2 2
Zapatur

Hypnose à l'école

Recommended Posts

Bonjour à tous !

 

J'ai l'heureuse opportunité d'intervenir en école(s) primaire(s) auprès d'enfants du CP au CM2, sous la forme de T(emps) d'A(ctivités) P(ériscolaires), pour leur apporter ce que l'hypnose devrait nous apporter à tous dans nos vies quotidiennes dès l'enfance. Je me suis présenté auprès de la mairie en tant qu'hypnothérapeute et hypnotiseur de rue, la mairie travaille déjà avec des sophrologues à l'école et était intéressé de voir ce qu'on pouvait faire avec l'hypnose.

J'hésitais entre leur faire une introduction à l'hypnose de rue, en leur montrant catalepsie et idéomoteur, en en profitant pour leur transmettre les outils qui permettent une meilleure communication avec autrui, ou alors leur faire un atelier centré sur la communication et l'introspection (où le mot hypnose serait peu voire pas présent, afin de généraliser l'utilité des outils et pour éviter les préjugés chez parents et enseignants, préjugés que je n'aurais pas vraiment le temps de recadrer).

Je suis donc parti sur la deuxième formule, un atelier pour leur donner des outils et connaissances sur quelques thématiques : 

- les émotions

- la mémoire

- l'apprentissage

- l'imagination (celui-ci est dernier arrivé et peut être retiré)

 

Mon but, c'est de leur en apprendre davantage sur le fonctionnement de tout ça, sur la façon dont ils peuvent l'utiliser. Même si je suis très critique envers le système de l'Education Nationale (critique que j'entends suivre d'action), je ferai en sorte que ces outils et connaissances leur permettent de s'améliorer à l'école, et dans leur vie de tous les jours (mais sachant que l'école c'est 75% de leur temps ça fait sens...).

Le problème, c'est que cet atelier se fera sur 7 séances, à raison d'une par semaine, avec un groupe de 18 enfants du CP au CM2 (je ne sais pas encore si les enfants d'un même groupe seront de la même classe, ou si les groupes sont hétérogènes). Je ne sais pas encore la durée d'une séance, qui dure entre 1 et 2 heures, mais il faut que les activités de l'atelier soient : ludiques, variées, avec une partie ritualisée, efficaces, faciles de mises en place, qu'elles soient réalisables avec tous et par tous les enfants (pas deux ou trois activités en même temps), et enfin que les activités soient adaptées pour des enfants de 6 comme pour des enfants de 12 ans.

Voilà, et c'est sur ça que je bloque un peu !

Donc je viens vous demander vos avis :)

J'ai une licence de psychologie, donc j'utiliserai tout ce que je peux de ce côté là, et j'aimerais reproduire une ou plusieurs expériences de psychologie simples avec les enfants (du style de la menace du stéréotype, ou bien celle où on séparer les enfants en deux groupes, à l'un d'eux on donne deux exercices d'anagrammes qui sont faisables, et à l'autre on donne deux exercices d'anagrammes qui ne sont pas faisables, puis un troisième exercice aux deux groupe, le même cette fois, et qui soit faisable : le groupe qui a eu les exercices impossibles n'y arrive quand même pas (en moyenne), car il s'est persuadé qu'il était "nul" pour ça : ça permet de montrer aux sujets l'importance  de la confiance en soi dans les performances (désolé j'ai pas le nom de cette expérience) ).

 

Des bisous ^_^

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Citation

à l'école, et dans leur vie de tous les jours (mais sachant que l'école c'est 75% de leur temps ça fait sens...).

 

Une journée fait 24h
75% de 24H = 18h par jour (donc 6h de sommeil sans manger le soir :D, ni regarder la télé,etc... sans compter les week-ends)
Ça c'est du pourcentage marseillais !

Il y a 19 heures, Zapatur a dit :

à l'un d'eux on donne deux exercices d'anagrammes qui sont faisables, et à l'autre on donne deux exercices d'anagrammes qui ne sont pas faisables, puis un troisième exercice aux deux groupe, le même cette fois, et qui soit faisable : le groupe qui a eu les exercices impossibles n'y arrive quand même pas (en moyenne), car il s'est persuadé qu'il était "nul" pour ça : ça permet de montrer aux sujets l'importance  de la confiance en soi dans les performances (désolé j'ai pas le nom de cette expérience) ).

 

J'ai sûrement mal compris, mais c'est normal d'avoir un gros taux d'échec sur un exercice impossible ;) 

 

 

 

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 4 heures, neuneutrinos a dit :

 

Une journée fait 24h
75% de 24H = 18h par jour (donc 6h de sommeil sans manger le soir :D, ni regarder la télé,etc... sans compter les week-ends)
Ça c'est du pourcentage marseillais !

 

J'ai sûrement mal compris, mais c'est normal d'avoir un gros taux d'échec sur un exercice impossible ;) 

 

 

 

 

De leur temps disponible :) Hors besoins essentiels. Mais c'est carrément une statistique de comptoir ^^ Une façon de parler, je n'ai pas les vrais chiffres, je veux seulement dire que la majorité de notre temps disponible est utilisé à l'école. Si quelqu'un a les vrais chiffres ça m'intéresse ! (HORS sommeil bien sûr)

 

Les deux premiers exercices sont impossibles pour le premier groupe, mais le deuxième groupe a deux exercices possibles. Le premier groupe pense qu'il n'y arrive pas parce qu'il n'est "pas doué", ainsi lorsqu'il se retrouve face à un exercice tout à fait possible et qu'il est capable de réussir, il n'y arrive pas non plus, car les deux premiers exercices l'ont persuadé qu'il en était incapable (pour le premier groupe encore une fois).

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

ntJ'aimais bien l'image des enfant esclave à l'école (mwahahaha !)

 

Il y a 13 heures, Zapatur a dit :

Le premier groupe pense qu'il n'y arrive pas parce qu'il n'est "pas doué", ainsi lorsqu'il se retrouve face à un exercice tout à fait possible et qu'il est capable de réussir, il n'y arrive pas non plus, car les deux premiers exercices l'ont persuadé qu'il en était incapable (pour le premier groupe encore une fois).

 

Hmmm je comprend l'idée ;) ... mais je n'ai pas la même prédiction sur ce que les enfants vont croire dans la globalité.
Le premier reflexe d'un enfant ( même d'adulte ) est de remettre en question l'exercice.
"c'est pas possible !" => biais de raisonnement

Mais il est possible d'avoir en effet des personnes qui, se sentent "malchanceux" , ou pas compétent. Mais ce n'est pas une majorité.

 

Mais il y a aussi le biais de conformisme (qui n'est pas des moindre) qui fera que si tout le monde échoue , alors c'est normal.
Ou pensé par une personne qui ne se sent pas doué : "si les gens doué n'y arrive pas, c'est normal que je n'y arrive pas."

 

Et l'expérience ne risque que de ratifier le fait qu'ils ne soient pas doués... Comment rebondir après cette expérience ?

 

 

Il existe une expérience mais je n'arrive pas à me rappeler son nom.

Expérience : compter le nombre d'article d'un journal en 1 minute.
Mais on rajoute comme amorce, une première question : "Etes-vous chanceux ?" (ou autre)

Et une variante de l'expérience se fait avec ... du signalling ( l'explication de ce qui est attendu lors du signalling jouant le rôle de l'amorce)

 

 

 

 

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Allez, je viens péter l'ambiance...

 

Je suis assez mal à l'aise de voir mentionner dans le même message "expérience" et "public scolaire". Non, parce que les effets à court termes, à la rigueur, je veux bien croire que tu as une idée des effets, mais à long terme, que sais-tu de l'impact que ça pourrait avoir sur des enfants, leur estime d'eux-mêmes, leur confiance dans le système scolaire ou dans les adultes, par exemple. Pour faire ce genre d'expérimentation, il est préférable d'être solidement encadré et si je ne doute pas de ta bonne volonté, il me semble que ta formation et ton expérience sont limités pour concevoir ce genre de chose.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ah non non non, je ne veux rien expérimenter pour des recherches personnelles ou mes études ! L'idée est de leur présenter une expérience, ou un exercice/une situation si tu préfères, leur faire vivre, et discuter ensuite avec eux des ressentis, des effets, du fonctionnement et de ce qu'ils en ont pensé, pour mettre en évidence des mécanismes et notamment des influences de la vie de tous les jours, pour qu'ils les conscientisent et soient davantage libres.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
2 2