le voyez pas devant vous ? pas vrai ? Bin c'est un peu ce qu'il se passe pour moi quand on me demande d'imaginer quelque chose...

Quand je ferme les yeux, j'arrive cependant maintenant à faire varier la couleur que je vois, et faire apparaitre quelques forme simples, mais rien de plus...!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Mais carrément, en fait tu décrit très bien comment je vis le truc :D ! j'ai essayer de le traduire avec le canal visuel ... mais en fait c'est vraiment dans ce sens la qu'il fallait prendre mon "mentalement", et au final c'est pareil les yeux ouvert et fermer, sauf que ça me parait plus "net" avec les yeux ouverts.

 

EDIT @Melodiction j'ai édité le sondage pour illustrer ça ;) !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

J'ai voté pour, mais je suis pas a fond d'accord avec la façon de le dire :P
Je ne vois rien, mais mentalement je le vois quand même quoi, c'est pas juste une représentation ou jme dis "y'a ca la, tel couleur ici, etc..." je le vois quand même , mais pas avec mes yeux... #ToiAussiDonneDesExplicationsClaires

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je suis d'accord on se comprends ;). C'est ça qui est très perturbant, c'est d'avoir recours à un champs lexical visuel, pour quelque choses que tu ne visualise/vie pas via ton organe visuel.

Le terme représentation a volontairement été utilisé pour justement pas faire référence à la "vue". (voir, visualiser, etc ..)

 

C'est extrêmement difficile de décrire tout cela, c'est tout l'objectif du post :P !

EDIT : j'ai supprimé le sondage, pas assez pertinent, mais continuez à commenter sur votre façon d'imaginer, c'est passionnant ! :) 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je rejoins Mélo sur la manière d'imaginer, que ce soit sous hypnose ou non.
J'ai une image mentale, très précise, je peux décrire les détails. Mais je ne vois pas cette image de manière concrète. 

Par exemple à la formation expérimentale Manu nous a demandé d'imaginer une chaise à un moment, j'ai su la redessiner telle qu'elle était dans mon esprit , et pendant la formation, je la voyais mentalement sur les épaules des gens ou danser. Mais tout ça reste "dans ma tête" car je n'ai jamais eu d'hallucination visuelle. 

J'ai l'impression que l'image se situe dans la partie supérieure de ma tête.

 

C'est en effet compliqué de décrire ça, disons que c'est un rêve éveillé? Mais que la perception visuelle reste la même, c'est la perception mentale qui évolue. 

 

Je dirais aussi qu'à cette image mentale s'ajoute une émotion ou une sensation, comme si je vivais vraiment la chose.

(Genre à la formation, je riais toute seule parce que ma chaise faisait le con ^^ )

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je suis d'accord avec vous là-dessus : "je ne vois pas physiquement l'éléphant mais je le "vois" mentalement".

Sauf que je ne suis pas vraiment capable de vous donner des détails précis sur cet éléphant. Je pourrais donner une couleur approximative et sa taille. c'est tout. Quitte à savoir si maintenant il a une oreille plus longue que sa patte avant gauche, c'est pas possible. Dès que je commence à me concentrer sur un détail, je vais tout de suite arrêter de le "visualiser". Soit je ne "verrai" plus rien de cet éléphant, soit je vais penser à autre chose ( genre la brosse jaune et bleue antistatique anti poil d'animaux posée sur le meuble de l'entrée le matin même).

 

C'est par contre quelque chose qui ne m'arrive que lorsque c'est quelque chose qui sort de ma réalité. C'est-à-dire que si on me demande de visualiser un endroit où je suis déjà allé, c'est bon. Par contre on me demande de visualiser un tigre bleu dans la rue où j'habite, je visualiserai la rue mais pas le tigre car il est, pour moi, hors de ma réalité.

 

Voilà voilà, je sais pas si j'ai été assez clair :unsure:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 35 minutes, Très curieux a dit :

Une autopsie c'est quand on est mort. 

 

Est-ce qu'on doit mourrir partielement ou entièrement pour imaginer ?

Exact :) on va plutôt faire un vivisection alors :P 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Quand je repense à la réalisation de mes rêves, ou que je fais attention à la manière dont j'imagine les choses. Je remarque que c'est très inspiré de ce qui nourri mon imagerie mentale.

Films/séries et informatique/jeux vidéos.

 

En état habituel ou en transe légère, avec les yeux ouverts, j'ai des images parallèles qui sont comme projeté sur une toile.  Les yeux fermés dans ces conditions me laissent la même chose. Seulement du gris/noir/rouge à la place.

À noté que dans cet état, les scènes que j'imagine peuvent être animé comme une sorte de gif.

 

Dans des états un peu plus dissociés, par moment je perd l'information de mes yeux, et il ne me reste que ce que j'imagine. Ça prends plus de place, mais ma position dans la scène est très variable. Parfois ça sera un plan large, parfois un champ/contre champ.

 

Pour vraiment imager mon propos. Quand j'imagine, c'est comme regarder une maquette sous différents angles.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Poste intéressant, dont je vais tenter de donner ma réponse.

 

Déjà fermer les yeux m'aide à me concentrer sur ce que je souhaite imaginer/visualiser. Je vais reprendre l'exemple qui m'a frapper dans les messages précédant, si on me demande d'imaginer un tigre bleu dans ma rue, je peux imaginer et "voir" mentalement la rue et le tigre. Comme Céline je dirais que l'image je forme dans ma tête plutôt dans le haut du crane.

Fermer les yeux m'aidera à me concentrer sur la vision général et à ne pas être distrait par ce qui m'entoure. Je dirais aussi que j'aurai plus de contraste. Par contre les couleurs seront toujours assez sombre, gris, comme s'il n'y avait pas de lumière (normal c'est dans mon crane) et que une simple lumière ambiante éclairait, comme dans certain logiciel de rendu 3D. Je pourrais imaginer les détailles, par contre j'ai beaucoup de mal sur la visualisation du mouvement. A moins de me concentrer précisément sur un mouvement corporel, mon imaginaire aura plutôt tendance à passer d'un plan à l'autre. Pour le tigre toujours je l'imagine vu de la fenêtre de ma chambre et si je veux m'approcher, j'irais spontanément me placer en face de lui, le mouvement ne se faisant qu'au prix d'un effort mental.

Je développe ce point car ça me pose souvent souci lorsqu'on me fait des séances d'hypnoses. Lors de l'approfondissement ou d'une métaphore ou on me demande de bouger, je me "téléporte" mentalement d'un endroit à l'autre et je dois revenir en arrière lorsque la personne qui me fait la séance me décrit le voyage entre les deux points. Par exemple dès qu'on me parle de l'escalier à 5 marches, et qu'on me dit qu'on vas le descendre, je suis mentalement déjà en bas du simple fait qu'on m’ait dit qu'on allait y aller.

J'ai aussi une tendance à faire beaucoup d'association d'idées ce qui peut être dérangeant lors d'un exercice de visualisation, on me demande d'imaginer le tigre bleu et soudainement je penserai à Sherkan et je partirais dans une réflexion sur le livre de la jungle avant de passer par une étude comparer de la littérature anglo-saxone :lol: le tout en 4 secondes. C'est problématique lorsqu'une association d'idée assez obscure fait remonter un souvenir ou une sensation désagréable, ce qui la plus part du temps me coupe complètement et me rétracte à toute suggestions. Je pense... ^^'

 

Edit : je précise aussi que je ne visualise que des choses qui se situerai dans la zone central de ma vision (si je les voyais effectivement), je ne peux imaginer la périphérie de ma vision imaginaire sans me focaliser sur ce qui se situerai dans ma vision périphérie, mais du coup je ne vois plus ce que j'imaginais à la base vu que je ne vois que ce qui se situerai sur le coté, mais au centre ma de vision imaginaire...c'est clair non ? (non aucune tentative de confusion de ma part ^^ je vois pas comment dire les choses plus simplement)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Intéressant comme poste, mais sacrément difficile pour la clarté.

 

A vrai dire ça fait un moment que je cherche des volontaires pour une expérience sur l'imagerie mentale et la visualisation, j'ai notamment un candidat que je soupçonne d'être aphantaisiste, mais il va me falloir du monde, et sur Perpignan (sud de la France) pas évident.

 

Bref j'y reviendrai dans la section expérimentale.

 

Déjà je suis étonné que tout le monde est un flou gris-blanc en " fond d'imagination par défaut ", personnellement il n'y a pas de configuration par défaut.

Tout dépend du cadre dans lequel ce que j'imagine s'inscrit, pour un éléphant rose j'utilise tellement cet exemple que je le place généralement dans le milieu qui m'entoure sur le moment ou des paysages que j'utilise régulièrement en auto-hypnose.

 

Ça apparait comme une image " dans ma tête " si je veux visualiser ou qu'une image me viens à l'esprit inconsciemment, par contre jusqu'il y a un certains temps pour vouloir projeter une image sur ma vision réelle, ça me demandais de fixer un point, l'image était flou et ça exigeait une sacrée concentration.

 

En revanche, depuis une séance d'auto-hypnose, j'arrive avec quelques secondes à me créer une hallucination visuelle sans soucis et même auditives ou kinesthésique (plus complexe), par contre dès que je tente de mixer le vakog sans une transe légère, ça devient plus difficile et plus énergivore.

 

 

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Personnellement je le vis exactement comme Mélo. C'est une image mentale, je ne le vois pas vraiment, mais j'ai conscient de sa présente et peux le décrire. Suivant les situations, je peux avoir des interférences. Un peu comme les télévisions dans le temps. L'image se brouille un peu, se déforme. Un morceau disparait.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Après la question que je me pose c'est : avons nous vraiment une représentation mental différente les uns des autres, où alors est-ce que c'est notre ressenti par rapport a un phénomène unique et les mots que nous plaçons dessus qui diverges ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

 

C'est justement LA question que je me pose : Imaginons tous grosso modo de la même manière ? Est ce que c'est un fonctionnement inné, comme la respiration, la digestion, etc et donc commun à tous ... ou un fonctionnement acqui, qui est donc forgé en grande partie par notre expérience ?

 

Après on peut aussi tourner la question dans l'autre sens : N'est ce pas le ressenti comme tu dis qui défini notre représentation mental  ;)  ?

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je me trifouille les neurones depuis quelques jours... à défaut d'autre chose

Est ce que je visualise réellement  ce que j'imagine dans une partie de ma tête, ou est ce autre chose?

Au plus je réfléchis (voui voui voui cela m'arrive parfois), au plus je me demande "ai-je bien une image en tête, ou est ce que tout simplement... je sais?"

C'est assez difficile à expliquer, je dirais que... Bon... On sait qu'un crayon est un crayon sans y réfléchir plus que ça parce que c'est une chose acquise, apprise; comme on sait que le vert est vert... D'ailleurs quand je vous parle d'un crayon, ou de la couleur verte , vous n'avez pas besoin d'avoir une image mentale pour comprendre ce que c'est? Vous savez. Un point c'est tout. 

Du coup je me dis que l'imagination n'est pas toujours affaire de visualisation. Mais parfois aussi de mots ou de concepts qui vous viennent à l'esprit. Je pense "hélicoptère", parfois je le vois, dans ce petit coin supérieur de ma tête... mais parfois c'est juste que... je sais, je sais que cet hélicoptère a 18 hélices et une bande rougeâtre sur les flancs, je n'ai pas l'image, mais je sais qu'il est comme ça. Et l'image se construit ensuite à partir des mots ou des idées qui me sont apparus en premier.  Je ne sais pas si je suis particulièrement claire ici. ( Probablement parce que je m'appelle Céline , mais ça, c'est une autre affaire).

Je dirais que mon imaginaire se construit en étant tout d'abord concept, vous savez ce petit bout de papier sur lequel on griffonne quelques mots, brouillons, avant d'écrire un roman, ou le scénario d'un film "hélicoptère, hélices, mouette, rouge...".A ce stade, je ne vois pas, je sais qu'il sera comme cela.  Ce concept se modélise, devient roman ou film et grandi, évolue, il prend forme pour devenir Image. 

Biensûr tout cela se passe très rapidement, mais je suis quasiment sûre d'avoir le mot ou le concept en tête avant même d'avoir l'image... Sous Hypnose ou non. (Bon biensûr, si on vous dit "imaginez une luge", là, il est clair que le mot est venu en premier, que l'image provient d'un concept extérieur... Mais lorsque l'on utilise le clean language en Hypnose de rue, qu'on demande à notre volontaire "Et là, que pourrais tu imaginer qui puisse coller tes mains entre elles?" On ne donne clairement pas d'idée, on laisse une image venir à soi... et c'est la justement que (chez moi du moins) je pense que l'idée arrive avant l'image. (Si on imagine que notre volontaire se laisse porter par son inconscient qui lui envoie l'idée, et non pas s'ils se mord les lèvres violemment en se triturant les méninges en réfléchissant à une chose logique qui pourrait coller ses mimines...) 

 

Voilà voilà... sur ce... je retourne me violer le cerveau. 

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

ahah, j'aime quand tu t'autoviole (c'est possible ça ?) le cerveau :D !

Et je rejoins ton analyse :) . Je vais moi aussi me violer ma caboche pour méditer plus longuement sur ces interrogations.

 

Voici la séquence de viol de cerveau :

:):mellow::huh::blink::o...........<_<-_-........

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Hum... l'autoviol est-il possible? C'est une bonne question... mais après tout... l'écriture automatique est possible, alors pourquoi pas la masturbation automatique. (Et là suffit que ton conscient ne veuille pas et c'est de l'autoviol!) . 

 

J'ai hâte de lire le résultat de tes méditations! Je viens de poser la question à un collègue et de lui expliquer mon raisonnement. Je crois que je l'ai perdu.

 

Par contre pour moi le viol de cerveau ça ressemblerait plutôt à ça.

 

<_<:mellow::unsure:...:huh::o...:):D:lol::P...:blink:....:ph34r:!!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

je recoupe entièrement ce que énonce Celine. j'irai meme plus loin dans l'analogie, je comparai mon recenti a une base de donné brut,

.

 

Quand tu dit éléphant, c'est la donnée éléphant qui sort, une donnée brut, non dégrosse, un concepte simple mais asbolument pas visuel

Pareil pour le vert ou le crayon...

 

Ça ressemblerai donc a Google image, tant que t'as pas fais la traduction en image ben t'as juste le champs sementique de concepte de ton image voulu 

 

Pareil je sais pas si je suis claire .

 

Sinon pour moi un auto viol ça serai ça

 

:mellow::mellow:---:rolleyes::ph34r:---:mellow::mellow:

 

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
3 3