2 2
Heyrin

[DEBAT] La qualité de phénomènes hypnotiques

Recommended Posts

Comment juger et améliorer la qualité de phénomènes hypnotiques en hypnose de rue ?

 

Bonjour les amis, les spectateurs et les débatteurs,

 

Nous avons raté le débat oral du mois de septembre (et celui d'août si je ne dis pas de bêtise.) C'est bien dommage. J'ignore si c'est juste la reprise de l'année scolaire, ou si le sujet de plaît pas tant que ça. Voilà pourquoi je propose d'avoir ce débat, ici à l'écrit.

 

Je vais me prôner comme animateur parce que. 

 

Je suis loin d'être le plus expérimenté et le plus prolifique dans la rue. Du coup, je risque de me faire gentiment rembarrer avec mes propres opinions mais bon ^^

 

Juger un phénomène hypnotique :

 

Personnellement, je juge et jauge un phénomène hypnotique selon deux critères. Ces critères sont interdépendants, j'en fait donc une sorte de moyenne pondérées comme suit :

 

Citation

Qualité d'un phénomène = (Note/10 donné par le volontaire + Note/10 donné par le volontaire + Note/10 donné par le volontaire + Note/10 que je donnerai au phénomène sur ce que j'observe) / 4

 

Du coup, je donne 3 fois plus de crédit à ce que me dira mon volontaire que ce que je pense moi-même du phénomène. 

 

Je juge personnellement d'un phénomène hypnotique externe (c'est à dire chez mon volontaire) lorsque je le vois se concrétiser de manière crédible et surprenante pour le volontaire. 

Plus le phénomène hypnotique sera inhabituel et plus la surprise s'observera chez le volontaire plus je donnerai une note haute. 

 

Exemple : 

 

Gestes idéomoteurs

Le geste semble très fluide ou au contraire très hésitant. Et le volontaire s'enthousiasme de voir ce qui se produit. 

 

Catalepsie 

Il semble évident que le volontaire affirme vouloir bouger mais ne bouge visiblement pas ou il tente très fortement de faire le geste et son contraire. 

Le volontaire montre une grande surprise ou affirme trouver étrange de ne pas vouloir bouger alors qu'il peut

 

Amnésie

L'information reste longtemps caché (environ 1 minute) et là j'ai un 10/10. Elle ne revient que si je lui suggère j'ai un 12/10.

 

Hallucination

Il réagit à l'hallucination. Moins il est surpris plus le phénomène me semble de qualité.

 

Améliorer la qualité d'un phénomène : 

 

Je me permets de copier-coller mon article sur l'acceptabilité.

 

 

Allez on débat !

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Comment juger et améliorer la qualité de phénomènes hypnotiques en hypnose de rue ?

 

Je suis plus dans le 100% du jugement par l'hypnotisé.
Ce que l'on peut observer peut être trompeur, et comme l'hypnose c'est "dans la tête" du volontaire, son jugement prévaut.

(et le calcul est plus simple :D )

 

Sans rentrer dans le détails :

Pour améliorer la qualité d'un phénomène (la phrase suppose qu'il a déjà été vécu), il suffit d'y passer plus de temps sans que la personne ne "décroche" de l'exercice.
Que ce soit par fractionnement ,"clean language",par ratifications successives, etc... on passe du temps sur le phénomène, la personne passe du temps à jouer avec et comme toute activité qu'on répète, on finit par s'améliorer (surtout quand c'est sympa à faire ! )

 

Il y a deux parties qu'on pourrait dissocier.
L'amélioration de qualité au niveau de l’hypnotiseur. (comment définir un bon hypnotiseur)
L'amélioration au niveau de l'hypnotisé ( dans le vécu ou bien dans l'idée de s’entrainer à mieux vivre les phénomènes)

 

Hmmm pas le temps pour la suite !

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je dirai juste que a qualité pour moi n'a pas trop d'importance, c'est plus l'échange de la séance complète que je jugerai.

 

La communication.

Le partage.

le retour de mon volontaire en fin de séance.

Avoir su susciter une envie.

Le plaisir d'avoir découvert quelques chose.

 

C'est plus dans ces domaines que j'attribuerai une note

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ronald c'est le mec qui tu lui dis "on mange à la maison ou au restaurant" et il te réponds qu'il veut bien un pique-nique :D

 

il y a une heure, neuneutrinos a dit :

Je suis plus dans le 100% du jugement par l'hypnotisé.

 

Je suis d'accord lorsqu'il sait qu'on peut faire mieux. Il pourrait vivre une catalepsie très légère et être extrêmement satisfait et ignorer qu'il pourrait le vivre de manière encore plus époustouflante ^^. C'est la seule raison pour laquelle j'y ajoute un jugement de ma part. 

Mais bon tu sais que je suis toujours pour que le jugement du volontaire prime sur celui de l'hypnotiseur :)

 

 

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Personnellement, je n'aime pas l'idée de faire foi au feedback direct de l'hypnotisé pour juger de la qualité d'un phénomène, du moins en rue.

Combien d'hallucinations qui donnent l'impression d'être vécues à fond, et quelques heures après "je faisais comme si, sur le coup j'étais convaincu que c'était là mais je ne le voyais pas".

Alors oui y'a une part d'un phénomène de rationalisation post-hypnose pour certains d'entre eux, mais dans la majorité des cas, faut être honnête, c'est juste que la complaisance fait plus le travail que l'hypnose à ce moment là.

Repérer des signes de phénomènes sans les ratifier explicitement et tester leur qualité directement me parait plus fiable :  à ce moment là, faire intervenir le volontaire est évidemment intéressant, moins en tant que juge qu'en tant d'acteur de l'expérience.

 

Il y a 6 heures, Heyrin a dit :

Gestes idéomoteurs

Le geste semble très fluide ou au contraire très hésitant. Et le volontaire s'enthousiasme de voir ce qui se produit. 

 

Catalepsie 

Il semble évident que le volontaire affirme vouloir bouger mais ne bouge visiblement pas ou il tente très fortement de faire le geste et son contraire. 

Le volontaire montre une grande surprise ou affirme trouver étrange de ne pas vouloir bouger alors qu'il peut

 

Hallucination

Il réagit à l'hallucination. Moins il est surpris plus le phénomène me semble de qualité.

Allez on débat !

 

Ce sont de "bons signes" qui mettent sur la bonne voie, mais c'est insuffisant. Encore une fois la complaisance biaise énormément les choses à ce niveau là, et même si le mouvement est là il est difficile de juger de son niveau d'automaticité juste en observant la réaction émotionnelle du volontaire...

 

Il y a 6 heures, Heyrin a dit :

Amnésie

L'information reste longtemps cachée (environ 1 minute) et là j'ai un 10/10. Elle ne revient que si je lui suggère j'ai un 12/10.

 

Là encore, tous les cas du style "c'était là mais j'arrivais pas à le sortir", "je savais que c'était là quelque part mais j'arrivais plus à le retrouver", "je l'avais sur le bout de la langue" sont à différencier du "je n'avais plus de prénom" voire "je n'en ai jamais eu un". Pour les amnésies c'est d'autant plus épineux de juger efficacement de la qualité du phénomène, quelques fois ça ressort dans le feedback (un truc du genre "je m'observais répondre ça, je savais que c'était faux mais je pouvais pas faire autrement) mais souvent l'hypno de rue ne fera pas la différence entre une suggestion véritablement vécue à une intensité somnambulique et à un espèce de "bof-bof" interne qui se traduit corporellement mais très peu verbalement (parce qu'on me regarde, que j'ai vraiment envie de vivre l'expérience et de me convaincre que ça marche même si je dois l'aider un peu pour ça, que ça visiblement marché pour tout le monde avant moi, et que je n'ai pas envie de casser l'enthousiasme de la personne en face de moi qui prend du temps pour me faire vivre quelque chose d'agréable...).

 

Sujet très intéressant sinon :P Je l'avais mis dans la boite à débat et j'avais joué du piston auprès de notre digne gardienne de l'hypnopaix pour l'ajouter à la liste des sujets de la semaine, mais malgré le fait que l'idée ait été plébiscitée personne n'est venu le jour J (c'est vrai que le "débat" en soi tel que je l'avais formulé ne présentait pas de vraie problématique, comme tu l'as fait c'est de suite plus marrant).

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 4 heures, Heyrin a dit :

Ronald c'est le mec qui tu lui dis "on mange à la maison ou au restaurant" et il te réponds qu'il veut bien un pique-nique :D

 

 

Mdr, j'étais sur que tu allais me dire ça et le problème c'est que c'est t'as raison petit con (attention le petit con est amical ne le prends pas mal mon petit Jonathan, non grand Jonathan, tu vas encore le prendre mal) 

 

 

Non, c'étais juste en contournant ton sujet dire que pour moi le niveau de la qualité de la suggestion m'importe un petit peu.

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Le 26/9/2016 à 19:30, Koko a dit :

Personnellement, je n'aime pas l'idée de faire foi au feedback direct de l'hypnotisé pour juger de la qualité d'un phénomène, du moins en rue.

 

 

On ne sera sans doute jamais d'accord sur ce sujet. Certes l'hypnotiseur possède un savoir et des techniques mais il n'est pas le volontaire. Son feedback est primordial car seule la satisfaction prime dans la qualité d'un phénomène en rue. Le but est le jeu et la découverte. On s'en fiche un peu que l'hallucination était comme faire semblant. Il s'est amusé et à vécu le truc. S'il rationalise ensuite, c'est qu'il a eu besoin de se rassurer. Et s'il en eu besoin, c'est que le phénomène a fonctionné. Peut-être pas assez fortement pour éviter la rationalisation mais pendant le cadre de la séance, il a été satisfait. Je n'en demande pas plus pour juger de la qualité.

 

Le 26/9/2016 à 19:30, Koko a dit :

Encore une fois la complaisance biaise énormément les choses

 

En thérapie, ou en expérimental, la complaisance est un frein à éviter. Sauf qu'on parle de ludique, faire semblant c'est déjà jouer. La qualité ne diminue donc pas tant que le volontaire s'amuse. Et s'il s'amuse à se foutre de moi, ça me va. Je ne suis pas dans la rue pour convaincre que l'hypnose existe. Je suis dans la rue pour faire découvrir les jeux de l'hypnose.

 

Le 26/9/2016 à 19:30, Koko a dit :

à une intensité somnambulique

 

Pour moi le somnambulisme n'est pas un signe de qualité, en rue en tout cas. Certes, il devient évident que le phénomène est à 100% et donc que sa qualité d'un point de vue technique est à son maximale. Mais, c'est pas ça le plus important en rue. C'est la satisfaction dans le jeu. Je me demande ce qui est le plus amusant : "Je sais que je sais mais je n'arrive pas à le dire ou à m'en souvenir" OU "je n'ai pas de prénom." 

C'est comme pour un tour de magie. Si tu aimes regarder de la magie, tu aimes te faire avoir et tu n'as pas envie de savoir comment c'est fait, tout en sachant qu'il y a un truc que tu peux trouver. 

Personnellement, ma première amnésie était avec JE. Et après coup, je me souviens faire semblant. Pourtant je n'avais aucune raison de faire semblant. J'ai sans doute rationalisé par instinct de conservation. La vidéo de moi montre autre chose que mes souvenirs. ^^

 

Bref, si on devait juger de la qualité sur un plan de vue expérimental, je te rejoins Koko. Mais dans le cadre ludique, je suis absolument pas d'accord.

 

 

Et si on pouvait être rejoint par d'autres personnes voulant débattre se serait très bien.  

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 2 heures, Heyrin a dit :

Bref, si on devait juger de la qualité sur un plan de vue expérimental, je te rejoins Koko. Mais dans le cadre ludique, je suis absolument pas d'accord.

 

 

C'est là le point central !

Evidemment que je prête une importance centrale au feedback de mes volontaires, que ce soit en rue ou dans d'autres contextes, et au niveau de la valeur de l'échange que j'obtiens avec les gens grâce à l'hypnose, je rejoins tout à fait Ronald : je ne pratiquerai pas du tout si je n'avais pas ça.

 

Mais si on parle de "juger de la qualité de phénomènes", dans ce cas on passe tout de suite sur un aspect expérimental et donc scientifique, et considérer les choses différemment dans ce cadre là me parait essentiel, c'est vrai que le préciser aurait été judicieux car c'est loin d'être évident.

 

Un volontaire qui "s'amuse ou joue" à avoir une catalepsie, c'est super drôle, mais c'est pas de l'hypnose (peut-être à très faible intensité).

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 1 minute, Koko a dit :

c'est vrai que le préciser aurait été judicieux car c'est loin d'être évident.

Préciser quoi ? Que le jugement se fait dans un cadre de rue ? C'est écrit en gras dans la question. :D

 

il y a 3 minutes, Koko a dit :

Mais si on parle de "juger de la qualité de phénomènes", dans ce cas on passe tout de suite sur un aspect expérimental et donc scientifique

Pas nécessairement. On peut juger de la qualité sans pour autant se soucier de la rigueur scientifique. Une oeuvre d'art peut être juger pour plusieurs paramètres et donc ne pas passer par son côté "difficulté technique".

 

il y a 5 minutes, Koko a dit :

au niveau de la valeur de l'échange que j'obtiens avec les gens grâce à l'hypnose, je rejoins tout à fait Ronald : je ne pratiquerai pas du tout si je n'avais pas ça.

 

Bien entendu, comme moi.

Sauf qu'encore une fois, ce n'est pas le propos premier du débat et l'argument en devient léger. Soit tu ne t'intéresses pas du tout à la qualité du phénomène et en ce cas, tu ne la juges pas. Et le débat n'a pas d'intérêt pour toi. (Ce qui n'est pas un mal, hein ;) ) 

Soit tu t'y intéresses dans le cadre de la rue et en ce cas, tu peux décider (arbitrairement sans doute) que juger de la qualité peut revenir entre 0% et 100% pour le volontaire, l'hypnotiseur et on peut même y ajouter le spectateur si on glisse sur le ludique et non pas la street-hypnose.

 

Ce que j'essaie de faire passer, c'est que le cadre ludique motive l'amusement par les phénomènes hypnotiques et donc que la qualité d'un phénomène est jugé par l'émotion "amusement". Or selon moi, la personne la mieux placée pour savoir si elle s'amuse du phénomène, c'est le volontaire. 

 

On peut aller plus loin dans le résonnement. Même si le volontaire simule le phénomène, il s'amuse, le phénomène est donc de qualité. 

Je ne partage pas ce point de vue, car je le trouve trop réducteur. 

 

J'essaie de balayer tous les arguments. Mais si seul Koko débat avec moi, on risque de vite tourner en rond et surtout de ne pas balayer toutes les possibilités. Alors go les autres !

 

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 2 heures, Heyrin a dit :

Préciser quoi ? Que le jugement se fait dans un cadre de rue ? C'est écrit en gras dans la question. :D

 

Si tu lis le début de la phrase qui contient la citation :

 

Citation

Mais si on parle de "juger de la qualité de phénomènes", dans ce cas on passe tout de suite sur un aspect expérimental et donc scientifique, et considérer les choses différemment dans ce cadre là me parait essentiel,

 

Citation

Pas nécessairement. On peut juger de la qualité sans pour autant se soucier de la rigueur scientifique. Une oeuvre d'art peut être jugée pour plusieurs paramètres et donc ne pas passer par son côté "difficulté technique".

 

Quand on parle de "qualité des phénomènes hypnotiques", on parle de technique hypnotique. Dans la littérature, quand Erickson ou d'autres parlent de qualité\d'intensité des phénomènes, tu te douteras bien que ce n'est pas seulement la largeur du smile de son volontaire qui est mesurée à ce moment là :P

En tout cas ce n'est pas du tout dans cette optique de jugement "ludique" que j'ai proposé ce sujet de débat, dans ce cas ça ne fait d'ailleurs pas vraiment débat, en gros si le volontaire a passé un bon moment le "phénomène" (si on peut encore appeler ça comme ça) est de bonne qualité, et basta, on remballe !

 

Il y a 2 heures, Heyrin a dit :

Sauf qu'encore une fois, ce n'est pas le propos premier du débat et l'argument en devient léger. Soit tu ne t'intéresses pas du tout à la qualité du phénomène et en ce cas, tu ne la juges pas. Et le débat n'a pas d'intérêt pour toi. (Ce qui n'est pas un mal, hein ;) ) 

 

Bon, je radote, mais je pense quand même que je suis bien placé pour savoir le propos premier du débat étant donné que c'est moi qui l'ai proposé à l'origine :P

Après ça peut être librement réinterprété, c'est pas le problème, mais du coup c'est sûrement à reformuler.

Et ce débat m'intéresse bien, mais sur un plan technique, pas sur un plan purement ludique (parce que dans ce cas, ça tombe complètement à l'eau).

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 3 heures, Koko a dit :

Bon, je radote, mais je pense quand même que je suis bien placé pour savoir le propos premier du débat étant donné que c'est moi qui l'ai proposé à l'origine :P

back to the past (les couleurs c'est moi)

Il y a 3 heures, Koko a dit :

Quand on parle de "qualité des phénomènes hypnotiques", on parle de technique hypnotique. Dans la littérature, quand Erickson ou d'autres parlent de qualité\d'intensité des phénomènes, tu te douteras bien que ce n'est pas seulement la largeur du smile de son volontaire qui est mesurée à ce moment là :P

En tout cas ce n'est pas du tout dans cette optique de jugement "ludique" que j'ai proposé ce sujet de débat, dans ce cas ça ne fait d'ailleurs pas vraiment débat, en gros si le volontaire a passé un bon moment le "phénomène" (si on peut encore appeler ça comme ça) est de bonne qualité, et basta, on remballe !

puis je relis le sujet

Le 26/09/2016 à 13:03, Heyrin a dit :

Comment juger et améliorer la qualité de phénomènes hypnotiques en hypnose de rue ?

 

 

Pour quelqu'un qui n'est pas à l'origine du sujet du débat, difficile de sortir du ludique que l'on prône en hypnose de rue...
----------------------------------------

Pour en revenir à nos moutons...

 

Après ce que j'ai posté dans mon premier post où j'ai préciser manquer un peu de temps, @Koko (mettre dans votre tête une voix de répondeur téléphonique dès que je cite un pseudo :D )a bien complété ce que je n'avais pas eu le temps de nuancer/dire.
En effet je dis que c'est 100% le volontaire, car c'est lui qui aura le dernier mot quant à la qualité du phénomène ressenti.

Mais cela a été dit très maladroitement (je parle de moi).
En effet, si toutes l'analyse repose sur ce que ressent le volontaire, à quoi bon observer et analyser ?
Je plussoie @Koko pour avoir apporté les précisions sur ce point.

 

En reprenant l'idée de @Koko (si je ne déforme pas trop l'idée)
je dirai que l'observation est capital mais sans validation de la personne de ce que l'on déduit de l'observation, c'est un coup à bien se tromper.

 

Exemple simpliste :

 

La personne n'arrive plus à dire son prénom
J'ai suggéré une amnésie du prénom
Donc la personne vit une amnésie (et Socrate est un chat).

A la fin, seul l'avis du volontaire comptera (d'où mon 100%)

 

Par contre , @Koko, j'ai du mal à définir une équivalence entre  "les techniques hypnotique" et "la qualité d'un phénomène hypnotique". (j'ai cru comprendre en lisant que parler de l'un ou de l'autre revenait au même)
Les technique est à la connaissance de l'hypnotiseur
La qualité des phénomènes est au ressenti de la personne hypnotisée

Au pire on peut dire que l'augmentation de la qualité et de la diversité des techniques hypnotiques augmente les chances de faire vivre un phénomène de qualité.

Ou pour faire plus succinct :

l'amélioration de l'utilisation de techniques hypnotique implique une amélioration de la qualité d'un phénomène hypnotique.

 

En logique, cela signifie que même si on est une tanche en hypnose, on peut faire passer de superbe phénomène ! (quand on débute c'est cool !)

Cela signifie que si on s'améliore, on aura de meilleurs résultat sur nos volontaires ! (et ça aussi c'est cool !)


N.B. J'ai l'impression d'avoir mal lu la phrase de @Koko (donc si j'ai dit tout ça pour rien, et bien... c'est trop tard !)

 

Je passe à ce que @Heyrin a dit :D

 

Je te rejoint sur l'idée qu'une intensité somnambulique n'est pas nécessairement l'intensité la plus intense.

C'est certainement l'intensité la plus expressive, mais comme l'a dit une personne que j'ai beaucoup trop cité dans mon message , être expressif et bien ressentir, ce n'est pas la même chose :D

Pour de ce qui est de mesurer la qualité d'un phénomène de manière générale, c'est très simple !

Révélation

:( on ne peut pas...
Donc il faut oublier la rigueur scientifique qui ne va pas très bien collé avec le cadre ludique de toute manière...


Haaa je suis re-préssé !
La suite au prochain épisode !

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 1 heure, neuneutrinos a dit :

Pour quelqu'un qui n'est pas à l'origine du sujet du débat, difficile de sortir du ludique que l'on prône en hypnose de rue...

 

C'est là ou est la nuance : on peut s'amuser en hypnose de rue et en tirer des observations scientifiques avec une approche et des critères de jugement rigoureux.

L'ajout "en hypnose de rue", c'est juste pour le contexte dans lequel on fait ces observations, ce n'est pas parce que c'est de l'hypnose de rue que tout doit être relativisé par le filtre de l'amusement et du plaisir :P 


 

Citation

Par contre , @Koko, j'ai du mal à définir une équivalence entre  "les techniques hypnotique" et "la qualité d'un phénomène hypnotique". (j'ai cru comprendre en lisant que parler de l'un ou de l'autre revenait au même)
Les technique est à la connaissance de l'hypnotiseur
La qualité des phénomènes est au ressenti de la personne hypnotisée

 

 

L'un ou l'autre ne revient pas directement au même effectivement, mais au final :

 

Citation

Au pire on peut dire que l'augmentation de la qualité et de la diversité des techniques hypnotiques augmente les chances de faire vivre un phénomène de qualité.

 

Je suis parfaitement d'accord avec ça ;) 

Par contre, évaluer la qualité d'un phénomène avec des critères précis (peut-être pas sous la forme d'une véritable expérience scientifique), il y a plein de manières de le faire (ne serait-ce que via les signes de transe et des tests qu'on peut faire pour évaluer directement l'intensité de l'hypnose vécue) !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Citation

En tout cas ce n'est pas du tout dans cette optique de jugement "ludique" que j'ai proposé ce sujet de débat, dans ce cas ça ne fait d'ailleurs pas vraiment débat, en gros si le volontaire a passé un bon moment le "phénomène" (si on peut encore appeler ça comme ça) est de bonne qualité, et basta, on remballe !

 

 

Citation

Un volontaire qui "s'amuse ou joue" à avoir une catalepsie, c'est super drôle, mais c'est pas de l'hypnose (peut-être à très faible intensité).

 

 

@Koko

 

Je suis d'accord avec toi.

 

Ceci dit il faut prendre en compte les motivations de chacun. 

 

je me suis aperçue que chez les hypnos de rue il en avait énormément qui utilisaient cet engouement du public pour l'hypnose comme un moyen d'entrer en contact  avec des inconnus pour passer un agréable moment, voir se faire des amis et de surmonter leur grande timidité. L'hypnose n'étant  pour eux qu'un outil. Si l'intérêt du public venait à changer, ils s'adapteraient en utilisant le nouvel intérêt.

 

Pour les hypnos de spectacle c'est un peu différent pour la plupart ils surfent aussi sur la mode et profitent d'ajouter une corde à leur arc d'artiste visuel et même la plupart de ceux qui proposent uniquement des shows d'hypnose veulent juste gagner de l'argent en faisant rire le public ils ne sont pas doué en tant qu’humoriste alors ils ont choisi l'hypnose comme tu le dis  " un volontaire qui "s'amuse ou joue", c'est super drôle mais c'est pas de l'hypnose (peut-être à très faible intensité)". Le problème c'est que le type de rire que déclenche ce type de spectacle d'hypnose n'a rien avoir avec les rires qu'obtient un bon humoriste. Ethiquement ce n'est pas terrible. D'ailleurs le public ne s'y trompe pas les réactions de celui-ci ne sont pas les mêmes quand un artiste est avant tout un hypnotiseur et non un animateur de "jeux"

 

Nombre d'hypno thérapeutes n'ont pas fait d'études au delà du bac + 2, c'est un moyen pour eux de prendre l'ascenseur social à peu de frais et peu de travail. D'autres sont carrément des escrocs et mettent l'hypnose à toutes les sauces.

 

Pour finir il y a la formation là ce sont quasiment tous des escrocs il n'y a qu'a voir les formations pyramidales qu'ils proposent. Certains même sortent tout juste de leur formation et enseignent pour rentabiliser

 

Personnellement  la seule formation que je recommanderai c'est celle de @Jean-Emmanuel même si je ne suis pas d'accords à 100% avec ses affirmations, il est patient honnête et passionné d'hypnose et peu remettre en cause ces connaissances c'est du moins tel que je le perçois de part ses vidéos ses écrits et ses propositions de formations

 

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a une heure, angélique a dit :

Nombre d'hypno thérapeutes n'ont pas fait d'études au delà du bac + 2, c'est un moyen pour eux de prendre l'ascenseur social à peu de frais et peu de travail. D'autres sont carrément des escrocs et mettent l'hypnose à toutes les sauces.

 

il y a une heure, angélique a dit :

je me suis aperçue que chez les hypnos de rue il en avait énormément qui utilisaient cet engouement du public pour l'hypnose comme un moyen d'entrer en contact  avec des inconnus pour passer un agréable moment, voir se faire des amis et de surmonter leur grande timidité. L'hypnose n'étant  pour eux qu'un outil.  Si l'intérêt du public venait à changer, ils s'adapteraient en utilisant le nouvel intérêt.

 

 

Ô la vache ! Tu sors ces affirmations d'où ? 

Ce n'est pas bien.  Tu uses de présupposés dénigrants et insultants. Je me demande bien pourquoi. Ça me semble tellement gratuit que je cherche encore une raison logique pour de tel propos...

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a une heure, angélique a dit :

 

Nombre d'hypno thérapeutes n'ont pas fait d'études au delà du bac + 2, c'est un moyen pour eux de prendre l'ascenseur social à peu de frais et peu de travail. D'autres sont carrément des escrocs et mettent l'hypnose à toutes les sauces.

 

 

Premièrement depuis quand le nombre d'années d'études est un indicateur sur les qualités d'écoute, d'empathie, d'accompagnement, d'analyse de l'esprit humain, etc .....

C'est tellement "français" de ne juger que par le niveau d'étude ... c'est une chose qui m'énerve au plus au point !

Et je te vois venir, je ne dis pas ça car je suis un frustrer qui n'a pas fait d'étude etc .... j'ai fait 7 ans d'étude, j'ai un bac+5 et je suis ingénieur ! Et pourtant je connais beaucoup de personnes avec un "simple" bac+2 qui sont beaucoup plus compétentes que moi sur plein de domaine .... enfin bref.

 

Deuxième point .... un ascenseur social à peu de frais et peu de travail ..... Alors, je ne sais pas si tu as réellement 20 ans ou non, mais si c'est le cas cela explique très certainement ces affirmations hautement naïves sur le monde du travail et les disparités sociales. Avant de gagner beaucoup d'argent et donc un niveau social supérieur (car c'est le principale indicateur de "rang" social dans notre société) en devenant hypnothérapeute, il faut quelques années, et c'est loin d'être garantie, ..... et choses étrange (ironie!) beaucoup de travail !!

 

J'ai fournie beaucoup plus de "travail" (même si c'est une passion) en m'intéressant à l'hypnose depuis 3 ans que durant mes 7ans d'études. Et pourtant je ne me considère pas encore complétement comme un professionnel de l'hypnose.

 

Pour conclure, car je pourrais écrire un pavé monumental, mise à part pour quelques escrocs (il y en a partout !) devenir hypnothérapeute n'est pas un choix de facilité pour atteindre un "rang" social sans rien branler. Cela demande du temps, de l'argent, de l'investissement personnel et surtout de la passion et de réelles qualités/compétences.

 

Ceux qui rentrent dans la case que tu décris ne tiennent pas bien longtemps dans le temps, il serait hasardeux et très maladroit d'en faire une généralité ou pire une certitude.

 

 

Sinon pour enrichir le débat initial voici les test en fonction du classement des phénomènes hypnotiques :

niveau 1 : catalepsie --> pour juger de la qualité tirer fort, si le support vient avec la main c'est que la colle a bien pris, c'est bon la catalepsie est de qualité.

niveau 2 : amnésie --> Si vous avez oubliez comment juger de la qualité d'un amnésie c'est que c'est bon.

niveau 3 : Dieu -> tu peux pas test

niveau 4 : fusion de Dieu avec @Koko --> faut demander à Koko si il a kiffé

niveau 6 : @Jean-Emmanuel --> hors concours, JE sera toujours une personne de qualité

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 4 heures, Nhova a dit :

Pour conclure, car je pourrais écrire un pavé monumental, mise à part pour quelques escrocs (il y en a partout !) devenir hypnothérapeute n'est pas un choix de facilité pour atteindre un "rang" social sans rien branler. Cela demande du temps, de l'argent, de l'investissement personnel et surtout de la passion et de réelles qualités/compétences.

 

Oui mais tu n'as clairement pas le même niveau de conscience moral (ou simplement, le même recul) que plein d'hypnothérapeutes (et oui ça n'a je pense pas grand chose à voir avec le niveau d'études).

Y'a qu'à voir la majorité des publications sur le groupe Hypnose, tu reconnaîtras que ça fait quand même peur :P 

Sinon moi faut pas me demander si j'ai kiffé, 99% du temps je kiffe de toute façon !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

@Koko c'est clair que certains post du groupe Hypnose font peur .... mais c'est comme dans tous les milieux professionnels il y a des gens compétents et des chèvres, des gens qui ont rien à foutre ici et des gens qui mériteraient d'avoir plus de réussite...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Comment JE juge de la qualité d'une phénomène hypnotique sans faire référence au feedback de l'hypnotisé : 

(notez les présupposé et mon avis personnel mais pourtant mes réponses restent à débattre)

 

Première étape, pendant le pré-talk je définis les attentes sur les phénomènes hypnotiques de mon volontaire. J'en déduis une échelle de valeur que je divise en trois ou quatre en fonction des phénomènes. J'observe le discours du volontaire et me concentre sur sa posture tant physique que mental par rapport à son environnement immédiat, ma propre personne et son regard sur lui. 

 

Pendant la totalité de la séance, j'observerai les éventuelles évolutions de son comportement. Plus son comportement collera à mes suggestions non orienté phénomène hypnotique ludique plus je serai satisfait de la qualité de la transe en elle-même.

 

Pour chaque phénomène hypnotique, je juge comme suis : 

 

- Gestes idéomoteurs :

 

Le volontaire bouge de manière très lente et semble se disperser. Le phénomène est plus ou moins simulé et ne m'intéresse pas du tout. Je ferai tout pour l'amplifier. 

Le volontaire bouge de manière saccadé ou fluide mais est plus rapide. Je sens qu'il est concentré et trouve des indices concordants cette impression. Le phénomène se met en place, je suis satisfait et peut me permettre de le valider.

Le volontaire montre une surprise ou une gène lorsque le mouvement commence ou s'amplifie. Le phénomène est parfaitement non conscient, pour moi, et je le valide d'une 8/10 au minimum. 

 

- Catalepsies :

 

Le volontaire ne bouge pas mais semble excessivement passif alors que je demande un essaie de mouvement. Le phénomène est validé mais pas satisfaisant. Je ne le validerai que par une autre catalepsie plus franche.

Le volontaire ne bouge pas de telle manière que le mouvement pourrait se faire. Le phénomène est intéressant et peut émouvoir. Il me satisfait et je valide la catalepsie.

Le volontaire contracte les muscles pour initier le mouvement mais semble au contraire amplifier l'immobilité. C'est un 9/10 au minimum.

 

- Amnésie :

 

Le volontaire hésite quelques secondes ou affirme ne pas arriver à le sortir rapidement. Je suis peu satisfait et embraye toujours sur de l'empilement. 

L'aphasie est évidente mais il y a aveu de mémoire. Le phénomène prends 

L'amnésie tient tant qu'il y a une forme de distraction. Le phénomène est de qualité modéré mais suffit pour moi à la valider.

L'amnésie tient jusqu'à ce qu'une autre suggestion rende l'information. Le phénomène est à 9/10 au minimum.

 

Je laisse volontairement les hallucinations car c'est plus compliqué à gradué pour moi.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Le feedback du volontaire est toujours un plus, mais à prendre avec des pincettes.

En effet, si le volontaire à fait semblant pour ne pas ridiculiser l'hypnotiseur, il est fort probable qu'il ne le mentionnera pas lors du feedback.

L'inverse peut arriver aussi: le volontaire vit apparemment les phénomènes de manière intense, mais devant ses amis il dira "j'ai fait semblant", par fierté ou pour peu importe quelle raison.

Les volontaires simulent plus facilement une hallucination, surtout si notre suggestion comprend une émotion en plus de l'hallucination.

Mais la véritable amnésie du prénom est assez difficile à simuler, et je la reconnais assez vite dans la direction typique que prend le regard du volontaire.

La rencontre avec une star: si le volontaire commence à pleurer des véritables larmes d'émotions, il est peu probable qu'il simule.

Je termine en général mes routines par la suggestion que le volontaire est certain de ne pas avoir été hypnotisé, mais qu'il se souviendra de tout quand je lui serrerai la main.

L'expression sur le visage du volontaire à ce moment suffit à me convaincre ainsi que les observateurs.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
2 2