2 2
neuneutrinos

Phénomènes hypnotiques

Recommended Posts

Toujours dans la continuité de ce topic : (lien)

Le but final est de constituer un base de donnée reflétant la vision de la street-hypnose !

 

Portée du sujet

Ici on ne va s’intéresser sur ce qui définit un phénomène hypnotique mais également (par opposition) de ce qu'est un phénomènes "non-hypnotique"

Vous pouvez proposer une définition, ou bien donner votre point de vue sur ce sujet.
Que ce soit quelques mots, ou bien un gros pavé de texte ;)

 

Même débutant en hypnose, vous avez un rôle à jouer !


Vous pouvez poser vos questions !

Vous pouvez aussi donner votre point de vu en tant que volontaire ou spectateur !

Pas besoins d'être sérieux à 100%

Se tromper est autorisé :) , alors n'hésitez pas à tenter des trucs !

 

Bonne participation à tous (et à toutes) ^_^ !!

 

historique

  • 29/11/2016 (14h26) Top départ
  • 05/01/2017 Première synthèse sur les définition
  • 06/02/2017 Page wiki crée avec une grande partie des informations proposées
  •  

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Phénomène hypnotique : 

Dans une séance d'hypnose, un phénomène hypnotique permet de valider la transe. Il permet également au volontaire de conscientiser le fait qu'il vit quelque chose d'extraordinaire et de dissociant. 

Par opposition, un phénomène non-hypnotique ne se situe pas dans le cadre d'une séance volontaire d'hypnose. 

 

Il existe des catégories de phénomènes hypnotique : 

Gestes idéomoteurs

Catalepsies

Amnésies

Aphasies

Hallucinations positives

Hallucinations négatives

Changements d'émotion/d'humeur

Rêves éveillés

(Je ne pense pas en oublier. )

 

Si un phénomène d'une des ses catégories arrive en dehors d'une séance, alors le phénomène n'est pas hypnotique et peut-être causé par un trouble (maladie, alcool, drogue, psychose...)

 

 

Bon c'est loin d'être parfait

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je vais essayer de proposer quelque chose d'assez large mais correspondant au cadre de la Street Hypnose:

"Comportement ou action du volontaire hors de son contrôle conscient correspondant aux suggestions de l'hypnotiseur."

Je n'aime pas trop utiliser le mot conscient, j'aurai préféré utilisé "volontaire" mais ça faisait une répétition qui nuisait à la lisibilité de la phrase.

 

Ma définition n'est pas appropriée pour les hallucinations, mais je suis sûr qu'en creusant on peut faire quelque chose.

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ho des réponses !

 

Il y a 2 heures, Heyrin a dit :

Dans une séance d'hypnose, un phénomène hypnotique permet de valider la transe.

 

Et je me pose une autre question. Certaine personne arrive à vivre (selon leur mots) un phénomène hypnotique sans séance ni approfondissement ( par exemple mettre un de ses membres en catalepsie sur commande )

Est-ce toujours un phénomène hypnotique ou est-ce autre chose ?

 

Il y a 2 heures, Meemi a dit :

Doit on ranger les Synesthésies dans les Hallucinations ?

Oui, on peut suggérer une hallucination en la déguisant en synesthésie ( une synesthésie n'est pas forcement hallucinatoire)

 

Mais on peut aussi suggérer une "vrai" synesthésie sans avoir d’hallucination (ce qui peut être nettement moins spectaculaire)

C'est ce qui est utilisé comme technique pour permettre aux dyslexiques de lire correctement, en jouant sur d'autres information, comme les couleurs, les sons , etc... jusqu'à ce que cela devienne naturelle !

 

 

il y a 8 minutes, Hugin a dit :

"Comportement ou action du volontaire hors de son contrôle conscient correspondant aux suggestions de l'hypnotiseur."

Pour éviter le répétition on pourrait dire :

"Comportement ou action de la personne hors de son contrôle volontaire correspondant aux suggestions de l'hypnotiseur."

Si la personne n'a pas un contrôle volontaire, cela signifie-t-il qu'un phénomène hypnotique implique nécessairement une dissociation ?

 

il y a 8 minutes, Hugin a dit :

Ma définition n'est pas appropriée pour les hallucinations, mais je suis sûr qu'en creusant on peut faire quelque chose.

 

Pour moi ça colle aussi avec les hallus, quelle partie gène ?

 

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

La question est de définir le terme "phénomène hypnotique", mais déjà, regardons une définition du mot phénomène :

 

"Fait observé, en particulier dans son déroulement ou comme manifestation de quelque chose d'autre "

 Source :  http://www.larousse.fr/dictionnaires/francais/phénomène/60204 (2ème définition) 

 

En vue de cette définition, il serait simple de définir le phénomène hypnotique :

Fait observé dont la source provient de suggestions hypnotique lors d'une séance d'hypnose.

Le problème c'est que cette définition ne me plaît pas :

 

- Je pense qu'il est nécessaire de lier le phénomène hypnotique à l'état hypnotique.

Il y a 3 heures, Heyrin a dit :

Phénomène hypnotique : 

Dans une séance d'hypnose, un phénomène hypnotique permet de valider la transe.

Donc je pense que le début de la définition d'Heyrin correspond bien, si on remplace les termes "valider la transe" par "observer l'état hypnotique du volontaire". 

 

- De plus, nous pouvons remettre en cause l'efficacité de la définition en elle même. Si on la regarde et on la lit, qu'apprenons nous ?

Ouaw, un phénomène hypnotique, c'est quand y'a un truc qui se produit quand je fais une séance d'hypnose

 

- Et puis, si on est tordus (un peu comme moi non ?), le fait que quelqu'un s'approche en pleine rue alors que nous sommes en Street et que nous sommes en pleine suggestion parce que la personne a vu quelqu'un en transe serait un phénomène hypnotique : "Fait observé dont la source provient de suggestions hypnotiques"  (J'veux pas dire, mais voir quelqu'un qui est en transe, ça attire :P !!!!... Bon, ok j'exagère un peu, mais l'esprit est là... Comment ça ça se corrige en ajoutant les mots "Fait observé chez le volontaire").

 

Donc après mure (?) réflexion,  j'ai essayé de synthétiser un truc :

 

Le phénomène hypnotique est un fait qui ,observé chez le volontaire lors d'une séance d'hypnose, répond de façon explicite ou implicite à la suggestion de l'hypnotiseur, affirmant la présence d'un état hypnotique plus ou moins profond. Les phénomènes hypnotiques les plus implicites peuvent être observés à l'aide d'une méthode de ratification plus ou moins approfondie. Il est à noter que le phénomène hypnotique pourrait ne pas être voulu (Exemple : abréaction).

 

Je voudrais ajouter deux trois choses à propos de cette définition : 

 

répond de façon explicite ou implicite  : Je considère que les R.E.M (Rapid Eye Movement) sont des phénomènes hypnotiques. (Attention, ce n'est pas parce que l'on fait de la REM que nous sommes en état d'hypnose, ce n'est pas réciproque).

 

Pour finir, je pense que l'on ne peut définir correctement le phénomène hypnotique sans bien définir le contexte de la présence de phénomènes. C'est pour cela que j'ai ajouté "lors d'une séance d'hypnose". Cependant, comme l'a dit neuneutrinos :

Et je me pose une autre question. Certaine personne arrive à vivre (selon leur mots) un phénomène hypnotique sans séance ni approfondissement ( par exemple mettre un de ses membres en catalepsie sur commande )

Est-ce toujours un phénomène hypnotique ou est-ce autre chose ?

Encore une fois, ici, il y a problème de contexte. Donc je pense qu'il y a encore de nombreuses modifications à faire sur la définition que j'ai proposée. Et encore une fois, il faut préciser un contexte sur la définition, mais du coup, c'est plus vraiment une définition... Sur ce,

 

Gros bisous bien baveux :P

Greg

 

 

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Random, je me permet de travailler sur ta définition qui comporte plein de trucs (surtout parce que je pourrais pas faire mieux dans mon état de fatigue actuel) :

"

"Le phénomène hypnotique est un fait qui ,observé chez le volontaire lors d'une séance d'hypnose, répond de façon explicite ou implicite à la suggestion de l'hypnotiseur, affirmant la présence d'un état hypnotique plus ou moins profond. Les phénomènes hypnotiques les plus implicites peuvent être observés à l'aide d'une méthode de ratification plus ou moins approfondie. Il est à noter que le phénomène hypnotique pourrait ne pas être voulu (Exemple : abréaction)."

  • phénomène = répond à une suggestion de l'hypnotiseur. Si je fais une amnésie spontanée sans que tu me la demandes, il se passe quoi ? C'est pas un phénomène hypnotique ?

 

(voilà c'est tout pour moi...)

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 14 heures, RandomAcces M a dit :

"Fait observé, en particulier dans son déroulement ou comme manifestation de quelque chose d'autre "

 Source :  http://www.larousse.fr/dictionnaires/francais/phénomène/60204 (2ème définition) 

Et une source !
Après on va mettre toutes les définitions , peut être cela donnera de nouvelles idées !

Citation

Définitions de phénomène (larousse)

  • Fait naturel constaté, susceptible d'étude scientifique, et pouvant devenir un sujet d'expérience : Les météores sont des phénomènes naturels. Le phénomène de la radioactivité.
  • Fait observé, en particulier dans son déroulement ou comme manifestation de quelque chose d'autre : La dénatalité est un phénomène des sociétés développées.
  • Personne, chose qui se fait remarquer par son caractère extraordinaire, singulier, exceptionnel : Bach, un phénomène de la musique ; suivi d'un nom sans article : Étudier le phénomène Bach.
  • Personne qui sort de l'ordinaire, qui surprend par son originalité, son caractère excentrique : Un drôle de phénomène, ce garçon.
  • En apposition, indique qu'il s'agit de quelque chose qui a un caractère exceptionnel : La deux-chevaux, voiture phénomène.
  • Individu anormal, monstre : Un phénomène qu'on montre dans les foires.
  • Ce qui apparaît à la conscience, ce qui est perçu par les sens ; chez Kant, ce qui relève du monde sensible, par opposition à noumène.

 

Certaines me paraissent très bien aussi à leur manière ;)

 

Il y a 14 heures, RandomAcces M a dit :

- Je pense qu'il est nécessaire de lier le phénomène hypnotique à l'état hypnotique.

 

Quand tu parles d'état, perles-tu du contexte ?

 

Il y a 14 heures, RandomAcces M a dit :

- De plus, nous pouvons remettre en cause l'efficacité de la définition en elle même. Si on la regarde et on la lit, qu'apprenons nous ?

Ouaw, un phénomène hypnotique, c'est quand y'a un truc qui se produit quand je fais une séance d'hypnose

Question idiote ... mais en quoi cela remet-il en cause l'efficacité de la définition ?
Manque-t'il un point important non abordé (ou autre ?)

 

Il y a 14 heures, RandomAcces M a dit :

Le phénomène hypnotique est un fait qui ,observé chez le volontaire lors d'une séance d'hypnose, répond de façon explicite ou implicite à la suggestion de l'hypnotiseur, affirmant la présence d'un état hypnotique plus ou moins profond. Les phénomènes hypnotiques les plus implicites peuvent être observés à l'aide d'une méthode de ratification plus ou moins approfondie. Il est à noter que le phénomène hypnotique pourrait ne pas être voulu (Exemple : abréaction).

 

J'ai peur que  "explicite ou implicite" amène à un raisonnement divin.

Exemple. Pendant la séance, elle boit un verre d'eau, c'est donc une réponse implicite de toutes les suggestions de l'hypnotiseur, c'est un phénomène hypnotique.
(ça marcherait avec n'importe quel actions observées)

Peut être rajouter une information sur l'aspect singulier du phénomène (je propose à froid un truc du style : phénomène se démarquant des autres par son apparition lors d'une séance d'hypnose)


Pour la suite, je fais parti du genre de personne qui déteste quand on a la définition d'un mot,devoir chercher la définition d'autres mots :D

ratification => observation

Après mon analyse en logique bloque sur une tautologie : "explicite ou implicite" (Ce qui n'est pas implicite est explicite) lier les deux représente simplement n'importe quel suggestion :) (ce qui allègera un peu la lecture)

 

@RandomAcces M dit moi ce que tu en penses, si ça peut améliorer la définition ! :)

 

 

Ensuite une partie que je n'ai peut être pas compris à sa juste valeur.

- Je pense qu'il est nécessaire de lier le phénomène hypnotique à l'état hypnotique.

phénomène hypnotique implique etat hypnotique

je peux avoir un état hypnotique sans phénomène hypnotique, mais je ne peux pas avoir de phénomène hypnotique sans état hypnotique

-Je considère que les R.E.M (Rapid Eye Movement) sont des phénomènes hypnotiques

R.E.M implique phénomène hypnotique (pour être rigoureux il faudrait dire que les R.E.M appartiennent aux phénomène hypnotique, l'implication est juste mais ne retranscrit pas toutes les infos)
Ce qui signifie que je peux avoir des phénomènes hypnotiques sans avoir de R.E.M, mais je ne peux pas avoir de R.E.M sans phénomène hypnotique (puisque les R.E.M sont des phénomènes hypnotiques, j'en ai donc au moins 1)

Attention, ce n'est pas parce que l'on fait de la REM que nous sommes en état d'hypnose,

R.E.M n'implique pas état d'hypnose.

 

Le problème c'est que si

R.E.M implique phénomène hypnotique

et

phénomène hypnotique implique état hypnotique

alors

R.E.M implique état hypnotique (en logique on écrirait |-(A->B)/\(B->C) -> (A->C) , la relation de Chasles en gros :) )

Il y a contradiction (ce qui me gène pour te comprendre...)

 

Il y a 15 heures, RandomAcces M a dit :

 

Il y a 16 heures, neuneutrinos a dit :

Et je me pose une autre question. Certaine personne arrive à vivre (selon leur mots) un phénomène hypnotique sans séance ni approfondissement ( par exemple mettre un de ses membres en catalepsie sur commande )

Est-ce toujours un phénomène hypnotique ou est-ce autre chose ?

Encore une fois, ici, il y a problème de contexte.[...]

 

Le contexte simple de la question : un phénomène hors séance ,hors approfondissement, comme une catalepsie, signaling, etc...
Dans ce cas cela reste bien un phénomène hypnotique ou non ? (si cela dépend du contexte, peut-on trouver un contexte où c'est vrai et un où c'est faux ? )

 

Long post pour un long message :D

 

@melimëlo

 

Il y a 13 heures, melimëlo a dit :

phénomène = répond à une suggestion de l'hypnotiseur. Si je fais une amnésie spontanée sans que tu me la demandes, il se passe quoi ? C'est pas un phénomène hypnotique ?

 

Pour moi ce n'est pas un phénomène hypnotique, mais penser le contraire peut se défendre à juste titre également.


Bon, on va attendre les nouvelles réponses, puis on va commencer à synthétiser le schmilblick !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

@neuneutrinos

Peut-être que tu peux détailler pour toi en quoi ce n'est pas un phénomène hypnotique ? ('fin tu me l'as dis hier mais ça intéresserait peut-être des gens !).

On pourrait imaginer un tableau à double entrée pour répondre à ce sujet ^^

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Le 29/11/2016 à 17:40, neuneutrinos a dit :

Et je me pose une autre question. Certaine personne arrive à vivre (selon leur mots) un phénomène hypnotique sans séance ni approfondissement ( par exemple mettre un de ses membres en catalepsie sur commande )

Est-ce toujours un phénomène hypnotique ou est-ce autre chose ?

Pour moi ils sont en pleine séance d'hypnose. Ils sont en transe, qu'ils aient mis une seconde pour y entrer ou vingt minutes ne change rien. Après c'est mon axiome. 

Si ils vivent un phénomène hypnotique il y a alors il y a transe. 

Le 29/11/2016 à 17:40, neuneutrinos a dit :

Si la personne n'a pas un contrôle volontaire, cela signifie-t-il qu'un phénomène hypnotique implique nécessairement une dissociation ?

Se serait rejeter tous les phénomènes sans dissociation comme l'aphasie. Pour moi la dissociation donne une plus grande sensation d'intensité au volontaire mais ne change pas la définition. Sinon un phénomène à 1/10 n'en serait pas un et n'aurait aucun sens d'y faire référence ou d'y rebondir dessus. 

 

Le 29/11/2016 à 18:41, RandomAcces M a dit :

(Exemple : abréaction).

L'abréaction n'est pas une phénomène hypnotique. Première il existe d'autres cadres sans hypnose où une abréaction survient. Et ensuite, la définition de l'abréaction exclut la suggestion. Certes on peut suggérer une abréaction en tant que telle mais on ne peut ni maîtriser la décharge, ni quand ni quoi. Sinon ce n'est pas une abréaction.

 

Le 29/11/2016 à 21:13, melimëlo a dit :

phénomène = répond à une suggestion de l'hypnotiseur. Si je fais une amnésie spontanée sans que tu me la demandes, il se passe quoi ? C'est pas un phénomène hypnotique ?

Non. Pas pour moi non plus. Si j'ai bien compris la théorie sur l'amnésie spontanée, c'est plus une question purement interne que de suggestion. Un peu comme si l'inconscient oubliait de prévenir le conscient qu'il y avait des nouveaux fichiers dans la mémoire. Mais ça se discute. 

 

Le 30/11/2016 à 11:01, neuneutrinos a dit :

je peux avoir un état hypnotique sans phénomène hypnotique, mais je ne peux pas avoir de phénomène hypnotique sans état hypnotique

Je valide à 100%.

 

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 10 minutes, Meemi a dit :

En soi, dans le fonctionnement, en quoi différencie-t-on les phénomènes hypnotiques des effets psychosomatiques (sans inclure forcément les maladies psychosomatiques) ?

Puis-je te retourner la question ? 

Je pense que tu connais déjà ta réponse. ^^ Et j'aimerai bien la lire ! Et avec grand plaisir.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Pour l'amnésie spontané, il y en a pleins de différente,
Oublie par grande détente,Oublie par ennuie,etc...

 

Pour moi ce n'est pas lié directement à l'hypnose, mais comme l'effet d'un phénomène hypnotique ( suggérer de la détente par exemple)

Comme une grosse suggestion de fous rire libérant des endorphines, je ne vais pas dire que la sécrétion d'endorphine est un phénomène hypnotique.

 

Il y a 2 heures, Meemi a dit :

En soi, dans le fonctionnement, en quoi différencie-t-on les phénomènes hypnotiques des effets psychosomatiques (sans inclure forcément les maladies psychosomatiques) ?

On peut parler d'effet placebo pour ta question ?

 

ça me rappelle un débat ça, me trompe-je ? ;)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

@Meemi Pour moi, c'est très simple. Un phénomène hypnotique est suggéré / provoqué, là où une "maladie" ou n'importe quel effet psychosomatique reste incontrôlé. C'est en cela que je considère l'hypnose comme étant une reprise de contrôle sur soi et non l'inverse ;) Ce ne sont pas que des paroles en l'air.

 

Je crois, très sincèrement, qu'il y a très peu de différences factuellement entre un schizophrène à plusieurs personnalités et une personne en transe profonde somnambulique qui vit plusieurs rôles successifs. Si ce n'est que dans le second cas, c'est maîtrisé.

Tout comme il y a très peu de différences entre quelqu'un qui fait pipi aux toilettes, et un autre victime d'énurésie. Ce dernier est considéré malade. Pourtant, tous les deux font juste pipi. Sauf que dans le second cas, ce n'est PAS contrôlé. Or, pour bien vivre en société, on doit trouver un juste équilibre pour que notre inconscient agisse "dans les règles".

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Avant de commencer à débattre, je préfère préciser que je peux déduire une réponse uniquement de mon vécu, puisqu'au final je connais peu des troubles psychosomatiques, leur fonctionnement, autrement que sur moi-même. Ca tient plus de spéculations que d'affirmations, je n'en aurais pas la prétention.

 

Si on met de côté la condition d'état hypnotique nécessaire aux phénomènes hypnotiques et que l'on se concentre uniquement sur ce qui les produit, et leur fonctionnement, (sachant que les troubles psychosomatiques ne sont pas mesurés ni mesurables et n'ont aucune origine organique), on peut admettre que leur source est psychique, mentale.

 

D'accord mais quoi ?

 

Alors certes comme très bien précisé par mes VDD, la présence d'un état hypnotique est systématique lors de phénomènes hypnotiques.

L'inverse est faux.

Or, si je venais à transposer les troubles psychosomatiques sur ce raisonnement vous tilterez tous que cette affirmation est totalement erronée : "La présence d'un trouble psychosomatique est systématique lorsqu'il y a des symptomes." (No way in hell !)

Cependant ! L'inverse est vrai. Pas très utile de le savoir. M'enfin.

 

Maintenant, si on s'en tient uniquement au trouble psychosomatique :

Généralement du au stress, angoisses, peurs, paranoïa.. j'en passe, mais aussi à la pression sociale..

 

J'étais terrorisée fut un temps d'un jour avoir un AVC.

Je pouvais me regarder des heures et des heures de la nuit devant un miroir à grimacer et vérifier que tout bougeait bien correctement. Je sentais comme mon visage fondre avec l'angoisse.

Puis j'ai fini avec celle ci à développer un problème à la paupière d'un de mes deux yeux, celle-ci à tendance à chuter le temps de quelques secondes. (Autant dire que j'ai pété un boulon à ce moment là)

Entièrement psychosomatique.

 

Alors.. (attention raisonnement sophistique)

Peut-on considérer dans ce cas être dans un état proche ou cousin de l'état hypnotique, ne répondant pas aux suggestions de l'hypnotiseur (en soit celles que l'on accepte) mais aux suggestions inconscientes "ressorties" par l'angoisse (ou autre) qui sont en soit tout aussi propres à nous même?

EDIT : Surtout que les phénomènes hypnotiques peuvent avoir un effet sur les symptomes, et les troubles psychosomatiques un effet sur l'état hypnotique.

 

Je suis navrée si j'ai pu me perdre dans mes explications, j'ai du écrire ce message en plusieurs fois étant au boulot en même temps..

-------------------------------

Neuneu, parler de placebo en l'occurrence, c'est s'intéresser à l'effet plutôt qu'à la cause. Mais c'est vrai que ça peut être débattu. ^^'

Comme j'aime dire c'est pas l'effet placebo qu'il faut observer.. C'est la raison du besoin de cette prise médicamenteuse.

@neuneutrinos

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 1 heure, Jean-Emmanuel a dit :

@Meemi Pour moi, c'est très simple. Un phénomène hypnotique est suggéré / provoqué, là où une "maladie" ou n'importe quel effet psychosomatique reste incontrôlé. C'est en cela que je considère l'hypnose comme étant une reprise de contrôle sur soi et non l'inverse ;) Ce ne sont pas que des paroles en l'air.

 

Je crois, très sincèrement, qu'il y a très peu de différences factuellement entre un schizophrène à plusieurs personnalités et une personne en transe profonde somnambulique qui vit plusieurs rôles successifs. Si ce n'est que dans le second cas, c'est maîtrisé.

Tout comme il y a très peu de différences entre quelqu'un qui fait pipi aux toilettes, et un autre victime d'énurésie. Ce dernier est considéré malade. Pourtant, tous les deux font juste pipi. Sauf que dans le second cas, ce n'est PAS contrôlé. Or, pour bien vivre en société, on doit trouver un juste équilibre pour que notre inconscient agisse "dans les règles".

 

 

Ah, c'est pas faux ! Mais comme je partais sur l'idée d'observer uniquement les résultats je n'ai pas pensé à prendre les choses sous cet angle, bien plus véridique.

 

Maaaaiiiis alors, dans le cas d'une abréaction, on ne peut pas vraiment dire qu'elle soit contrôlée ? :D

Pitié faut pas m'en vouloir j'ai une curiosité insatiable et j'aime bien gratter le pourquoi du comment de quand de quoi.. xD

 

(Désolé du coup j'ai envoyé mon premier message sans avoir vu le tiens. ^^)

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 11 heures, Jean-Emmanuel a dit :

Je crois, très sincèrement, qu'il y a très peu de différences factuellement entre un schizophrène à plusieurs personnalités et une personne en transe profonde somnambulique qui vit plusieurs rôles successifs.

 

Même si je sais que Janet ou d'autres ont étudié la chose, la psychiatrie moderne est beaucoup plus partagé sur le concept de personnalités multiples (les américains vs les européens souvent). Et dans tous les cas ce n'est pas du tout catégorisé en schizophrénie (mais c'est un abus de langage courant) et faisait même partie des névroses jusqu'au DSM-3. Depuis le DSM-4 les troubles dissociatifs sont une catégorie à part, dont le trouble dissociatif de l'identité qui est le nouveau nom "officiel" des troubles de la personnalité multiple.

Et c'est là que ça devient intéressant et qu'on se rapproche de la vision dominante de l'hypnose avec la notion de dissociation. Mais mes connaissances dans le domaine sont encore assez sommaires et je ne sais pas dans quelle mesure nous utilisons le mot "dissociation" dans un sens proche de celui des psychiatres.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Le 01/12/2016 à 15:05, Jean-Emmanuel a dit :

Un phénomène hypnotique est suggéré / provoqué, là où une "maladie" ou n'importe quel effet psychosomatique reste incontrôlé

Pour la question des effets psychosomatiques, on rentre dans le médicale (ce qui peut être intéressant pour donner des exemples d'utilisations de phénomènes hypnotiques !)

 

J'aime bien l'idée que le phénomène hypnotique est provoqué (par qui, par quoi c'est une autre histoire ! )

Il y a 23 heures, Meemi a dit :

J'étais terrorisée fut un temps d'un jour avoir un AVC.

Je pouvais me regarder des heures et des heures de la nuit devant un miroir à grimacer et vérifier que tout bougeait bien correctement. Je sentais comme mon visage fondre avec l'angoisse.

Puis j'ai fini avec celle ci à développer un problème à la paupière d'un de mes deux yeux, celle-ci à tendance à chuter le temps de quelques secondes. (Autant dire que j'ai pété un boulon à ce moment là)

Entièrement psychosomatique.

 

C'est ce qu'on pourrait appeler un effet nocebo (à contrario de l'effet placebo).

 

Il y a 23 heures, Meemi a dit :

Peut-on considérer dans ce cas être dans un état proche ou cousin de l'état hypnotique, ne répondant pas aux suggestions de l'hypnotiseur (en soit celles que l'on accepte) mais aux suggestions inconscientes "ressorties" par l'angoisse (ou autre) qui sont en soit tout aussi propres à nous même?

L'effet placebo/nocebo semble avoir de sérieux point commun avec ce que l'on voit qualifier d'effet hypnotique.
Sans avoir besoin parler d'état (ce qui est un autre débat :D ).
 

Peut-on différencier les phénomènes hypnotiques des effets placebos ou cela peut-il être vu comme une seule et même chose ?
(pour la réponse, je pense que ce qui les sépare c'est le contexte d'utilisation, l'effet placebo/nocebo est un peut réservé par le milieu médical)

 

Pour ce qui est de la(les) causes (que l'effet), c'est un poil plus philosophique. On va parler d'effet papillon , ou la théorie du chaos pour ne pas parler d'effet (et je vais avoir le chanson de bénabar en tête toute la journée !).
Même si ça peut être intéressant de chercher les causes (dans un feedback par exemple).

 

Il y a 23 heures, Meemi a dit :

Maaaaiiiis alors, dans le cas d'une abréaction, on ne peut pas vraiment dire qu'elle soit contrôlée ? :D

Pitié faut pas m'en vouloir j'ai une curiosité insatiable et j'aime bien gratter le pourquoi du comment de quand de quoi.. xD

 

Non c'est une bonne question !
L'abréaction est par définition incontrôlée.
On peut voir un phénomène hypnotique ça comme un feu. c'est contrôlable , mais mal utilisé ça peut faire une belle pagaille !

wiki:abréaction

 

Je vais commencer à synthétiser sous peu :)

 

 

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 12 minutes, neuneutrinos a dit :

C'est ce qu'on pourrait appeler un effet nocebo (à contrario de l'effet placebo).

 

Sauf que l'effet Nocebo implique une prise "médicamenteuse" (même factice) ! :)

Je n'en prenais aucun. ^^

 

il y a 12 minutes, neuneutrinos a dit :

Non c'est une bonne question !
L'abréaction est par définition incontrôlée.
On peut voir ça comme un feu. c'est contrôlable , mais mal utilisé ça peut faire une belle pagaille !

 

Je vais commencer à synthétiser sous peu :)

 

 

Alors dans ce cas là, l'abréaction peut elle rentrer dans une catégorie similaire à celle des troubles psychosomatiques, puisqu'ils sont incontrôlés comme ceux ci ? :)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Pas nécessairement un médicament ou même que ce soit un objet physique.
Pour une grande partie des électrosensibles (ceux qui ne supporte plus les ondes) on peut parler d'effet nocebo, mais je ne me permettrai pas de dire pour l'ensemble des électrosensible pour le moment)

 

il y a 23 minutes, Meemi a dit :

Alors dans ce cas là, l'abréaction peut elle rentrer dans une catégorie similaire à celle des troubles psychosomatiques, puisqu'ils sont incontrôlés comme ceux ci ? :)

oui puisque c'est une réponse émotionnelle (psycho) qui a une répercussion sur le corps (somatique), mais le terme de psychosomatique est plus réservé au monde médical .

( un fous rire serait aussi untrouble psychosomatique, hors du contexte médicale, ça perd un peu de son intérêt )

 

Mais je retiens ces termes, ça servira très certainement pour définir les limite de ce qu'est un phénomène hypnotique !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
2 2