0
SHaHypno

Quand faut il arrêter une séance pour éviter l'échec

Recommended Posts

Salut,

 

Lorsque je commence une séance je sent tout de suite si ça va être compliqué ou pas.

 

Face à un  somnambulique pas de soucis, je sais de suite que ça va bien se passer.

 

Par contre dans les autres cas, j'ai plus de mal. J'ai du mal à juger si le sujet est "réceptif" ou pas.

 

Comment faites vous le choix de continuer, recadrer ou arrêter la séance ?

 

Est ce que lorsque la personne a du mal sur les tests des doigts, des mains ou des livres et ballons vous tentez quand même l'induction ?

 

À+

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 30 minutes, Heyrin a dit :

J'arrête la séance lorsque le volontaire me le demande ou lorsqu'il est évident qu'il ne s'amuse pas. C'est le seul moment où l'échec est inacceptable pour moi.

 

Du coup, quel est ton taux d'échec ? Sur 10 personnes, avec combien de personnes même la catalepsie ne fonctionne elle pas ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Personnellement mon taux d'échec est de 0,1% (environ).

 

Bon après, j'ai  surtout eu des échecs quand j'avais pas du tout envie d'hypnotiser et qu'un volontaire insiste pour que ce soit moi qui l'hyp otise. Du coup mon volontaire n'a rien vécu et s'est fais chier.  

Pour éviter l'échec je n'hypnotise plus quand je ne suis plus du tout motivé.

 

Maintenant, reste à voir ma définition de l'échec...

 

Un phénomène ne passe pas, ce n'est pas grave, la plupart du temps les volontaires seront désolé que ça ne marche pas. On s'amuse avec des métaphores, on rigole, je test des trucs, on passe un bon moment c'est une réussite. Car au final le but du volontaire et de l'hypnotiseur dans la rue c'est de s'amuser.

 

Une catalepsie ne passe pas, en ce moment avec les temps chaud je propose direct un cocktail hyonotique en stimulant le goût, l'odeur et l'effet positif de l'alcool. 

 

Une catalepsie peu ne pas passer, mais un phénomène dit "plus dur" peu passer. Et au pire un fait une ballade hypnotique sympa.

 

Bref les échecs n'existent pas.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 8 heures, alban a dit :

Personnellement mon taux d'échec est de 0,1% (environ).

 

Ok, cela me rassure car j'arrête rarement une séance moi aussi donc je me demandais si j'allais pas trop loin.

 

Il y a 8 heures, alban a dit :

Une catalepsie ne passe pas, en ce moment avec les temps chaud je propose direct un cocktail hyonotique en stimulant le goût, l'odeur et l'effet positif de l'alcool. 

 

Une catalepsie peu ne pas passer, mais un phénomène dit "plus dur" peu passer. Et au pire un fait une ballade hypnotique sympa.

 

Qu'entends tu par "une catalepsie ne passe pas".

 

Si après une induction tu donnes une suggestion de main collée et que celle si se décolle très rapidement ou ne colle pas du tout, tu continues directement par autre chose ou tu essaye d'abord de retenter la catalepsie.

 

Si c'est le cas, par quel moyen ? Métaphore, clean language ? Y a t-il des astuces qui permettent de sauver/amplifier un phénomène avant de passer à la suite ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 10 heures, SHaHypno a dit :

Qu'entends tu par "une catalepsie ne passe pas".

 

Un exemple : ta main est collé maintenant !

Le volontaire test puis bas non il ressend rien et décolle parfaitement sa main.

 

Il y a 10 heures, SHaHypno a dit :

Si après une induction tu donnes une suggestion de main collée et que celle si se décolle très rapidement ou ne colle pas du tout, tu continues directement par autre chose ou tu essaye d'abord de retenter la catalepsie.

 

Si c'est le cas, par quel moyen ? Métaphore, clean language ? Y a t-il des astuces qui permettent de sauver/amplifier un phénomène avant de passer à la suite

Généralement je ne fais pas d'induction avant les catalepsies (j'en fait qu'en fin de séance, sauf cas spécifique mais c'est un autre sujet).

 

Quand ça ne marche pas du premier coup, je continu a tenté de la faire passer jusqu'a ce moi ou mon volontaire veulent passer à autre chose (je peux passé 2 heures sur un phénomène sans soucis). Pour cela le clean language  (demander la metaphore à la personne), mélangé à d'autres outils sont très efficaces.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

En vrai j'comprends, quand tu as le sentiments que ça ne vas pas marcher c'est dur de se motiver pour continuer mais je pense que s'arrêter dès qu'on sent que c'est mort c'est la meilleur méthode pour ne pas progresser. Je ne sais pas comment tu définis un bon hypnotiseur (sans parler d'éthique) mais il me semble que souvent c'est un hypnotiseur capable de mettre en transe les personnes les plus résistantes... Bon, y a qu'un chemin pour y arriver ! =P
Après pour anecdote on m'a raconté qu'une fois un volontaire n'était pas du tout récéptif, l'hypnotiseur à quand même tenté l'induction et puis tout est passé nickel, il s'avérait que le volontaire pensait que l'hypnose passait forcément par l'induction et il n'attendait que ça. Bref, la morale n'est pas de toujours essayé l'induction mais plutôt de toujours tout essayé.
Si ton volontaire est chaud ne montre pas à ton volontaire si tu te sens ridicule et explique lui que c'est un sujet formidable, que ça non-réceptivité  est impressionnante et que vous avez un casse-tête à résoudre. 
Si il n'est pas chaud essai de comprendre pourquoi "il s'en fout", est-ce que tu lui as bien expliqué l'intérêt de l'hypnose ? Est-ce qu'il a vraiment envie d'essayer ? Est-ce qu'il a peur ? 

Si il n'y a qu'une seule forme d'échec en hypnose c'est bien de ne pas réussir à transmettre au moins de la curiosité pour cet art à ton volontaire avant même de commencer la séance et ça m'arrive aussi ! Mais c'est toujours une occasion d'apprendre.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
0