1 1
Satuf

Existe t'il une corrélation entre la réceptivité et la croyance en hypnose ?

Recommended Posts

Salut tout le monde ! 
Je vous partage ici une petite expérience que j'ai pu réaliser dans le cadre de mes études en psychologie. 
La consigne était d'inventer puis de réaliser une expérience avec un effectif de 10 personnes maximum.  J'ai - bien entendu - choisi un thème en rapport avec l'hypnose (sinon je ne serais pas ici). 
Notre expérience veut vérifier si il existe une différence de réceptivité à l'hypnose en fonction de la croyance ou non à celle ci. 
On est donc parti de l'hypothèse que la croyance en l'hypnose n'influence PAS la réceptivité. 
On à donc montré à 10 participants qui ne connaissaient rien en l'hypnose une vidéo qui été sensée provoquer une catalepsie du bras. 
Nous avons fait le choix d'une vidéo pour détourner de nombreux biais : au moins on était sûr que les 10 participants entendraient les mêmes choses et verraient la mêmes choses. 
Les résultats infirment complètement l'hypothèse puisque presque tout le groupe de croyant a réagit alors que la majorité du groupe de non-croyant n'a pas réagit à la suggestion.  
Bon l'étude comportaient encore de noooooombreux biais :
- on a fait ça sur seulement 10 personnes et pour avoir de vrais résultats interprétables une expérience doit être réalisée un effectif bien plus important.
- La réaction/absence de réaction comporte ses limites. Une évaluation de réceptivité sur une échelle de 1 à 10 serait bien plus interessante. 
- Le manque de temps.
- Pas de double aveugle
- Et ainsi de de suite... 

Bref, même si le sujet est intéressant, les résultats sont à prendre avec des pincettes ! 
Voici l'exposé que nous avons présentez, je vous partage la fiche telle qu'elle sans modification. Puisque la présentation était orale on a pas vraiment fait gaffe au fautes d'orthographes et j'ai vraiment la flemme de revenir sur ce travail, donc attention, des fois ça risque de piques les yeux ahah ! 


Justification théorique :

Notre étude porte sur la corrélation entre la croyance en l’hypnose et la réceptivité à celle ci.
Des articles scientifiques traitant un sujet similaire ont déjà été publiés dans des revues internationales. En voici deux exemples  :

 

Articles scientifique publiés dans des revues internationales :


1ère étude publiée dans la revue Elsevier par Michael H. Connors qui montre que l’hypnose peut créer des altérations temporaires mais très convaincante dans les croyances :

- http://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S1053810015001233

2ème étude visant à vérifier si l’hypnose facilite la réalisation de tâche émotionnellement engageantes.
- http://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S105381001400227X

 

Explication théorique :


Nous expérience consiste à étudier si une corrélation existe entre la croyance en l’hypnose et la réceptivité d’un individu à celle ci.


Mais avant toute chose qu'est ce que l'hypnose ?
Au 18ème siècle on parlait d’abord de magnétisme animal avec Mesmer un hypnotiseur connue de l’époque. Il avait toute une théorie qui stipulait qu’un fluide universel était en nous et qu’on pouvait l’utiliser à des fins thérapeutiques.
Bon pas besoin de vous dire que se Mesmer avait tout faux.
Aujourd’hui on vous parlera plus d’état modifier de conscience ou d’état altéré de conscience ou encore de “sommeil artificiel”.
La plupart des praticiens vous parlerons d’état modifié de conscience mais même ce terme est discutable puisque de toute manière on est rarement dans le même état : vous n’êtes pas dans le même état lorsque vous êtes entrain de dormir et lorsque vous passez vos partiels et pourtant dans aucun des deux état vous êtes sous-hypnose.
De plus le terme d’état modifié de conscience est discutable puisqu’il faut déjà considérer l’hypnose comme un état et ce n’est pas le cas de tout le monde.
En bref aujourd’hui personne ne sait ce qu’est vraiment l’hypnose.

Pourtant elle est en pleine essor de plus en plus  de recherches sont faites, de plus en plus de personnes se forme à l’hypnose, des gens hypnotise dans la rue et de plus en plus d'émission super nul voient le jours grâce à l’hypnose.

Si vous vous posez toujours la question, l’hypnose existe et elle utilisée à plusieurs fins :

  • dans le domaine médical pour accompagner des opérations et éviter l’utilisation abusive de produit anesthésiant pas forcément très bon pour le l’organisme.

  • Par des thérapeutes pour soigner des psychopathologies.

  • Dans des spectacles, pour s’amuser pendant des soirées entre potes …

  • Et elle est même utilisée dans le domaine de la recherche expérimentales : Par exemple une étude menée en 1997 par le Pr Stephen Kosslyn montre qu’une suggestion hypnotique entraîne des réponses neuronales.

 

Expérience :

J’imagine qu’il y a ici des croyant et des non-croyant en l’hypnose et bien notre expérience est portée par cette question :  L croyaance en l'hypnose influence t-elle la réceptivité ?
Cliniquement on ne remarque pas forcément une différence significative et cette expérience nous permettra de vérifier ça objectivement.

 

Pour contourner beaucoup de biais nous avons décidé de passer une vidéo d'hypnose à 10 personnes, parmi elles, 5 croient à l'hypnose et 5 autre n'y croient pas.

Ainsi, nous leur avons fait regarder une vidéo qui devait en principe provoquée une catalepsie (raideur, blocage d’un muscle ou d’un groupe de muscle) du bras.
Nous leur avons expliqué seulement à posteriori le but de notre expérience.

 

Hypothèse :

 

L'expérience consistait donc à étudier si une corrélation existe entre la croyance en l’hypnose et la réceptivité d’un individu à celle ci.

Au vu des résultat cliniques habituels nous somme partis de l’hypothèse que la croyance en l’hypnose n’a aucune influence sur la réceptivité d’un individu.
 

Variable étudiés :

 

Donc, la variable indépendante étudiée (dites VI) correspond à la croyance ou non à l'hypnose.

Quant à la variable dépendante (VD), correspond à la réceptivité.


 

Présentation des résultats :

Analysons de plus prêt les résultats obtenus :

0 = Pas de réaction
1 = Réaction

Groupe de croyants (ceci est un tableau normalement) : 

 

Réaction à la suggestion             

Effectif

0

2

1

3


Moyenne de réaction : 0,6
Écart-type : 0,48

En observant les résultats on remarque que plus de la moitié des individus on réagit à la suggestion.
La moyenne de réaction du groupe de croyant est de 0,6 et que l’écart de réaction entre l'individu est correcte.

 

Groupe de non-croyants (ceci est un tableau normalement) :

 

Réaction à la suggestion

             Effectif

0

             4

             1


Moyenne de réaction : 0,2
Écart-type : 0,40

Lorsqu’on observe les résultats du groupe de non-croyant on remarque que presque tous les individus, prêt de 80%, n’ont pas réagi à la suggestion.
La moyenne de réaction est de 0,2, elle est nettement inférieure à celle du premier groupe. L’écart-type est de 0,40 il y a eu moins d’écart entre les individus qu’avec ceux du groupe de croyants.

Interprétation :

Cette hypothèse est infirmée par notre expérience puisque les résultats obtenus montrent tout l'inverse. Après l’analyse des résultats et la comparaison des différents groupes on observe une net distinction entre le groupe de croyant et le groupe de non-croyant. Sous réserve bien entendu de validation statistique.
L'hypnose fonctionnant  à 90% grâce au volontaire il faut que celui ci soit suffisamment motivé et prêt à jouer le jeu.
Peut être que le fait ne pas croire en l’hypnose aurait un impact négatif sur ces deux modalités. Cette piste serait intéressante à étudier lors d’une prochaine recherche.



Discussion :

Notre expérience possède plusieurs limites :
- Elle à été réalisé sur un effectif trop bas.

- L'expérience n’a pas été réalisé en double aveugle.
- On pourrait critiquer le fait que nos sujet étaient à 90% féminins. Même si aucune études montre qu’un genre serait plus réceptif que l’autre
- Une des limites principale de l'expérience était qu’elle était encadrée par une consigne d’un devoir noté. Plusieurs modalités imposés par la consigne comme l’effectif, la finalité de la note ou encore la limite de temps pour réaliser l'expérience sont susceptibles de créer de nombreux biais.

 

Conclusion :


La présentation de l'expérience est terminée, si vous avez des questions n’hésitez pas à nous les poser !

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je vais voir ca d'un peu plus près prochainement.

 

Juste rappeler qu'une correlation ne permet pas de conclure à une quelquonque influence de l'un sur l'autre.

 

Sinon la disparition des pirates auraient une influence sur le réchauffement climatique ;)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Oui, "Corrélation n'est pas causalité". C'est une phrase très connu dans le "milieu scientifique". C'est pour ça que -comme je le précise déjà dans l'étude- les résultats de l'expérience sont à prendre avec des pincettes car il faut prendre en compte toutes les variables parasites pour l'interprétation.
Car en effet, la cause pourrait être autre chose que la "croyance en l'hypnose". 

Votre histoire de pirate me fait penser à un excellent site qui répertorie graphiquement plein de corrélations un peu absurdes. Il est drôle et il montre concrètement que la cause n'a rien à voir avec une quelconque corrélation.
Par exemple dans ce site on peut voir graphiquement que de 1999 à 2009 l'agent dépensé par an aux USA dans les découvertes spatiales et technologiques corrèlent à 99,79% (ce qui est éééénorme) avec le nombre de suicidé par pendaison ...
Voici le lien du site : http://www.tylervigen.com/spurious-correlations

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bien joué pour ton dossier =) Je suis en psycho aussi 

 

Je dirais juste que pour tes limites, dire que l'effectif est faible c'est trop évident car ça fait partie de tes consignes de départ (tout le monde pourrait dire ça dans ses limites), c'est plus pertinent de trouver les limites à l'intérieur de l'expérience si tu vois ce que je veux dire. Sinon c'est vrai que l'hypnose est un bon sujet vu qu'il y a peu de littérature dessus comparé à des sujets plus classiques donc tu t'y perds moins, et puis le prof connait sans doute pas non-plus donc c'est tout gagné.

 

Tu es en quelle année par curiosité ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

@Sweely-Boo Merci pour comm' 
Je pense toutefois que l'effectif reste une limite importe à préciser puisque même si elle parait évidente et qu'elle n'est pas la seule elle reste bien présente et elle a forcement une influence non négligeable sur les résultats de l'expérience. 
Toute limites (présentes dans la consigne ou non) sont utiles à préciser, pour être le plus clair possible.
J'ai d'ailleurs précisé que la consigne était une limite en soi. 
Je ne suis encore qu'en première année ;)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je pense que ton expérience est biaisée  par la vidéo justement

De ce fait, les volontaires ne sont pas comparables car meme si ils voient et entendent la même chose, ils ne sont pas dans la meme démarche.
Les croyants, vont se prendre beaucoup plus facilement au jeu, se concentrer, et donc induire une transe plus facilement, comparé aux non croyants qui eux devant une simple vidéo vont passer leur temps a se dire "c est quoi cette merde" (je schématise et généralise un peu mais je pense pas me tromper de beaucoup ^^). Lorsque tu as un non croyant dans la rue tu peux l'amener a rentrer dans le jeu, a se laisser surprendre, grace a l interaction humaine, et donc arriver plus facilement à lui permettre de vivre un phoenomene, et pourtant a la base il restera quand meme un non croyant. La, globalement, seul 5/10 personnes se sont mis dans l etat d'esprit d'essayer réellement l hypnose , ce qui finalement fausse les résultats, et le faire sur plus de monde ne changera pas si comme tu le dis, vous ne faites votre pré talk qu'apres le test. (Du coup tu viens d inventer le Post Pré-talk :D

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Plop, j'avais dit que je prendrai plus de temps la prochaine fois (enfin pas un message par téléphone :D )

 

Le 22/03/2017 à 13:18, Satuf a dit :

1ère étude publiée dans la revue Elsevier par Michael H. Connors qui montre que l’hypnose peut créer des altérations temporaires mais très convaincante dans les croyances :

- http://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S1053810015001233

 

Une expérience sur la notion de croyance au sens général pendant une séance d'hypnose.

Ce qui, pour ton expérience,, ta problématique est presque hors sujet.

Ta problématique serait : Effet des croyance sur la réceptivité en hypnose.
Sans oublier ce que l'on appelle réceptivité, hypnose et croyance.


On postulera que l'hypnose représente [...]

etc... (cela servira de base pour ce que tu concluras par la suite)

Dès fois, on a l'impression qu'un terme est bien compris de tous alors que dans la réalité... ce n'est pas toujours aussi simple.

 

Pour la seconde expérience que tu cites :

Citation

2. Method

2.1. Participants

Participants were 121 undergraduate students enrolled at Binghamton University (n women = 58,n men = 63),

with a mean age of 19.36 years (SD= 1.67, range = 18–27 years). Participants were recruited from general psychology courses and received class credit for participation.

Forty-nine percent (n= 59) identified as white, 21% (n= 25) as Asian American,and 14% (n= 17) as Hispanic/Latino. Twenty-percent endorsed English as a second language. Participants were randomly

assigned to either a hypnosis or control condition and tested in small groups (n ffi 9). Written informed consent was obtained

from each participant at the start of each session.

 

Il y a une discussion sur le choix de l’échantillonnage par rapport à la conclusion... (et à la taille des sous-groupes...)
Et la conclusion faite est encore un peu hors sujet. Sauf peut-être la remarque sur le fait que les personnes les moins suggestible répondent moins bien aux suggestions...

Ce qui peut amener à se poser la question sur l'effet de la croyance de la personne avant la séance d'hypnose.

La croyance peut-elle influencer un phénomène hypnotique ?
Et pour savoir si cette question peut avoir du sens, on pourrait partir sur la recherche d'une corrélation entre croyance et suggestibilité/réceptivité.

 

Attention cependant, il est maladroit de parler d'influence de l'un sur l'autre (corrélation != causalité comme tu le sais déjà ).
Mais on peut parler d'un lien (et faire des hypothèse ce sur lien (ou pas) lors de la conclusion.)

Le 22/03/2017 à 13:18, Satuf a dit :

On est donc parti de l'hypothèse que la croyance en l'hypnose n'influence PAS la réceptivité. 

 

 

Attention ! annoncé comme cela, on pourrait s'attendre à un biais de confirmation.
En effet, tu as déjà ton avis avant l’expérience et le but est simplement de prendre des mesures (l'hypothèse devrait se faire en fonction des résultats, pas avant)

Cela pourrait involontairement jouer un rôle en dépit des faits.
Le fait de partir sur "est" ou "n'est pas" peut indirectement enlever un troisième choix : on ne peut pas conclure. et de forcer l'un ou l'autre.

 

Mais bon... revenons à ton expérience ;)

 

Le 22/03/2017 à 13:18, Satuf a dit :

Au 18ème siècle on parlait d’abord de magnétisme animal avec Mesmer un hypnotiseur connue de l’époque. Il avait toute une théorie qui stipulait qu’un fluide universel était en nous et qu’on pouvait l’utiliser à des fins thérapeutiques.
Bon pas besoin de vous dire que se Mesmer avait tout faux.

 

C'est dommage pour la conclusion... surtout que malgré la croyance qu'il avait de l'hypnose (et la croyance des personnes à l'époque), il arrivait à obtenir de très bons résultats ! ( c'est presque totalement en rapport avec ton sujet !)

 

Et qu'en disent les scientifiques ?
http://hypnosisandsuggestion.org/what-is-hypnosis.html

http://hypnosisandsuggestion.org/theories-of-hypnosis.html

 

C'est un très bon cite avec pleins de sources au passage ;)

 

Pour ton expérience, cela manque de techniques de mesure.
Exemple : Comment vérifier que la personne est sous hypnose ? -> échelle de suggestibilité choisi selon la problématique et de ce que tu comptes mesurer.
 

Le 22/03/2017 à 13:18, Satuf a dit :

Pour contourner beaucoup de biais nous avons décidé de passer une vidéo d'hypnose à 10 personnes, parmi elles, 5 croient à l'hypnose et 5 autre n'y croient pas.

 

Que signifie ne pas croire en l'hypnose.
Si je n'y croit pas (manque d’expérience) mais être prêt à croire par la suite, ou bien ne pas y croire car je sais que c'est impossible. Est-ce la même chose au niveau de ton expérience ?

 

Peut-être serait-il intéressant de pousser un peu plus loin ce que l'on peut appeler être "non-croyant". (et ce n'est pas une variable indépendante)

Et leurs croyances restent-elle identique à la fin ? (ce qui n'est pas garanti)

 

La méthodologie ?

 

Tu ne précises pas ton échantillon (même s'il est faible).

Il existe des études sur des sujet très sérieux avec un nombre restreint (qui demandera des études approfondies )

 

A quel moment leur a tu demander si elles croyaient ? avant ou après le test ? (cela a de l'importance)
C'est bien de leur dire a posteriori le but de l’expérience, mais il ne faut pas que cela soit déductible non plus.


La mesure réaction/pas de réaction ne précise pas qui ou comment cette notion est mesurée. et le fait de la "binariser" me parait très étrange.
Pourquoi ne pas avoir fait une plage de valeur ? (de 0 à 5 par exemple, en informant comme juger la réponse (le mieux reste d'utiliser un barème ).

 

Leur a tu montrer la vidéo en même temps ou séparément ?

Cela pourrait entrainer un "effet de groupe"

 

Les résultats sont cohérents avec un bien de croyance.
Les personnes "croyantes" vont faire en sorte que ça marche
Les personne "non croyante" vont faire en sorte que cela ne fonctionne pas.
(une tendance, pas une obligation)

 

Il manque une "contre expérience", pour vérifier l'impact du biais de croyance sur ton groupe d'échantillon. (entre autre) ( ce n'est pas comparable à un test à l'aveugle)

 

Le 22/03/2017 à 13:18, Satuf a dit :

Elle à été réalisé sur un effectif trop bas.

- L'expérience n’a pas été réalisé en double aveugle.
- On pourrait critiquer le fait que nos sujet étaient à 90% féminins. Même si aucune études montre qu’un genre serait plus réceptif que l’autre
- Une des limites principale de l'expérience était qu’elle était encadrée par une consigne d’un devoir noté. Plusieurs modalités imposés par la consigne comme l’effectif, la finalité de la note ou encore la limite de temps pour réaliser l'expérience sont susceptibles de créer de nombreux biais.

 

Effectif trop bas... et alors, cela implique quoi ?
Quel est l'indice de confiance de tes résultats ?
rapide calcul en ligne : Il y a 95 chances sur 100 que la vraie valeur soit comprise entre [19% et 81%] (le pire cas ->  conservateur ) -> marge d'erreur de 31% (on s'attend classiquement à du 0.5% d'erreur)

(ici -> 40000 personnes pour l'ordre de grandeur, ça fait une belle étude :D )

 

On apprend qu'ils étaient 90% féminin. cela doit être dit clairement dit dans le choix de l'échantillon (sexe, âge, étude, etc..)

 

 

Bon ce que j'ai dit est une analyse "rapide" comme s'il s'agissait d'un papier de recherche...
Ce que je dirais en conclusion : EXPLICITE tous les termes utilisés.
N'affirme rien sans preuve (que tu ais raison ou non) exemple avec Mesmer...

Le conditionnel est le meilleur ami du scientifique. Il faut douter de tout ;)


Voila une chose de faite !

 

 

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

@neuneutrinos
Wow ! Merci pour ta réponse super complète ! Tu m'as appris beaucoup de choses avec ton message, je ne referai plus les mêmes erreurs. J'ai fais cette """étude""" très rapidement pour un devoir et je ne pensais avoir de réponse aussi constructive :) ! 
J'aimerai toutefois revenir sur quelques points : 

 

Il y a 4 heures, neuneutrinos a dit :

ce sur la notion de croyance au sens général pendant une séance d'hypnose.

Ce qui, pour ton expérience,, ta problématique est presque hors sujet.


Effectivement, l'expérience choisie est complètement hors sujet.
Cette étude (qui n'en est pas une) est un devoir qui m'a été donné par mon prof' de méthodologie expérimentale. Dans la consigne il stipulait que notre études ne devait pas obligatoirement traiter un sujet correspondant à 100% avec les justification théoriques.

Dans mon cas des expérience en rapport avec l'hypnose faisaient largement l'affaire.
Mais bon, tu ne pouvais pas être au courant puisque je n'ai pas écris la totalité des consignes. 


 

Il y a 4 heures, neuneutrinos a dit :

C'est dommage pour la conclusion... surtout que malgré la croyance qu'il avait de l'hypnose (et la croyance des personnes à l'époque), il arrivait à obtenir de très bons résultats ! ( c'est presque totalement en rapport avec ton sujet !)


Ce n'était pas mon propos. Je n'ai jamais douté des résultats qu'avait Mesmer à l'époque et je n'ai pas non-plus critiqué ses croyances. Ma seule affirmation a été de dire qu'on sait aujourd'hui que Mesmer à faux. Et en effet l'hypothèse de Mesmer à aujourd'hui largement été infirmée. Toutefois, peut être que mon propos manquait de justifications théoriques extraites de la littérature. 
Je n'ai jamais pensé détenir la vérité, au contraire, l'hypnose je ne sais pas ce que c'est, et je l'énonce clairement. 


R à voir avec l'étude :

Il y a 4 heures, neuneutrinos a dit :

Bon ce que j'ai dit est une analyse "rapide" comme s'il s'agissait d'un papier de recherche...

 

Ahah ! Si c'est ça tes analyses "rapides" j'aimerais bien lire tes analyses "approfondies" ! 
En tout cas merci encore pour ta réponse, ça m'aidera beaucoup lors de mes prochains devoirs. Tu fais des études pour savoir tous ça ou t'es juste un accros de zététique et de méthodo expé ? 

 

Il y a 3 heures, Sioupy a dit :

 

*PAN

C était satuf qui se cognait la tête violement contre un mur ^^

 

Tu sais @Sioupy, j'ai une touffe qui amortit très bien les chocs ;-p 

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
   Le 3/22/2017 à 13:18, Satuf a dit :

On est donc parti de l'hypothèse que la croyance en l'hypnose n'influence PAS la réceptivité. 

 

 

"Attention ! annoncé comme cela, on pourrait s'attendre à un biais de confirmation.
En effet, tu as déjà ton avis avant l’expérience et le but est simplement de prendre des mesures (l'hypothèse devrait se faire en fonction des résultats, pas avant)

Cela pourrait involontairement jouer un rôle en dépit des faits.
Le fait de partir sur "est" ou "n'est pas" peut indirectement enlever un troisième choix : on ne peut pas conclure. et de forcer l'un ou l'autre." (post de neuneu)

 

 

Là je ne suis pas d'accord c'est très commun les hypothèses orientées, le but de la méthodologie c'est justement de s'assurer qu'elle soit plus forte que les inévitables parasites et biais, le choix d'orienter ou non l'hypothèse me semble très anecdotique puisque l'hypothèse écrite sert surtout à éclaircir la problématique pour le lecteur selon moi. Et si les résultats vont à l'encontre de l'orientation de l'hypothèse et bien les chercheurs peuvent tout simplement le dire, ça ne les empêche pas du tout d'admettre que l'hypothèse est erronée.

 

J'ai relu l'expérience rapidement et je ne vois pas en quoi "croyance à l'hypnose" ne serait pas la variable indépendante puisqu'il ne fait changer que ça et rien d'autre

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
1 1