L’histoire de l’hypnose thérapeutique et de l’hypnose médicale

L’hypnose thérapeutique et médicale sort un peu du cadre habituel du blog. Plutôt consacré à l’hypnose de rue, je me permets aussi de présenter plus généralement les différents domaines de l’hypnose pour ainsi vous offrir une vision aussi complète que possible de l’hypnose moderne. Je vous ai rapidement parlé de l’hypnose de spectacle à travers mon article sur Messmer le fascinateur, et je reparlerais de lui sûrement très prochainement à l’occasion de son spectacle au Casino de Paris dimanche dernier. Si certains d’entre vous y étaient, je serais ravi de pouvoir vous poser quelques questions, et ainsi faire partager vos impressions avec tous les lecteurs de Street Hypnose. Malgré tout ce que l’on peut croire en lisant mon dernier article sur Messmer, c’est pour moi un très grand hypnotiseur, en dehors de tous les aspects purement marketing qui l’entourent.

La semaine prochaine, vous découvrirez aussi un article consacré à l’auto-hypnose, qui sera écrit par un collègue mentaliste / hypnotiseur.  Il en connait plus que moi sur le sujet, et vous pourrez aussi tenter l’expérience depuis chez-vous grâce à un MP3. Je ne vous en dis pas plus !

Histoire de l’hypnose thérapeutique

Là où tout a vraiment commencé, il y avait Mesmer. Oui oui, Mesmer, pas Messmer. Un seul S ! Franz Anton Mesmer de son vrai nom.

Franz Anton Mesmer
Franz Anton Mesmer

Il est le premier à parler de magnétisme animal vers la fin du 18e siècle. Il considère le magnétisme comme un fluide physique et universel dont il déclare rapidement être capable de l’utiliser à des fins thérapeutiques. Il provoque chez ses sujets ce qu’il appelle des crises magnétiques qui vont libérer ces personnes de leurs problèmes ou de leurs blocages par harmonisation de leur fluide interne. Pour lui, toute maladie et guérison est basée sur l’harmonisation de ce fluide. Cette nouvelle théorie va révolutionner le monde. Autrefois, on associait ces pratiques à des exorcistes ou des guérisseurs en tout genre. Désormais, des personnes scientifiques cherchent à en comprendre toutes les facettes techniques. Malheureusement, Mesmer, en manque de reconnaissance probablement, s’enfermera dans une approche presque religieuse du magnétisme, qui le discréditera avec le temps.

Marquis de Puységur
Marquis de Puységur

En revanche, son élève le marquis de Puységur poursuivra ses recherches sur le magnétisme animal. Et contrairement à Mesmer qui pensait être à l’origine de la guérison du patient grâce à son talent de magnétiseur, Puységur lui comprendra rapidement que la personne possède déjà en elle la solution. C’est par hasard, comme beaucoup de découvertes scientifiques, qu’il découvre un état différent de l’état magnétique de Mesmer lorsqu’il essaye de provoquer une crise magnétique chez l’un de ses patients. Après quelques passes magnétiques, son patient tomba dans un sommeil profond, calme et serein. A la différence près qu’il était capable de parler de manière très lucide, d’accéder à des données et des raisonnements en temps normal refoulés. Il fut même capable de donner un diagnostique à sa maladie, et de proposer à Puységur la bonne thérapie pour le guérir.
Le marquis qualifia cet état de somnambulisme provoqué, pour le différencier du somnambulisme naturel (lié au sommeil).

Puységur se rendit alors compte que cet état magnétique était plus dépendant du magnétiseur que du patient. En effet, il arriva ensuite à provoquer ce sommeil somnambulique chez tous ses patients, mettant de côté les fameuses crises de Mesmer. Il avait comme volonté première de s’intéresser à son patient, à son évolution, plus qu’à la reconnaissance de ses compères. Là où Mesmer s’exhibait dans les grandes places parisiennes, Puységur lui s’exerçait sur des paysans dans une petite commune rurale.

Le marquis de Puységur était un homme intelligent, cultivé, et on le qualifierait aujourd’hui très certainement d’humaniste.

Je crois en l’existence en moi d’une puissance. De cette croyance dérive ma volonté de l’exercer. Toute la doctrine du magnétisme est enfermée dans les deux mots Croyez et Veuillez. Je crois que j’ai la puissance d’actionner le principe vital de mes semblables; je veux en faire usage. Voilà toute ma science et mes moyens. Croyez et Veuillez messieurs, et vous en ferez autant que moi.

Marquis de Puységur

Puységur et tous ses successeurs ont marqué dans le marbre un principe fondamental utilisé aujourd’hui encore en hypnose thérapeutique. C’est l’idée que l’état hypnotique peut permettre aux sujets d‘accéder à un niveau de leur être qu’ils ne soupçonnaient pas à l’état de veille. Fort de ce constat, Puységur estimait que les sujets devenaient alors leurs propres médecins, et que lui était simplement un être bienveillant capable de les guider pour qu’ils se prennent en main eux même.

L’histoire de l’hypnose est l’une des plus complexe tant elle est chargée en rebondissement. Je ne parle ici que des premiers balbutiements.

Histoire de l’hypnose médicale

James Braid, chirurgien écossais
James Braid
Jules Cloquet
Jules Cloquet

Début du 19ème siècle, en 1829, on assiste à la première opération chirurgicale sous hypnose avec Jules Cloquet, un chirurgien français. Et il ne s’agissait pas de n’importe quelle opération, puisque c’était une ablation d’un cancer du sein. Malheureusement, ses travaux n’eurent pas le retentissement mérité, la faute à l’utilisation du magnétisme animal et de son fameux fluide qui rebutait n’importe quel médecin un peu trop terre à terre.

Si j’ai aussi mis une photo de James Braid, c’est simplement que c’est à lui que l’on attribue aujourd’hui les plus importants travaux autour de l’anesthésie par l’hypnose. C’est aussi le premier (ou presque) à utiliser le terme Hypnose, et il restera dans l’histoire celui qui a su réellement scientifiser l’hypnose. Il laissa définitivement tomber les passes de mains magnétiques pour y préférer la fixation d’objets divers. Il sut donner envie aux médecins de son temps de s’intéresser à cette nouvelle science qu’il appela hypnotisme.
Malheureusement, les premiers anesthésiants chimiques (l’Ether entre autre) ont rapidement fait leur apparition et l’hypnose a disparu du milieu médical pendant de très longues années…

Aujourd’hui l’hypnose redevient à la mode face à notre méfiance de tous ces produits chimiques, et de plus en plus de médecins s’intéressent à l’hypnose et l’utilisent quotidiennement en tant qu’anesthésiant ou simplement en complément d’une anesthésie locale pour des chirurgies diverses et variées. De plus en plus, on entend et lit des cas cliniques ou des études contrôlées pour lesquels l’hypnose se substitue totalement à l’anesthésie chimique. C’est un retour 200 ans en arrière, et c’est peut-être un moindre mal.

Malheureusement, parler d’anesthésie par l’hypnose provoque souvent autour de moi étonnement, rires, et moqueries. Notre culture nous inculque une profonde réticence vis à vis d’un phénomène qui n’est pas encore compris totalement d’un point de vue scientifique. Et pourtant, Jules Cloquet affirmait déjà à l’époque que :

La vérité, pour incroyable qu’elle soit, n’en est pas moins la vérité, et qu’il faut toujours la dire.

Le mot de la fin

Je suis convaincu que l’anesthésie par l’hypnose est amenée à se développer. On en reparle dans dix ans ? ;)


Voir l'auteur
10 commentaires
  • Renaissance
    8 juin 2012

    Bonjour Jean-Emmanuel,

    Bravo pour cet article, un peu d’histoire fait toujours grand bien.

    J’en profite surtout pour te remercier, ton site est très instructif (et les vidéos de Robin également). Après 2 semaines d’entrainement, je viens de passer mon deuxième oubli de prénom grâce à vous deux =) !

    Juste une question, j’ai vu qu’on pouvait travailler sur la mémoire avec l’hypnose, quels sont les limites des suggestions en ce qui concerne les souvenirs ? Peux-tu partager tes expériences sur le sujet ?

    Ah oui tant que j’y pense ! Crois-tu qu’il serait possible de sortir du champ lexical traditionnel de l’hypnotiseur.
    Créer un style pour faire simple. Les auteurs ont leur plumes, quid des hypnotiseurs ? Pour la relaxation par exemple pourrait-on utiliser un vocabulaire liquide ? Fluide ? Visqueux ? Aqueux ? ou encore Aérien, que sais-je ?

    D’ailleurs ça me fait penser, peux tu préparer une suggestion complexe en incluant des éléments de cette suggestion dans les précédentes.

    For instance : Si je veux faire imaginer à mon sujet qu’il est au moyen âge plus tard dans ma « séance ». Lorsque je fais mon oubli de prénom je peux lui faire imaginer qu’il écrit sur du vieux papier avec une plume et de l’encre ?

    Répondre
    • Jean-Emmanuel
      8 juin 2012

      Bonjour Renaissance,

      Tout d’abord félicitation pour les deux amnésies !

      Je n’ai pas énormément d’expériences sur la mémoire avec l’hypnose, si ce n’est d’un point de vue tout à fait temporaire pendant la séance d’hypnose. Si c’est ce à quoi tu fais allusion, alors il n’y a AUCUNE limite ;)
      Si tu penses plutôt à des fins thérapeutiques sur le long terme, je n’ai pas la connaissance suffisante pour te répondre.

      Pour ta deuxième question, il est tout à fait possible de sortir du champ lexical traditionnel de l’hypnotiseur. C’est même quelque chose que j’utilise lorsque je m’essaie à l’hypnose conversationnelle. L’objectif est avant tout de raconter une histoire et amener petit à petit la personne dans une douce transe. Tu peux tout à fait adapter ton vocabulaire.

      J’aime bien par exemple l’adapter à la personne. Je vais lui demander ce qu’elle fait dans la vie, et je vais essayer de m’inspirer de sa réponse pour l’emmener dans une expérience qu’elle connait que j’estime proche de l’état dans lequel je souhaite l’emmener.
      Prenons l’exemple d’un programmeur en informatique. Je vais lui dire quelque chose du genre :

      « En fait, c’est exactement comme quand tu es aspiré dans tes centaines de lignes de codes. Tu fais défiler la fenêtre à une vitesse ahurissante et tu sais exactement où se trouve chaque petite parcelle de code. Tu es comme imprégné de toute ton application.
      Et tu sais pertinemment que si tu devais t’y replonger le lendemain après une bonne nuit de sommeil, il te faudrait 10, 20 voire peut-être 30 minutes pour retrouver la même productivité.
      C’est cet état que je veux que tu visualises. Un état hyper-concentré, où tu es focalisé sur une tâche à la fois. Ferme les yeux, visualise…. »

      C’est juste un exemple, mais tant que tu racontes une histoire qui parle à la personne, ça marchera.

      Après, rien ne vaut une bonne induction instantanée ^^

      Pour les imbrications de suggestions, tu peux. Tout est possible quand cela concerne l’imagination ;)

      Répondre
  • magilius
    8 juin 2012

    Bonsoir,

    La fin me parait un peu réductrice …
    Tu occultes Liebaud, Bernheim, Charcot ?
    Ou il y aura une suite.

    Bon courage ;)

    Répondre
    • Jean-Emmanuel
      8 juin 2012

      « L’histoire de l’hypnose est l’une des plus complexe tant elle est chargée en rebondissement. Je ne parle ici que des premiers balbutiements. »

      Peut-être une suite si on me la demande, sinon je ne pense pas. En plus ça me demanderait un effort de recherche supplémentaire parce que je n’ai pas tellement lu sur toutes les guéguerres entre les différentes écoles d’hypnose de l’époque :p

      Répondre
  • Quentin Cottereau
    9 juin 2012

    Génial comme article JE ! Un excellent récapitulatif ;-)

    Comme tu le dis, le développement de l’anesthésie sous hypnose est excellent.
    D’ailleurs, c’est déjà marrant de voir l’avancé des mentalités.

    Il y a trois ans, je discutais avec un ami infirmier des possibilités d’hypnose en guise d’anesthésie. Il en avait connaissance, mais n’avait vraiment aucune confiance dedans. Comme toi, il m’a rit au nez.

    En début d’année, on en a reparlait … Et devine quoi ? Au vu des résultats qu’il a entendu, à choisir, il préfère désormais l’anesthésie sous hypnose.
    Cette fois, c’était à moi de rire ;-)

    Répondre
    • Jean-Emmanuel
      12 juin 2012

      Les mentalités dans le milieu évoluent, c’est vrai. Par contre, quand je vais dans la rue, je m’aperçois que les préjugés persistent dans le « grand public »… A nous de démystifier tout ça. Si chacun apporte sa petite pierre, on finira par y arriver ;)

      Répondre
  • Merci pour l’article, un bon petit récapitulatif ne fait jamais de mal.
    J’extrapole un peu, mais ton article me fait penser à Kevin Finel qui utilise l’histoire de l’hypnose pour monter un début d’induction (rapide) : http://www.youtube.com/watch?v=_59k6LQhp-c&feature=related

    J’ai quelques documents papier sur « l’histoire de l’hypnose » qui remontent aux origines; soit jusqu’aux prêtre égyptiens. Si cela t’intéresse Jean Emmanuel, je tenterais de les scanner à l’occasion.

    Sinon après Charcot, il y a encore les ouvrages de Durville et Jagot qui restent à mon gout tout à fait d’actualité.

    D’ailleurs, Jean Emmanuel, je profite de ce poste pour te poser une question (deux même), qui n’est pas explicitement explicitée sur ton blog : Crois tu en l’existence du magnétisme (animal)?
    Cet élément intervient il lors de la pratique de l’hypnose?

    Répondre
    • Jean-Emmanuel
      12 juin 2012

      Bonjour Lucas,

      Ne t’embête pas à tout scanner, je pense que l’on doit pouvoir retrouver l’information sur Internet. Ca m’intéresse en effet. Après, j’ai beaucoup lu sur toute la période Charcot, mais la complexité des guerres d’idées de cette période m’ont découragé de vouloir tout synthétiser. Une prochaine fois peut-être ;)

      Dans ma conviction profonde, je ne « crois » pas à l’existence du magnétisme animal. En revanche, je respecte et j’encourage volontiers les personnes croyant en ce fluide universel dà consulter des magnétiseurs pour les aider. Parce que je suis convaincu que lorsqu’une personne y croit, cela peut, et va fonctionner. C’est pour moi un effet placebo très puissant qu’il serait bête de négliger.

      Lors de ma pratique de l’hypnose, tout est suggestion.

      Répondre
  • Bonjour,

    Tout d’abord, merci pour votre site fort instructif et bien écrit. Ca fait du bien d’avoir une explication de l’histoire de l’hypnose claire.

    Je réalise actuellement un mémoire sur l’utilisation de l’hypnose aux Urgences. Je cherche des renseignements sur le contexte de l’utilisation et les effets attendus.

    Si vous avez des renseignements, merci d’avance :)

    Bonne soirée

    Répondre
  • Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>