2 2
Oberon

Pourquoi une personne est plus receptive ?

Recommended Posts

Instinctivement, je dirais son habitude à s'approcher de son imaginaire au quotidien, un peu son contact avec elle-même, de savoir un peu écouter son "intérieur".. 

Mais concrètement je n'en ai aucune idée. Voilà c'était ma contribution pointless,

Merci, au revoir. B)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

apres j'ai toujours fait une distinction entre la réceptivité et la suggestibilité.

 

on est tous réceptifs car capable de ressentir des émotions et dimaginer.

 

on est suggestible à divers degré. Certaines personnes vivront les phénomènes hypnotiques et seront très expressifs de la catalepsie aux hallu' . D'autres vivront l'hypnose de manière plus fermé et seront plus centré sur leurs ressenti.

 

dans tous les cas, il y aura des transes exploitables ou non. Cela reste en fonctio. Du travail que l'on recherche

 

voila j'espère que j'ai pu un peu t'aider :)

 

dsl pour tous ces messages qui ne sont pas groupés

 

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

En me mettant du point de vu de la définition d'Harris sur la différence entre réceptivité et suggestibilité, voilà ce que je pense :

 

Réceptivité = facilité à aller en transe, 

Suggestibilité = facilité à vivre les phénomènes.

 

Pour ma part, je considère que la facilité à aller en hypnose (lorsqu'on est guidé) dépend de plusieurs éléments, comme la confiance dans l'hypnotiseur, le crédit qu'on lui porte en tant qu'hypnotiseur et les croyances sur l'hypnose (fonction du déjà vu et facilement "recadrable" par le pretalk).

 

En revanche, la facilité à vivre les phénomènes dépend, selon moi, de la façon dont ils sont amenés. Une personne qui n'a pas de résistance à ce qu'on lui dise quoi faire répondra assez bien à des phénomènes imposés, du moment que ça respecte ses croyances profondes et ses valeurs. Par contre, une personne qui aime décider de tout répondra plus facilement à des phénomènes qui viennent d'elle. Il faut alors réussir à identifier la tendance de la personne et dans le deuxième cas, faire en sorte que ça vienne d'elle. Pour cela, plusieurs techniques comme le cleanLanguage, les métaphores, etc....

 

À partir de ce point de vu, tout le monde est hypnotisable et tout repose sur l'art d'augmenter la réceptivité et de s'adapter à la suggestibilité.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 4 heures, Agraf a dit :

la faiblesse psychologique

 

Est-ce que tu peux préciser ce que tu veux dire par là? Parce que c'est une affirmation forte que je n'ai pas souvent vu mentionné dans les études récentes sur l'hypnose. 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a une heure, Meemi a dit :

Et puis au contraire, à moins que ce soit dit avec ironie, des volontaires les plus réceptifs que j'ai pu avoir, j'aurais plutôt dit l'inverse, qu'au contraire, ils avaient un super mental..

C'est quelque chose que j'aimerai vérifier (mais cela semble complexe de l'expérimenter rigoureusement)
Une personne en "déprime" est-elle plus ou moins suggestible ?

 

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 1 heure, neuneutrinos a dit :

Une personne en "déprime" est-elle plus ou moins suggestible ?

Ça dépend d'une personne à une autre. Il y a tellement d'éléments qui rentrent en ligne de compte qu'il n'est pas possible d'établir une certitude sur la suggestibilité d'une personne en déprime. En général, le point commun (de ce que j'ai remarqué), c'est qu'elle sont centrées sur elles ou sur leurs malheurs. Cela en fait un bon point de départ pour augmenter la suggestibilité et les orienter vers le positif. C'est d'ailleurs comme cela que des courants sectaires profitent de ces personnes dites fragiles.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

J'aimerais dire que tout dépend de son caractère de base, certaines personnes ont un besoin d'attention fort lors de déprimes, tandis que d'autres vont se renfermer sur eux-même. 

 

A vrai dire je ne pense pas que le moral fluctuant rende plus ou moins réceptif. 

Dire que ça dépend aussi de son rapport aux autres me dérange aussi finalement..

 

Alors certes, si on a une appréhension envers les autres, c'est bien sûr que l'hypnose en face à face dans la rue ne se fera sûrement pas. Par méfiance. Mais est ce que ça ferait de cette personne quelqu'un qui n'est pas réceptif pour autant ?

Il me semblait que, l'hypnose, c'était avant tout le volontaire qui faisait sa propre hypnose, je me trompe peut être ? ^_^

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 7 minutes, Greg_35 a dit :

Ça dépend d'une personne à une autre. Il y a tellement d'éléments qui rentrent en ligne de compte qu'il n'est pas possible d'établir une certitude sur la suggestibilité d'une personne en déprime. En général, le point commun (de ce que j'ai remarqué), c'est qu'elle sont centrées sur elles ou sur leurs malheurs. Cela en fait un bon point de départ pour augmenter la suggestibilité et les orienter vers le positif. C'est d'ailleurs comme cela que des courants sectaires profitent de ces personnes dites fragiles.

Il ne faut pas confondre influençable et réceptif je pense.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Alors j'aimerai émettre cette nuance.

L'exemple n'est sans doute pas le meilleur.

 

Tu tends une cigarette sous le nez de quelqu'un (à un fumeur) => Tu lui fais une suggestion, tu lui proposes de fumer.

 

Tu discutes avec la même personne, lui disant que le fait de fumer peut apporter telle ou telle chose => Tu l'influences, à fumer (ou non d'ailleurs, si tu as un minimum de bon sens huhu..).

 

La différence est minime, mais là. 

J'aimerais dire qu'en hypnose, tu dois chercher à présenter le manuel (quitte à être le manuel) pour utiliser un outil que la personne possède déjà, et pas à lui dire de suivre tes instructions, de sorte à ce que ça lui apporte quelque chose (donc par la même occasion, aucun rapport de force/autorité).

M'enfin. C'est subjectif au possible, et c'est mon avis.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 1 heure, Greg_35 a dit :

Ça dépend d'une personne à une autre.

Je ne l'ai pas précisé, mais ce serait une réponse sur un échantillon de personne en "déprime" tout en précisant de quelle déprime et d'un groupe témoin, pour voir s'il se dégage une tendance.

Pour ce qui est de la suggestibilité, la définir est un défis de taille. Elle varie d'une personne à une autre, d'un phénomène à un autre, et même varie pour une même personne !

 

Il est cependant plus simple de voir certaines choses aidant (ou non) à vivre un phénomène hypnotique. Mais cela ne définit pas la suggestibilité.

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a une heure, Meemi a dit :

La différence est minime, mais là. 

A mon sens on part là dans la différence entre la suggestion directe et indirecte, ce qui diffère de la suggestibilité. Pour ce qui est donné le manuel et non imposer, je respecte ton point de vue. Le mien est différent et en cabinet il m'arrive d'imposer, notamment en prescriptions de tâches et en inductions. Mais on part là en dehors du débat initial.

 

@neuneutrinos Je n'avais pas compris que tu voulais faire une étude sur le sujet. Cela ma paraît compliqué, surtout que nous parlons de déprime et non de dépression.  Donc identifier des gens en déprime.....

Je te rejoins totalement sur la multiplicité des éléments qui font varier la suggestibilité. Cela me semble différent de parler de ce qui fait la suggestibilité et ce qu'est la suggestibilité.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

@Hugin Si on la trouve peu dans des écrits récents c'est que l'hypnose est de plus en plus étudiée comme une technique de développement personnel et pas comme un état pathologique. N'ayant pas encore lu ou assimilé tout Janet, je ne pourrais te donner qu'une explication approximative, j'espère qu'elle te suffira.

 

La force psychologique, c'est la force avec laquelle tu maintiens l'unité de ta personnalité. Par exemple, si une nouvelle idée se présente à toi, tu peux l'analyser, la rejeter, la transformer, tu peux aussi te l'approprier et donc faire évoluer ta personnalité. Tout ça ce sont des actions conscientes effectuée par ta personnalité. Si tu es hypnotisé, au sens "XXe siècle" du terme, quand une nouvelle idée se présente, cette idée peut être analysée, rejetée, transformée... Mais en même temps, elle va quand même vivre à travers toi, indépendamment de ce que pense ta conscience. Par exemple, si tu n'es pas hypnotisé et que je te dis que tes pieds sont collés au sol. Tu vas me dire "t'es gentil garçon, une autre fois peut-être". Si tu es hypnotisé, tu pourras me dire ce que tu veux, s'ils sont collés, ils sont collés. Justement parce que ta force psychologique ne sera plus suffisante pour maintenir l'unicité de ta personnalité et que dans le même corps dans le même temps, il y a deux visions de la réalité qui peuvent être contradictoire, qui cohabitent pourtant ensemble.

 

Bien sûr, la pratique de l'hypnose évolue et ce n'est pas le seul paramètre à prendre en compte, il n'empêche que ce qui était vrai hier l'est toujours aujourd'hui et que pour l'inconscient soit fort, il faut que l'on soit faible, d'où la faiblesse psychologique.

C'est d'ailleurs le principe de base de la tv : quand Le Lay expliquait que le rôle de TF1 était de vendre du temps de cerveau disponible à Coca-Cola, c'est ça. Comment on rend le cerveau disponible ? En abaissant la force psychologique par la fixation oculaire, la répétition, la fascination, tout  ce qui fatigue l'esprit d'une manière générale.

 

J'espère que mon propos est plus clair ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Tout dépend des termes en fait, si on considère que la force psychologique est la capacité à maitriser le "voyage" d'une personnalité à une autre...
Et du coup je peux arriver à la conclusion inverse alors qu'on pourrait dire la même chose :D .

C'est toujours intéressant de voir ce qui a été utilisé derrière chaque mot.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 24 minutes, Agraf a dit :

La force psychologique, c'est la force avec laquelle tu maintiens l'unité de ta personnalité. 

 

Bien sûr, la pratique de l'hypnose évolue et ce n'est pas le seul paramètre à prendre en compte, il n'empêche que ce qui était vrai hier l'est toujours aujourd'hui et que pour l'inconscient soit fort, il faut que l'on soit faible, d'où la faiblesse psychologique.

Avec ces explications je suis un peu plus raccord avec toi. Sans rien comme ça là, ça faisait hyper réducteur !

 

 

"Neuneutinos

Tout dépend des termes en fait, si on considère que la force psychologique est la capacité à maitriser le "voyage" d'une personnalité à une autre...

C'est plus de ce côté là que je me situe.

 

Les deux reviennent bien à la même chose, c'est avec quel papier on emballe le cadeau..

Mais puisque je me place du côté des gens qui vivent peu de phénomènes ou légers, et qu'il est "nécessaire" que je travaille sur moi pour améliorer ceux-ci, je préfère dire qu'il faut une force, sinon, ça n'aurait pas trop de sens, de devoir devenir plus faible ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 40 minutes, Agraf a dit :

Si on la trouve peu dans des écrits récents c'est que l'hypnose est de plus en plus étudiée comme une technique de développement personnel et pas comme un état pathologique.

 

Yep, tu as dit beaucoup avec cette seule phrase (et la mention de Pierre Janet). Donc l'hypnose serait un état pathologique pour toi? Cela correspond effectivement à la position de l'École de la Salpêtrière dont est issu Janet, mais bon on pourrait aller invoquer Bernheim ou Liébault qui prétendaient le contraire. Je ne me souviens pas d'avoir lu Weitzenhoffer ou Erickson reprendre ce genre de thèse, ni ce présupposer dans les nombreux articles en neurosciences que j'ai parcouru. On trouve même des affirmations nettes du contraire (par exemple chez Herbert Speigel qu'on peut difficilement accuser de faire dans le développement personnel).

 

Je reconnais toutefois que dans un cas comme dans l'autre ce sont davantage des postures idéologiques ou philosophiques, des intuitions suite à des observations de cas (avec tous les biais de confirmation qui peuvent embarquer) plutôt que le résultat d'expérimentations précises sur la question (et non, @neuneutrinos ce n'est pas possible de mener des expériences normalisées sur la question, lâche immédiatement ce "p<.05").

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

J'ai pas compris tes posts @Agraf mais c'était très drôle. Pas trop frustré de ne pas passer de freeze defreeze et autres phénomènes en tant qu'hypnotisé ?

 

J'ai envie de répondre un long pavé. Mais les bras m'en tombent. Puis je suis faible psychologiquement, étant facilement hypnotisable (n'en déplaisent à certains hypnos). Je ne sais pas quoi répondre tant je suis hébétée.

 

Du coup je vais simplement me contenter de dire que c'est ta croyance.

 

Et songer à une reconversion, tant de niveau d'hypnotisabilité, ça doit pas être très bon apparemment.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
2 2