2 2
Heyrin

Involontaire VS Inconscient

Recommended Posts

/!\ Le message qui va suivre est de la pure masturbation mentale.

 

Voilà, Hypnozeurs et Hypnozeuses, je passe un cap, je noue avec mes convictions et mes croyances. Je cesse désormais de parler d'inconscient pour parler de phénomènes involontaires.

Pourquoi ce changement de vocabulaire ? 

Je trouve que les mots conscient et inconscient véhiculent des idées très chargées en croyances et émotions. Or, je ne partage pas cette idée. Pour moi, le "Moi" est une illusion utile.

De plus, lors d'une introduction aux signalings, je me suis aperçu que l'explication qui cadre le phénomène possède moins de suggestion lorsque je n'explique pas l'inconscient. 

 

"Tout à l'heure, lorsque je demanderais de faire un geste pour dire "oui", c'est ton inconscient qui répondra."

Et là, je m'aperçois que je dois expliquer "inconscient" et "répondre" 9 fois sur 10 tant mon volontaire me regarde sans comprendre. Et plus je l'explique, plus je bombarde de mes croyances et plus je fais des suggestions non-volontaire. 

Du coup, je vais, dès dimanche, supprimer conscient et inconscient de mon vocabulaire pour le remplacer par volontaire et involontaire.  

"Tout à l'heure, lorsque je demanderais de faire un geste signifiant "oui", ce geste devra être involontaire, peut-être même automatique, sans que la volonté ait eu à faire quoique ce soit."

 

J'ignore si c'est une bonne idée ou une mauvaise, mais je me lance !

 

Vous en pensez quoi ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

En parlant de phénomènes involontaires, JE trouve l'explication plus palpable.

 

Est-il vraiment nécessaire d'expliquer ce qu'est le conscient, l'inconscient, et le subconscient ? Perso, je ne pense pas et ne suis pas certains que les volontaires retiennent complètement ces notions...

 

Je préfère de loin chercher la simplicité dans l'utilisation de mes mots

 

Bonne idée pour moi

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ce que tu dis Heyrin trouve un écho à une suggestion que j'aime tout particulièrement et que j'utilise sans mesure, c'est le "Tu peux laisser faire tout ce qui se fait, sans chercher à l'amplifier, et c'est normal qu'il se passe des choses, comme [ratification ou suggestion de phénomène/effet désiré], ça peut juste continuer, et tu peux t'amuser à explorer cette expérience". Evidemment, ce n'est pas du mot pour mot, et ça change à chaque séance et chaque sujet, mais l'idée est là. Je suis d'accord avec toi sur la charge des mots et concepts conscient/inconscient, je les évite souvent, et quand je les utilise maintenant c'est en dehors de la dichotomie souvent observée : suite à l'influence de mes formations, notamment, je dis maintenant "parties inconscientes/conscientes", en donnant la métaphore d'une forme qui serait éclairée par un tout petit rayon de lumière, que ce rayon c'est ce qu'on appelle la conscience, la partie qui utilise le "Je" à ce moment précis, et que le rayon peut se déplacer (en thérapie j'ajoute souvent que l'hypnose c'est "t'amener là où tu as besoin de te trouver pour ce changement, déplacer ce petit rayon de lumière là où il faut pour ce moment : on appelle ça parfois la transe, parfois un état d'hypnose"... etc, mais là après je tombe dans le prétalk ;) )

 

Bref, je suis à 100% derrière toi et le questionnement de ton cadre de référence/système de croyance/point de vue ^^ :)

*pouce levé*

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Alors, pour moi, ça va dépendre du volontaire et de ce que tu veux faire.

D'un côté, il y a la portée du mot pour le volontaire. Avec son système de croyances. Il y a ton système de croyances, aussi, qui peut transparaitre dans ton "non verbal".

De l'autre, il y a l'objectif que tu te fixes, ou que vous fixez à deux avec le volontaire. Et là aussi, le mot va te permettre de t'en rapprocher. Ou pas. Ou ne pas avoir d'influences.

 

Du coup, quand tu choisis un mot, il faut réfléchir à la portée pour la personne en face, la portée pour toi (ce qui va influencer la personne en face), et l'objectif.

 

Par exemple (tiré par les cheveux, mais c'est juste pour l'exemple), même le mot "involontaire" pourrait, pour une personne dans le contrôle, être contre-productif. Alors que "inconscient", pour cette personne là ne le serait pas.

Et inversement.

 

Bref, je sais pas si je suis clair. Pour moi, c'est un dosage qui va être influencé par ce que je veux obtenir, par l'effet que le mot peut avoir sur la personne en face et par ma capacité à ne pas "charger" le mot avec une émotion ou une idée contre-productive.

 

Et quand je sais pas, je teste, dans une phrase, deux ou trois formulations, et je vois celle avec laquelle la personne adhère le plus. Par exemple :

- moi : "En fait, en hypnose, on joue avec l'inconscient, et "

- volontaire : léger froncement de sourcils

- moi : "enfin, quand je parle d'inconscient, je ne parle pas de l'inconscient freudien. Je parle en fait d'automatismes qui se déclenchent sans qu'on en ait conscience"

...

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Dans la rue, je trouve la notion de conscient / inconscient appropriée et pédagogique.

 

Après, si on souhaite se masturber un peu intellectuellement, j'ai dénigré ces termes depuis des années déjà. Parce qu'il y a des formes d'automaticité dans le conscient (conditionnements) et il y a du conscient dans l'inconscient (personnalités secondaires, cf Janet et Rossi notamment).

 

Je dirais : tout dépend à qui on s'adresse ;)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

J'ai fait pas mal d'essai. Et autant je suis à l'aise pour n'employer que des synonymes d'involontaire autant le mot "conscient" me semble au final plus approprié dans la plupart des cas que je rencontre.

Je ne m'interdis plus d'utiliser inconscient mais je balise les moments où le concept me semble nécessaire. 

Après au vue de mes besoins, je parle plutôt d'autres facettes que de conscient vs inconscient. Mais bon c'est parce que je pratique l'hypnose dans un cadre particulier. Dans la rue ou en ludique, je reste plutôt classique.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bien moi je le pratique en thérapie, et le truc de changer inconscient pour phénomène, ou action, ou autre...  involontaire va peut-être m'aider avec certaines personnes qui "résistent" malgré l'usage de conversationnelle.  Je vais essayer.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
2 2