Est-il possible de voler quelqu’un dans la rue grâce à l’hypnose ?

Des rumeurs circulent ardemment dans les médias sur des vols dans la rue réalisés grâce à l’hypnose. Dans une des publication, la victime raconte comment on lui a mis une pierre noire dans la main, ce qui l’a obligé malgré elle à retirer de l’argent. Je suis tombé des nues en lisant les “méthodes d’hypnose” utilisées, qui n’en sont au final absolument pas. Il serait temps de parler de l’hypnose publiquement afin que tout le monde soit éduqué et arrête de croire à de telles idiocies.

Je le perçois plutôt comme une culpabilité suprême non assumée. 

“Je ne peux pas m’être fait escroquer et avoir été retiré de l’argent aussi bêtement, il faut donc que je trouve un bouc émissaire.”

Et finalement, qui sont ces journalistes experts qui osent penser que l’hypnose permettrait ça ?

Ils ne connaissent visiblement de l’hypnose que ce qu’ils ont vu dans les films ou fantasmé dans leur imaginaire. Et c’est fort dommage. J’en ai déjà été victime moi-même lors d’un reportage “Envoyé Spécial” qui tirait la sonnette d’alarme sur les dangers de l’hypnose de rue, où les faits reportés étaient davantage des processus manipulatoires qu’hypnotiques.

J’ai hypnotisé dans la rue des milliers de fois. Des personnes m’ont déjà demandé de faire des blagues à d’autres amis plus d’une fois en les hypnotisant par surprise et nous avons testé ainsi pas mal des limites de l’hypnose.

Je vous en conjure, tous mes lecteurs : l’hypnose ne permet pas de voler dans la rue. Tout le reste n’est que fantasme et excuses.

L’hypnose a déjà suffisamment souffert, laissons la tranquille un peu. L’hypnose, c’est une ouverture à soi, volontaire et totalement acceptée. Elle est ensuite extrapolée à la télé ou dans les spectacles grâce à des phénomènes sociologiques connus comme la soumission à l’autorité. Ils portent bien leur nom, ce sont des spectacles.

Dans la rue, tout le monde est ultra vigilant et sur ses gardes.

Réfléchissons rationnellement quelques secondes. Nous ne laisserions personne mettre la main dans notre sac, mais nous accepterions de laisser quelqu’un rentrer dans notre cerveau afin qu’il nous vole notre argent ? Si tel était le cas, alors l’hypnose serait un outil très dangereux, et je serais déjà multimillionnaire parce que tous les banquiers seraient à mes pieds.

L’hypnose ne fonctionne que parce que la personne accepte de vivre l’expérience.

Il peut aussi y avoir des amalgames

Il y a par exemple des personnes, souvent très en souffrance dans leur vie, qui refusent momentanément de sortir de l’état d’hypnose si agréable. Elles ont envie de profiter encore un peu plus de ce si bel état, alors elles nous demandent d’attendre encore un peu leur reconnexion complète à la réalité. Je trouve ça beau personnellement d’avoir pu leur offrir un petit moment de bonheur hors du temps. De l’extérieur, on pourrait croire quelques fois que la personne est restée bloquée un moment dans l’état d’hypnose et qu’elle a perdu le contrôle. Il n’en est rien. Ces personnes ont juste besoin qu’on leur foute la paix, le temps de revenir à la réalité après un joli voyage.

Apporter aux gens dans la rue un peu de magie dans un moment où ils s’y attendaient le moins a le don de marquer les esprits pour la vie. Certains m’en parlent encore de cette première fois où ils se sont faits hypnotisés dans la rue et qu’ils ont vécu la plus belle expérience de toute leur vie.

Ne tombez pas dans les pièges médiatiques s’il vous plaît.

Je vous laisse également en lien un autre article que j’avais écrit il y a quelques temps déjà où j’illustrais comment Milton Erickson en son temps avait déjà démontré l’inutilité de l’hypnose pour des actes illégaux.

Jean-Emmanuel

Passionné d'hypnose depuis 2008, Jean-Emmanuel partage avec vous toutes ses expériences et son savoir faire afin de vous permettre d'apprendre l'hypnose dans les meilleures conditions possibles. Il est également auteur du livre "la voix de l'inconscient".

3 réflexions au sujet de “Est-il possible de voler quelqu’un dans la rue grâce à l’hypnose ?”

  1. Je suis passé à coté de cette affaire !
    J’ai retrouvé l’info sur BFM TV (Le 17/02/2022 à 14:58)
    où dès le début le journaliste annonce que les autorités parlent de “vol par ruse”.

    Et le sujet semble dérivé sur la reconnaissance de l’acte pénal..
    Donner un bien de son plein gré… ne constitue pas un acte de vol.

    J’ai cherché un peu les histoire récentes, et il semble que le point commun n’est pas tant l’hypnose, mais que la personne se prétende doter de pouvoirs surnaturels et de capacité de “purifier” ou d’alléger un maux.
    J’imagine un truc du genre “vos bijoux sont teintés d’énergies négatives, laissez moi donc les purifier !”

    L’hypnose pourrait être utilisée ici comme validateur des “pouvoirs extraordinaires” de l’escroc.

    Répondre
  2. L’ennui c’est d’amalgamer des concepts avec un même mot. Des procédés d’influence, de subjugation, il y en a des tonnes. Ça commence avec des compétences sociales, psychologiques, de la connaissance de l’homme, ça finit avec les capacités largement insoupçonnés de l’entraînement d’user de son esprit, entre autre pour un détourner un moins agile.
    La base de la manipulation de la conscience tiennent à capter l’attention et orienter l’intention, quelque soit le niveau auxquelles elles ont lieux. Et du coup, oui l’hypnose elle a bon dos car elle n’assume pas d’être avant toute chose un procédé d’influence, utilisé pour différent motif, de chose qui aide à développer la liberté d’autrui jusqu’à l’écraser autant que possible, malheureusement.
    Dire que l’hypnose n’a rien à voir avec la manipulation au lieu d’en parler comme une technique de manipulation de l’intention à des fins libératrices ou d’exploration en rue, ne pas assumer, a nécessairement des conséquences. Et comme l’hypnose est une discipline centré sur ces phénomènes, eh bien toute technique de manipulation peut lui être relié voir assimilé, malgré le fait que ça ne soit pas pertinent pour un sou au vus du cadre thérapeutique/de rue (politique, prestidigitation, spectacle, etc). On ne peut pas pratiquer la hache et dire que ça n’a aucun danger usé sur autrui alors qu’on est bûcheron, sans perdre toute crédibilité (une des armes domestiques fréquemment utilisé). On s’en sert pour le bois certes, mais ça n’empêche pas de fendre un crâne.

    Vouloir mentir sur un état de fait pour éviter d’affoler le chaland en énonçant une vérité, voir en lui disant l’inverse (les arguments à la Antonie Garnier que c’est l’hypnotiseur qui en fait est manipulé….), ben ça a un prix. Peut-être que cet évènement pourrait être un bon prétexte pour redorer le blason de l’honnêteté intellectuelle et de reconnaître qu’au vus de nôtre ignorance face aux capacités de l’esprit humain, ce n’est non pas une fausse impossibilité qui protège les passants mais une éthique.
    Et difficile d’assumer quand on voit à quel point nombre hypnotiseur de rue font n’importe quoi et font preuve d’immaturité dangereuse avec la confiance que leur accorde les participants. On peut pas enseigner des techniques d’influences à on ne sait pas trop qui par internet ou rencontre sporadique et derrière être un parangon de respect. Peut-être une forme de tampon et de reconnaissance SH après entretien ou quelque chose de plus léger serait déjà un pas de plus vers la responsabilité dans la transmission de technique sur la conscience qui peuvent être utilisées à usages particulièrement désastreux. Au-delà des conséquences des actes hypnotiques en eux-même, la SH peut parfois être et usé comme un bassin de culture à l’ego, comme nombreuses autres choses avec les Hommes ; seulement à des niveaux de conscience décalées quand l’hypnose est utilisée ainsi (c’est toujours inconscient), eh bien l’orgueil croit en flèche, d’une façon qui va être dommageable au prochain participant, et ainsi de suite.

    Réintroduire une forme de sagesse. Assumer ses responsabilités. Ça ne protègera jamais de l’opprobre publique mais ça fera grandir toutes les personnes impliquées. Et qui c’est, peut-être qu’avec ça les accusations démesurées finiront par être délaissé faute de sérieux…
    En tout cas difficile d’accuser autrui de pas assumer ses responsabilités quand aucun hypnotiseurs de rue ne le fait sur le fondement même de l’art.

    Répondre
    • Je crois que nous avons un soucis de définition. Tu sembles lier l’influence et la manipulation à l’hypnose. Toute suggestion n’est pas hypnose.
      L’hypnose telle que je la pratique et la conçois vient de notre cher et tendre Milton Erickson. Il y a effectivement des “transes communes de la vie quotidienne” qui peuvent être dangereuses quand mal utilisées mais il ne s’agit en aucun cas d’hypnose à proprement parler. Au plus pourrions nous parler d’états modifiés de conscience.

      Le pouvoir de rentrer dans des états modifiés de conscience aura toujours des avantages et des terribles inconvénients dans une vie en société.

      J’aspire juste à que tous ces mécanismes ne soient pas mélangés comme tu sembles le faire. L’hypnose est produite par des phénomènes hypnotiques et entraîne des états d’hypnose bien définis : transe stuporeuse et transe somnambulique. Dans ces deux visions, l’influence et la manipulation sont hors jeu, cf TOME 4 de l’intégrale des articles de Milton Erickson. J’en parlais déjà à l’époque dans le précédent article : https://street-hypnose.fr/hypnose-danger/

      On peut parler d’influence et de manipulation pendant des heures. Allons-y gaiement même. Mais ne mélangeons pas tout.

      Répondre

Laisser un commentaire