Comment valider l’intensité d’un phénomène hypnotique ?

Je vous propose un outil très simple qui vous permettra de bien mesurer, en toute subjectivité, l’intensité des phénomènes hypnotiques vécus : une échelle de notation de 1 à 10. En réalité, plutôt que mesurer la vraie intensité d’un phénomène hypnotique, nous en retirerons des informations cruciales sur l’acceptation subjective du phénomène par le conscient de la personne hypnotisée.

Sortie Street Hypnose Toulouse – 19 mars 2022

Le 25 janvier 2022, Aurore (ma femme) m’a accompagné pour une première sortie Street Hypnose de l’année très émotionnelle pour moi. Il s’agissait de la première post période COVID. Etant à risque, je n’étais pas ressorti dans la rue depuis. Quelques rencontres fort sympathiques, des discussions intéressantes, et finalement des séances d’hypnose assez timides pour moi. J’étais impressionné. Comme si c’était ma première fois.

Est-il possible de voler quelqu’un dans la rue grâce à l’hypnose ?

Des rumeurs circulent ardemment dans les médias sur des vols dans la rue réalisés grâce à l’hypnose. Dans une des publication, la victime raconte comment on lui a mis une pierre noire dans la main, ce qui l’a obligé malgré elle à retirer de l’argent. Je suis tombé des nues en lisant les « méthodes d’hypnose » utilisées, qui n’en sont au final absolument pas. Il serait temps de parler de l’hypnose publiquement afin que tout le monde soit éduqué et arrête de croire à de telles idiocies.

TCH : j’ai communiqué avec les morts grâce à Jean-Jacques Charbonier

salle-hotel-tch

Lundi 23 avril 2018, 20h30, nous arrivons Julie et moi dans une grande salle d’hôtel aménagée pour l’occasion avec un nombre incalculable de chaises et de transats dispersés partout. 43 personnes sont venues assister à un atelier du célèbre médecin anesthésiste réanimateur Jean-Jacques Charbonier nommé TCH : Trans Communication Hypnotique. Je vous raconte comment je l’ai vécu, de l’intérieur.

Pourquoi tous les formateurs en hypnose devraient (faire) pratiquer la Street Hypnose

Deux stagiaires, en s’hypnotisant, ne sont vraiment pas les meilleurs cobayes l’un pour l’autre. L’hypnotiseur débutant est persuadé de ne pas être un bon hypnotiseur (normal, il apprend), et l’hypnotisé est persuadé que son hypnotiseur n’est pas un bon hypnotiseur (normal, il apprend). Avec ça, bonne chance pour obtenir une bonne transe hypnotique, là où le lâcher prise et la confiance sont des maîtres-mots, bien plus que n’importe quelle technique appliquée au millimètre.

Street Hypnose vu par “Le Cercle Psy”

Jean-François Marmion est psychologue et journaliste pour la revue Le Cercle Psy. Il a écrit deux articles sur respectivement la formation “Street Hypnose” et le module complémentaire “Hypnose Expérimentale”. Enfin, il a souhaité m’interviewer je vous joins en bas de page le podcast final publié sur son site. Bonne lecture et bonne écoute !

Non, l’hypnose n’est pas dangereuse. Et c’est Erickson en personne qui le dit !

La plupart du temps, des personnes s’interrogent et viennent nous poser quelques questions sur d’éventuels dangers de l’hypnose. Y compris certains thérapeutes et médecins qui s’inquiètent de ce phénomène “hypnose de rue” qui prend de l’ampleur. En soi, je peux les comprendre, face à la désinformation massive des média. Et tant que c’est fait avec courtoisie, je n’ai aucun problème à passer un peu de temps à rassurer. Mais à un moment donné, des preuves valent mieux qu’un long discours, n’est-ce pas ?